nature

Climat: «les 20 prochaines années seront cruciales»

Publié le par Notre Terre

1750394-2374316

 

Les 20 prochaines années seront «cruciales» pour réorienter les investissements vers une économie «à basses émissions de carbone» et éviter un réchauffement de plusieurs degrés par rapport à l'ère pré-industrielle, a prévenu jeudi à Paris l'économiste britannique Nicholas Stern.


«Les 20 prochaines années vont être une période très spéciale, une période cruciale» dans la lutte contre le réchauffement climatique, a plaidé l'auteur du rapport choc paru en 2006 («Stern review on the economics of climate change») sur le coût de l'inaction contre le réchauffement.

«Si nous réalisons les bons investissements, dans les domaines de la planification urbaine, des systèmes énergétiques et de l'utilisation des forêts, nous nous mettrons sur la bonne route», a déclaré le professeur à la London School of Economics et président de la British Academy of Science, lors d'une rencontre avec la presse.


L'économiste estime que les investissements dans les infrastructures vont de toutes les manières s'élever à quelque 90 milliards de dollars dans les 15 prochaines années et que «bien faire (vers une économie à basses émissions de carbone, ndlr) coûtera seulement quelques milliards de dollars de plus».

«Le coût des énergies renouvelables a radicalement baissé au cours des dernières années et cela change tout» dans la lutte contre le réchauffement, qui nécessite de se détourner des énergies fossiles et notamment du charbon, la plus polluante, note-t-il.


Au cours des dernières années, «les conséquences sanitaires causées par les émissions de CO2 ont émergé de manière beaucoup plus forte», souligne aussi Nicholas Stern, ce qui conduit des pays comme la Chine à être beaucoup plus déterminés à agir.


En plus d'investissements bien ciblés, la transition vers une économie à basses émissions de carbone, vers «une croissance propre», passe, selon le spécialiste, par «taxer les émissions de CO2, réguler l'utilisation du charbon pour la diminuer, miser sur l'innovation et établir des politiques climatiques claires» pour donner «les bons signaux aux marchés».

Faute d'une révolution dans le domaine de l'énergie et d'une réduction des émissions de gaz à effet de serre, Nicholas Stern a repris la mise en garde des climatologues qui prévoient une hausse des températures de plusieurs degrés d'ici à la fin du siècle.


«Nous parlons de risques immenses, de risques qui vont changer les relations à l'échelle mondiale, avec des déplacements de centaines de millions de personnes», a expliqué le chercheur, insistant notamment sur l'impact de l'élévation du niveau des mers, de la carte des inondations et des ouragans, et des zones désertiques.

 

 


Publié dans Nature

Partager cet article

Les convoitises de l'ogre chinois en Antarctique

Publié le par Notre Terre

chine-antarctique.jpg

 

La Chine va se construire une piste aérienne dans l'Antarctique, une nouvelle étape dans le renforcement rapide de sa présence sur le continent blanc où elle dispose déjà de quatre stations de recherche, a rapporté lundi la presse d'Etat.

Cette infrastructure servira à alimenter, en hommes et matériel, les quatre bases que la Chine possède dans l'Antarctique, dans l'hémisphère austral, où elle prévoit par ailleurs de construire une nouvelle station début 2015, a précisé le journal les Nouvelles du soir de Pékin.


Les chercheurs chinois sont actuellement «dépendants du transport par mer», ce qui «affecte gravement leurs capacités de recherche scientifique» dans des eaux souvent prises par la banquise, a expliqué le quotidien.

Une trentaine de nations disposent d'une station de recherche en Antarctique, où Pékin consacre d'importants moyens pour renforcer la présence chinoise.

Ces efforts ont été illustrés par les missions répétées du brise-glace chinois Xue Long (dragon des neiges) dans la région.


De l'autre côté du globe, la Chine, premier consommateur d'énergie du monde, cherche par ailleurs à s'implanter en Arctique, dont elle convoite les vastes réserves d'hydrocarbures.

 


Publié dans Nature

Partager cet article

Il ne reste plus que 10000 guépards dans le monde, l'espèce est en grand danger

Publié le par Notre Terre

guepards.jpg

 

Le guépard, l'animal le plus rapide au monde, a vu sa population passer de 100.000 il y a un siècle à 10.000 aujourd'hui. En cause? Les activités humaines et notamment l'urbanisation qui perturbe l'habitat de ces animaux, affirme une recherche publiée jeudi aux Etats-Unis.


Jusqu'alors le déclin de ces félins était surtout attribué aux autres prédateurs, comme les lions et hyènes, qui en leur dérobant régulièrement leurs trophées de chasse, les forcent à chasser davantage et donc à s'épuiser dans le processus.

Cette hypothèse s'appuie sur la croyance que les guépards, l'animal le plus rapide au monde, consomment beaucoup d'énergie pour poursuivre leur proie à grande vitesse.


Ces chercheurs, dont les travaux paraissent dans la revue américaine Science, ont en fait découvert que ce n'était pas le cas.

Selon eux, les guépards s'épuisent surtout en parcourant sans courir très vite des distances de plus en plus vastes pour trouver des animaux à chasser, alors que leur habitat est morcelé par des constructions et perturbé par les activités de l'homme en général.


«Nous avons étudié dix-neuf guépards vivant en liberté pendant deux semaines dans deux sites en Afrique du Sud, un dans le Désert de Kalahari et l'autre dans une région plus humide», a précisé Michael Scantlebury, de l'Ecole des sciences biologiques de l'Université Queen à Belfast, l'un des principaux auteurs de cette étude.

Ces chercheurs ont fait des injections d'eau lourde à ces guépards pour traquer leurs activités métaboliques, collectant leurs excréments à partir desquels ils ont pu déterminer les quantités de cette eau perdue et en déduire leur consommation d'énergie.

L'eau lourde contient du deutérium, un isotope naturel de l'hydrogène qui permet de la détecter.


«Nous avons constaté que la consommation de calories des guépards n'est pas très différente de celle des autres mammifères de la même taille, et si ces félins sont les Ferraris du monde animal, la plupart du temps ils courent à basse vitesse», a expliqué Michael Scantlebury.

«Notre recherche a montré que la plus grande partie de l'énergie qu'ils consomment est dans les longs déplacements plutôt que dans les courses-poursuites à grande vitesse pour attraper une proie», dit-il.

On peut imaginer la difficulté pour ces animaux de monter et descendre des dunes de sable dans la chaleur, sans eau, toute une journée à la recherche de proies pour se nourrir.


Ils peuvent supporter sans grande conséquence que des lions et des hyènes leur volent leurs proies de temps à autre, affirment ces chercheurs.

«En réalité, ce sont bien les activités humaines, comme par exemple l'édification de barrières ou la chasse excessive, qui forcent les guépards à aller de plus en plus loin pour se nourrir, c'est ce qui les épuise le plus» et contribue à leur disparition, concluent-ils.

 

 


Publié dans Nature

Partager cet article

La planète a perdu la moitié de ses animaux sauvages en 40 ans

Publié le par Notre Terre

Une bien triste nouvelle; à ce rythme les derniers animaux descendants d'animaux sauvages se trouveront dans les zoos...

 

almost-extinct-2.jpg

 

L'action de l'homme a entraîné la disparition, en 40 ans, de plus de la moitié des animaux sauvages de la planète: ce constat brutal est au cœur du rapport Planète Vivante 2014 de l'ONG WWF, dernier état des lieux d'une Terre surexploitée.

«Les différentes formes du vivant sont à la fois la matrice des écosystèmes permettant la vie sur terre, et le baromètre de ce que nous faisons vivre à notre planète», écrit le directeur général du Fonds mondial pour la nature (WWF International), Marco Lambertini.

Aucun ralentissement prévu

«Et en nous désintéressant de leur sort, nous courons à notre perte», alerte-t-il. Entre 1970 et 2010, l'Indice Planète Vivante -qui mesure l'évolution de 10.380 populations de 3.038 espèces de mammifères, oiseaux, reptiles, amphibiens et poissons- a chuté de 52%.

Et «cette tendance lourde ne donne aucun signe de ralentissement», selon la 10e édition du rapport, pour qui il est encore possible d'agir pour renverser ce déclin et combiner développement et sauvegarde de l'environnement.

La baisse annoncée de 52% est beaucoup plus marquée que dans les rapports précédents. Dans son dernier rapport bisannuel, datant de 2012, le WWF faisait état d'une baisse de 28% des espèces sauvages entre 1970 et 2008. L'indice ne couvrait alors que 2.699 espèces.

Des causes diverses pour espèces raréfiées

Les causes de ce déclin: la perte et dégradation des habitats (en raison de l'agriculture, l'urbanisation, déforestation, l'irrigation, les barrages hydroélectriques...), la chasse et la surpêche (y compris les prises accidentelles comme pour les tortues marines), et le changement climatique.

Ainsi, de nombreux poissons et animaux de rivage ont disparu du Coorong, zone du sud de l'Australie où le prélèvement d'eau pour l'irrigation a augmenté la salinité. Ou encore, en Afrique, l'aire de répartition de l'éléphant ne représentait plus en 1984 qu'environ 7% de son aire historique. Et dans cette portion congrue, à cause du braconnage, le nombre d'éléphants s'est effondré de 60% entre 2002 et 2011.


Et la «biocapacité», soit la superficie disponible pour assurer ces biens et services, ne cesse de se contracter avec l'explosion de la démographie mondiale. Entre 1961 et 2010, la population est passée de 3,1 à près de 7 milliards d'habitants, et la biocapacité disponible par tête de 3,2 à 1,7 d'hectare global (qui représente la productivité moyenne mondiale d'un hectare biologiquement productif).

A qui la faute?

«La population mondiale devant atteindre 9,6 milliards d'habitants en 2050 et 11 milliards en 2100, la biocapacité disponible pour chacun de nous va continuer à régresser».

A qui la faute? Les pays les plus riches sont globalement ceux dont l'empreinte écologique par habitant est la plus élevée. En 2010, le Koweit arrivait en tête, suivi du Qatar, Emirats arabes unis, Danemark, Belgique, Trinidad et Tobago, Singapour, Etats-Unis, Barheïn et Suède. La France arrivait en 23e position.

 

 


Publié dans Nature

Partager cet article

La vie trouve toujours un chemin

Publié le par Notre Terre

L'écrivain Michael Crichton avait bien raison lorsqu'il fit prononcer cette phrase par le Dr Ian Malcolm dans son roman à succès "Jurassic Park". En effet, la vie trouve toujours un chemin pour se développer, croitre, en dépit de notre omniprésence urbaine.

 

arbre-bateau.jpgarbre-rue.jpg

 


 

arbuste-poteau.jpg

 

buisson-pneus.jpgfeuilles-bitume.jpg

 

 

 

 

pissenlit.jpg

 

immeuble1.jpgmousse-voiture-659x461.jpg

Publié dans Nature

Partager cet article