nature

Les villes peuvent apporter des solutions efficaces pour économiser l’eau

Publié le par Gerome

La Semaine Internationale de l’Eau, qui s’achèvera lundi, met cette année les populations urbaines à l’honneur.

goutte_d_eau.jpeg

Elle est avec l’énergie l’une des deux mamelles de la planète et notre bien le plus précieux. Réchauffement climatique oblige, elle se fait aussi de plus en plus rare, d’où de fortes tensions diplomatiques dans certaines régions du monde, notamment en Afrique et en Asie, et une question récurrente : fera-t-elle un jour l’objet d’une guerre ? On peut le craindre, indépendamment des campagnes préventives qui se multiplient à l’échelle mondiale pour inciter l’Homme qui a la chance de l’avoir à portée de main à ne pas trop tirer sur la corde.


C’est que l’eau, puisque c’est d’elle dont il s’agit, manque de plus en plus – les malheureux de la Corne de l’Afrique peuvent en témoigner -  que les situations de stress hydrique sont de plus en plus nombreuses et qu’avec l’accroissement démographique (les experts tablent sur neuf milliards d’individus à l’horizon 2050) des populations entières pourraient être décimées. Manifestement impossible à contenir sur la durée, la déforestation ajoute à l’inquiétude en Amazonie, au Congo ou encore en Indonésie.


Bien que la Terre en soit recouverte à hauteur de 72 %, plus d’un milliard d’être humains n’ont aujourd’hui pas accès à l’eau potable. Un citoyen américain a par ailleurs besoin de six cents litres d’eau par jour, soit trois fois plus qu’un Européen et grosso modo vingt fois plus qu’un Africain. Des disparités insupportables. Insupportable aussi, et assurément à méditer, le fait qu’il faille treize mille litres d’eau pour produire un malheureux kilogramme de boeuf…


Source de multiples tensions et gaspillages, au coeur de problématiques à la fois nombreuses et d’importance capitale, l’eau fait aussi l’objet d’une Semaine internationale dont l’édition 2011, qui rassemble deux mille cinq cents experts venus de cent trente pays, a été lancée dimanche dernier à Stockholm (Suède).

 

L’accent est porté cette année sur les enjeux urbains, largement sous-estimés sinon oubliés aujourd’hui. Et pourtant : « avec leurs économies d’échelle, les villes représentent d’excellentes opportunités pour développer des infrastructures permettant d’accroître la réutilisation des eaux usées et des déchets ainsi qu’une utilisation plus efficace de l’eau et des énergies », a rappelé le directeur exécutif de l’Institut international de l’eau de Stockholm (SIWI) Anders Berntell. « Plus que jamais, nous avons besoin de nouvelles technologies et de politiques pour compenser les pénuries en eau qui frappent une proportion croissante de la population mondiale », a de son côté déclaré la ministre suédoise à l’Aide internationale Gunilla Carlsson au cours de la séance d’ouverture.


Quant au Commissaire européen chargé du Développement Andris Piebalgs, il vient de réaffirmer l’engagement continental de réduire de moitié à l’horizon 2015 le pourcentage de population privée d’un accès durable à un approvisionnement en eau potable et à des services d’assainissement de base. Immense, le défi ne pourra être relevé qu’à conditions d’une volonté politique indéfectible, de mesures fortes au niveau international et que chacun, du quidam au décideur, prenne conscience de ses responsabilités.


En attendant, les participants à cette vingt-et-unième Semaine Internationale,  qui a aussi donné lieu à un concours international de posters, publieront à son issue une déclaration sur laquelle les protagonistes du Sommet de la Terre 2012, qui se tiendra en juin prochain à Rio de Janeiro (Brésil), devraient s’appuyer. Il serait quoi qu’il en soit regrettable qu’ils ne profitent pas de l’occasion pour jeter les bases de la grande révolution « écoleau » dont l’humanité a besoin.

 

 


Publié dans Nature

Partager cet article

0,16% du PIB mondial suffiraient à réduire de moitié le nombre de personnes n'ayant pas accès à l'eau potable

Publié le par Gerome

article_illustration-eau-dans-le-monde.jpg

 

 

Selon le Programme des Nations unies pour l'environnement, il faudrait moins de quatre ans pour améliorer significativement l'accès à l'eau potable dans le monde, moyennant quelques investissements...


0,16% du PIB mondial, soit 198 milliards de dollars (environ 137 milliards d’euros): selon le Programme des Nations unies pour l’environnement (Unep), cette somme suffirait à réduire de moitié en moins de quatre ans le nombre de personnes privées d’un accès à l’eau potable et à un réseau d’assainissement élémentaire dans le monde. Dans un rapport publié à l’occasion de la Semaine mondiale de l’eau, l’Unep souligne également que l’eau doit être utilisée de manière plus efficace, faute de quoi la demande pourrait être de 40% supérieure à l’offre en 2030.


Préserver les sources, une priorité selon l’Unep


Selon l’Unep, «1,6 milliard de personnes vivent dans des zones déjà en proie à une pénurie d'eau et on pourrait rapidement arriver à deux milliards si rien ne change». Pour enrayer cette pénurie, il suffirait d’investir 0,16% du PIB mondial dans les systèmes d’approvisionnement, de préserver les ressources et d’améliorer le retraitement et la réutilisation des eaux, explique l’Unep. Citée en exemple, la Corée du Sud va ainsi investir 17,3 milliards de dollars dans un projet de restauration de ses quatre grands fleuves. Les écosystèmes des bassins fluviaux vont être restaurés afin d’améliorer la qualité de l’eau, un moyen de réduire les coûts de traitement et d’enrayer les maladies liées à l’eau.


Une utilisation plus efficace de l’eau sera nécessaire


L’irrigation des cultures représente plus de 70% de l’eau utilisée dans le monde. Nécessaire pour nourrir 9 milliards d’humains à l’horizon 2050, l’agriculture risque toutefois d’entrer en concurrence avec l’industrie dans les pays émergents: en Chine, l’Unep estime que plus de la moitié de l’augmentation de la demande en eau devrait être due au secteur industriel dans les 25 prochaines années. Pour éviter que des sources d’eau ne soient taries ou polluées par leur utilisation agricole et industrielle, des investissements dans les infrastructures, des réformes de la politique de l’eau et le développement de nouvelles technologies sont indispensables selon l’étude de l’Unep.


Mais cela ne suffira pas: l’Unep estime que le déficit en eau ne pourra être comblé qu’en améliorant sa productivité, c’est-à-dire en utilisant moins d’eau pour produire autant. Par exemple, les cultures agricoles devraient être mieux adaptées aux conditions climatiques pour réduire les besoins en irrigation et les techniques d’arrosage pourraient être revues pour se rapprocher d’un goutte-à-goutte ciblant les besoins précis des plantes. Enfin, l’Unep préconise une augmentation de l’offre en eau  via la construction de nouveaux barrages et d’usines de dessalement d’eau de mer.

 

 


Publié dans Nature

Partager cet article

Non à Belo Monte !

Publié le par Gerome

samedi 20 août · 15:00 - 18:00
Lieu
grande arche de la Défense de 15h à 18h le 20 août


Soutenue par France Libertés, Survival France, la Fondation pour la Nature et l'Homme et l'ONG américaine Amazon Watch, une manifestation se tiendra le samedi 20 août 2011 de 15h à 18h grande arche de la Défense à Paris. Soyez nombreux à venir demander l'abandon définitif du projet Belo Monte, la suspension de tout autre projet de barrage en Amazonie allant à l'encontre du respect des droits des peuples autochtones et de la biodiversité et la recherche d'une alternative énergétique non destructrice pour l'environnement.


L’enjeu est planétaire, comme l’explique le célèbre Chef kayapo Raoni, dans une pétition destinée à l’opinion internationale (http://raoni.fr/signature-petition-1.php)  et signée par les plus grands tribuns indigènes du Brésil. Ceux-ci multiplient les manifestations depuis quatre ans, depuis que le projet Belo Monte, pourtant annulé en 1989 après une bataille féroce, a été ressorti des cartons. Prévu pour être le troisième plus grand complexe de barrages au monde, Belo Monte ouvrira une gigantesque brèche dans laquelle s’engouffreront bien d’autres projets similaires (16 de même envergure, ainsi que 120 autres, plus modestes, pointent déjà le bout de leur nez).


Selon les nombreuses études d'organismes indépendants, ce méga-barrage aurait un impact écologique dramatique sur l'environnement, une analyse confortée par le constat des destructions irréversibles causées de façon systématique par les méga-barrages déjà opérationnels aux quatre coins du globe. Cette fois, c'est le cœur de la forêt amazonienne (communément surnommée "poumon de la Terre") qui est directement menacé. Cette immense zone indigène, à cheval sur les états du Pará et du Mato Grosso, est pourtant légalement protégée.

Les gouvernements successifs des présidents Lula Da Silva et Dilma Rousseff ont de ce fait délibérément bafoué à plusieurs reprises la Constitution brésilienne et la Déclaration sur les droits des peuples autochtones des Nations Unies, qui affirment notamment que tout projet ayant un impact sur des territoires indigènes doit s'établir en concertation avec la population y vivant.

 

Alors que des solutions alternatives utilisant les énergies renouvelables existent et que son efficacité est mise à mal, le projet Belo Monte est censé apporter la preuve, aux yeux du reste du monde, du rayonnement économique et de l'autonomie énergétique du Brésil, pays hôte de la Coupe du monde de football en 2014 et des JO en 2016. Ces échéances expliquent l'accélération des procédures légales de validation, étalées généralement sur de très longues années. Ainsi le projet Belo Monte a-t-il été définitivement entériné par l’Institut brésilien de l’Environnement (IBAMA) le 1er juin 2011.

Il y a deux ans vous aviez été près de 11000 à participer à la cyber @ction pour demander l'abandon du projet
http://www.cyberacteurs.org/archives/archive.php?id=265  

Nous vous proposons de vous joindre à la mobilisation internationale du 20 aout.

 

 

Publié dans Nature

Partager cet article

Derrière le chef Raoni, manifestation mondiale contre le projet Belo Monte

Publié le par Gerome

article_raoni.jpg

 

 

Le gouvernement brésilien va bientôt lancer le chantier du futur troisième plus gros barrage hydroélectrique au monde. Plusieurs associations environnementales organisent des manifestations pour dénoncer l'impact environnemental de cet ouvrage...


L’autorisation définitive pour le barrage de Belo Monte au Brésil a été donnée le 1er juin dernier par l’Institut brésilien de l’Environnement (Ibama). Mais les opposants au projet ne baissent pas les bras. Ce week-end plusieurs associations, France libertés, Survival France, Amazon Watch,  organisent à travers le monde deux journées d’action contre ce barrage. En France le rendez-vous aura lieu samedi 20 août entre 15 h et 18 h devant la grande arche de La Défense dans les Hauts-de-Seine. Le public aura l’occasion de signer la pétition lancée par le chef Raoni, connu pour ses combats en faveur de la forêt amazonienne, et qui s’oppose farouchement depuis des années à cet ouvrage.


Belo Monte, c’est un barrage de 6 km de large avec ses canaux de dérivation, une zone d’inondation estimée à 500 km2 sur les berges du Xingu, dans l’Ouest de l’état amazonien du Para, et le déplacement de 16.000 personnes. Quelque 100.000 personnes devraient par ailleurs s’installer à Altamira, une ville située en bordure du Xingu. Soit autant que sa population actuelle. Les associations écologistes dénoncent surtout l’atteinte de cet ouvrage sur la forêt amazonienne, la disparition certaine de nombreuses espèces de poissons et de vertébrés, et le dérèglement de l’équilibre de la rivière.


Il assurera 11% de la production électrique du Brésil


Côté autorités, on estime que la réalisation de ce complexe hydroélectrique est essentielle, car il assurera 11% de la production électrique du Brésil quand il sera prêt, en 2019. Ce sera alors le troisième barrage le plus puissant au monde, derrière celui des Trois-Gorges en Chine et celui d’Itaipu qui alimente le Brésil et le Paraguay. Le gouvernement brésilien assure, au terme d’une étude d’impact environnemental, que les conséquences écologiques seront limitées.


Mais selon les associations, «les gouvernements successifs des présidents Lula et Dilma Rousseff ont délibérément bafoué à plusieurs reprises la Constitution brésilienne et la Déclaration sur les droits des peuples autochtones des Nations Unies, qui affirment notamment que tout projet ayant un impact sur des territoires indigènes doit s’établir en concertation avec la population y vivant.» Elles estiment surtout que des «solutions alternatives » à ce barrage existent, «utilisant les énergies renouvelables».

 

 


Publié dans Nature

Partager cet article

Brésil: déboisements en hausse au cours des douze derniers mois en Amazonie

Publié le par Gerome

Les déboisements en Amazonie brésilienne ont augmenté de 15% lors des douze derniers mois, même s'ils ont chuté de moitié en juillet par rapport à juillet 2010, a indiqué mercredi l'Istitut brésilien de recherches spatiales (Inpe) sur la base de données satellitaires provisoires.

 

deforestationamazonie.jpg


De juillet 2010 à juillet 2011, la forêt amazonienne a perdu 2.654 km2 de végétation dans les Etats du Mato Grosso (centre-ouest) et du Para (nord) notamment. Au cours des douze mois précédents, elle en avait perdu 2.295. Pour le seul mois de juillet, 225 km2 de forêt amazonienne ont été dévastés mais cela représente la moitié seulement de la zone déboisée l'an dernier: 485 Km2.


Après un effort notoire du gouvernement dans la lutte contre la déforestation, celle-ci avait connu une hausse brutale en avril dernier: 477 km2 de forêts étaient partis en fumée, dont près de 406 km2 dans le seul Etat du Mato Grosso, terre d'élevage de bovins et grand producteur de soja.Face à cette recrudescence, la ministre brésilienne de l'Environnement, Izabella Teixeira, avait annoncé la création d'un cabinet de crise contre la déforestation, et en mai les déboisements avaient reculé à 268 km2.


Les chiffres de mercredi sont calculés à partir d'un système satellitaire (Deter) qui surveille en temps réel les zones de plus de 25 hectares, mais qui ne donne pas de résultat définitif. Lors du sommet sur le climat de l'ONU, en 2009 à Copenhague, le Brésil s'était engagé à réduire la destruction de la forêt amazonienne de 80% d'ici à 2020.

 

Publié dans Nature

Partager cet article