les bonnes nouvelles

Sud-Aveyron : 32 000 litres de glands prêts à repeupler les forêts françaises

Publié le par Notre Terre

L'Aveyron a fourni cette année 80 % de la récolte nationale de glands.

chêne-pubescent

Dans l’objectif de conserver le chêne pubescent pour reconstituer des peuplements dépérissants face aux changements climatiques, une récolte a été organisée entre les mois de septembre et d’octobre dernier sur les communes de l’Hospitalet-du-Larzac, Nant, le Viala-du-Tarn et Montjaux.

L'Aveyron peut faire face à la demande

Ce ne sont pas moins de 32 000 litres de glands qui ont été récoltés sur les 40 000 litres attendus au niveau national. Soit une récolte nationale à 80 % aveyronnaise. Avec quelque 280 000 hectares de forêts, soit plus de 31 % de sa surface, l'Aveyron peut faire face à la demande.
"35 ans que je récolte des graines"

Didier Desseaux, technicien forestier de l’ONF, spécialisé dans la récolte de graines forestières, prend sa retraite ce mois-ci et est fier de terminer en beauté : "Cela fait 35 ans que je récolte des graines en tant que maître d’œuvre et on n’a jamais fait de moisson de cette ampleur ! On s’est même trouvé en difficulté face à ces peuplements très fructifères !"

Cette année exceptionnelle s’explique par des conditions climatiques très favorables, notamment au moment de la floraison puis de la fécondation des arbres. Plus les végétaux sont stressés par de fortes chaleurs, plus ils vont fructifier pour préserver la pérennité de l’espèce.

Un travail titanesque

C’est sur les préconisations de la cellule de recherche de l’ONF, en partenariat avec l’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (Inrae), qu’il est apparu que le chêne pubescent – aussi appelé chêne blanc – avait des capacités d’adaptation particulièrement intéressantes pour repeupler des bois où d’autres espèces n’auraient pas survécu aux changements climatiques. Ce travail titanesque mené ici, servira à repeupler des forêts du Grand-Est et de la Bourgogne-Franche-Comté.

En France en effet, le taux de mortalité des arbres, en volume, a augmenté de 54% entre 2011 et 2021. Paradoxalement, avec 17,1 millions d'hectares forestiers, la forêt française a augmenté de 21 % depuis 1985. Les glands de l'Aveyron y sont peut-être pour quelque chose...

Partager cet article

Climat : Emmanuel Macron annonce le retrait de la France du Traité sur la charte de l’énergie

Publié le par Notre Terre

Bonne nouvelle pour le climat :

Le texte, adopté en 1994, est jugé par plusieurs instances, notamment le Haut conseil pour le climat, comme incompatible avec les objectifs de l’accord de Paris.

Sortie-historique-du-traite-sur-lenergie

Pour ce principal motif, la France va se retirer du Traité sur la charte de l’énergie (TCE), a annoncé Emmanuel Macron, ce vendredi, à l’issue d’un sommet du Conseil européen, à Bruxelles, relate France info. « La France a décidé de se retirer du traité sur la charte de l’énergie, ce qui était un point important demandé par beaucoup », a déclaré le chef d’État en marge d’un sommet européen à Bruxelles.

Le Traité sur la Charte de l’Énergie (TCE) est un accord international de commerce et d’investissement visant à promouvoir la coopération dans le secteur de l’énergie. Il a été signé par la France en 1994 puis ratifié en 1999. Ce traité est censé s’appliquer encore vingt ans après le retrait d’un pays signataire.
Jugé incompatible avec l’accord de Paris

L’UE a obtenu en juin que soit réformé le méconnu TCE, trop protecteur des énergies fossiles. Mais le compromis est jugé insuffisant par les ONG, qui demandent aux Européens de s’en retirer. Dans un avis rendu mercredi soir, le Haut conseil pour le climat (HCC) leur a donné raison : « Aucun des cas de figure possibles à l’issue du quinzième cycle de négociation (…) ne permettra aux parties signataires de s’engager sur une trajectoire de décarbonation de leurs secteurs énergétiques respectifs à l’horizon 2030 et à la hauteur de l’ambition de l’Accord de Paris », a affirmé cette instance consultative indépendante française.

Signé au sortir de la Guerre froide, le TCE vise à offrir des garanties aux investisseurs dans les pays d’Europe de l’Est et de l’ex-URSS. Réunissant l’UE et 52 pays, il permet à des entreprises de réclamer, devant un tribunal d’arbitrage privé, des dédommagements à un Etat dont les décisions affectent la rentabilité de leurs investissements, même lorsqu’il s’agit de politiques pro-climat. Cas emblématique : après l’adoption d’une loi néerlandaise bannissant le charbon d’ici 2030, l’énergéticien allemand RWE réclame 1,4 milliard d’euros à La Haye pour compenser ses pertes sur une centrale thermique.

Avant la France, les Pays-Bas ont déjà annoncé mercredi qu’ils quitteraient le traité, tout comme l’Espagne et la Pologne précédemment. La Russie s’est déjà retirée du traité en 2009, suivie de l’Italie en 2015.

Publié dans Les bonnes nouvelles

Partager cet article

Haute-Loire : un éleveur inquiet pour la santé de ses vaches coupe l'alimentation d'une antenne relais

Publié le par Notre Terre

Frédéric Salgues- vaches

Une action pour couper l'antenne relais 4G soupçonnée d'affecter la santé d'un troupeau de vaches en Haute-Loire a été menée jeudi au lendemain d'une décision du Conseil d'Etat retoquant sa désactivation , a-t-on appris auprès de l'éleveur concerné.

"En fin de matinée, on a tombé le disjoncteur. On n'a rien cassé, on a simplement coupé car ce n'est plus tenable", a déclaré à l'AFP Frédéric Salgues, éleveur à Mazeyrat d'Allier, un village de Haute-Loire. Plusieurs dizaines de personnes, dont le maire du village, étaient présentes en soutien à cette action destinée à voir si l'état des vaches s'améliore quand l'antenne est désactivée, a souligné l'éleveur.

La santé des vaches nettement détériorée

Frédéric Salgues assure en effet que la santé de son bétail s'est détériorée et que la production de lait a chuté depuis l'installation de cette antenne 4G en juillet 2021, à environ 200 mètres de son exploitation. Il assure également avoir perdu une cinquantaine de bêtes sur 200. Le tribunal de Clermont-Ferrand avait ordonné le 23 mai la désactivation de l'antenne pour deux mois, pour permettre la poursuite de l'expertise judiciaire. La décision donnait trois mois à l'État et aux opérateurs (Bouygues Télécom, Free, SFR et Orange) pour stopper son fonctionnement.

Le Conseil d'Etat a annulé mercredi cette décision, relevant une "erreur de droit" et estimant que le tribunal administratif n'avait "pas caractérisé l'existence d'un péril grave". L'éleveur, lui, n'a aucun doute: "s'ils viennent la remettre en fonctionnement, on sera obligé d'arrêter et il y aura des vies sacrifiées", a-t-il dit.

15% à 20% de production de lait en moins

Lors de l'audience à Clermont Ferrand, l'expert judiciaire avait souligné que "ce cheptel fait partie des 10% à 20% meilleurs du département" et qu'il n'avait "pas d'éléments médicaux pour expliquer la chute brutale de la production de lait, de 15% à 20%, dans les jours qui ont suivi la mise en place de l'antenne". Les avocats des opérateurs avaient de leur côté mis en avant l'absence d'élément scientifique liant la santé des vaches aux champs électromagnétiques.

Pour l'avocat de l'éleveur, Me Romain Gourdou, la décision du conseil d'Etat a été "une grande déception". "Le simple fait de rechercher la vérité ne nous est pas permis", a-t-il dit en indiquant étudier d'autres recours. Cette décision "ne doit pas être surinterprétée : elle ne signifie ni le règlement, ni la fin du litige" et il est "indispensable que l'expertise judiciaire prescrite par le tribunal judiciaire puisse aller à son terme" a pour sa part estimé Jean-Noël Barrot, ministre délégué chargé de la Transition numérique, dans une déclaration écrite.

Partager cet article

Pour les ninjas écolos, prière d’éteindre la lumière en fermant le magasin

Publié le par Notre Terre

Allier l’utile à l’agréable, telle est la devise du collectif On the Spot Parkour qui a trouvé une mission d’utilité publique pour ses acrobaties urbaines: couper le courant des boutiques qui restent éclairées toute la nuit.

on the spot parkour Paris

Monoprix, Franprix, Lévis, Bershka mais aussi Dior et Rolex. Au cœur de la nuit, grande distribution, fast fashion et marques de luxe ne se gênent pas pour laisser leurs vitrines rutilantes baigner dans la lumière artificielle. Un constat qui agace le collectif On the Spot Parkour - du nom de cette pratique sportive qui consiste à franchir des obstacles urbains par des mouvements fluides et agiles - et dont les membres s’emploient à éteindre les enseignes lumineuses des commerces. Pour ces jeunes, de 16 à 36 ans et qui ne connaissent du vertige que le nom, le but est d’atteindre les interrupteurs incendie des magasins, souvent placés à quelques mètres de hauteur sur les façades. Une fois ceux-ci actionnés, les vitrines plongent dans le noir. L’objectif des sportifs ? Joindre «l’utile à l’agréable», comme le résume Kevin Ha, l’un des adeptes de Parkour.

30 % d’économies d’énergie

Kevin, Hadj, Emeric… Ils sont sept ou huit à s’être donné rendez-vous à minuit et demi ce vendredi soir, du côté de Châtelet-Les Halles, dans le très animé centre de Paris. Une fois tous les membres réunis, le groupe s’engage dans les rues et repère très vite une première enseigne à éteindre. Hadj, 21 ans, tout sourire, prend de l’élan et s’élance sur la façade pour atteindre l’interrupteur d’un magasin de baskets, à trois mètres de hauteur. Raté, la vitrine reste illuminée. Pas de quoi démotiver les jeunes, qui, enceinte et musique populaire sous le bras, réussiront à éteindre une petite dizaine d’enseignes tout au long de la soirée. En une nuit, les membres du collectif peuvent en éteindre 60. Impossible de savoir précisément quel pourcentage d’énergie économisée cela représente. L’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) estime tout de même que 30 % d’économies d’énergie pourraient aisément être réalisées sur l’éclairage public dans son ensemble, soit 1,6 TWh d’électricité ou encore 175 000 tonnes de CO2.

Hors-la-loi, ces ninjas écolos ? Les commerces ont pour obligation d’éteindre leurs enseignes lumineuses «au plus tard une heure après la cessation de l’activité, et sont rallumées à 7 heures du matin au plus tôt ou une heure avant le début de l’activité si celle-ci s’exerce plus tôt», selon un Arrêté du 27 décembre 2018 relatif à la prévention, à la réduction et à la limitation des nuisances lumineuses. Même chose pour les éclairages de vitrines qui doivent être «éteints à une heure du matin au plus tard ou une heure après la cessation de l’activité si celle-ci est plus tardive». Faute de contrôles - ou d’intérêt pour la question ? - ces obligations, respectivement consignées par un décret de 2012 et cet arrêté, sont très peu suivies. La ministre de la Transition énergétique, Agnès Pannier-Runacher, a déclaré vouloir renforcer ces lois déjà existantes à travers le plan sur la sobriété énergétique, attendu pour la rentrée. L’Association nationale pour la protection du ciel et de l’environnement nocturnes (Anpcen) déplore un manque total de communication sur les contrôles et les sanctions prises depuis les premiers textes de loi.

Santé humaine

«Les passants s’arrêtent, certains nous applaudissent, d’autres proposent de nous aider. Une fois, un policier nous a même demandé de faire un salto arrière. Certains agents ne connaissent pas la loi, mais nous n’avons jamais eu de problème», s’amuse Kévin Ha. C’est dire si leur démarche fait l’unanimité. «Je pense que c’est le côté acrobate, bienveillant et surtout dépolitisé de notre démarche qui permet de rassembler si largement», veut croire le jeune homme. Selon l’Anpcen, 52 % des Français désignent les enseignes et publicités lumineuses comme première source de nuisances lumineuses et 84 % se disent favorables à leurs extinctions aux heures creuses.

Au-delà de l’évident bon sens en matière de sobriété énergétique, l’action du collectif est également bien plus bénéfique que ne le soupçonnent ses jeunes membres. Chez les militants d’Europe Écologie-Les Verts de Paris Centre, on déplore une pollution lumineuse liée aux enseignes «particulièrement significative» dans les quatre premiers arrondissements de la capitale, où il y a 82 commerces pour 1 000 habitants contre 28 en moyenne à Paris.

Une source de pollution aux conséquences majeures - et souvent méconnues - sur la santé humaine.

En effet, la pénétration d’une source de lumière artificielle extérieure dans l’habitation trouble le sommeil et entraîne des effets néfastes sur l’organisme. La disruption du rythme circadien (l’horloge biologique) peut entraîner à long terme : fatigue persistante, troubles du sommeil jusqu’à l’insomnie chronique, troubles de l’humeur jusqu’à la dépression, troubles de l’appétit, diminution des performances cognitives et physiques et de la vigilance. Ainsi, dans le rapport Pollution lumineuse et santé publique publié en 2021, l’Académie nationale de médecine demande aux pouvoirs publics de considérer la lumière artificielle nocturne et les écrans comme perturbateurs endocriniens.

Face à ces enjeux, Anne Souyris, adjointe à la maire de Paris en charge de la santé environnementale et de la lutte contre les pollutions salue l’action du collectif On the Spot. «Il y a trois leviers sur lesquels nous devons travailler : les enseignes lumineuses, en appliquant mieux la réglementation existante, déjà peu contraignante, la pub et les écrans numériques, dont on n’a absolument pas besoin la nuit et l’éclairage des rues, qu’il faut maintenir pour des raisons de sécurité mais mieux organiser.»

Biodiversité

La pollution lumineuse est également «désastreuse pour la biodiversité», indique Christophe Najdovski, adjoint à la maire de Paris en charge des espaces verts et de la biodiversité. Par exemple, la lumière artificielle est la seconde cause d’extinction des insectes après les pesticides. Cet éclairage a également un impact sur les oiseaux qui nichent aux alentours et la flore, en retardant la chute des feuilles et en perturbant la germination. Si les zones très urbanisées comme le centre de Paris sont compliquées à plonger dans le noir, Christophe Najdovski le promet, les efforts sont portés sur les espaces verts, pour créer des corridors d’obscurité totale. En attendant une meilleure réglementation, l’application Dans ma rue permet aux Parisiens de signaler les commerces qui ne respecteraient pas l’obligation d’extinction des enseignes lumineuses. Les professionnels risquent ainsi 150 euros d’amende, un montant qui peut grimper jusqu’à 750 euros en cas de récidive dans la même année.

Pour Christophe Najdovski aussi, l’action de ces jeunes est «salutaire». «Quelque part, ça montre la faiblesse de la police de l’environnement en France.» Une action citoyenne donc, contre une pollution qui ne devrait plus exister aux yeux de la loi.

Publié dans Les bonnes nouvelles

Partager cet article

Climat : Paris et d'autres grandes villes du monde appellent à la "mobilisation générale pour bâtir des sociétés écologiques et solidaires"

Publié le par Notre Terre

anne-hidalgo

 "Territoires les plus vulnérables face aux dérèglements climatiques, premières émettrices de gaz a effet de serre, les villes sont aussi en première ligne pour protéger leurs populations et leur santé", affirme "Le manifeste d'Abidjan pour le climat" signé par plusieurs grandes villes, dont Paris, à Abidjan samedi 2 juillet.

Un appel contre le dérèglement climatiques. Réunis à Abidjan, en Côte d'Ivoire, plusieurs dizaines de maires de grandes villes du monde ont appelé samedi 2 juillet à "la mobilisation générale" contre ce qui, selon eux, les affecte tout particulièrement.

"Territoires les plus vulnérables face aux dérèglements climatiques, premières émettrices de gaz a effet de serre, les villes sont aussi en première ligne pour protéger leurs populations et leur santé", affirme "Le manifeste d'Abidjan pour le climat", que les maires ont signé après la tenue de la première "COP des villes" dans la capitale économique ivoirienne.

Ils "réaffirment ensemble la nécessité absolue pour leurs populations d'une action climatique déterminée qui, à la fois anticipe les chocs et se conjugue avec des besoins sociaux toujours plus importants". Ils appellent en conséquence "à la mobilisation générale pour bâtir des sociétés écologiques et solidaires".

Pour y parvenir, ils s'engagent pour leur part "à accélérer leurs coopérations décentralisées dans le cadre de leurs jumelages, de leurs accords, ou via les programmes et les réseaux dont elles (les villes) sont membres, à les rendre 100% compatibles" avec l'Accord de Paris sur le climat qui prévoit la limitation du réchauffement climatique d'ici la fin du siècle "et à veiller à ce que tous les projets financés présentent des co-bénéfices pour le climat".
Prochaine COP27 en novembre

Ils s'engagent en outre "à publier régulièrement les résultats de leurs avancées et à venir les présenter lors de la journée des villes à la COP27". La COP (conférence des parties) désigne la réunion annuelle des Etats pour fixer les objectifs climatiques mondiaux. La prochaine COP dite COP27, est prévue à Charm el-Cheikh en Egypte en novembre.

Les signataires du manifeste d'Abidjan demandent également aux "Etats de reconnaître le rôle majeur, indispensable, des villes dans la mise en oeuvre d'un développement économique soutenable" et "d'augmenter de manière significative les budgets nationaux soutenant les investissements municipaux favorables au climat". Ils demandent aussi une aide internationale accrue et aux banques centrales et de développement "de faciliter l'accès direct aux financements des projets 'Climat-biodiversité' des villes".

Parmi les villes soutenant ce manifeste, figurent celles de Paris, Abidjan, Niamey, Montréal. Dans une intervention à la "COP des villes", Monique Olivier, présidente du comité exécutif de la ville de Montréal, a noté que la population des villes pourrait augmenter de "15% d'ici 2050".

Selon elle, "il faut être capable de repenser les espaces urbains" en prenant en compte leurs dimensions "écologique, économique et sociale", en coordination entre "élus et citoyens".

Publié dans Les bonnes nouvelles

Partager cet article

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>