nature

La vie trouve toujours un chemin

Publié le par Notre Terre

L'écrivain Michael Crichton avait bien raison lorsqu'il fit prononcer cette phrase par le Dr Ian Malcolm dans son roman à succès "Jurassic Park". En effet, la vie trouve toujours un chemin pour se développer, croitre, en dépit de notre omniprésence urbaine.

 

arbre-bateau.jpgarbre-rue.jpg

 


 

arbuste-poteau.jpg

 

buisson-pneus.jpgfeuilles-bitume.jpg

 

 

 

 

pissenlit.jpg

 

immeuble1.jpgmousse-voiture-659x461.jpg

Publié dans Nature

Partager cet article

Les oeufs vendus par Super U sont produits dans des conditions sordides

Publié le par Notre Terre

poulets-eleves-batterie.jpg

 

«Des poules meurent dans les cages, sous les yeux de leurs congénères. Elles se décomposent dans l’espace de vie des poules pondeuses vivantes»: comme à son habitude, l’association L214 a frappé fort. La vidéo publiée ce mercredi par l’association de défense des animaux accuse la marque de grande distribution Super U de commercialiser des œufs pondus en batterie par des poules vivant dans des conditions d’hygiène déplorables.


Menée dans trois élevages du Morbihan, approvisionnant le groupe Système U, l’enquête de L214 montre des images choquantes de poules déplumées et de cadavres d’animaux en décomposition. D’après les observations de l’association, «les élevages sont non conformes à la réglementation: sol des cages entièrement grillagé, absence d'aire de picotage et de grattage, sol grillagé métallique dans le "nid", grattoir insignifiant voire inexistant». La directive européenne relative aux élevages de poules pondeuses prévoit en effet que les poules puissent se mouvoir dans un espace d’au moins 750cm2 (soit l’équivalent d’une feuille A4) et qu’elles aient un perchoir et une litière pour picoter et gratter.

«Nous refusons de choisir pour le consommateur»

L’association L214 demande donc à Système U de cesser la commercialisation des œufs pondus dans ces élevages «sordides et non conformes aux réglementations». «Nous avons demandé l’adresse exacte des élevages filmés car s’il s’avère qu’ils travaillent avec nous, n’étant pas conformes à la législation, nous arrêterons notre collaboration», déclare Thierry Desouches, responsable des relations presses de Système U interrogé par 20 Minutes.


Mais si la loi est respectée, le groupe ne voit pas pourquoi il devrait interrompre ses approvisionnements en œufs: «Aujourd’hui, en France, il n’y a pas suffisamment d’élevages de plein air ou bio pour répondre à la demande, poursuit Thierry Desouches. Il y a aussi une différence sensible du coût de production et donc du prix de vente pour le consommateur: un œuf bio coûte 40 centimes l’unité, un œuf de plein air 30 centimes et un œuf de cage 10 centimes. Nous avons 28 références différentes dans nos magasins: quelqu’un qui souhaite consommer un œuf issu d’une poule élevée dans des conditions plus dignes peut le faire, mais nous refusons de choisir pour le consommateur.»


Selon un sondage OpinionWay réalisé pour L214, 84% des Français se déclarent favorables à la suppression des œufs de poules élevées en batterie dans les supermarchés.

 

 


Publié dans Nature

Partager cet article

Les réfugiés climatiques plus nombreux que les réfugiés de guerre!

Publié le par Notre Terre

Les catastrophes naturelles ont provoqué en 2013 le déplacement de trois fois plus de personnes que les conflits, ce qui prouve l'urgence à s'attaquer au changement climatique, indique ce mercredi une étude. Selon le Norwegian Refugee Council (NRC, Conseil norvégien pour les réfugiés), une organisation indépendante spécialisée dans l'aide d'urgence, 22 millions de personnes ont été déplacées en 2013 en raison des désastres naturels.


Le rapport de l'association humanitaire est publié avant le sommet sur le climat qui aura lieu mardi prochain au siège des Nations unies à New York. Le problème est en train de s'aggraver avec deux fois plus de déplacés dans le monde que dans les années 1970, ajoute le rapport, qui l'explique par la montée de l'urbanisation lors des 40 dernières années dans les pays les plus vulnérables.

Faire de la question des déplacés une priorité

Le NRC, dirigé par Jan Egeland, ancien coordonnateur de l'ONU pour l'aide d'urgence, a appelé les politiques à faire de cette question des déplacés une priorité, à l'occasion des discussions en vue d'un accord sur le changement climatique en 2015.

demain-une-deferlante-de-refugies-climatiques.jpg

 

 

«Les gouvernements doivent s'assurer que les projets et les donateurs soient attentifs à ce risque grandissant des déplacements, en facilitant les migrations et en prévoyant des relogements d'une façon qui respecte les populations vulnérables», suggère le rapport. L'étude pointe les résultats des études du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec), qui estime que l'activité humaine est responsable du nombre croissant de ces désastres.


Plus de 80% des personnes déplacées par les catastrophes naturelles l'an dernier se trouvaient en Asie, ajoute-t-elle. Les Philippines ont subi l'an dernier les catastrophes les plus sérieuses, avec les typhons Haiyan (ou Yolanda) et Trami qui, à eux deux, ont déplacé 5,8 millions de personnes.

Les nations riches pas épargnées

Par rapport à la taille de leur population, huit des 20 catastrophes les plus graves ont eu lieu en Afrique sub-saharienne, ajoute le rapport, selon lequel l'Afrique risque de plus en plus d'être touchée en raison de la croissance plus forte qu'ailleurs de sa population.


Les nations riches ne sont pas épargnées, comme le Japon avec le typhon qui a touché la région de Chubu (centre), les Etats-Unis avec les tornades dans l'Oklahoma (sud), et le Canada avec les inondations en Alberta (ouest) qui ont déplacé ensemble 600.000 personnes. Le rapport alerte également sur les risques naturels dans les régions en conflit, avec les inondations survenues en 2010 au Pakistan.

 


Publié dans Nature

Partager cet article

Hautes-Alpes: le préfet autorise l'assassinat de trois loups (espèce protégée)

Publié le par Notre Terre

loups-gris.jpg

 

Deux pays au monde ont totalement éradiqués le loup au cour de leur histoire : la France et l'Angleterre. L'angleterre étant une île les loups n'y sont pas revenus à la nage et s'ils avaient eu les capacités de le faire il s'en seraient bien gardés. Dans notre cas, le Loup est revenu via les Alpes italiennes et s'il avait su, il ne serait pas venu, c'est certain.


Voilà l'accueil que nous, français faisons au Loup, des coups de fusil!

Vieux restes chrétiens de bête du diable, dévorant les enfants innocents et désobéissants, tuant la grand mère afin de mieux manger le petit chaperon rouge. Animal depuis trop longtemps stigmatisé...

 

Le Loup, par sa présence témoigne de la bonne santé de nos montagnes, par sa présence il prouve simplement qu'il est adapté à vivre chez nous; sa place est tout à fait légitime, nous devons cohabiter car il est hors de question de faire un remake de la bête du Gévaudan.


Les bergers  sont ultra subventionnés et l'Etat n'est pas avare en compensations financières et aides diverses lors d'attaques de troupeaux. Je comprends les difficultés qui sont les leurs, mais on ne peut pas raisonnablement imputer toutes les attaques de canidés au Loup, et puis soyons honnêtes, le mouton n'est pas réputé pour être un animal intelligent et il arrive notamment que les orages leur fasse si peur qu'ils peuvent se précipiter dans le vide. En fait il y a tout un faisceau de causes possibles aux troupeaux décimés.

 

Ce prélévement dans les Hautes-Alpes a une portée politique et symbolique pour apaiser la grogne des bergers et se mettre les fédérations de chasse dans la poche. Ce n'est pas l'assasssinat de trois Loups qui changeront les choses et il est bien entendu hors de question de les éradiquer.

Que faut-il faire? Moderniser la surveillance et la protection des troupeaux grâce notamment à des détecteurs de présence qui flashent l'animal et le fait fuir, mais vu que l'Etat est généreux avec le monde agricole ça ne devrait pas poser de soucis. Il peut subventionner des patous supplémentaires, de meilleures clôtures etc... Car je me demande ce qui coûte plus cher : donner de l'argent pour acheter un patou supplémentaire ou bien payer des gars  pendant plusieurs jours afin qu'ils tuent un Loup? Ensuite ce Loup ira sur la table d'un vétérinaire où il sera autopsié, il faudra rémunérer ce vétérinaire également. Mais il parait qu'on est riche en France.

 

Des associations de défense de la nature ont déposé un recours au Conseil d'Etat contre cet arrêté et je souhaite qu'il aboutisse.

Dans le cadre du plan Loup, le ministère de l'Ecologie a autorisé cette année l'abattage de 24 loups, un chiffre qui pourrait être porté à 36 spécimens. Le ministère de l'Ecologie n'a que le nom d'écologique.

 

 


Publié dans Nature

Partager cet article

Changement climatique: 50% des espèces d'oiseaux d'Amérique du Nord en péril

Publié le par Notre Terre

PygargueATeteBlanche_DSC0661.jpg

 

Plus de 50% des espèces d'oiseaux d'Amérique du Nord, dont l'aigle chauve emblème des Etats-Unis, sont menacées par le réchauffement climatique et l'urbanisation qui font reculer leur habitat, mettent en garde deux rapports mardi.


Pour l'organisation environnementale américaine National Audubon Society, 314 espèces d'oiseaux, soit plus de la moitié de celles présentes aux Etats-Unis et au Canada, sont en danger d'extinction si la hausse des températures terrestres se poursuit, dont un grand nombre qui jusqu'alors n'étaient pas considérées comme menacées.

Ces ornithologues ont ainsi identifié 126 espèces qui risquent de perdre plus de 50% --voire même jusqu'à 100% dans certains cas-- de leur habitat d'ici 2050, sans possibilité d'émigrer ailleurs si le réchauffement continue au rythme actuel.


Et 188 autres espèces pourraient voir au moins 50% de leur espace naturel disparaître d'ici 2080, mais celles-ci seraient toutefois en mesure de coloniser d'autres régions plus clémentes.

«Le changement climatique représente la plus grande menace à laquelle font face nos oiseaux aujourd'hui», a estimé Gary Langham, responsable scientifique de la National Audubon Society et directeur de cette recherche «laborieuse et approfondie» qui a duré sept ans.


«Le réchauffement menace la fabrique même de la vie dont dépendent les oiseaux et le reste d'entre nous», prévient-il. Pour ce scientifique, la situation exige «d'agir sans attendre et de façon décisive pour éviter une catastrophe».

Les experts de la National Audubon Society ont analysé 30 années de données sur le climat en Amérique du Nord. Ils ont aussi passé au crible des dizaines de milliers d'observations d'oiseaux effectuées par l'ONG ou provenant d'études sur les lieux de reproduction et les conditions climatiques effectuées par l'Institut américain de géophysique.


Alors que certaines espèces seront capables de s'adapter au changement climatique, un grand nombre, parmi les plus connues et les plus symboliques, font face à de sérieux défis. Ainsi, l'aigle chauve pourrait voir son habitat diminuer de près de 75% au cours des 65 prochaines années, selon ces chercheurs.

Le huart, emblème de l'Etat du Minnesota (nord), pourrait se retrouver dans l'impossibilité de se reproduire dans 48 Etats américains d'ici 2080.

Les autres oiseaux qui symbolisent des Etats de l'Union en danger sont le pélican brun en Louisiane (sud) ou encore le goéland de Californie en Utah (ouest).


 

 

Par ailleurs, selon «L'Etat des oiseaux 2014» (The State of the birds 2014), un rapport annuel produit dans le cadre d'une coopération entre des agences fédérales et des organisations environnementales, les populations d'oiseaux déclinent dans sept habitats clé en Amérique du Nord (côtier, océanique, forestier, insulaire, aride...).

Les auteurs de ce document indiquent également une liste d'espèces à surveiller ayant un besoin urgent de protection.

Ils ont notamment constaté que les populations d'oiseaux dans les régions arides ont connu le déclin le plus drastique, avec une perte de 46% depuis 1968 dans l'Utah, l'Arizona et le Nouveau Mexique.


La perte d'habitat et sa fragmentation résultant de l'urbanisation représentent selon les auteurs les plus grandes menaces.

Le rapport souligne ainsi des périls de taille dans les zones de prairies où ces experts ont constaté une diminution du nombre d'oiseaux reproducteurs, comme chez les alouettes et les martinets dont les populations ont chuté de près de 40% depuis 1968.

Cependant, ce déclin se ralentit depuis 1990 grâce à des mesures de conservation dans les prairies, se félicitent les auteurs.

«Ce rapport met en lumière les menaces pesant sur les oiseaux mais il offre aussi un espoir pour leur survie si nous agissons de concert», indique Wayne Clough, responsable de la Smithsonian Institution, qui a participé à cette recherche.


La secrétaire américaine à l'Intérieur, Sally Jewell, pointe quant à elle le rôle vital joué par les parcs nationaux et les réserves naturelles pour préserver l'habitat des oiseaux.

«Nos réserves sauvages, nos parcs nationaux et autres domaines publics sont des refuges vitaux pour un grand nombre d'espèces d'oiseaux, surtout face au changement climatique, l'un des plus grands défis pour la conservation des habitats de toutes les espèces animales au 21e siècle», a-t-elle déclaré dans un communiqué.

 

 


Publié dans Nature

Partager cet article