les bonnes nouvelles

Le désert africain, futur fournisseur d'électricité de l'Europe?

Publié le par Gerome

Plusieurs projets de taille très variables sont dans les tuyaux pour trouver de nouvelles sources d’énergie. Le soleil du désert africain et les énergies marines représentent un beau potentiel pour l’Europe...

 

desert-sable.jpg

Nom de code: Desertec. C’est un des projets d’énergies renouvelables les plus ambitieux au monde. Il s’agit de faire coopérer l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord dans la réalisation de centrales solaires thermiques dans les parties désertiques d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient, et d’éoliennes sur la façade nord-ouest de l’Afrique, afin de produire de l’électricité qui serait exportée vers l’Europe, et des systèmes de désalement d’eau.

 

Ce projet pourrait produire jusqu’à 15% des besoins énergétiques européens. Des études ont démontré qu’en utilisant moins de 0,3% de la surface totale des déserts de la région MENA (Moyen-Orient-Afrique du Nord), on peut produire suffisamment d’électricité et d’eau douce pour répondre à l’augmentation des besoins de ces pays et de l’Europe. Soutenue par une vingtaine d’entreprises allemandes, elle pourrait entrer en service progressivement entre 2020 et 2050. La totalité du projet se chiffrerait à 400 milliards d’euros, le transport d’électricité jusqu’à l’Europe représentant la part la plus importante de ce budget.

La France planche sur les énergies marines

Et les autres énergies renouvelables? Même si elles sont beaucoup moins ambitieuses, de nouvelles technologies vont être testées en France ces prochains mois. Une hydrolienne équipée d’une hélice de 10 mètres de diamètre devrait être installée début 2012 au large de l’île d’Ouessant, dans le Fromveur, courant de marée dont la vitesse peut atteindre 9 nœuds (16km/h). Le générateur de cette hydrolienne fournira jusqu’à 500 MW, sauf durant l’étale de basse et de pleine mer où le courant marin diminue très fortement. A terme trois autres machines devraient rejoindre la première dans le cadre du projet de ferme hydrolienne Eusabella.


EDF suit de près l'ensemble des énergies maritimes. Jean-François Astolfi, directeur de la division hydraulique chez EDF, explique que si la part de l’énergie hydraulique devrait rester relativement stable ces prochaines années «il existe d'autres sources. EDF exploite déjà l’usine marémotrice de la Rance, une réussite depuis plus de quarante ans. Mais il y a peu d’endroits en France pour refaire quelque chose d’aussi bien. Le meilleur reste tout de même le littoral de la Manche ou de la mer du Nord.

 

Les hydroliennes représentent, elles, un beau potentiel de développement à travers le monde, car elles délivrent une énergie certes variable mais prédictible donc gérable. En France le nombre de sites est limité, mais nous allons mettre à l’eau un prototype de 2 MW à Paimpol-Bréhat cet été. S’il donne satisfaction nous pourrons poursuivre l’expérience sur un autre site, plus difficile mais plus important. Notre filiale EDF Energies Nouvelles regarde aussi de près l’énergie des vagues. Mais il faut que la grande industrie s’intéresse à ces technologies nouvelles, d’où l’intérêt de ces démonstrateurs.»


L'Ademe souligne de son côté que l'énergie-bois reste un potentiel important pour la fourniture de chaleur, de même que l'incinération des déchets avec valorisation énergétique, et la géothermie profonde dans certaines régions, comme l'Ile-de-France, où elle pourrait représenter 10% du chauffage des bâtiments collectifs.

 

 


Publié dans Les bonnes nouvelles

Partager cet article

Déforestation : un moratoire entre en vigueur en Indonésie

Publié le par Gerome

Le jeudi 19 mai, un moratoire de deux ans sur les permis de déboisement des forêts équatoriales est entré en vigueur en Indonésie. Annoncée il y a un an afin de lutter contre la déforestation, cette mesure devait être lancée en janvier dernier mais des divergences quant à la nature des forêts à prendre en compte ont repoussé de cinq mois cette entrée en vigueur.

la-deforestation-illegale-2670751.jpg

Ce moratoire a été décidé dans le cadre d'un accord avec la Norvège en mai 2010. Celle-ci a promis de consacrer un budget de un milliard de dollars pour aider le pays à protéger ses forêts. Comme le rapporte Romandie, le président indonésien Susilo Bambang Yudhoyono a signé le décret portant sur la suspension de tous les permis d'exploitation forestière. Une suspension de la conversion de forêts et de tourbières en terres cultivables, qui doit durer deux ans.

 

Les détails de ce moratoire, et notamment les types de forêts concernés, ne sont pas encore connus. Ainsi, si Bustar Maitar, un responsable de Greenpeace Indonésie, salue cette décision, il reste réservé. Si le moratoire ne couvre que les forêts primaires, qui sont déjà protégées, il n'aura aucune utilité, estime en effet l'écologiste.

 

L'Indonésie abrite le troisième bassin de forêts équatoriales du monde, après le Brésil et la République démocratique du Congo. Mais au cours de ces dernières décennies, les surfaces boisées, sacrifiées pour faire place aux cultures de palmiers à huile notamment, ont considérablement diminué. Une déforestation qui concerne tout particulièrement les îles de Bornéo et Sumatra. D'ici à 2020, l'Indonésie a pour objectif de réduire d'au moins 26% ses émissions de gaz à effet de serre. Un engagement qui ne pourra être respecté sans une protection accrue des surfaces boisées, la déforestation étant la principale source d'émission de GES du pays.

 

 

Publié dans Les bonnes nouvelles

Partager cet article

GDF Suez, Vinci et Areva s’allient pour le développement de l'éolien off-shore en France

Publié le par Gerome

Les trois groupes industriels français vont répondre à l'appel d’offres sur l'éolien en mer qui devrait être bientôt lancé…

 

eolienne-offshore


Les groupes GDF Suez, Vinci et Areva ont annoncé ce mercredi 18 mai avoir «signé un accord de partenariat pour créer une filière industrielle de l'éolien en mer compétitive». Cette alliance vise à répondre à l'appel d'offres pour la création de cinq parcs d'éoliens off-shore en France. Annoncé par le président de la République au début de l'année, cet appel d'offres devrait être lancé avant l'été.

Ces parcs au large des côtes françaises devraient générer quelque 6.000 MW d'ici à 2020. Dans le communiqué conjoint des trois groupes, GDF Suez met en avant sa place de «premier producteur éolien en France, avec près de 1.000 MW installés», Areva se présentant comme le «deuxième acteur européen de l'éolien en mer».

 

 


Publié dans Les bonnes nouvelles

Partager cet article

Climat : Schwarzenegger installe le bureau du R20 à Genève

Publié le par Gerome

Fondé par l'ex-gouverneur de Californie Arnold Schwarzenegger, le bureau exécutif du R20 (un groupe de régions) qui veut lutter contre le changement climatique va être installé à Genève en Suisse et commencera son travail cet automne.

Le R20 (R pour régions, 20 pour l'année 2020) représente 30 régions du monde qui s'engagent à prendre des mesures pour éviter une hausse des températures de plus de 2°C par rapport à 1990. Ce groupe, qui veut contribuer à préserver la planète, a été lancé par Arnold Schwarzenegger lors du sommet de Copenhague sur le climat, le 15 décembre 2009.

 

Son bureau exécutif devrait prendre place à Genève en Suisse et être inauguré en novembre prochain, indique l'AFP. "Genève a été choisie par le R20 parce que s'y trouvent une majorité d'agences spécialisées de l'ONU dans le domaine de l'environnement ainsi que de grandes ONG, comme le WWF, l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) et le WEF, mais aussi les banques privées", a expliqué le directeur exécutif du R20, Christophe Nuttall, cité par l'agence de presse.

L'un des buts du R20, rappelle l'AFP, est de faciliter l'accès des régions à l'expertise et au financement dans le domaine de l'environnement. La Charte du R20 a été signée à Sacramento en Californie en novembre 2010.

 

 

Publié dans Les bonnes nouvelles

Partager cet article

L’Allemagne inaugure sa première ferme éolienne offshore

Publié le par Gerome

La chancelière allemande Angela Merkel a inauguré ce lundi le tout premier parc éolien offshore à usage commercial d'Allemagne, selon un photographe de l'AFP.

 

eolien-offshore

Au total, 50.000 foyers devraient être alimentés en électricité grâce aux éoliennes en mer que l'Allemagne vient d'inaugurer. A 16 kilomètres de la terre ferme, en mer Baltique, le parc Baltic 1 comprend 21 éoliennes de 93 mètres de haut et d'une capacité de 2,3 mégawatts (MW), a indiqué leur fabricant, Siemens, dans un communiqué relayé par l'AFP.


Malgré les difficultés d'installation en mer, leur coût très élevé et les incertitudes quant à l'impact sur l'environnement marin, l'Allemagne affiche de grandes ambitions en matière d'éoliennes offshore. En effet, faute de place, l'implantation d'éoliennes terrestres est de plus en plus compliquée.

D'ici à 2030, des éoliennes d'une capacité de production totale pouvant aller jusqu'à 25.300 MW doivent être installées au large des côtes du pays, indique l'AFP. Cela représente 400 à 500 fois le parc inauguré par Angela Merkel ce jour.

 

 


Publié dans Les bonnes nouvelles

Partager cet article