les bonnes nouvelles

Singapore Airlines supprime les magazines à bord

Publié le par Gerome

logo-singapore-airlines.jpg

 

Dans le vide-poche de son siège, le passager voyageant à bord des avions de Singapore Airlines ne trouvera bientôt plus les classiques revues de bord, guides de voyage et catalogues des produits hors taxes imprimés. Ces magazines verront à terme leur version papier disparaître et se liront sur les écrans individuels qui équipent depuis une décennie tous les avions de la flotte. Ce n'est qu'une première étape car la compagnie de Singapour prévoit aussi de proposer la version numérique d'une centaine de magazines, livres et quotidiens aujourd'hui distribués à bord. Les publications indisponibles en version électronique resteront au sol.


Depuis le 31 juillet, ce type de prestation, une première mondiale, est testé pendant un trimestre à bord de deux Boeing 777-300ER. Elle sera ensuite étendue à deux Airbus A380 puis à l'ensemble de la flotte. La migration des contenus est possible grâce au système de divertissement Panasonic eX2 qui équipe tous ces avions. Schématiquement, un serveur informatique, équipé de gros disques durs, distribue au réseau intranet, outre les films, les CD, les programmes de divertissement et les jeux, la version numérique des publications. Ce "hard" existe sur la majorité des avions modernes dont les sièges sont câblés à un système de distribution en réseau (et qui créa de gros soucis lors de l'industrialisation de l'Airbus A380).

 

Les applications actuelles sont plus ou moins développées selon ce que perçoit la direction de la compagnie de la demande numérique de sa clientèle. Les Asiatiques et les compagnies du Golfe sont leaders. Pas moins d'un millier de programmes sont aujourd'hui offerts par KrisWorld, le système de divertissement de Singapore Airlines, considéré comme l'un des plus évolués. Le passager dispose même d'un clavier pour saisir des données sous Excel et Word puis les sauvegarder grâce à une prise USB.


Économie de carburant et de papier

Cette numérisation des supports imprimés à bord des avions s'accompagne aussi d'économies considérables de carburant dépensé à transporter des magazines pesant au total des tonnes. En moyenne, sur de longs vols, il faut dépenser 400 kg de carburant pour transporter une tonne de charge. Le magazine de bord d'Air France, par exemple, pèse près de 500 grammes.

 

Ce sont donc plus de 250 kg, soit l'équivalent de trois passagers, embarqués à bord d'un Airbus A380. Ils pourraient être remplacés par quelques grammes si l'on utilise les mémoires informatiques modernes. Chaque jour, chaque avion économisera alors environ 200 kg de carburant lors de ses allers et retours. Au niveau de l'ensemble de la flotte de la compagnie, le gain s'élève à une dizaine de tonnes de kérosène par an et trois fois moins de CO2 dispersé dans l'atmosphère.

 

C'est au moins aussi significatif que de remplacer des verres par des gobelets en plastique. D'autres économies seront générées, liées à la mise en place, à la vérification lors de chaque vol puis au retrait chaque mois des magazines imprimés. Et des hectares de forêts seront préservés.

Quand au passager, il appréciera de trouver toujours la dernière édition. La presse mise à bord sera, en effet, la même que celle diffusée en France car elle pourra être téléchargée sur le serveur informatique de l'avion lors de l'escale à Tokyo ou à Los Angeles sans attendre, comme aujourd'hui, le retour de l'avion à Paris.

 


Publié dans Les bonnes nouvelles

Partager cet article

Chine : 500 usines trop pollueuses privées d'électricité

Publié le par Gerome

N'ayant pas atteint leurs objectifs de réduction des émissions polluantes, quelque 506 usines chinoises ont été privées d'électricité dans l'est du pays.

 

pollution-jo.jpg

 

Alors que la Chine est devenue le premier pays producteur de gaz à effet de serre devant les États-Unis, la répression se fait de plus en plus sévère. 506 usines de huit villes de la province de l'Anhui, spécialisées dans les secteurs les plus énergivores que sont le charbon, la chimie ou la métallurgie, viennent ainsi de voir leur accès à l'électricité coupé, d'après le quotidien China Daily.


La semaine dernière, les autorités chinoises avaient sommé plus de 2.000 sociétés de se séparer d'équipements obsolètes et polluants, sous peine de se voir refuser des crédits bancaires, la validation de nouveaux projets, ou la fourniture d'électricité. Une grande partie de la consommation énergétique des usines les plus pollueuses est en effet due à la vétusté des équipements de production. Si la technique a de quoi surprendre, priver plus de 500 usines d'électricité devrait permettre à la province située près de Shanghai d'atteindre ses objectifs de réduction de consommation énergétique. 


Alors qu'au terme d'un plan sur plusieurs années, la province d'Anhui devait réduire de 20% sa facture énergétique, la canicule qui a frappé une partie de la Chine pendant deux semaines a aggravé la situation, notamment avec le recours à la climatisation. Les provinces voisines ont alors pris à leur tour des mesures restrictives. A Nanjing, capitale du Jiangsu, ce sont ainsi 1.000 entreprises qui depuis jeudi dernier sont soumises à un plafonnement de leur consommation. Dans la province du Zhejiang, soixante-neuf entreprises de la ville de Jinhua sont elles-aussi rationnées, et ce jusqu'au mois de septembre.

 


Publié dans Les bonnes nouvelles

Partager cet article

La Catalogne a voté l'abolition de la corrida !

Publié le par Gerome

508705368_small.jpg

 

Le monde de la tauromachie avait beau s'y attendre, l'émotion est forte : les corridas seront interdites en Catalogne. Le Parlement régional, doté de pouvoirs législatifs, en a décidé ainsi hier, au terme d'un vote plutôt serré. 68 voix pour l'interdiction, 59 contre, 9 abstentions.

La « fiesta » ne sera plus autorisée au-delà du 31 décembre 2011 dans la communauté autonome (7,5 millions d'habitants), qui affirme haut et fort ses particularismes.

 

La Catalogne n'a fait qu'emboîter le pas aux Canaries, où la tauromachie fut interdite en 1991. Mais le vote catalan prend une dimension absolument emblématique, compte tenu du poids de la Catalogne (deuxième région économique d'Espagne) et de la complexité de ses relations avec le pouvoir central madrilène qui, à certains moments, vire à la pure confrontation identitaire.

C'est une pratique barbare qui disparait enfin et avec elle tous ses "olé!"

Publié dans Les bonnes nouvelles

Partager cet article

Google investit une nouvelle fois dans l'énergie éolienne

Publié le par Gerome

Le géant de la recherche sur Internet vient de signer un contrat sur vingt ans avec la société NextEra Energy Resources, afin de s'approvisionner à prix fixe en énergie éolienne.

 

google-green.jpg

 

Déjà très investi dans les technologies vertes et notamment dans l'énergie solaire, Google a annoncé sur son blog avoir conclu un accord d'une durée de vingt ans avec un fournisseur d'énergie éolienne. Un parc éolien situé dans l'Iowa devrait fournir 114 mégawatts d'énergie renouvelable à la firme de Moutain View.Google ne précise pas quelle utilisation sera faite de cette électricité. Il pourrait en revendre une partie grâce au statut de distributeur d'électricité qu'il a obtenu en début d'année par l'intermédiaire de sa filière Google Energy.

 

"Notre engagement à long terme libère directement des capitaux permettant de construire d'autres projets éoliens", souligne Google. Et d'ajouter : "Incorporer une aussi grande quantité d'énergie dans notre portefeuille est compliqué (...) mais cette énergie est suffisante pour alimenter plusieurs data centers", ces derniers étant particulièrement énergivores.Google qui affiche depuis 2007 un objectif de bilan carbone neutre, a déjà investi 40 millions de dollars en mai dernier dans deux parcs éoliens du Dakota du Nord, eux aussi développés par NextEra.

 


Publié dans Les bonnes nouvelles

Partager cet article

Déforestation : findus dit non à l'huile de Palme.

Publié le par Gerome

Et encore un!

Visiblement l'huile de Palme n'a plus le vent en poupe, après avoir été totalement abandonnée par le groupe Casino, c'est maintenant Findus qui laisse tomber l'huile responsable de la plus grosse déforestation jamais enregistrée en Indonésie.

Depuis 2008, nous avons supprimé l'huile de palme dans tous nos poissons panés. Idem en 2009 pour nos pommes de terre et d'ici la fin de l'année, elle aura disparu des plats préparés", raconte lors d'une conférence de presse, le directeur général de Findus France, Matthieu Lambeaux.

 

Petit à petit, l'huile de palme va être totalement décrédibilisée et il n'y aura plus que les gros ringards qui l'utiliseront...

Alors un grand bravo à l'entreprise Findus qui vient de rejoindre les anti huile de palme!

 

1_41.jpg

Les ravages de la culture du palmier

 

 


Publié dans Les bonnes nouvelles

Partager cet article