« Génocide silencieux » et « fraude scientifique » : l'accablant documentaire sur le glyphosate

Publié le par Notre Terre

 

En octobre 2016, un « faux tribunal » constitué de vrais juges condamnait Monsanto pour les ravages sur l’homme et l’environnement qu’est fortement soupçonné de causer son herbicide à base de glyphosate, le Roundup. La journaliste Marie-Monique Robin a enquêté en amont du procès et accumulé les indices contre Monsanto. Son documentaire, Le Roundup face à ses juges, ouvertement à charge, est accablant, non seulement pour le glyphosate, mais aussi pour la firme américaine, qui semble prête à tout pour sauver son herbicide. À voir sur Arte, mardi 17 octobre à 20h55.

C’est une succession de témoignages à vous glacer le sang. En Argentine, la caméra de Marie-Monique Robin suit des chercheurs à la rencontre de populations vivant à proximité de champs aspergés d’herbicides à base de glyphosate. « Nous avions une fille, elle avait 11 ans. Elle est morte d’une pneumonie et d’un arrêt respiratoire. » « Ma femme est morte l’an dernier, elle avait 56 ans. Elle a eu un problème d’asthme grave quand ils ont pulvérisé le champ en face. Et mon petit-fils vient d’être opéré d’un rein à cause d’une malformation congénitale. » « Mon frère est décédé il y a un peu moins de deux ans d’un cancer du foie », dit encore un homme tremblant et rachitique. Son sort n’est guère plus enviable : il souffre de polyneuropathie toxique sévère. Son métier avant la maladie ? Remplir les cuves des avions d’épandage avec du glyphosate. Le lien ne fait pour lui aucune doute. « C’est un génocide silencieux dont je ne veux plus être complice. »


Les victimes et leurs proches ont eu l’occasion de rompre le silence lors du Tribunal Monsanto, organisé à La Haye, aux Pays-Bas, du 14 au 16 octobre 2016. Un procès fictif, mais dirigé par d’éminents juges internationaux. Monsanto, la firme qui a mis le glyphosate sur le marché et le commercialise dans son pesticide star, le Roundup, a été reconnu coupable de porter atteinte à de nombreux droits humains. Les juges espèrent par cet « avis consultatif » inciter la Cour pénale internationale à reconnaître le crime d’écocide.


« J’ai accepté d’être la marraine du Tribunal Monsanto car c’est un évènement important qui peut donner de l’espoir. On ne pense même pas pouvoir porter plainte quand on est un petit paysan en Argentine », confie Marie-Monique Robin. La réalisatrice, qui dénonçait déjà les agissements de la multinationale dans son film Le monde selon Monsanto (2008), a donc repris du service. En plus du Tribunal, elle a filmé en amont, chez eux, aux quatre coins du monde, les victimes et les experts appelés à la barre. Le résultat est une démonstration limpide d’1h30, accumulant arguments scientifiques et témoignages sur les ravages du glyphosate et l’implacable volonté de Monsanto d’empêcher toute régulation.  
24 800 morts au Sri Lanka

Outre l’hécatombe argentine, le film montre le combat des milliers de citoyens américains en lutte contre la firme d’agrochimie, celui d’une mère française dont le fils de 10 ans en est à sa cinquante-deuxième opération chirurgicale à cause d’une malformation congénitale, et raconte l’histoire des paysans au Sri Lanka, où 24 800 personnes sont mortes d’une maladie rénale soupçonnée d’être liée au glyphosate et où 69 000 autres en sont encore malades, d’après les chiffres du gouvernement. Dans le monde, rien qu’en 2016, 800 000 tonnes de glyphosate ont été produites. Peut-on imaginer le nombre de personnes potentiellement victimes du glyphosate sur la planète ? « Impossible, répond la réalisatrice. Ce qui est sûr, c’est qu’il y a des malades partout et qu’il y aura, probablement, de plus en plus de procès. »


« L’industrie chimique s’est rapprochée de l’industrie du tabac pour savoir quelles techniques ils avaient employées pour retarder l’établissement de liens entre cancer du poumon et tabac »
Officiellement, le glyphosate est inoffensif pour l’homme. D’après l’agence européenne de régulation des aliments (EFSA) et son homologue américaine (EPA), le glyphosate n’est pas cancérigène. Sur son site, Monsanto affirme également que la toxicité aiguë du glyphosate est moins élevée que celle de la caféine ou du sel.

Le documentaire met quant à lui en avant pléthore d’études scientifiques qui prétendent le contraire. Poussins nés malformés, grenouilles à 5 pattes... Ces études constatent une action du glyphosate sur l’altération de certains gènes. Le film souligne également les conclusions du Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), qui a classé en 2015 le glyphosate comme « cancérogène probable ».
« J’ai passé deux ans à lire toutes les études, toutes les publications sur le glyphosate, raconte Marie-Monique Robin. Face aux études indépendantes qui l’accusent, Monsanto finance des études contradictoires pour “fabriquer du doute”. C’est une vraie machine de désinformation.

L’industrie chimique s’est rapprochée de l’industrie de tabac pour avoir des conseils sur les techniques qu’ils avaient employées pour retarder l’établissement de liens entre cancer du poumon et tabac. »


« Fraude scientifique »

Pire que la désinformation, certains témoignages laissent entendre que la firme s’adonne aux pressions et aux menaces sur ceux qui mettent son business en péril, et à la dissimulation de résultats. Les propres études menées par Monsanto en 1978 auraient conclu à des liens entre son herbicide et de nombreux cancers. « Monsanto a fait d’excellentes études, je suis impressionné par la qualité de leur travail. Mais ils ont caché toute cette information », accuse le biochimiste Anthony Samsel devant la caméra.


Les agences de régulation sont aussi très fortement soupçonnées de collusion avec Monsanto. « L’EFSA ne fait pas la différence entre des études publiées par l’industrie et celles de scientifiques indépendants. Christopher Portier, toxicologue de renommée mondiale, a dénoncé les conclusions de l’EFSA dans une lettre signée par 96 scientifiques. Il accuse l’agence de fraude scientifique. C’est vachement grave. Mais il ne se passe rien, la Commission européenne fait comme si de rien n’était, et ça n’émeut personne », s’indigne la réalisatrice.


Les conclusions du documentaire sont largement étayées par les révélations du journal Le Monde et sa série d'articles baptisée « Monsanto Papers ». Des documents internes à l’entreprise rendus publics et qui laissent entendre que la multinationale aurait fait signer à des scientifiques de renom des études écrites par ses soins et aurait de très étroites relations avec des membres des agences de régulation, lui assurant une forme de protection contre toute initiative contre le glyphosate. « Les normes sanitaires sont établies au doigt mouillé, appuie Marie-Monique Robin. La limite maximale de résidus dans le soja est passée de 0,4 mg/kg à 20 mg/kg. On adapte sans s’appuyer sur rien, pour arranger l’industrie. »


« Tous les mois, de nouvelles personnes portent plainte aux Etats-Unis. Si ça aboutit, il y aura des milliards de dollars de sanction à la clé, et ce sera la fin pour Monsanto »


Après d'autres séquences accablantes, renforçant les soupçons d’effets délétères du glyphosate sur les animaux, les sols et les cultures, le documentaire conclut sur la condamnation factice de Monsanto par son tribunal du jour. Mais il nous laisse avec une angoisse : l’accusation lourde d’empoisonnement massif de l’humanité depuis 40 ans va-t-elle encore planer longtemps sans être tranchée par un vrai tribunal, indépendant et bien informé ?  « Tous les mois, de nouvelles personnes portent plainte aux Etats-Unis. Si ça aboutit, il y aura des milliards de dollars de sanction à la clé, ce sera la fin pour Monsanto », prophétise la réalisatrice.
Un glyphosate de substitution ?

En septembre 2016, Monsanto a été racheté par Bayer, un autre géant de l’industrie chimique. Du moins si la Commission européenne autorise l’opération. Sa décision est attendue au plus tard le 22 janvier 2018. « Mais quid de la responsabilité pénale de Monsanto si le rachat est autorisé ? », demande la journaliste.

L’Union européenne est décidément au cœur du jeu, avec une autre décision attendue sous peu : celle de la ré autorisation - ou non - pour dix ans du glyphosate sur son territoire. Après quelques tergiversations sur le sujet, la France a annoncé qu’elle voterait contre cette prolongation. Encore incertain, le vote pourrait avoir lieu dès le 23 octobre 2017. Le ministre français de l’Agriculture, Stéphane Travert, souhaiterait aboutir à un compromis et laisser le temps aux industriels de trouver un « produit de substitution ». Une position qui risque de réitérer les erreurs du passé, estime Marie-Monique Robin : « On ne va pas attendre de trouver un produit chimique qui détruise la vie dans les champs sans affecter les organismes en dehors. Ça n’existe pas. La solution passe par la fin du chimique et l’agroécologie qui, au passage, est aussi vertueuse et nécessaire pour le climat. »


Pas forcément l’avis de Stéphane Travert, qui a annoncé en septembre 2017 l’arrêt des aides d’État au maintien des agriculteurs bio pour 2018. Dans le même temps, le Parlement européen a demandé le bannissement des représentants de Monsanto hors de son enceinte. L’avenir du glyphosate, et de tout le monde agricole, semble plus incertain que jamais.

 

Le Roundup face à ses juges, de Marie-Monique Robin. Diffusé mardi 17 octobre 2017 à 20h55 sur Arte.

Source : Ubseketrica.com

Partager cet article

Pour fabriquer des mouchoirs en papier, on détruit la forêt boréale, dénonce Greenpeace

Publié le par Notre Terre

De nouvelles investigations menées par Greenpeace International révèlent que la société Essity, le deuxième plus grand fabricant de mouchoirs et de papier toilette au monde, est derrière la destruction de vastes parcelles de forêts boréales en Suède, en Finlande et en Russie.

Dans son rapport "Wiping out the boreal" (S'essuyer avec la forêt boréale), Greenpeace décrit la façon dont Essity s'approvisionne auprès de sociétés d'abattage qui n'hésitent pas à anéantir les forêts du Grand Nord. "Il est absurde que cette forêt magnifique et vitale sur le plan écologique soit détruite pour en faire des produits jetables! Essity est un leader mondial dans la fabrication de mouchoirs mais ne parvient pas à faire preuve de leadership dans la lutte urgente pour la sauvegarde des forêts boréales", s'indigne Jeroen Verhoeven, expert Forêt chez Greenpeace Belgique.

Derrière l'appellation Essity, se trouvent des marques telles que Lotus, Edet, Cushelle et Colhogar, bien connues du grand public. Greenpeace exige dès lors que l'entreprise Essity prenne ses responsabilités afin qu'elle ne forme plus une menace pour la forêt boréale, "véritable couronne verte de notre planète."

Représentant près d'un tiers de l'ensemble des forêts du globe, la forêt boréale joue un rôle-clé dans la protection de la biodiversité et du climat sur Terre. Pourtant, moins de 3% de cette forêt bénéficient d'une protection, regrette  Greenpeace.

Source : rtbf.be

 

Partager cet article

Le Burkina Faso demande réparation à Monsanto...qui quitte le pays par la petite porte

Publié le par Notre Terre

Dans un e-mail envoyé à ses amis et collaborateurs, Doulaye Traoré , le représentant de Monsanto en Afrique de l’Ouest, basé à Bobo-Dioulasso, annonce que la firme américaine spécialisée dans les pesticides et les OGM « a décidé de suspendre ses activités au Burkina Faso », exception faite « de celles relatives aux aspects réglementaires » – comme les tests en cours sur le maïs transgénique, réalisés avec des chercheurs de l’Institut de l’environnement et de recherches agricoles (Inera).

Résiliation de contrat

Traoré indique avoir lui-même résilié le contrat qui liait son cabinet, Tho & Gniré, à Monsanto le 22 septembre. D’autres agents burkinabè de la firme se sont vu signifier la rupture de leurs contrats ces derniers jours.

La nouvelle n’a pour l’heure pas été officialisée. Mais plusieurs sources jointes à Ouagadougou et à Paris confirment que Monsanto aurait décidé de quitter ce pays, dans lequel il avait pourtant placé tous ses espoirs pour « vendre » aux Africains ses OGM, et qui fut longtemps son seul client en Afrique de l’Ouest.

Deux raisons sont avancées : le rachat de Monsanto par le groupe allemand Bayer, annoncé mi-septembre ; et la décision de la filière coton burkinabè, prise en mai dernier, de ne plus cultiver le coton Bt fourni par Monsanto, jugé décevant tant sur le plan du rendement que sur celui de la qualité de la fibre. La prochaine récolte, que la filière annonce très bonne – le chiffre de 700 000 tonnes est avancé –, sera ainsi estampillée « sans OGM ».

Le pays s’estime lésé par la moindre qualité de son coton depuis qu’il a adopté les semences OGM de Monsanto. L’interprofession burkinabè du coton réclame au semencier américain près de 50 milliards de francs CFA, l’équivalent de 74 millions d’euros.

Le Burkina Faso demande réparation à Monsanto. Depuis que les sociétés cotonnières ont adopté ses semences Bollgard II, une variété génétiquement modifiée pour lutter contre le ver du coton, le coton burkinabè a perdu un de ses principaux atouts : la longueur de sa fibre, le premier critère de qualité du coton, parce qu’une longue soie facilite la fabrication du fil.

Dès 2012, la baisse de qualité du coton transgénique burkinabè s’est fait sentir… dans les revenus perçus par les sociétés cotonnières. Le coton burkinabè était décoté par rapport aux autres cotons ouest-africains sur le marché mondial. Mais difficile pour les sociétés cotonnières burkinabè de renoncer du jour au lendemain aux semences de coton BT. Elles étaient très populaires auprès des agriculteurs, parce qu’elles nécessitaient moins de passages de pesticides et qu’elles amélioraient sensiblement les rendements pour les paysans les moins bien formés.

 

Un préjudice financier conséquent

Monsanto s’était en outre engagé à retravailler ses semences, mais visiblement sans succès à ce jour. D’année en année, les sociétés cotonnières ont donc fait reculer le coton OGM, qui avait atteint jusqu’à 80 % des surfaces. Cette année, il est demandé aux agriculteurs de renoncer totalement au coton transgénique et de ne semer que du coton conventionnel.

Le nouveau directeur général de la Sofitex, l’une des principales sociétés cotonnières, a pris la mesure des dégâts : 20 à 30 francs CFA de moins par livre de coton désormais. Un préjudice financier encore plus lourd en cette période de déprime des cours, mais aussi un préjudice moral, le coton burkinabè a perdu sa réputation, c’est l’or blanc du pays, deuxième ressource après l’or métal.

Faute d’obtenir gain de cause dans ses négociations discrètes avec Monsanto, l’interprofession burkinabè du coton (AICB) réclame désormais au géant américain des semences 48,3 milliards de francs CFA, environ 74 millions d’euros. Une demande raisonnable aux yeux des professionnels du secteur.

Partager cet article

Un prix nobel de médecine accuse: « guérir des maladies n’est pas rentable pour les laboratoires »

Publié le par Notre Terre

« Le prix Nobel britannique de médecine, Richard J. Roberts, a accusé les grands laboratoires pharmaceutiques de faire passer leurs intérêts économiques avant la santé des personnes, en détenant le progrès scientifique dans le traitement des maladies car la guérison n’est pas rentable.


«Les médicaments qui guérissent ne sont pas rentables et ne sont donc pas développés par les laboratoires pharmaceutiques, qui parallèlement  développent des médicaments qui chronicisent les maladies et qui doivent être consommés de manière ininterrompue, » Roberts a déclaré dans une interview au magazine «PijamaSurf».

Certains médicaments qui pourraient guérir entièrement une maladie ne sont pas développés. Cela est-il normal que l’industrie de la santé soit régie par les mêmes valeurs et principes que le marché capitaliste, lesquels ressemblent beaucoup à ceux de la mafia? », demande le prix Nobel 1993 de médecine. (ndlr: ça fait du bien d’entendre ça de la part d’un prix Nobel de médecine).

Le savant et chercheur accuse les labos d’oublier de servir le peuple et de s’occuper uniquement de la rentabilité économique. «J’ai vu comment, dans certains cas des chercheurs qui dépendaient de fonds privés auraient pu découvrir des médicaments très efficaces qui auraient pu complètement venir à bout de certaines maladies », a t-il expliqué.

Il ajoute que les entreprises cessent d’enquêter, car « Les compagnies pharmaceutiques sont davantage intéressés à votre porte-monnaie qu’à votre santé, c’est pourquoi les recherches, tout à coup, sont déviées vers la découverte de médicaments qui ne guérissent pas, mais qui rendent les maladies chroniques permettant aux malades de constater des améliorations qui disparaissent dès lors que l’on cesse de prendre le médicament. »

En ce qui concerne les raisons pour lesquelles les hommes politiques n’interviennent pas, Roberts affirme que «dans notre système, les politiciens ne sont que des employés des gros capitaux qui investissent ce qui est nécessaire pour assurer la victoire à leurs poulains, et s’ils ne sortent pas vainqueurs, ils achètent les élus « . (Ndlr: Tout est dit, Obama nous en a donné un bon exemple avec Monsanto). »

A noter après quelques recherches que cet article ressemble beaucoup à un autre accordé en 2007 au journal La Vanguardia et qui apportent plus de précisions sur les manipulations des labos concernant les médicaments.


Pour l’anecdote, Russia Today a publié également un sondage en bas de son article. Avez-vous confiance en l’industrie pharmaceutique? 86,9% des internautes ont répondu que non, comme ça c’est clair!

Source: 
Russia Today

Traduction: Fawkes News

Partager cet article

Agriculture bio : l'État se désengage des aides au maintien

Publié le par Notre Terre

L'Etat va cesser à partir de 2018 de verser des «aides au maintien» des agriculteurs biologiques, pour se «recentrer» sur les «aides à la conversion» destinées à lancer des débutants du bio, a annoncé mercredi le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert.

 

«C'est au marché de soutenir le maintien de l'agriculture biologique car la demande est là et il faut que nous soyons collectivement en capacité d'y répondre», a déclaré le ministre de l'Agriculture, Stéphane Travert, au salon Tech et Bio à Bourg-lès-Valence (Drôme). Il a rappelé le formidable essor de l'agriculture bio, qui contraste avec la sévère crise traversée par l'agriculture dite conventionnelle.

 

Les aides au maintien versées après les trois premières années d'activité étaient essentiellement destinées à stabiliser et pérenniser une jeune exploitation bio. «Je souhaite que d'autres mécanismes que l'attribution systématique» d'aides au maintien «permettent aux producteurs déjà certifiés en agriculture biologique d'obtenir une juste rémunération» pour des «productions de qualité», a dit le ministre. «Le secteur biologique français connait une croissance historique. Le marché est estimé à plus de 7 milliards d'euros pour l'année 2016, en croissance de 20% par rapport à 2015, année au cours de laquelle une hausse de 15% avait déjà été enregistrée. Et cela continue de progresser sur le premier trimestre 2017», a-t-il ajouté.

 

Vers un financement du bio par un fonds privé?

 

Stéphane Travert s'est en revanche déclaré prêt à accompagner le développement d'une «filière bio», incluant la transformation et la distribution des aliments, afin que les produits issus de l'agriculture biologique française puissent être écoulés correctement et sans gaspillage sur le marché. Il compte sur les Etats généraux de l'alimentation (Egalim), en cours, pour élaborer des «propositions concrètes» en ce sens. «J'ai notamment suggéré qu'un fonds privé puisse être mis en place pour venir financer des projets de développement et de structuration des filières bio. Je sais que l'idée fait son chemin. C'est une solution possible et ce n'est sans doute pas la seule», a-t-il dit.

 

«Les aides au maintien attribuées au titre des campagnes PAC 2015 à 2017 seront bien évidemment financées jusqu'à leur terme», a rassuré le ministre, en précisant que le crédit d'impôt dont bénéficient les producteurs bio, et qui devait prendre fin en 2017, devrait être maintenu aussi.

 

Faire augmenter l'agriculture bio à «8,5% des surfaces agricoles utilisables»

 

Pour ce qui est des aides supprimées, «les régions pourront continuer de financer des aides au maintien sur de nouveaux contrats mais elles devront le faire en responsabilité et sans mobiliser les crédits du ministère», a-t-il averti. Le ministre a aussi confirmé l'objectif de faire augmenter l'emprise de l'agriculture bio à «8,5% des surfaces agricoles utilisables» en France d'ici 2020, soit d'ici la fin de la programmation actuelle de la PAC, contre 6,5% en 2016. Il s'est également engagé une nouvelle fois sur la résorption des retards de paiement des aides. «Le versement des aides à l'agriculture biologique au titre de la campagne 2015 interviendra à partir de novembre 2017. Le paiement des aides 2016 débutera à compter de mars 2018», a-t-il affirmé.

 

Concernant le différend avec les régions sur les répartitions et la gestion du Fonds européen agricole pour le développement rural Feader, il a indiqué que «des discussions sont en cours», après une réunion du Comité Etat-régions non conclusive mardi soir, au cours de laquelle les 13 régions françaises ont fait front commun face au ministère.

 

Enfin, le ministre a estimé qu'un accord européen sur la révision de la définition même de l'agriculture bio est «atteignable» (...) «avant la fin de l'année». «Le texte devait faire l'objet d'un débat lors du Conseil de juillet dernier mais l'Allemagne a souhaité repousser le débat. Il devrait pouvoir avoir lieu lors d'un prochain conseil», a-t-il anticipé.

Source : le figaro.fr

Partager cet article