habitat

L’hôpital du futur inauguré à Alès

Publié le par Gerome

Ouvert depuis le mois de mai, le nouveau centre hospitalier Alès Cévennes (CHAC) (Gard) n’a cependant été inauguré que la semaine dernière, en présence du ministre de la Santé Xavier Bertrand. La direction de ce qui s’apparente à l’établissement de santé du futur s’est fixée il y a dix ans des objectifs environnementaux ambitieux et ses efforts portent aujourd’hui leurs fruits puisque le CHAC est le seul hôpital du pays à s’être vu attribuer le label HQE (Haute Qualité Environnementale).

 

Ales_hopital_HQE.jpg


La construction de la structure, dont le coût a été évalué à 130 millions d’euros, a pris en compte les éléments naturels.  « Chaque fois qu’un patient va ouvrir la fenêtre de sa chambre, le chauffage ou le système de rafraîchissement se bloque. L’hôpital est également muni de structures brise-soleil sur les façades et ne dispose pas de climatisation, ce qui permettra d’économiser 1 438 tonnes de rejets de CO2 par an. A la place, on bénéficie d’un plafond actif, de tuyaux à base d’eau dans le toit, qui va chauffer ou rafraîchir la pièce. Le malade peut modifier la température de sa chambre grâce à un thermostat », précise Fabien Chanabas, son directeur adjoint.


 

Le plus gros du travail vert a cependant résidé dans l’approvisionnement énergétique de l’hôpital, équipé d’une chaufferie à bois et flanqué de panneaux solaires. « L’énergie est produite à plus de 80% par le bois venant des forêts avoisinantes », détaille M. Chabanas, pas peu fier de cette chaufferie qui permet de « réguler » quelque 52 000 mètres carrés. Intégrées au toit du bâtiment, les cellules photovoltaïques font le reste.


Outre le chauffage, un soin particulier a été apporté aux 278 chambres que compte l’établissement. Les patients pourront également profiter d’un plus grand confort acoustique et visuel. Afin de limiter les nuisances sonores, le circuit de livraison a en effet été installé à distance respectable des zones d’hébergement et chaque chambre dispose d’une vue sur l’extérieur. Des petits plus qui améliorent incontestablement les conditions de séjour des patients.


Le projet-pilote d’Alès fera bientôt des émules puisque deux établissements de santé labellisés HQE ouvriront prochainement en Île-de-France, l’un à Evry (Essonne) et l’autre à Gonesse (Val-d’Oise). Deux hôpitaux qui feront à leur tour du soin de la planète l’autre grande priorité.

 

 


Publié dans Habitat

Partager cet article

Faire sa lessive soi même

Publié le par Gerome

La lessive est un mélange liquide ou solide de produits utilisés pour le lavage domestique ou industriel. L'action nettoyante est notamment assurée par des produits détersifs comme le savon.

Dans certains pays, la lessive se fait encore à base de cendres et d'eau, comme autrefois en Europe et en Amérique. Les quantités sont approximatives et les résultats viennent autant de la pratique que de l'enseignement par voie orale. Par le passé, elle était aussi fabriquée à base de plantes telles que la saponaire.

Afin d'améliorer la qualité de vie sur terre, ainsi que l'espérance de vie de cette dernière, il serait nécessaire de rendre écologique, moins polluante notre lessive.

Cette page a donc pour objectif de recenser les techniques anciennement utilisées et par la suite d'essayer de trouver des techniques alternatives pour le monde d'aujourd'hui.

Composition

Les lessives se présentent sous forme de poudres, de liquides ou de tablettes.

Les lessives contiennent :

    * des détergents (tensioactifs) qui augmentent le mouillage des tissus, enrobent les salissures, les détachent du linge puis les maintiennent dispersées dans l'eau (alkylbenzène-sulfonate, savon, lauryl-sulfate, dodécylbenzène-sulfonate, etc.) ;
    * des composés alcalins, qui augmentent l'efficacité des tensioactifs en agissant sur le pH de l'eau pour qu'il reste élevé (borates, carbonates comme le carbonate de sodium, silicates) ;
    * des agents séquestrants (chélatants), improprement appelés anticalcaires, qui piègent le calcium, ce qui augmente l'efficacité des détergents (métaphosphates, polyphosphates, zéolites, EDTA, NTA, citrates, phosphonates). S'il n'y a pas d'anticalcaire dans une formule, il faut utiliser plus de tensioactifs sauf si l'eau est douce;


    * des produits complexants, appelés aussi agents antiredéposition, qui empêchent les salissures piégées par les tensioactifs de se redéposer sur le linge (ex : carboxyméthylcellulose, phosphonates) ;
    * des enzymes, qui dégradent les molécules organiques en les fractionnant en plus petites particules. Les différentes enzymes agissent sur diverses taches : les lipases agissent sur les taches grasses (lipides), les protéases agissent sur les taches de protéines (sang, herbe, etc.). Les enzymes sont efficaces même en faible quantité et à basse température;
    * des agents de blanchiment, qui oxydent les molécules (perborates, percarbonates tels que le percarbonate de sodium, peroxydes) ;
    * des azurants optiques, qui absorbent des rayons ultraviolets invisibles et réémettent de la lumière visible, de sorte que le linge paraît plus lumineux et plus blanc ;


    * du ballast, matériau granulaire de remplissage qui facilite la manipulation des poudres ;
    * de l'eau, si la lessive est liquide.
    * des conservateurs
    * du parfum

Impact sur l'environnement

Les lessives se retrouvent dans les eaux usées. Après un traitement en station d'épuration, les eaux usées sont libérées dans la nature.

Les lessives génèrent une importante pollution, de par la présence de molécules plus ou moins instables, toxiques et rémanentes :

    * Les détergents, en formant des mousses, diminuent l'oxygénation de l'eau. Leurs propriétés tensioactives leur permettent de solubiliser des molécules toxiques et, ainsi, d'assurer leur diffusion dans les milieux aquatiques. À l'instar des pesticides dits hormonaux mimétiques (modulateurs endocriniens), certains détergents sont fortement suspectés d'interférer avec le métabolisme des animaux, en particulier des amphibiens (Anoures, Urodèles), des poissons et de l'homme.

 

Ils pourraient être à l'origine des changements de sexe des mollusques et des poissons, du déclin drastique des populations de grenouilles et de la diminution de la spermatogenèse humaine. Les tensioactifs déversés dans l'eau réagissent au contact du sel et reviennent par voie aérienne détruisant les pins du littoral méditerranéen. Certains tensioactifs sont relativement biodégradables, mais le traitement des station d'épuration (surtout efficaces pour traiter les boues, les graisses, les déchets flottants et les graviers) sont peu efficaces pour traiter les produits chimiques.

 
    * En accroissant le pH de l'eau, les alcalins peuvent perturber l'équilibre des écosystèmes aquatiques, engendrant des modifications chorologiques.
    * Les phosphates ne sont pas toxiques par eux-mêmes — le phosphore est un élément majeur pour les organismes vivants — mais sont souvent à l'origine du phénomène d'eutrophisation (les marées vertes). Ils sont souvent remplacés par les zéolites qui ne causent pas d'eutrophisation, mais sont peu biodégradables et causes des problèmes aux stations d'épuration des eaux (problèmes de boues insolubles)


    * Les chélatants sont parfois très toxiques : L'EDTA (acide Éthylène Diamine Tétra-Acétique) , heureusement peu utilisé dans les lessives à cause de son coût(surtout dans les détergents liquide) forme des complexes extrêmement stables avec les métaux, tel le fer de l'hémoglobine, ce qui en fait un poison, et surtout permet de faire passer dans les être vivants des éléments toxiques comme le Plomb.


    * les agents de blanchiment sont des oxydants puissants et peuvent donc détruire la matière organique. Le plus souvent ce sont des agent oxygénés (comme le Percarbonate de sodium qui remplace le perborate de sodium) qui est peu dangereux, parfois ce sont des agents chlorés susceptibles de produire des chloramines au contact de matières azotées comme le sont la sueur, les taches protéiniques .


    * Les lessives contiennent des produits dérivés du pétrole qui est une industrie très polluante. Les additifs annexes (colorants, conservateurs, etc.) peuvent aussi agir sur l'environnement.
    * Les conservateurs (surtout présent dans les lessives liquides, les poudres étant sèches, elles risques peu la dégradation par les micro-organismes) sont très dangereux : étant des biocides non seulement ils dégradent le milieu mais sont peu biodégradables (par définition) et empêchent la biodégradation naturelle dans les station d'épuration.



La fabrication maison réduit la consommation d'emballages, la pollution par les matières plastiques et les métaux lourds contenus dans les teintes de ces matières. Achats faciles, conséquences complexes.

Conseils d'utilisation

Une attitude écologiquement responsable consiste à :

    * privilégier les lessives moins polluantes :
          o préférer les poudres aux liquides, plus riches en tensio-actifs ;
          o choisir les lessives contenant des zéolites au lieu de phosphates ;
          o éviter les adoucissants, parfums, colorants et autres composés de synthèse.
    * utiliser rationnellement les lessives :
          o trempage préalable : un simple trempage du linge permet de mouiller les fibres et d'ôter la crasse. Et mettre un peu de lessive ou de savon de Marseille sur les taches avant le lavage en machine permet souvent d'obtenir un meilleur résultat ;


          o ne pas surdoser la lessive, et utiliser moins de produits lorsqu'il y a peu de linge ou lorsqu'il est peu sale ;
          o utiliser moins de produits si l'eau utilisée est douce (c.-à-d. sa dureté totale est inférieure à 15 °f) ;
          o l'activité enzymatique étant maximale vers une température de 40 °C, les lessives aux enzymes enlèveront mieux les taches organiques à basse température ;
          o les balles de lavage sont des balles qui battent le linge dans la machine à laver et permettent d'utiliser moins de lessive ;
          o une boule anticalcaire ou antitartre modifie la structure du calcaire et adoucit l'eau, permettant ainsi de diminuer la quantité de lessive.
          o Les lessives concentrées permettent de diminuer les déchets d'emballage et de rejeter moins de produits toxiques... à condition de ne pas dépasser les doses prescrites.


    * Choisir des moyens alternatifs comme la noix de lavage, les lessives à base de plantes .... (voir plus bas).

Les noix de lavage

En Inde et au Népal pousse un arbre appelé arbre à savon (Sapindus Mukorossis) dont le fruit à la particularité de sécréter une substance gluante qui le protège des insectes nuisibles. Cette substance gluante possède une forte teneur en saponine et peut donc être utilisée comme savon naturel.

Pour une lessive en machine il faut utiliser 3 à 4 noix qu'il faut briser en morceaux et que l'on dispose dans un sachet en coton ou en lin ou même dans une chaussette directement dans le tambour de la machine. On peut rajouter une goutte d'huile essentielle si on le souhaite, car le linge lavé par cette méthode n'a pas d'odeur.

Les mêmes noix peuvent être utilisées de 2 à 3 fois à 30 ou 40 degrés, 2 fois à 60 degrés et 1 fois à 90 degrés. La saponine contenue dans les noix ne se libère pas dans l'eau froide. Comme on peut réutiliser les noix pour plusieurs lavages cela revient à réduire le budget lessive de moitié par rapport aux lessives «standards» : un kilo de noix dure un an pour 3 lessives par semaine et coute environ 10 euros.

Pour une machine de blanc, on peut rajouter une cuillère à soupe de percarbonate de soude qui libèrera de l'oxygène dans l'eau et évitera le "voile gris" qui apparait après quelques lavages. Le percarbonate de soude est un composé chimique très simple qui n'est pas du tout nocif pour l'environnement.

Après avoir utilisé les noix pour la lessive, la vie des noix n'est pas terminée, car il reste encore assez de saponine en elles pour en faire une décoction. Et même après vous pouvez jeter les coquilles dans votre compost, elles serviront à enrichir votre jardin.

Un magazine de consommation[1] a testé ces fameuses noix en les comparant avec un lavage du linge sans lessive ni produit. Le résultat est que ces noix rendent le linge propre…tout comme l'eau. La leçon à tirer de cette comparaison est qu'il faut adapter la dose de produit en fonction des salissures. La plupart des vêtement n'ont besoin que d'une légère lessive (transpiration, peu de tache) et de traiter les taches.

Avant d'acheter les noix, il faut toute de même tenir compte du bilan écologique global. Écologiques en Inde, ces noix sont loin de le rester en Europe du fait de leur transport (émission de CO2), mais restent moins polluantes qu'une lessive traditionnelle, car celle-ci voyage aussi, comme l'a comparé l'émission ABE sur la TSR le 13 novembre 2009[2]. Il vaut mieux dans ce cas utiliser des plantes locales comme celles présentées ci-dessous.

Citations d'un article du réseau Eco-consommation : De plus dans les pays d'origine de la noix de lavage, "les arbres non ligneux (qui ne sont pas exploités pour leur potentiel de production de bois) et dont l’arbre à savon (Sapindus mukorossi) fait partie, sont utilisés avant tout pour améliorer l’état nutritionnel et sanitaire des populations locales. La commercialisation locale apporte des produits de première nécessité pour les ménages mais ces arbres apportent également du fourrage, de l’ombre, permettent la conservation et l’amélioration des sols etc.

La cueillette des produits forestiers est pratiquée par tous les habitants des villages environnants. C’est une activité pratiquée particulièrement par les femmes et les enfants. Les noix sont donc utilisées par les populations locales. La production dépend de la conjonction des facteurs climatiques et anthropiques, qui peuvent être aussi défavorables (déplacement des populations, croissance des besoins en terres agricoles, exploitation abusive du bois-énergie), dont l’ensemble peut, dans certains cas, entraîner une dégradation continue des ressources forestières."

"L’exploitation des noix de lavage n’ont pas fait l’objet d’études d’inventaire forestier aux fins d’aménagement et d’exploitation de la forêt. Les produits qui ont connu un soudain succès d’intérêt économique comme le karité, la spiruline ou le gommier ont eu besoin d’une gestion rationnelle de la ressource. Il faut que les différents acteurs prennent conscience de la nécessité de préserver les équilibres locaux.

Si la demande augmente et que les populations locales se voient privées de noix pour leur propre usage, quelle solution leur reste-il  ? Des lessives en poudre ? C’est peut-être une extrapolation, mais le risque existe ! "

Préparation de lessive à base de plantes

La saponine est une substance ayant le pouvoir de faire mousser l'eau. Il est possible de l'extraire en effectuant une décoction de certains végétaux : les racines de la saponaire, les feuilles de lierre, le marron d'inde épluché et râpé, l'écorce de Savonnier (Koelreuterie paniculata).
 Lessive à la saponaire

La saponaire est une herbe que l'on utilisait abondamment en Europe avant le XVIIIe siècle, l'époque à laquelle commença la fabrication industrielle du savon. Les racines de saponaire contiennent la plus grande part des principes actifs de la plante. Mises en décoction à 60 g par litre d'eau, elles produisent une mousse détergente qui peut être employée comme shampooing ou savon végétal.
 Recette de base

Coupez les racines de saponaire en petits morceaux, jetez-les dans l'eau (non calcaire) lorsqu'elle bout, mettez le linge dans cette eau et faites bouillir comme s'il s'agissait d'une lessive du commerce.
Recette secondaire

Faire une décoction de 100 g de saponaire pour 1 litre d'eau : faire bouillir cinq minutes puis retirez les racines. Mettez ce jus en bouteilles : cela donne une lessive très bonne pour la laine et les tissus de couleurs fragiles (attention avec les tissus blancs, elle est légèrement jaunissante)
Lessive à la luzerne

    * 100 g de racine de luzerne.
    * 1 litre d'eau.

La luzerne (Medicago sativa), ne pas confondre avec le sainfoin, est très couramment cultivée. C'est une plante vivace, dont vous arracherez la racine à n'importe quelle saison. Lavez, séchez cette racine, coupez-la en petits dés et jetez-la dans l'eau bouillante comme la racine de saponaire. Faites bouillir une demi-heure.
[modifier] Lessive aux marrons d'Inde

1 kg de marrons d'Inde décortiqués pour 3 litres d'eau, 1 heure.

Le marronnier d'Inde (Aesculus hippocastanum) fleurit dans tous les jardins publics de France, de Belgique ....

Ramassez un grand panier de marrons, et décortiquez-les, broyez-les dans un mortier et jetez le tout dans de l'eau bouillante (la décoction doit bouillir pendant une heure). Ensuite, passez au tamis, recueillez le jus, mettez-le en bouteilles, c'est une bonne lessive pour les tissus et lainages de couleur sombre.


Lessive aux feuilles de lierre

Cent feuilles de lierre, 2 litres d'eau, 1/2 heure.

Le lierre grimpant (Hedera hélix) résiste bravement à toutes pollutions citadines, et il s'accommode de tous les sols ou presque. Cueillez une centaine de feuilles, jetez-les dans l'eau bouillante pendant dix minutes. Retirez du feu, et laissez refroidir. Écrasez les feuilles au moulin à légumes à gros trous (ou pressez-les avec les mains). Remettez-les dans le jus, puis passez le tout au-dessus d'un tamis. Dans ce jus tiède, vous pouvez mettre à tremper les soieries, les lainages fragiles, tous les tissus que vous voudrez, exactement comme si vous utilisiez un détergent du commerce.

On peut ramasser des feuilles de lierre sans aucunement remettre en cause la vie de la plante si on laisse les feuilles terminales. C'est une plante très résistante et qui pousse sur des terrains très variés. Cette plante volubile pousse sur les troncs des arbres, sur les murs, poteaux.... elle est souvent arrachée par les sylviculteurs car elle gène la croissance du tronc de l'arbre. Très fréquente, elle a tendance à devenir envahissante et elle doit être maitrisée mais non supprimée.


Préparation de lessive à base de savon de Marseille

Recette pour 1L de lessive liquide :

- Râper 20 à 50 g de savon de Marseille naturel avec un économe ou une râpe à fromage. On peut aussi utiliser directement du savon en paillettes.
- Faire bouillir 1l d'eau
- Ajouter les copeaux et mélanger jusqu'à ce que le savon soit totalement dissout
- Mettre le tout dans un ancien bidon de lessive liquide de plus de 1L afin de pouvoir mélanger avant chaque utilisation.
- Ajouter 4 à 8 gouttes d’huiles essentielles au choix.

Bien secouer le bidon avant utilisation et mettre un verre à moutarde de lessive par machine.

On peut associer à ce mélange :

    * 1 cuillère à soupe de cristaux de soude si le linge est très sale
    * un verre de vinaigre blanc dans le bac à adoucissant (l'odeur disparait avec le séchage), en faisant attention cependant car le vinaigre a tendance à attaquer les élastiques, ce qui pose un problème pour les couches lavables, par exemple.
    * du jus de citron (filtré à travers un filtre à café) dans le bac d'assouplissant, à la place du vinaigre pour les lessives de blanc

En remplacement de la lessive en poudre

Lorsqu'on préfère les paillettes, on laisse tranquillement tremper le linge dans l'eau chaude savonneuse et on n'a pas trop à frotter (sachant que les frottements usent le linge délicat). L'eau doit être un minimum chaude car les paillettes de savon se dissolvent mal à basse température.

Pour une utilisation à basse température, il faut laisser sécher le savon. Quand il est plus dur et sec, on peut alors le râper avec une râpe fine (du type râpe à zeste), on obtiendra une poudre qui se dissout très bien à basse température.

Les savons commercialisés, que ce soit dans un coopérative diététique ou autre doivent mentionner leur composition exacte, et bien souvent ils contiennent des conservateurs, parfois des chélatants (contre le calcaire), parfois même des colorants ou des parfums : il faut donc être vigilant quant au choix. Beaucoup de "savon" n'ont comme adjuvant que des parfums sous la forme d'huiles essentielles.

Commentaires :

    * Le savon de Marseille est 100% biodégradable et ne provoque aucune pollution de l'environnement — à condition qu'il ne soit pas à base d'huile de palme, dont l'exploitation est nuisible.
    * Fonctionne pour les lessives en machine ou à la main
    * Bon lavage, le linge est doux.
    * Santé : ne provoque pas d'allergie, recommandé pour les bébés et les gens qui ont des problèmes de peau.
    * Ingrédients : peut contenir de la glycérine pour améliorer sa texture et l'empêcher de sécher trop vite.[3]
    * Pour le lavage à la main des articles fragiles (comme la lingerie), le savon de Marseille est idéal. On frotte délicatement le linge avec un cube de savon de Marseille végétal.
    * Cette lessive peut également remplacer le liquide vaisselle.

Préparation de lessive à base de cendre

L'objectif est d'extraire la potasse de la cendre et l'utiliser comme détachant.


Fournitures
cendre de bois

Les cendres de fougère étaient réputées pour la fabrication de lessive. L'on dit aussi que le pommier donne des savons très blancs. Le bois ordinaire utilisé pour les feux de foyer ou les feux de camp peut aussi convenir.

Le bois employé devra être brûlé dans un feu très chaud pour en faire des cendres très blanches. Lorsqu'elles sont refroidies, entreposez les cendres dans un contenant de plastique avec couvercle, un baril de bois ou un contenant d'acier inoxydable. Un pot de terre cuite (et non un pot d'argile séché au soleil) convient aussi. De préférence, utilisez un baril de bois ayant un robinet dans le bas.

Il ne doit pas rester de morceaux de charbon! Idéalement vous devrez tamiser la cendre.
 De l'eau douce

Si vous ne pouvez obtenir ni eau de source ni eau de pluie, utilisez de l'eau d'une rivière ou d'un puits en y ajoutant du bicarbonate de soude pour la neutraliser.

Il est aussi possible d'employer l'eau du robinet. Si vous avez de l'eau dure (difficulté à faire mousser) ajoutez du bicarbonate de soude jusqu'à ce qu'il soit facile de faire mousser votre eau. Ensuite, ajoutez la même quantité de bicarbonate de soude à l'eau que vous emploierez. Par exemple, si vous testez un litre d'eau et nécessitez 15 ml de bicarbonate de soude, vous aurez besoin de 60 ml de bicarbonate de soude pour 4 litres d'eau. Entreposez cette eau dans un contenant de bois, de plastique ou d'acier inoxydable.

Pour manipuler l'eau de cendre, il est préférable de mettre des gants en plastique, le liquide dessèche les mains.


 Lessive à la cendre pour laver en machine (technique simple)

    * Pour un litre d'eau douce (idéalement de l'eau de pluie).
    * 2 à 3 verres de cendres de bois tamisées (par ex. avec une passoire): il ne doit pas rester de morceaux de charbon de bois.
    * un récipient assez grand (bocal, petit seau, vieille cruche...)
    * Un (vieux) tissu fin, une étamine fine ou un chiffon microfibre
    * Un entonnoir
    * Un flacon vide (détergent, lessive liquide...)

Mélanger la cendre et l'eau. Bien remuer et laisser reposer au moins 24 heures en remuant de temps en temps avec un morceau de bois. Au bout de ce temps, filtrer le mélange en mettant le chiffon fin dans l'entonnoir au dessus du flacon vide. On obtient un liquide dont la couleur varie entre celle du vin blanc et celle du thé léger, selon le bois qui a brûlé. Si on constate trop de dépôt gris au fond du flacon, filtrer de nouveau avec un chiffon plus fin ou double. On peut ajouter quelques gouttes d'essence de citron ou de lavande pour le parfum. Cette lessive se conserve environ 3 semaines. Pour une lessive en machine, mettre 1 à 2 verres du produit obtenu dans le bac à lessive, et faire la lessive normalement. Ne pas verser directement sur le linge sec. Cette lessive ne mousse pas, mais elle est efficace, même à basse température - sauf pour les taches de sang - et elle laisse le linge doux... et en plus elle est très économique. La "boue grise" qui reste dans le filtre, mélangée à de l'eau, est un très bon engrais au jardin.
Technique avec une lessiveuse

N'importe quelle taille de contenant de bois, de plastique ou de "terre cuite au four". Attention les contenants en terre cuite au soleil ne conviennent pas pour des produits corrosifs comme l'eau de lessive.
Technique un peu compliquée

   1. Il faut que la lessiveuse soit munie d'un robinet filtrant ou d'un trou sur lequel l'on aura placé un linge pour filtrer le liquide. Pensez à placer un caillou devant le trou de sorte que la cendre ne le bouche pas.
   2. Remplissez la lessiveuse de cendres blanches jusqu'à une dizaine de centimètres du bord.
   3. Faites bouillir de l'eau (la moitié du volume de la lessiveuse).
   4. Versez lentement l'eau bouillante sur les cendres jusqu'à ce que le liquide commence à dégoutter du trou. À ce moment, fermez l'ouverture du bas (fermez le robinet ou mettez un bouchon de liège).
   5. S'il reste de la place, ajoutez de l'eau et de la cendre, mais ne mettez pas trop d'eau, car ceci ferait flotter la cendre.
   6. Laissez reposer quatre heures ou toute la nuit si vous en avez le temps.
   7. Laissez s'écouler par le robinet (ou trou), le liquide brunâtre dans un contenant sécuritaire puis reversez-le dans le baril.
   8. Laissez l'eau de lessive égoutter lentement dans un contenant sécuritaire.
   9. Quand le liquide brunâtre cesse de couler du baril, ajoutez de 3,5 à 4,5 litres d'eau douce dans les cendres, et collectez l'eau qui en résulte dans un autre contenant (cette eau de lessive sera moins forte que la précédente).
  10. Répétez avec de 1 à 2 litres d'eau, jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de liquide brun qui en sorte.
  11. Enterrez les cendres dans le jardin.

L'eau de lessive étant une tradition orale, il n'existe pas de recette écrite l'utilisant. Utilisez cette eau de lessive à la place de votre lessive habituelle, mais attention aux proportions utilisées ! Faites des essais en commençant par de très petites quantités.
Technique plus simple

    * De l'eau douce (idéalement de l'eau de pluie).
    * Une lessiveuse (grand contenant pouvant aller au feu)
    * Un vieux torchon
    * Un tamis.

    * Tamiser les cendres pour ne garder que les plus fines (il ne doit pas rester de morceaux de charbon).
    * Remplir le torchon avec les cendres et le fermer avec un nœud solide.
    * Faire bouillir l'eau.
    * Plonger le torchon et laisser bouillir quelques minutes.
    * Couper le feu et laisser infuser une heure.
    * Tremper le linge dans cette infusion pendant quelques heures puis le rincer à l'eau chaude.

 

 

Publié dans Habitat

Partager cet article

Maison bioclimatique passive

Publié le par Gerome

Le concept de maison bioclimatique passive prend en compte l’environnement et le climat et n’utilise que les énergies renouvelables. Il a pour objectif de capter le rayonnement solaire, stocker l’énergie reçue, répandre la chaleur dans l’habitat et la réguler. Les propriétaires qui choisissent une maison bioclimatique passive souhaitent vivre dans un habitat sain, mais confortable, économiser sur l’énergie et préserver son environnement naturel.


Conception maison bioclimatique passive



La conception d’une maison bioclimatique passive passe par plusieurs étapes. Il y a tout d’abord le choix du terrain où elle sera bâtie. Un endroit ensoleillé, mais à l’abri du vent serait l’idéal. Un terrain en pente ou une construction semi-enterrée fera profiter la maison bioclimatique passive de la circulation naturelle de l’air. En outre, elle profitera aussi de la fraicheur et de la chaleur du sol.



Construction maison bioclimatique passive



Pour la construction, le propriétaire réalisera une économie importante sur l’investissement et l’énergie en choisissant un plan de maison bioclimatique passive compact. Elle devra être bâtie sur un terre-plein fait de lit de cailloux de différentes tailles recouvert d’une dalle sèche pour être en harmonie avec le sol. La façade de la maison bioclimatique passive, faite de larges vitrages, devra être tournée vers le sud afin de capter les rayons solaires.

 

Par contre, les chambres seront orientées vers l’est pour être face au lever du soleil. Pour protéger l’habitation contre les vents, les dépendances comme le garage, la buanderie, le grenier, etc. devront être placées au nord. Aucune ouverture ne sera réalisée dans cette partie de la maison. Par contre, elle sera réduite à l’est et à l’ouest. La toiture située du côté des vents dominants devra être basse tandis que celle au-dessus des baies vitrées sera débordante en prévision des grosses chaleurs en été. En récupérant, stockant et filtrant l’eau de pluie dans une cuve enterrée, le propriétaire disposera de toute l’eau nécessaire pour alimenter le lave-linge, les toilettes et l’arrosage de son jardin.

 
Matériaux maison bioclimatique



Une maison bioclimatique passive devra être construite avec des matériaux d’origine naturelle ou recyclés. Ils doivent préserver aussi bien la santé que l’environnement. Le bois, combiné avec un isolant thermique naturel, est totalement indiqué pour la construction d’une maison bioclimatique passive.

La végétation entourant la maison bioclimatique passive devra contribuer au confort de l’habitat. Arbres, haies, plantes grimpantes, etc. la protègeront contre la chaleur de l’été et les vents d’hiver tout en purifiant l’air tout au long de l’année. L’existence d’un espace vert autour de la maison empêche le ruissellement des conduits d’évacuation face à un orage.


Prix maison bioclimatique passive

Le prix d’une maison bioclimatique passive n’est pas forcément plus élevé que celui d’une maison traditionnelle. Il tourne autour de 1 700 euros le mètre carré. Il est possible d’obtenir une subvention pour la pose de panneaux solaires et de cuve à eau lors de la construction. L’avantage de ce type de maison est qu’au bout de 10 à 20 ans, le surplus de coûts investi sera amorti grâce aux économies réalisées sur le chauffage.

 

 

Publié dans Habitat

Partager cet article

Eco-construction et harmonie

Publié le par Gerome

eco-construction.jpg

 

Une maison est bien plus qu'un assemblage de matériaux. La chronique de Tristan Lecomte.

 

Quand j'ai décidé de faire construire une maison éco-conçue, j'ai d'abord trouvé une multitude de prestataires et d'architectes qui affichaient ces valeurs. Mais en y regardant de plus près, il n'y avait finalement que très peu d'acteurs réellement engagés dans une démarche d'éco-construction qui tienne la route. L'éco-construction ne se limite pas a faire un bâtiment classique qui consommerait un peu moins d'énergie à la construction ou pour le chauffage. L'éco-construction, c'est repenser intégralement l'habitat dans la manière de le construire et aussi d'y vivre, c'est une démarche holistique. En Thaïlande d'ailleurs, on ne dit pas construire sa maison mais littéralement "faire pousser sa maison". Un très joli terme pour expliquer qu'il s'agit de faire grandir non seulement les murs et le toit mais aussi l'esprit de l'habitat. 


Une maison est bien plus qu'un assemblage de matériaux, c'est un lieu de vie auquel il faut donc prêter un soin particulier. Il faut veiller à l'harmonie de celui-ci avec son milieu. On ne choisira que des matériaux renouvelables et locaux, une architecture qui respecte les codes de construction traditionnels, on trouvera des entrepreneurs locaux pour construire, des sources d'énergie renouvelables pour son fonctionnement, du solaire, de l'éolien, de la géothermie... Au-delà de tous ces critères extérieurs, on pensera à la symbolique des formes, à l'intégration de l'habitat dans son contexte social et environnemental, et même spirituel, sans qu'il ait un caractère forcement religieux. 


On résume cette approche dans ce qu'on nomme le Feng Shui, qui est une intégration de toutes les dimensions et techniques disponibles au service de l'harmonie de l'habitat dans son milieu et pour ceux qui y habitent. Un endroit bien conçu et bien construit procurera un sentiment de bien-être pour ses habitants et rayonnera alentours.

L'architecte que nous avons finalement choisi pour notre maison le résume ainsi: on peut réellement changer le Monde avec l'éco-construction, mais encore faut-il avoir cette approche holistique. Pour lui, être architecte est une vocation au service du bien-être des Hommes dans leur habitat et celui-ci doit passer par l'harmonie intégrale avec la Nature.

 

L'Homme et son habitat pleinement re-harmonisés avec la Nature. Une vision qui devrait faire école dans tous les domaines. C'est ce qu'on appelle, tout simplement, l'écologie: un rapport équilibré entre l'Homme et la Nature.

 

 


Publié dans Habitat

Partager cet article

Les accessoires de nettoyage, ou comment faire le ménage sans détériorer l'environnement

Publié le par Gerome

Il existe plusieurs techniques alternatives, ainsi que des accessoires de nettoyage pour entretenir son habitat sans nuire à l'environnement et surtout à la santé.

Par exemple, une microfibre est une lingette réutilisable fabriquée en fibre synthétique. Les microfibres agrippent la saleté sur toutes les surfaces. Il suffit de les humidifier, sans mettre de détergent. Les microfibres peuvent servir au nettoyage des vitres. Elles sont également très absorbantes et sèchent rapidement une surface propre pour éviter les traces d'eau.

 

Les accessoires de nettoyage sont multiples et nombre de multinationales peuvent développer leur activité grâce à la peur qu'ont les humains des bactéries ou d'un peu de saleté. Le nettoyage de son logis est une tâche quotidienne qui trop souvent nuit à l'environnement et surtout à la santé. Il existe plusieurs techniques alternatives, ainsi que des accessoires pour entretenir son habitat sans nuire à la biodiversité.

 

Éponge

L'éponge est l'accessoire de base pour le lavage. Elle remplace l'essuie-tout pour nettoyer et essuyer. Réutilisable, il en existe des naturelles et des synthétiques.

Les éponges naturelles

L'éponge n'est pas un végétal mais un animal marin. L’éponge commercialisée n’est en fait que le squelette d’une démosponge (Euspongia) qui provient des mers tempérées chaudes. Les Démosponges sont des spongiaires ou éponges. Les éponges sont des animaux invertébrés, sans système nerveux ni tube digestif. Leur corps n’est formé que par deux couches de cellules (ectoderme et endoderme). Ces deux couches cellulaires sont séparées par une couche semblable à de la gelée (mésoglée) dans laquelle de minuscules aiguilles (spicules) qui peuvent être calcaires, siliceuses ou constituées d'une substance cornée (spongine) renforcent et rigidifient la structure. Les spicules sont isolées ou soudées les unes aux autres en une armature rigide. La spongine est flexible. Les éponges du commerce sont composées de spongine.

Sponge.jpg

                                                        éponge naturelle

 

Les éponges végétales

Les éponges végétales peuvent être fabriquées à partir de cellulose de bois.

 

Les éponges synthétiques

Leur fabrication est polluante et énergivore, elles sont faites à base de produits dérivés du pétrole ; de ce fait, elles ne sont pas biodégradables et difficilement recyclables.

 

Entretien

Des bactéries se développent facilement sur des objets humides comme les éponges.

Les éponges vendues en supermarché ont été traitées avec un désinfectant, le triclosan. Le triclosan peut se combiner avec le chlore pour former du chloroforme (probable cancérigène). Le triclosan a été soupçonné de rendre les bactéries plus résistantes. Mais les études menées récemment n'ont pas confirmé ces soupçons.

Les éponges doivent être nettoyées souvent. On peut par exemple utiliser du savon ou du liquide vaisselle, les rincer puis utiliser du vinaigre. On peut également les passer au lave-vaisselle ou au lave-linge. Lorsqu'on ne les utilise pas, on les essore soigneusement et on les pose près d'un radiateur ou d'une fenêtre (ou mieux : un porte savon). La pièce où se trouve l'éponge doit être aérée régulièrement. Lorsqu'une éponge est sèche, les micro-organismes (bactéries, virus ou champignons…) se multiplient et se développent nettement moins.

 

Luffa

Luffa_sponge.jpg

 

Le luffa pousse principalement dans les pays orientaux et dans les pays ensoleillés. C'est une sorte de concombre tropical qui sert à faire des ustensiles cosmétiques. On connaît depuis l'antiquité déjà ses vertus exfoliantes. En ancienne Égypte, il était déjà utilisé pour fabriquer des ustensiles pour le corps mais aussi pour le ménage. Les plus anciens articles de massage connus à l'heure actuelle sont issus de la fibre de luffa. C'est au XVIe siècle que le luffa est introduit en Europe.

Après une maturation de neuf mois, la courge est placée dans l'eau pendant trois jours, elle perd alors sa « peau » verte et ne reste que la fibre. Une fois lavée et séchée, le luffa donne une fibre végétale qui permet de fabriquer des articles exfoliants.


C’est en Égypte que l’on retrouve la meilleure qualité de luffa. Celui qui pousse en Chine donne une fibre moins résistante, qui se dissout peu à peu dans l’eau et dont l’effet est peu exfoliant. Le luffa égyptien fournit en revanche une fibre résistante, qui gonfle et devient souple une fois mouillée. Elle permet une exfoliation douce mais très efficace. C’est pourquoi elle est très recherchée et utilisée dans les salons d’esthétique, les spas et les centres de santé.

Utilisé régulièrement, il tonifie la circulation, exfolie l’épiderme et adoucit la peau. Commencer le massage par les pieds en remontant vers le haut et toujours masser en mouvements circulaires en direction du cœur. Le luffa doit être bien rincé et bien séché. Il est lavable en machine à 60°.

 

Microfibre

Une microfibre est une lingette réutilisable fabriquée en fibre synthétique. Les microfibres agrippent la saleté sur toutes les surfaces. Il suffit de les humidifier, sans mettre de détergent. Les microfibres peuvent servir au nettoyage des vitres. Elles sont également très absorbantes et sèchent rapidement une surface propre pour éviter les traces d'eau. Un coup de microfibre évite les traces de gouttes d'eau sur les robinets. On trouve des lavettes, des lingettes pour la poussière et des serpillères en microfibre. Elles sont lavables en machine.

 

 


Publié dans Habitat

Partager cet article

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>