les bonnes nouvelles

Bonne nouvelle! Le Paris-Dakar est annulé !

Publié le par Gerome

paris-dakar.jpg
L'annulation du Paris-Dakar pour cause de menaces terroristes est une deception si l'on se place du côté des participants et si l'on a de l'empathie à leur égard, ce qui n'est pas mon cas. Je vois en l'annulation de cette course en plein desert un excellente nouvelle pour l'environnement. Que de co2 qui n'ira pas dans l'atmosphere! Que de detritus qui ne ne seront pas jetés!
Pendant 21 jours le desert est pris d'assaut par toutes sortes d'engins qui terrorisent la faune et qui polluent ces lieux magnifiques. J'aurais aimé qu'on annule le Paris-Dakar pour des raisons purement écologiques mais c'est la peur du terrorisme qui leur a fait prendre cette décision....
Je n'irais pas jusqu'à remercier Al-Quaida, c'est un coup à ce que la DST vienne chez moi et m'embarque!! Mais je suis très heureux, sincèrement très heureux que cette course destructrice n'ai pas lieu et j'aimerais que l'an prochain elle soit aussi annulée mais pour des raisons plus écologiques.
J'ai espoir de voir un monde meilleur où toutes nos décisions seront conditionnées par l'amour de la Nature et par sa protection. Ce devrait être déjà le cas si nous avions atteint un niveau de conscience plus élevé mais sur certains points l'homme reste encore un homme préhistorique.

Publié dans Les bonnes nouvelles

Partager cet article

Plus d'un milliard d'arbres plantés en 2007 sur la terre

Publié le par Gerome

Plantons-pour-la-planete.gif
Plus d'un milliard d'arbres ont été plantés dans le monde en 2007, dépassant les objectifs fixés par l'ONU pour la reforestation de la planète qui doit contribuer à la lutte contre le réchauffement climatique, a annoncé mercredi le Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE).
L'Ethiopie, avec 700 millions d'arbres plantés, et le Mexique (217 millions), arrivent largement en tête du classement des pays qui ont le plus contribué à l'opération, selon un communiqué du PNUE.

Les pays du Tiers-monde, premiers menacés des conséquences du réchauffement climatique dont ils sont les moins responsables, figurent en bonne position dans ce classement.
La Turquie arrive en 3e position avec 150 millions d'arbres plantés, suivie du Kenya (100 millions), de Cuba (96,5 millions) et du Rwanda (50 millions).

La campagne "un milliard d'arbres pour la planète" a été lancée en novembre 2006, à l'initiative de la prix Nobel de la paix 2004, la militante kényane de protection de l'Environnement, Wangari Maathai.
"Nous avions appelé à l'action il y a exactement un an et la réponse a dépassé nos rêves", s'est félicitée Mme Maathai dans le communiqué, en appelant à "continuer le travail pour la planète".
Source : AFP

Publié dans Les bonnes nouvelles

Partager cet article

Bill Clinton invite à la transition vers une économie verte

Publié le par Gerome

Après Al gore avec sa " vérité qui dérange" , c'est au tour de Bill Clinton de monter au créneau en défandant ardamment l'environnement. Pour cela, il fait jouer la corde sensible de l'économie et de son développement grâce aux énergies renouvelables. S'exprimant jeudi dernier à Seattle lors du Sommet sur la protection du climat des maires américains il dresse une vison très positive et réaliste des répercussions économiques qu'engendredrait une utilisation massive des énergies renouvelables.
"La transition vers une économie "verte" est la plus grande opportunité économique qui se soit présentée aux Etats-Unis depuis l'effort de guerre qui a précédé la Seconde guerre mondiale." a déclaré l'ancien chef de la maison blanche.
Ca laisse rêveur.... Cependant une question s'impose : " Qu'est ce qu'on attend?!".
Connaissant la question, j'aurais un début de réponse qui reste à étayer : la peur du changement et de l'inconnu. On a vu des hommes faire les pires choses lorsqu'ils étaient face à l'inconnu, pourtant la révolution économique ne me semble pas dangereuse mais bien au contraire l'humanité pourrait prendre un tournant fantastique aux issus heureuses.
Pourtant, encore beaucoup de personnes restent accrochés à leurs vieux shémas, à leur crainte du changement et préfèrent rester figées en attendant que ça passe.

Et comme pour faire un pied de nez à bush et à son refus obstiné du protocole de Kyoto 700 villes représentant 75 millions d'Américains ont accepté de réduire d'ici 2012 leurs émissions de 7% par rapport aux niveaux de 1990. Le maire de Seattle, Greg Nickels, est en première ligne de ce mouvement.
Et comme je le dis souvent, en tant que superpuissance mondiale ( ça me fait mal aux doigts d'écrire ça), les états-unis se doivent de montrer l'exemple. Le deuxième plus gros pollueur mondial après la chine doit inverser la tendance et nous montrer qu'ils ne savent pas que faire la guerre mais qu'ils savent aussi protéger la Terre qu'ils salissent.

Publié dans Les bonnes nouvelles

Partager cet article

Honda au service de l'environnement

Publié le par Gerome

Après General Motors avec sa pile à hydrogène, Honda nous dévoile son nouveau concept au salon automobile de Tokyo : la Puyo. Une voiture molle recouverte de gel de silicone pour que son toucher soit doux qui n'a d'ailleurs aucun coin ou angle pouvant blesser un quelconque piéton.
… Sous le capot, une pile à combustible consomme de l’hydrogène pour alimenter un moteur électrique et dégager de la vapeur d’eau par le pot d’échappement. 
A l'heure où le baril de pétrole fleurte avec les 100 dollars, il serait temps qu'on s'y mette...
Mais ne nous trompons pas, ce genre d'actions, aussi louables soient-elles, ne sont pas faites par amour de la Terre mais bien par amour du portefeuille.
Alors qu'est ce qui est le plus important? L'intention ou le résultat? En ce qui me concerne, je trouve le résultat plus que réjouissant mais sachant dans quel but ces technlologies se développent ça gache un peu le plaisir.




Publié dans Les bonnes nouvelles

Partager cet article

L'Allemagne, pionnière des énergies vertes

Publié le par Gerome

Quel bon sens ces allemands! Par leur ingéniosité et leur désir de développer les énergies renouvelables, ils nous montrent à quel point nous pouvons nous passer du nucléaire, c'est assurément un exemple à suivre, surtout en france où nous restons dans l'âge du nucléaire, obsolète et dangereux. Lisez plutôt :

maison-bio.jpg
Les éoliennes tournent lentement dans l'azur du Harz, région de l'est de l'Allemagne qui veut à terme recourir exclusivement aux énergies renouvelables, grâce à un système reliant et régulant des centrales d'énergie solaire, éolienne, hydraulique et à base de biomasse.
En ce jour d'automne radieux, les hélices du parc Druiberg fonctionnent à "un centième de leur potentiel maximum", explique le directeur technique, Thomas Radach. Perchées sur des mâts atteignant jusqu'à 160 mètres de hauteur, elles sont au coeur du dispositif énergétique de la ville de Dardesheim.

A quelques kilomètres de là, les toits de la commune d'un millier d'âmes scintillent au soleil: des panneaux photovoltaïques produisent le tiers de l'électricité locale.
"Nous sommes heureux d'avoir dit oui à l'installation du parc il y a 15 ans", se réjouit le maire Rolf-Dieter Kühne sur une placette devant l'école...recouverte de capteurs solaires. "Rien de tel pour associer les générations suivantes à notre concept," s'amuse-t-il.

Un bus passe, il fonctionne au gaz vert issu de la biomasse des champs alentours, dont une centrale extrait le méthane pour en faire de l'électricité.
Chauffage, transports, électricité: à Dardesheim, tout fonctionne à l'énergie propre. Mieux encore, la vente de l'excédent d'énergie --dix fois plus que la consommation locale-- rapporte 50.000 euros par an aux caisses publiques.

Mais, les énergies éolienne et solaire n'étant pas stockables, qu'arrive-t-il quand le vent tombe et le soleil s'efface? A cette inquiétude, la ville a deux réponses: le gaz vert, indépendant de la météo et simple à sauvegarder, et l'énergie hydraulique.
Non loin, à Wendefurth, deux énormes bassins ont été creusés: l'un au sommet, l'autre au pied d'une colline, reliés par une pompe activée par l'excédent d'électricité produite, par exemple la nuit quand le vent continue à souffler alors que les habitants dorment.

Lorsque le temps ne permet pas de répondre aux besoins, on ouvre les vannes de la citerne supérieure pour que la descente d'eau dans la vallée fasse tourner les turbines.
Le système de Dardesheim prévoit aussi une participation active des utilisateurs, grâce à un outil électronique les aidant à consommer à bon escient: attendre que le vent se lève pour lancer une machine à laver par exemple.

"Dans ces moments, le prix est moins élevé," explique le président du parc Druiberg, Heinrich Bartelt.
A terme, le concept doit être étendu à l'ensemble du Harz et profiter à ses 250.000 habitants. Dans cette perspective, l'Institut de technique d'énergie solaire (ISET) de l'Université de Kassel (centre) développe un projet permettant de relier entre elles les centrales de la région.

L'idée a été reprise pour un projet pilote destiné à être appliqué un jour à l'ensemble de l'Allemagne, dont les énergies vertes assurent aujourd'hui 12% de l'électricité: l'"EE - Regenerative Kombikrafwerk" démontre qu'il est possible de relier 36 centrales dispersées à travers le pays pour répondre aux besoins annuels d'une petite ville comme Stade, qui compte 12.000 foyers, soit 1/10.000 de la demande nationale.
Une courbe des habitudes horaires de consommation et les pronostics météo permettent d'adapter à l'avance le dosage entre, d'une part, les quatre sources d'énergie et, d'autre part, les centrales en fonction du temps qu'il fait dans leur région.

"Nous montrons en petit ce qui est possible en grand: une couverture totale, à toute heure", souligne Frank H. Asbeck, président de SolarWorld, initiateur du projet pilote avec les sociétés Enercon et Schmack Biogas.
Selon eux, cet objectif nécessiterait entre 40.000 et 60.000 éoliennes contre 20.000 aujourd'hui, des panneaux solaires sur des millions de toits et un triplement des installations de gaz vert. "C'est cher mais ça a un avantage: la source est intarissable," rappelle M. Schmack.
Source : AFP

sortons.JPG


Publié dans Les bonnes nouvelles

Partager cet article