nature

Sauvez-moi ou crevez avec moi

Publié le par Notre Terre

Sauvez-moi ou crevez avec moi

On est obligés de la faire, la Troisième Révolution ? » demanderont quelques esprits réticents et chagrins. Oui. On n'a pas le choix, elle a déjà commencé, elle ne nous a pas demandé notre avis. C'est la mère Nature qui l'a décidé. "

Partager cet article

Un redémarrage vert après la pandémie

Publié le par Notre Terre

ville-verte
   Le Covid-19 contraint des pays entiers au confinement, terrifie les citoyens de par le monde et provoque un effondrement des marchés financiers. La pandémie exige une réponse énergique et immédiate. Mais dans leur gestion de la crise, les gouvernements doivent aussi penser au long terme. Le pacte vert pour l’Europe annoncé par la Commission européenne constitue un plan d’orientation puissant, qui voit loin, et ouvre plusieurs voies par lesquelles venir en aide aux collectivités et aux entreprises les plus exposées à la crise actuelle.
     Le Covid-19 s’inscrit dans une tendance plus large : d’autres crises planétaires sont à venir. Si nous parvenons tant bien que mal à nous sortir de chaque nouvelle crise tout en conservant le modèle économique qui nous y a conduits, les chocs futurs finiront par dépasser les capacités de réponse des gouvernements, des institutions financières et des dirigeants d’entreprise. De fait, c’est déjà ce qui se passe avec la crise du coronavirus.
     En 1972, le Club de Rome lançait une semblable mise en garde avec la publication de son célèbre rapport, Halte à la croissance ? que suivait celle, en 1992, de Beyonds the Limits, rédigé par l’auteur principale du premier rapport, Donella Meadows. Comme Meadows nous en prévenait déjà, l’avenir de l’humanité ne se définira pas autour d’une seule urgence, mais au travers de crises nombreuses, différentes quoique liées les unes aux autres, résultant de notre inaptitude à organiser notre subsistance et notre activité de façon durable. En utilisant les ressources de la planète plus rapidement qu’elles ne peuvent se reconstituer et en répandant déchets et polluants plus vite qu’ils ne peuvent être absorbés, nous préparons nous-mêmes, depuis longtemps, la catastrophe.
     À l’échelle planétaire, toutes les espèces, tous les pays et toutes les questions géopolitiques sont en dernière instance interdépendantes. Une épidémie survenue en Chine, liée à l’apparition d’un nouveau coronavirus, peut avoir des effets dévastateurs dans le monde entier ; c’est de cela dont nous sommes aujourd’hui témoins. Pas plus que le Covid-19, le changement climatique, le déclin de la biodiversité ou les effondrements financiers ne respectent les frontières, qu’elles soient nationales, ou même physiques. Ces problèmes ne peuvent être surmontés que dans le cadre d’une action collective, menée longtemps avant que les crises ne se déclarent.
     La pandémie liée au coronavirus est un avertissement, qui nous enjoint à cesser d’outrepasser les limites de la planète. Car la déforestation, le déclin de la biodiversité et le changement climatique ne rendent que plus probables, pris ensemble, les pandémies. La déforestation conduit les animaux sauvages à se rapprocher des populations humaines, augmentant la probabilité que des virus zoonotiques comme le SARS-CoV2 franchissent la barrière des espèces. De même, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) avertit que le réchauffement planétaire accélérera probablement l’émergence de nouveaux virus.
     Les gouvernements qui parviennent à contenir les épidémies suivent tacitement le même précepte : « Se conformer aux avis de la science et se préparer pour l’avenir. » Mais nous pouvons faire beaucoup mieux. Plutôt que de nous contenter de réagir aux catastrophes, nous pouvons utiliser la science pour concevoir des économies qui atténueront les menaces du changement climatique, du déclin de la biodiversité et des pandémies. Nous devons commencer à investir dans ce qui compte vraiment, en jetant les fondations d’une économie verte et circulaire, inspiré de solutions basées sur la nature et tournée vers le bien public.
     La crise du Covid-19 nous montre qu’il est possible de changer de modèle du jour au lendemain. Nous sommes tout à coup entrés dans un monde différent, avec une économie différente. Les gouvernements se précipitent au chevet de leurs citoyens, pour garantir à court terme leur protection économique et médicale. Mais nous avons aussi de bonnes raisons de penser que cette crise peut préparer la voie à un changement systémique mondial.
     Ainsi ne voyons-nous en revanche aucune bonne raison de ne pas cesser graduellement l’exploitation des carburants fossiles et de ne pas déployer les technologies des énergies renouvelables, dont la plupart sont désormais disponibles partout dans le monde et, dans de nombreux cas, déjà moins chères que les carburants fossiles. Avec la récente chute des prix du pétrole, les subventions qu’on s’obstine à allouer aux carburants fossiles peuvent et doivent être supprimées, comme le G7 et de nombreux pays d’Europe se sont engagés à le faire d’ici 2025.
     Le passage de l’agriculture industrielle à l’agriculture régénérative est aussi immédiatement réalisable ; il permettrait de séquestrer le carbone dans les sols à un taux suffisant pour inverser le cours de la crise climatique. En outre, agir de la sorte, permettrait de réaliser des bénéfices, de renforcer la résilience économique et environnementale, de créer des emplois, et d’améliorer le bien-être tant des collectivités rurales qu’urbaines.
     L’agriculture régénérative tient une place importante dans nombre de nouveaux modèles économiques que des édiles, dans des villes du monde entier, mettent à l’étude – tous étant fondés sur le principe qu’il nous faut vivre à l’intérieur de nos frontières planétaires. Comme l’affirme l’une d’entre nous, Kate Raworth, avec sa « théorie du donut », l’objectif devrait être la création d’un espace juste et sûr où nous pourrions satisfaire les besoins de l’humanité. En d’autres termes, nous devons œuvrer à l’intérieur des limites naturelles de la planète (la frontière extérieure du donut), tout en nous assurant que des populations marginalisées ne tombent pas en arrière (dans le trou du donut).
     Pour les responsables politiques qui affrontent la crise actuelle, le but devrait être de soutenir les revenus et l’emploi des citoyens en investissant dans les énergies renouvelables plutôt que dans les carburants fossiles. Il est temps maintenant de réorienter les dépenses effectuées au titre des subventions aux carburants fossiles, qui représentent chaque année 5 200 milliards de dollars, vers la construction d’infrastructures vertes, la reforestation et l’investissement dans une économie plus sobre en carbone, plus régénérative, mieux partagée et plus circulaire.
     Les humains sont résilients et entreprenants. Nous sommes parfaitement capables de recommencer. Si nous apprenons de nos échecs, nous pouvons construire un avenir meilleur, qui nous attend encore. Saisissons ce moment de crise comme une opportunité pour commencer à investir dans la résilience, la prospérité partagée, le bien-être et la santé de la planète. Nous avons depuis longtemps dépassé nos limites naturelles ; il est temps d’essayer quelque chose de nouveau.
 
Partager cet article

En Antarctique la neige devient rouge sang : conséquence du réchauffement climatique

Publié le par Notre Terre

antarctique-neige-rouge

Près d’un centre de recherche en Antarctique, la neige s’est récemment drapée d’une teinte rouge a cause d’une prolifération d’algues. Et ce n’est pas vraiment une bonne nouvelle.

En se réveillant lundi matin dans leur base de recherche sur l’île de Galindez, en Antarctique, des glaciologues ukrainiens ont été surpris de constater que la neige avait viré au rouge. Après analyses, il s’est avéré que la coupable était une algue microscopique, Chlamydomonas nivalis – aussi appelée “algue des neiges”. C’est le ministère de l’Éducation et des Sciences d’Ukraine qui a publié la nouvelle le 24 février dernier sur sa page Facebook.

Ces petites algues, qui contiennent un pigment rouge de type caroténoïde (en plus de la chlorophylle), sont présentes partout sur la planète dans les régions très froides. Durant les mois d’hiver, elles restent normalement en dormance sous forme de spores, tranquillement enfouies sous quelques centimètres de neige ou de glace. Une fois que l’environnement se réchauffe, l’excès de lumière et d’eau liquide favorisent ensuite leur germination.

Une fois cette opération terminée, les algues se munissent alors de flagelles qui leur permettent de se déplacer vers la surface. Elles peuvent ensuite se reproduire et former de nouveaux spores.

Les températures très douces essuyées par l’Antarctique au cours de ces dernières semaines ont finalement permis à ces algues de remontrer plus rapidement en surface, où elles resteront également plus longtemps.
Un cercle vicieux

Le problème, c’est que cette couleur rouge assombrit considérablement la neige qui peut, de ce fait, moins réfléchir la lumière solaire. Ce qui n’est pas réfléchit est donc absorbé. Autrement dit, le sol de cette région de l’Antarctique emmagasine plus de chaleur que d’habitude. De manière plus globale, cela entraîne une fonte plus rapide des glaciers, déjà très instables.

S’installe ensuite un cercle vicieux. Car, comme le soulignent les chercheurs, plus la glace dans laquelle est contenue cette algue se met à fondre, et plus ces micro-organismes vont pouvoir se procurer l’eau dont ils ont besoin pour prospérer. “Ce processus est donc à la fois un résultat et une cause de changement climatique“, résume parfaitement Numerama.

Le cas qui nous intéresse ici est isolé, mais le phénomène est en réalité plus courant qu’on ne le pense. Dans une étude publiée en 2016 dans la revue Nature Communications, des chercheurs ont en effet révélé que ces algues peuvent réduire jusqu’à 13% l’albédo de la neige (sa réflectivité).

Malheureusement, selon toute vraisemblance, les températures mondiales vont continuer à se réchauffer au cours de ces prochaines décennies. Cela signifie que ce type d’événements ne fera que s’amplifier. À travers le monde, les algues vont ainsi proliférer plus tôt et sur des périodes plus longues, aggravant finalement sans cesse la situation climatique.

Publié dans Nature

Partager cet article

Verdir les villes pour vivre en meilleure santé, plaident 600 médecins canadiens

Publié le par Notre Terre

forêt urbaine

Verdir les villes permet de réduire de façon significative le stress et les risques de maladies graves, ont plaidé jeudi plus de 600 médecins canadiens, appelant le Québec à des investissements majeurs récurrents.

Des arbres qui soignent

Un verdissement "optimal" des villes visant 40% de canopée plutôt que les 10 à 20% actuels pourrait ainsi réduire de 9% le risque de maladies cardiovasculaires, a dit Alain Poirier, médecin spécialiste en santé publique.

Le verdissement entraînerait aussi une diminution des cas d'asthme, d'autisme ainsi que des risques de diabète, d'hypertension artérielle, d'embonpoint ou d'obésité et des cas de mortalité respiratoire ou des suites de cancers, a-t-il ajouté.

"Les coûts annuels de ces maladies au Québec ont été estimés à plus de 26 milliards de dollars" (18 milliards d'euros), a précisé Jérôme Dupras, professeur en économie écologique à l'université du Québec. 

"La prévention - même très partielle - de ces maladies par un verdissement efficace présente un potentiel énorme d'économies en coûts de santé, chaque année", a ajouté M. Dupras, également bassiste des Cowboys Fringants, groupe musical québécois réputé.

Les arbres en ville permettent de retenir le carbone, lutter contre les îlots de chaleur, filtrer les polluants atmosphériques et les particules fines d'ozone, tandis que leurs réseaux racinaires contrôlent les eaux de ruissellement, a énuméré M. Dupras.

1% du budget

Les médecins et 600 autres professionnels de la santé du Québec et plus de 45 partenaires, dont des universités et des villes, demandent au gouvernement du Québec de consacrer chaque année 1% du budget dédié aux infrastructures publiques à la plantation d'arbres, soit 170 millions de dollars par an. 

Le ministère de la Santé du Québec accapare actuellement 50% du budget de la province francophone, les soins monopolisant 98% des dépenses, a souligné le Dr Poirier.

En 2014, la banque canadienne TD a estimé à 58 milliards de dollars les "services intangibles" rendus par les arbres dans quatre villes canadiennes: Vancouver, Toronto, Montréal et Halifax.

"Les changements climatiques sont une menace pour la santé et sont à l'origine d'un dangereux réchauffement de nos villes", a rappelé Claudel Pétrin-Desrosiers, présidente de l'Association québécoise des médecins en environnement (AQME). Les arbres urbains "captent jusqu'à 24% des polluants atmosphériques, responsables de 3.800 décès par année au Québec", a-t-elle souligné.

Publié dans Nature

Partager cet article

Dans une tribune, mille scientifiques appellent à la désobéissance civile face à l'urgence climatique

Publié le par Notre Terre

désobéir

Ils sont océanographes, biologistes, climatologues, sociologues, astrophysiciens, agronomes, économistes, psychologues... Jeudi 20 février, mille scientifiques issues de diverses disciplines ont signé une tribune, publiée dans Le Monde, pour dénoncer "l'inertie" des gouvernements face à l'urgence climatique

"Depuis des décennies, les gouvernements successifs ont été incapables de mettre en place des actions fortes et rapides pour faire face à la crise climatique et environnementale dont l'urgence croît tous les jours. Cette inertie ne peut plus être tolérée", écrivent-ils, pointant que "les catastrophes [environnementales] se déroulent sous nos yeux." Une situation alarmante, d'autant plus que "l'objectif de limiter le réchauffement sous les +1,5 °C est désormais hors d'atteinte, à moins de diminuer les émissions mondiales de 7,6% par an, alors qu'elles ont augmenté de 1,5% par an au cours des dix dernières années."

Une croissance "en contradiction" avec la lutte contre le changement climatique

"Notre gouvernement se rend complice de cette situation en négligeant le principe de précaution et en ne reconnaissant pas qu'une croissance infinie sur une planète aux ressources finies est tout simplement une impasse", poursuivent les signataires. Ces objectifs de croissance sont, estiment-ils, en "contradiction totale avec le changement radical de modèle économique et productif qu'il est indispensable d'engager sans délai." Et de dénoncer, "l'inconséquence et l'hypocrisie de politiques qui voudraient d'un côté imposer la sobriété aux citoyens tout en promouvant de l'autre un consumérisme débridé et un libéralisme économique inégalitaire et prédateur."

Ainsi, les signataires appellent "à participer aux actions de désobéissance civile menées par les mouvements écologistes", citant les Amis de la Terre, Attac, Confédération paysanne, Greenpeace, Action non-violente COP21, Extinction Rebellion ou encore Youth for Climate. Et d'inviter "tous les citoyens (...) à se mobiliser pour exiger des actes de la part de nos dirigeants politiques et pour changer le système par le bas dès aujourd'hui", de façon à dégager "des marges de manœuvre (...) pour faire sauter les verrous et développer des alternatives."

Interpellant les dirigeants politiques, la tribune exhorte "l'exécutif et le Parlement à faire passer les enjeux environnementaux avant les intérêts privés en appliquant de manière ambitieuse les propositions issues de la Convention citoyenne pour le climat et en prolongeant son mandat pour lui donner un pouvoir de suivi de leur mise en œuvre."

Partager cet article