les bonnes nouvelles

Les hydroliennes de Paimpol mises en services en 2012

Publié le par Gerome

Le premier parc hydrolien de France, implanté au large de l'île de Bréhat (Côtes d'Armor), sera mis en service en 2012. Des précisions ont été apportées la semaine dernière par EDF et les élus concernés.

 

hydrolienne-copie-1.jpg


Le site d'implantation du futur parc hydrolien a été choisi : il s'agit du site de la Horaine, à 8 km au nord de l'île de Bréhat. 3 hectares seront consacrés au projet. A cet endroit, des courants de 3 mètres par seconde en moyenne ont été mesurés, parmi les plus puissants d'Europe.


Les hydroliennes seront fournies par le constructeur irlandais OpenHydro. D'une puissance unitaire de 500 kW, les 4 turbines de 16 m de diamètre seront fixées sur des tripodes métalliques par 35 mètres de fond.

Pour EDF, l'objectif de ce projet pilote est avant tout de mesurer les impacts sur l'environnement, et notamment sur l'importante population de homards.


Le projet représente un investissement de 24 millions d'euros. Le permis de construire sera déposé dans le courant du mois de mars. Il faudra encore attendre deux ans de procédures, dont 8 mois d'enquête publique, avant de voir la première machine tourner, au printemps 2011. Les trois autres devraient la rejoindre un an plus tard.

 

 


Publié dans Les bonnes nouvelles

Partager cet article

La Roumanie renforce sa lutte contre la déforestation

Publié le par Gerome

La Roumanie, qui abrite après la Russie la plus grande superficie de forêts vierges d'Europe, a annoncé son intention de renforcer sa lutte contre le déboisement illégal. Le ministre de l'Environnement estime les efforts aujourd'hui réalisés insuffisants, et souhaite notamment durcir la législation.

 

sous_bois_light.jpg


Le ministre de l'Environnement Laszlo Borbely a annoncé sa volonté d'intensifier la lutte contre la déforestation en Roumanie. Le pays abrite quelque 400.000 hectares de forêts vierges,  principalement réparties sur la chaîne des Carpates. Et si des efforts ont été réalisés pour les préserver de la déforestation illégale, le ministère de l'Environnement les juge insuffisants.


"Je ne suis pas satisfait de la situation en ce qui concerne les coupes illégales d'arbres et de forêts bien que nous ayons fait de nombreuses inspections inopinées", a déclaré Laszlo Borbely, cité par l'agence de presse Mediafax. "Nous ne pouvons pas rester passifs, le changement climatique n'est pas seulement une expression à la mode" a-t-il averti.


Le ministre propose notamment de durcir la législation. Il souhaite ainsi voir les amendes revues à la hausse, et les poursuites pénales étendues. "J'ai proposé qu'il y ait des poursuites pénales dès le vol d'un demi mètre cube de bois et non pas seulement à partir de cinq mètres cubes" a-t-il expliqué, ajoutant que quelque 3.000 dossiers concernant des poursuites pénales pour coupe illégal de bois auraient été ouverts depuis le début de l'année.


Les forêts vierges, ou primaires, ont quasiment disparu d'Europe, et sont de plus en plus rares dans le monde. Il ne reste aujourd'hui presque que des reliques de ces forêts jamais exploitées ni fragmentées, ni influencées par l'homme.

 

 

 

Publié dans Les bonnes nouvelles

Partager cet article

France : un arrêté pour protéger les mammifères marins

Publié le par Gerome

La ministre de l’Ecologie, Nathalie Kosciusko-Morizet, a indiqué jeudi en Corse qu’un arrêté visant à interdire toute perturbation intentionnelle des mammifères marins avait été pris. Ceci concerne les activités humaines, commerciales, scientifiques tout comme de loisirs.

 

mammiferes-marins-391.jpg

Jeudi, au cours d'une visite en Corse, la ministre de l’Ecologie, Nathalie Kosciusko-Morizet a annoncé qu’un arrêté visant à interdire toute perturbation des mammifères marins avait été pris le 1er juillet. Selon les pouvoirs publics, ces animaux attirent en effet de nombreuses activités qui leur sont particulièrement dérangeantes : tourisme (observation des baleines, plongée), activités scientifiques, navigation commerciale (collisions), de plaisance ou certains aménagements en mer.


"Jusqu'à maintenant, vous n'aviez pas le droit de destruction, mais vous pouviez gêner par vos activités. Là, il n'est plus possible de déranger les mammifères marins", a indiqué la ministre citée par l'AFP. Elle explique, "vous n'avez pas le droit désormais de trouver que les baleines c'est formidable et donc d'aller les voir et de les empêcher de vivre. Avant, vous n'aviez pas le droit de les tuer mais vous pouviez avoir une attitude extrêmement agressive à leur égard et donc perturbatrice, pourvu que vous ne les détruisiez pas. Maintenant elles sont protégées au-delà de la simple destruction".


L’arrêté interdit également la dégradation des aires de repos ou d'alimentation de ces animaux, prévoit "l'obligation de déclarer toute capture non intentionnelle" et enfin, interdit toute importation de produits dérivés de phoques, afin de limiter la chasse de ces espèces dans plusieurs pays extra-européens. Selon Mme Kosciusko-Morizet, depuis l'entrée en vigueur de l'arrêté, aucune verbalisation n'a encore été recensée.


Des guides pour protéger le détroit corse


La ministre s'exprimait depuis le détroit des Bouches de Bonifacio, qui vient d’être classé "zone maritime particulièrement vulnérable" par l'Organisation maritime internationale (OMI). Selon elle, grâce à ce nouveau statut, l'OMI pourra bénéficier de mesures de protection particulières, visant notamment à inciter les bateaux transportant des matières dangereuses à embarquer, le temps du passage, un pilote italien ou français connaissant bien les lieux. Le recours à ce "guide" pourrait devenir obligatoire par la suite et cette mesure pourrait intervenir dès 2012, espère la ministre.


Chaque année, le détroit voit passer quelque 4.000 bateaux, dont 10% contenant des matières dangereuses, indique Sciences et Avenir. "Or le détroit est à la fois dangereux, parce que les fonds sont hauts et qu'il y a beaucoup d'îlots, et en même temps il est très fragile d'un point de vue écologique", a encore dit la ministre. "La vraie solution est donc d'avoir un pilote à bord qui connaît le coin".

 

 


Publié dans Les bonnes nouvelles

Partager cet article

Explosion de diversité dans une réserve sous-marine

Publié le par Gerome

En dix ans, le nombre de poissons du parc sous-marin de Cabo Pulmo, au Mexique, a augmenté de 460%. Le mérite en revient à la surveillance menée par les populations locales.

 

pulmo-kayak-15.jpg

Une renaissance inespérée

Le parc de Cabo Pulmo, niché près de la pointe sud de la péninsule de Baja au Mexique, est désormais considéré comme la réserve marine la plus “robuste” du monde selon une étude menée sur dix ans par les scientifiques de la Scripps Institution of Oceanography.

La zone était en déperdition, épuisée par des années de pêche intensive, quand les populations vivant autour ont décidé de créer cette réserve en 1995. “A l’époque nous avons décidé d’aller de l’avant parce que les gens étaient déterminés mais le site n’était pas en bonne santé environnementale” se rappelle Exequiel Ezcurra , Directeur de l’Institut de l’Université de Californie pour le Mexique et les États-Unis.

N’y subsistaient plus que des poissons de taille moyenne. Aujourd’hui “la zone est pleine de grands poissons-perroquets, de mérous, de vivaneaux, elle est aussi occupée par plusieurs espèces de requins. Une augmentation de la biomasse de 463 pour cent dans une réserve aussi importante que Cabo Pulmo (71 kilomètres carrés) représente des tonnes de poissons nouveaux chaque année. Aucune réserve marine dans le monde n’a montré une telle reprise du poisson” s’étonne Octavio Aburto-Oropeza, de la Scripps Institution.

Créatrice de ressources nouvelles

Dans un article publié dans la revue Public Library of Science (PLoS), les chercheurs estiment que cette formidable renaissance doit beaucoup aux populations locales qui ont assuré la surveillance, l’entretien et le respect des règlements du parc.

Une surveillance qui s’avère rentable puisque de nouvelles activités liées à cette embellie apparaissent. L’écotourisme se développe avec notamment des plongées près des récifs coralliens, qui abritent maintenant homards, poulpes, raies ainsi que pleins de poissons de petite taille. En surface, les bateaux sont peu nombreux contrairement aux kayaks loués par les visiteurs.

"Peu de décideurs sont conscients que la taille des poissons et leur abondance peuvent augmenter à l’intérieur des réserves marines à des niveaux extraordinaires en seulement une décennie, une fois la protection établie. Ils ont encore moins nombreux à savoir que ces augmentations se traduisent souvent par des avantages économiques pour les communautés côtières", souligne Aburto-Oropeza. Un exemple comme celui-la devrait assurément les interpeller.

 

 


Publié dans Les bonnes nouvelles

Partager cet article

Des bactéries transgéniques pour nettoyer les eaux polluées par le mercure

Publié le par Gerome

Des bactéries transgéniques pouvant supporter de fortes doses de mercure ont été capables d'en débarrasser leur environnement. Cette avancée pourrait faciliter le nettoyage biologique de zones polluées, selon des scientifiques...


Quelque 6.000 tonnes de mercure sont rejetées chaque année dans l'environnement par les industries chimiques et minières, polluant eaux et sols, selon le Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE). Ce métal, qui peut s'intégrer à la chaîne alimentaire, est très toxique, surtout sous la forme de méthylmercure, pour l'homme et l'animal. Oscar Ruiz et ses collègues de l'Université interaméricaine de Puerto Rico voient dans les bactéries transgéniques qu'ils ont créées «une alternative» aux coûteuses techniques actuelles de dépollution.


Capables de proliférer dans une solution contenant 24 fois la dose mortelle de mercure pour des bactéries non-résistantes, les souches transgéniques ont pu absorber en cinq jours 80% du mercure se trouvant dans le liquide, selon une étude publiée à Londres par BMC Biotechnology, revue scientifique accessible gratuitement sur internet. Les bactéries Escherichia coli ont été rendues résistantes à de fortes concentrations de mercure grâce à l'insertion d'un gène leur permettant de produire de la métallothionéine, une protéine jouant un rôle de détoxification de l'organisme chez la souris. Elles se sont avérées près de deux fois plus résistantes au mercure que d'autres souches que l'équipe avait dotées du gène de l'enzyme polyphosphate kinase.


Une utilisation pour dépolluer les sols n'est pas exclue


Il s'agit, selon les chercheurs, de la «première étude» montrant que la métallothionéine «assure une résistance au mercure et permet son accumulation dans la bactérie» qui l'absorbe. Le mercure récupéré par les bactéries dans les zones polluées pourrait être réutilisé dans de nouvelles applications industrielles, selon l'équipe scientifique.

Les bactéries transgéniques ayant montré, lors de l'étude, qu'elles pouvaient retirer le mercure d'un liquide, «la première et principale application pourrait être de récupérer le mercure dans l'eau et d'autres liquides», a précisé à l'AFP M. Ruiz lors d'un échange par mail. Une utilisation pour dépolluer les sols n'est pas exclue à plus long terme: «nous avons des idées quant à la façon dont cela pourrait marcher», a-t-il noté.


Relevant que les techniques actuelles de dépollution «coûtent de 40.000 à 70.000 dollars par livre» de mercure (100.000 à 150.000 dollars par kg), M. Ruiz estime que le nouveau procédé devrait être «plus abordable». Il serait aussi «moins perturbant pour l'environnement», car la dépollution pourrait être réalisée sur place, sans devoir déplacer les énormes quantités d'eau polluée.


«Dans l'approche que nous envisageons, l'eau peut être pompée in situ dans des colonnes contenant la bactérie modifiée et, une fois nettoyée, l'eau peut retourner sur le site entrainant le minimum de perturbation pour l'écosystème», explique M. Ruiz. Quant aux bactéries transgéniques utilisées, elles sont «sans danger», assure-t-il, et seraient confinées dans les «colonnes de filtration ou bioréacteurs sans pouvoir être relâchées dans l'environnement».

 

 


Publié dans Les bonnes nouvelles

Partager cet article