31 décembre 2016 6 31 /12 /décembre /2016 11:10
Environnement : les bonnes nouvelles du 1er janvier

Interdiction de pesticides dans les espaces verts. L’utilisation des produits phytosanitaires est interdite pour l’Etat et les collectivités territoriales dans l’entretien des espaces verts, des promenades, des forêts et des voiries en vertu d’un amendement adopté avec la loi de transition énergétique de juillet 2015. Les pesticides, fongicides et insecticides sont par ailleurs interdits à la vente libre.

 

Sacs plastiques bannis pour fruits et légumes. Après les sacs de caisse à usage unique au 1er juillet 2016, les sacs ultrafins utilisés pour les fruits et légumes sont bannis à compter du 1er janvier 2017. Après cette date, il faudra les remplacer par des sacs en papier ou des sacs qui sont à la fois «biosourcés» et «compostables de manière domestique», selon le décret paru en mars 2016. Plusieurs industriels se positionnent sur ce marché : Basf, Carbios, Sphère, Novamont, etc.

 

Pièces détachées d’occasion chez les garagistes. Dans le but de favoriser le recyclage, les garagistes auront le devoir de proposer aux automobilistes des pièces détachées de rechange d’occasion pour toute réparation. Cette disposition devrait faire baisser la facture des dépannages.

 

Travaux d’isolation thermique obligatoires en cas de travaux de rénovation. Pour lutter contre la mauvaise isolation de 20 millions de logements en France, les travaux de rénovation des bâtiments (ravalement de façades, réfection de toitures ou aménagement de locaux pour les rendre habitables) devront obligatoirement s’accompagner de travaux d’isolation thermique.

 

Le crédit d’impôt cumulable avec l’éco-prêt. Pour la réalisation des travaux de rénovation énergétique, le crédit d’impôt transition énergétique est désormais cumulable avec l’éco-prêt à taux zéro (PTZ).

 

Hausse marginale de la TICPE. La Taxe intérieure de consommation sur les produits pétroliers (TICPE), qui s’applique à tous les carburants, augmentera d’un centime par litre de gazole et diminuera d’un centime par litre d’essence, pour réduire l’avantage tarifaire du gazole, cancérogène. En revanche, comme l’indique l’association UFC-Que choisir, ces évolutions seront peu visible des automobilistes «dans un contexte de hausse générale des produits pétroliers».

Published by Notre Terre - dans Les bonnes nouvelles
commenter cet article
18 octobre 2016 2 18 /10 /octobre /2016 20:07
EDF va arrêter cinq réacteurs d’un parc nucléaire français déjà en souffrance

 

 

Les ennuis s’accumulent pour EDF: alors qu’un tiers environ de son parc nucléaire français est déjà à l’arrêt, le groupe va être contraint de stopper cinq réacteurs supplémentaires, en raison d’une anomalie dans la composition de l’acier d’équipements clefs.

En juin, l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) avait demandé à EDF de mener des essais complémentaires sur les générateurs de vapeur équipant 18 réacteurs, potentiellement affectés par le même défaut que celui touchant le couvercle et la cuve de l’EPR en construction à Flamanville (Manche).

 

Certains fonds primaires de ces générateurs - c’est-à-dire leur partie basse - fabriqués par Areva au Creusot (Saône-et-Loire) ou par JCFC au Japon selon des normes en vigueur différentes au moment de leur fabrication, pourraient présenter une zone de concentration importante en carbone, qui affaiblit leurs propriétés mécaniques.

Suite à des contrôles de certains réacteurs déjà arrêtés, «l’ASN a prescrit à EDF de réaliser, sous trois mois, des contrôles complémentaires sur certains fonds primaires de générateurs de vapeur de 5 de ses réacteurs dont l’acier est affecté par une concentration élevée en carbone», a expliqué le régulateur, ce qui «nécessitera la mise à l’arrêt des réacteurs concernés».

 

Il s’agit des réacteurs de Civaux 1 (Vienne), Fessenheim 1 (Haut-Rhin), Gravelines 4 (Nord) et du Tricastin 2 et 4 (Drôme.

En tout, parmi les 18 réacteurs passés au crible pour s’assurer de leur fiabilité, six ont déjà pu être reconnectés au réseau. Pour sept autres (Tricastin 1 et 3, Bugey 4, Dampierre 3, Gravelines 2, Saint-Laurent-des-Eaux B1, Civaux 2), les contrôles ont été réalisés ou sont en cours.

C’est à la suite de la détection d’anomalies «sérieuses» liées à l’excès de carbone sur quatre de ces sept réacteurs à l’arrêt que l’ASN a décidé d’accélérer l’audit sur les cinq encore en fonctionnement et restant à contrôler, a expliqué à l’AFP le président de l’ASN, Pierre-Frank Chevet, sans forcément attendre leur arrêt programmé comme ce fut le cas pour les autres.

 

- Redémarrage espéré avant l’hiver -

«Afin d’assurer l’information des parties prenantes sur les décisions prises», la ministre de l’Energie Ségolène Royal a dit dans un communiqué avoir «proposé au président de l’ASN que la présentation des éléments ayant fondé la décision annoncée aujourd’hui soit à l’ordre du jour de la prochaine réunion du Haut comité pour la transparence et l’information sur la sûreté nucléaire (HCTISN).

EDF se veut lui rassurant. «Nous avons envoyé un dossier technique, en date du 7 octobre, qui justifie le fonctionnement en toute sûreté» de ces 12 réacteurs, a expliqué un porte-parole lors d’une conférence téléphonique.

Pour Greenpeace toutefois, «la confiance est rompue avec EDF et c’est à l’ASN de procéder aux contrôles des pièces défectueuses sur l’ensemble des concernés par des anomalies».

 

A l’exception de Tricastin 4 dont l’arrêt était déjà prévu dès le week-end prochain pour rechargement du combustible, les quatre autres seront stoppés en novembre ou décembre pour «trois ou quatre semaines», au lieu de 2017 comme prévu initialement.

«Notre objectif est de les redémarrer, comme les sept autres, avant la fin de l’année», a indiqué le porte-parole, de façon à les rendre disponibles pour la période principale de chauffe qui débutera avec l’arrivée de l’hiver.

Il n’empêche, ces nouveaux arrêts constituent une nouvelle tuile pour EDF alors qu’une vingtaine de ses 58 réacteurs français étaient hors service mardi, selon le site internet de RTE, le gestionnaire du réseau électrique à haute tension.

 

Certains le sont pour des maintenances planifiées, d’autres pour des problèmes qui nécessitent leur arrêt prolongé au moins jusqu’en 2017. Le réacteur 2 de Fessenheim, dont EDF espère le redémarrage en mars prochain, a ainsi été stoppé en raison d’une irrégularité sur la virole basse d’un générateur de vapeur.

Ces indisponibilités ont déjà conduit à «une hausse brutale» des prix de gros de l’électricité depuis mi-septembre, selon la Commission de régulation de l’énergie (CRE), alors que l’atome produit environ trois quarts de l’électricité en France.

 

Elles ont en outre poussé EDF à réduire fin septembre certains objectifs, alors que le groupe est déjà confronté à d’importants défis financiers qui l’ont conduit à programmer une augmentation de capital de 4 milliards d’euros avec le soutien de l’Etat français, son actionnaire principal. Ces nouveaux objectifs ont été confirmés mardi.

Published by Notre Terre - dans Les bonnes nouvelles
commenter cet article
29 janvier 2015 4 29 /01 /janvier /2015 16:16

Communiqué de Presse de l'association Robin des Toits


Loi ABEILLE

 

laurence-abeille.jpgLa députée EELV Laurence Abeille

 

La loi votée ce jeudi 29 janvier 2015 permet d'introduire un peu plus de transparence et de démocratie dans le développement des nouvelles technologies. Elle ouvre la voie à une réduction de l'exposition de la population aux radiofréquences (classées cancérigènes possibles par l'OMS - Organisation Mondiale de la Santé) ; elle met en place une instance de dialogue réunissant les parties prenantes ; elle incite à l'usage du "kit mains-libres" ; elle interdit le WIFI dans les crèches ; elle interdit la publicité sur la téléphonie mobile en direction des enfants ; elle demande un rapport sur l'électro-hypersensibilité.   

 

C'est peu par rapport à l'ambition initiale de la proposition de loi de Laurence Abeille (EELV). C'est pourtant une première avancée qui a une grande portée symbolique dans un contexte où le lobbying industriel a été spectaculaire contre ce texte de loi - le parcours législatif de ce texte a pris plus de 2 ans ! 

Robin des Toits attend une promulgation rapide de cette loi pour qu'elle entre en application le plus rapidement possible.

 

Robin des Toits s'inquiète du niveau de désinformation de certains élus pourtant censés "représenter la nation", leur frénésie pour le "tout connecté" quelles qu'en soient les conséquences sanitaires, et souligne paradoxalement leur déconnexion d'avec le terrain, d'avec le dossier et d'avec la réalité des connaissances scientifiques...

 

Robin des Toits félicite les parlementaires qui ont permis l'adoption de cette loi - au premier rang desquels il faut citer Laurence Abeille, auteure et rapporteure de cette loi -  et les encourager à poursuivre dans cette voie.

 

Cette loi est tout simplement une première au niveau Européen !

Published by Notre Terre - dans Les bonnes nouvelles
commenter cet article
29 janvier 2015 4 29 /01 /janvier /2015 07:57

respect-animal.jpg

Le Parlement a reconnu aux animaux la qualité symbolique d'« êtres vivants doués de sensibilité », dans un projet de loi de modernisation et de simplification du droit adopté définitivement mercredi 28 janvier par l'Assemblée nationale.


Vu le désaccord persistant entre Sénat et Assemblée sur plusieurs dispositions, dont le statut des animaux, mais aussi des dispositions plus techniques sur la réforme du droit des obligations et des contrats, les députés avaient le dernier mot sur ce texte.

Tous les groupes ont voté pour, à l'exception de l'UMP, qui a voté contre, et du Front de gauche, qui s'est abstenu. Cette mesure « fait planer des menaces graves et sérieuses sur les filières agricoles de l'élevage », a vainement plaidé le député UMP Marc Le Fur.


 DES « BIENS MEUBLES » AUX « ÊTRES DOUÉS DE SENSIBILITÉ »


Cet amendement satisfait une demande de la fondation 30 millions d'amis, qui avait lancé il y a deux ans une pétition pour obtenir une modification du code civil qui considérait jusqu'ici les animaux comme des « biens meubles ».

En octobre, lors d'un vif débat, les députés avaient voté l'article alignant le Code civil, qui considère les animaux comme « des biens meubles », sur les Codes pénal et rural qui les reconnaissent déjà comme « des êtres vivants et sensibles ».


La mesure avait alors été critiquée aussi bien par certains défenseurs des animaux, qui estiment qu'elle est dénuée de portée pratique, que par la FNSEA, principal syndicat agricole, qui craignait qu'elle « ne [remît] en cause la pratique de l'élevage ». Mais le principal syndicat agricole français a finalement vu dans la rédaction du texte un moindre mal, car les animaux n'ont pas été dotés d'une nouvelle catégorie, entre celle des hommes et celle des biens, comme l'avaient demandé une vingtaine d'intellectuels en 2013.

 

Le Monde


 

 
Published by Notre Terre - dans Les bonnes nouvelles
commenter cet article