nature

Norvège : des milliers de poissons congelés instantanément à cause d'un froid rapide et violent

Publié le par Notre Terre

Norvege.jpg

 

La température de l’air (7,8 degrés Celsius) dans l’île de Lovund (Norvège) en combinaison avec un fort vent a congelé instantanément l’eau de mer, emprisonnant et tuant des milliers de poissons.


Certains habitants disent qu’ils n’ont jamais vu un phénomène d’une telle ampleur. Cependant, Aril Slotte, chercheur de l’Institut de recherche marine en Norvège, a expliqué dans des déclarations à la radio locale« NRK » qu’il n’est pas rare, par exemple, que les sardines qui nagent beaucoup plus près de la rive quand elles sont suivies par des prédateurs, soient parfois piégées par la marée basse dans les zones telles que celle où cette bizarrerie s’est produite.


Les basses températures que subissent les citoyens des pays nordiques en cet hiver sont vraiment extrêmes. La semaine dernière, de nombreux touristes qui ont bravé le froid pour visiter les chutes du Niagara, ont été récompensés par une vue spectaculaire. L’eau a été transformée en glace dans une partie des chutes, qui sont une attraction touristique très fréquentée, situées sur la frontière entre les États-Unis et le Canada.

 

 


Publié dans Nature

Partager cet article

La fonte actuelle du glacier Pine Island aura des conséquences dramatiques

Publié le par Notre Terre

pine-island-map.001.jpg

 

L'un des plus gros glaciers du monde serait dans une phase de fonte irréversible...


Les effets du réchauffement climatique n'ont pas fini de se faire sentir. Une équipe internationale de chercheurs, pilotée par le Laboratoire de glaciologie et de géophysique de l'environnement (LGGE) de Grenoble, vient ainsi de démontrer que la fonte du glacier de Pine Island, dans l'Antarctique, est inexorable. Responsable de 20% de la perte totale de l'Antarctique occidental, ce glacier pourrait reculer encore d'une quarantaine de kilomètres à l'horizon des cinquante prochaines années. Les conséquences sur l'élévation du niveau des eaux seront gravissimes : « En relarguant plus de glace vers l'océan,  le glacier contribuera trois à cinq fois plus à l'élévation du niveau des mers qu'il le fait actuellement » précise Gaël Durand, chercheur CNRS au LGE et co-auteur de l'étude.


Digues de protection


Quelles conséquences pour la planète ?  «Ce n'est pas très  réjouissant.  D'ici 2100, on s'attend à des élévations du niveau comprises entre 26 et 82 cm», poursuit Gaël Durand. Au-delà de cette date, «les gens qui habitent dans des régions dont l'altitude est proche de la mer, comme New York, Miami, le delta du Nil ou encore les Pays-Bas pourraient être touchés si le niveau de la mer augmente d'1 mètre par siècle. Il faudra construire et relever des digues ». En revanche, ailleurs, la menace est plus proche : « Plus le territoire a une altitude peu élevée, plus il sera impacté. Pour certaines iles du pacifiques, quelques dizaines de centimètres peuvent représenter un danger majeur.

 

En France, la première région impactée par l'élévation du niveau des mers serait vraisemblablement la Camargue. Il faut d'ores et déjà se poser des questions sur la protection ou la migration des populations » conseille le chercheur.

Publié dans Nature

Partager cet article

Pire que la pollution, la Chine face à l'étroitesse de ses ressources en eau

Publié le par Notre Terre

chine-riviere-assechee.jpg

 

Atlantico interroge Franck Galland.


Franck Galland est l'un des meilleurs spécialistes français des questions liées à la géopolitique de l'eau. Il a publié L'eau : géopolitique, enjeux, stratégies, aux éditions du CNRS (2008). Il a créé en 2011 Environmental Emergency & Security Services, cabinet d’ingénierie-conseil dont la vocation est d’accompagner les opérateurs d'infrastructures critiques eau & énergie dans l’anticipation et la gestion de situations de crises dues à des catastrophes naturelles.

La population de la Chine représente 21% de la population mondiale mais le pays ne dispose que de 7% des ressources en eau douce de la planète. Un problème d'autant plus majeur qu’il existe une très forte inégalité d'accès et une très forte pollution de cette ressource.


Atlantico : A l'heure actuelle, l'eau est le plus grand problème écologique de la Chine en raison de sa rareté et de sa pollution. Ainsi, par exemple, Pékin a les mêmes problèmes de pénurie d'eau qu'il peut y avoir dans un pays comme l'Arabie Saoudite. Quelle est la réalité de la situation dans le pays ?

Franck Galland : A l'évidence la Chine a un énorme problème de quantité comme de qualité de l'eau. Mais à cela s'ajoute un problème d'inégalité de répartition. En effet, à l'échelle nationale, il y a une moyenne de 2 100 m3 d'eau par habitant et par an. Avec ces chiffres, la Chine se situe au-dessus de la barrière de stress hydrique (estimée à 1 000 m3 d'eau par habitant et par an, ndlr). Mais en réalité, dans certains bassins du pays, notamment au nord et au nord-est, c'est-à-dire là où vivent près de 45% de la population chinoise, il n'y a que 500 m3 d'eau par habitant et par an. Ces zones sont donc à des niveaux critiques de ressources en eau. Ces provinces se retrouvent effectivement au même niveau que des pays comme l’Algérie (environ 300 m3 d’eau par habitant et par an) et le Pakistan (300 m3 d’eau par habitant et par an). Le niveau de stress hydrique est donc le même que celui de pays désertiques.

En clair, si la Chine du sud concentre 80 % des ressources en eau et 55 % de la population du pays, la Chine du nord s’apparente à un parent pauvre : elle possède moins de 15 % de l’eau disponible tout en hébergeant 45 % de la population chinoise. Force est de constater que la Chine se retrouve face à un énorme problème à régler. Problème d'autant plus important que la population chinoise est supérieure à 1,3 milliard d'habitants. Dès lors, pour nourrir l'ensemble du pays, l'agriculture a besoin de beaucoup d'eau et doit jongler avec les problèmes de pénurie.

C'est dans cette optique que fin 2012, le Comité central du parti communiste et le Conseil d'Etat ont édicté trois lignes rouges à ne pas dépasser : limiter l'usage de l'eau, améliorer l’efficacité de son utilisation sur l'ensemble du territoire et sur le nord du pays en particulier. Ainsi, il a été décidé de fixer à 700 milliards de m3 (ce qui représente les ¾ du volume de l'eau annuellement renouvelable, ndlr) la limite annuelle de ponction sur les ressources.

Avant, les autorités chinoises ne restreignaient pas l'eau à des fins industrielles, domestiques ou agricoles. Ils pompaient allègrement dans les rivières. Depuis 2012, c'est fini ! Ils n'ont plus le choix sinon ils vont tout droit à la catastrophe !

 

chine-riviere-assechee2.jpg


A cause de la surexploitation, des rivières entières disparaissent totalement du paysage. Comment lutter contre ce phénomène ? Les immenses projets de barrages et de canaux sous-terrains sont-ils une solution suffisante ? Comment faire pour trouver un équilibre durable ?

Effectivement, il y a l'heure actuelle la mise en place de grands programmes de transferts destinés à ramener de l'eau du sud au nord. Mais c'est "déshabiller Pierre pour habiller Paul". Il faut donc trouver d'autres solutions. C'est pour cela qu'ils ont annoncé fin 2012, en même temps que les trois lignes rouges, la mise en place d'un programme d'augmentation à 60% de l'efficacité des techniques d'irrigation à horizon 2030. L'agriculture qui consomme toujours plus d'eau va donc bénéficier de lourds investissements dans ce domaine et sa consommation sera mieux gérée, mieux régulée.

Pour arriver à relever un tel défi, la Chine a pris l'exemple de Singapour et d'Israël. Aujourd'hui l'Etat hébreu réutilise 76% des ses eaux usées. Et ce dans le but d'arroser les champs agricoles, les espaces verts, la production industrielle... Grâce à cette technologie, Israël est devenu auto-suffisant dans le domaine de l'eau. Israël allait en guerre à cause de l'eau il y a trente ans, ce n'est plus le cas désormais grâce à la réutilisation des eaux et grâce à une haute-technologie dans ce domaine. Haute-technologie que les Chinois commencent tout juste à acquérir.

Par ailleurs, la Chine se met à pratiquer de plus en plus la technique du désalement de l'eau. Et les autorités s'en donnent tellement les moyens qu'à terme la Chine sera l'une des plus grandes puissances dans ce domaine. Selon des données du ministère chinois de l'Aménagement du territoire datant de 2011, le taux d'urbanisation des zones côtières va passer de 46,6% à 65% en 2030. La population chinoise sera donc de plus en plus côtière. Et qui dit côte , dit possibilité de désalement. En 2013, les stations de désalement traitent 1 million de m3/jour d'eau. Le Conseil d'Etat table sur 2,6 millions de m3/jour pour 2015.

Efficacité opérationnelle en milieu urbain, irrigation intelligente dans l'agriculture, réutilisation des eaux usées, désalement et tout une batterie de technologies que les Chinois vont copier sur les pays développés sont autant de solutions déjà mises en place pour faire face aux problèmes de l'eau dans le pays. D'autant plus que tout cela vient bien évidemment de leurs grands programmes d'aménagement hydraulique qui visent à ramener de l'eau du sud au nord.

Le problème de l'eau est pris à bras le corps par les autorités chinoises. C'est le sujet le plus important des 100 prochaines années.
Le sujet est d'autant plus d'importance qu'en 2009 la Banque mondiale a estimé que le coût global de la crise de l'eau en Chine représentait 2,3% de son PIB. A terme, comment la Chine peut-elle survivre ? Comment faire en sorte, en plus des solutions déjà envisagées, que la croissance ne soit pas affectée à ce point ?

Effectivement, la Chine subit l'impact de la crise de l'eau sur son PIB et continuera de le subir. Tout cela sans parler de la dégradation de la qualité de la ressource en eau. Car la pollution a aussi un impact très important. C'est un peu un cercle fermé dont il est difficile de sortir. Trop d'activité industrielle engendre de la pollution, la pollution induit une dégradation de la qualité des nappes, des rivières et de la qualité de l'air. La croissance chinoise va continuer à être altérée mais je pense que la Chine l'a pris en compte. Et toutes les solutions déjà évoquées vont avoir des conséquences sur la croissance. Car qui dit forts investissements dans le désalement ou dans l'irrigation intelligente, dit création d'entreprises et création d'emplois. Toutes les infrastructures développées vont à terme avoir un impact positif sur la croissance.

Autre problème économique soulevé par les problèmes d'eau en Chine : le pays se met à importer du maïs, du riz et des céréales. Auparavant, elle ne le faisait pas. Cette importation n'a pas pour objectif de nourrir la population mais bien le bétail. En effet, il faut environ 15 000 litres d'eau pour produire un kilo de viande et cela la Chine ne peut plus se le permettre. Donc ils importent du maïs. C'est donc un phénomène nouveau à prendre en compte : la Chine, auparavant auto-suffisante, se met à importer.  Et ce malgré une production record !


Le manque cruel d'eau dans le pays peut aussi avoir des conséquences internationales. En effet, les pays frontaliers (Inde, Bangladesh, Kazakhstan, Russie, Vietnam...) commencent à s'inquiéter de la surexploitation de la Chine car cela affecte leur consommation et ralentit le débit des fleuves communs. On parle d'une éventuelle guerre de l'eau. Est-ce que la situation peut dégénérer à ce point ?

Non, il faut être un peu plus modéré sur cette question. Je pense qu'aujourd'hui la Chine est consciente de la menace qu'elle fait peser sur ses pays riverains, notamment l'Inde. L'une des craintes des autorités indiennes était que le programme de transfert des eaux du sud au nord est à terme des conséquences sur l'une des sources du Brahmapoutre (fleuve qui prend sa source en Chine via le Tibet et qui traverse l'Inde et le Bangladesh, ndlr). Les autorités indiennes avaient peur de constater un ralentissement du flux de l'eau. Mais, en 2009, les Chinois ont eux-mêmes désamorcés la bombe en assurant que la dérivation prévue à l'ouest n'était pas nécessaire. Les Chinois essaient de calmer le jeu sur cette question.  Pour preuve, le nouveau président Xi Jinping a fait passer des messages très clairs à ce sujet lors de la réunion des BRICS à Durban au mois de mars. La Chine propose dont une logique partenariale avec l'Inde pour l'exploitation de ce fleuve. Il y a une inquiétude réelle  mais la Chine tente de calmer le jeu coûte que coûte.

La population de la Chine représente 21% de la population mondiale mais le pays ne dispose que de 7% des ressources en eau douce de la planète. Un problème d'autant plus majeur qu’il existe une très forte inégalité d'accès et une très forte pollution de cette ressource.

Atlantico : A l'heure actuelle, l'eau est le plus grand problème écologique de la Chine en raison de sa rareté et de sa pollution. Ainsi, par exemple, Pékin a les mêmes problèmes de pénurie d'eau qu'il peut y avoir dans un pays comme l'Arabie Saoudite. Quelle est la réalité de la situation dans le pays ?

Franck Galland : A l'évidence la Chine a un énorme problème de quantité comme de qualité de l'eau. Mais à cela s'ajoute un problème d'inégalité de répartition. En effet, à l'échelle nationale, il y a une moyenne de 2 100 m3 d'eau par habitant et par an. Avec ces chiffres, la Chine se situe au-dessus de la barrière de stress hydrique (estimée à 1 000 m3 d'eau par habitant et par an, ndlr). Mais en réalité, dans certains bassins du pays, notamment au nord et au nord-est, c'est-à-dire là où vivent près de 45% de la population chinoise, il n'y a que 500 m3 d'eau par habitant et par an. Ces zones sont donc à des niveaux critiques de ressources en eau. Ces provinces se retrouvent effectivement au même niveau que des pays comme l’Algérie (environ 300 m3 d’eau par habitant et par an) et le Pakistan (300 m3 d’eau par habitant et par an). Le niveau de stress hydrique est donc le même que celui de pays désertiques.

En clair, si la Chine du sud concentre 80 % des ressources en eau et 55 % de la population du pays, la Chine du nord s’apparente à un parent pauvre : elle possède moins de 15 % de l’eau disponible tout en hébergeant 45 % de la population chinoise. Force est de constater que la Chine se retrouve face à un énorme problème à régler. Problème d'autant plus important que la population chinoise est supérieure à 1,3 milliard d'habitants. Dès lors, pour nourrir l'ensemble du pays, l'agriculture a besoin de beaucoup d'eau et doit jongler avec les problèmes de pénurie.

 C'est dans cette optique que fin 2012, le Comité central du parti communiste et le Conseil d'Etat ont édicté trois lignes rouges à ne pas dépasser : limiter l'usage de l'eau, améliorer l’efficacité de son utilisation sur l'ensemble du territoire et sur le nord du pays en particulier. Ainsi, il a été décidé de fixer à 700 milliards de m3 (ce qui représente les ¾ du volume de l'eau annuellement renouvelable, ndlr) la limite annuelle de ponction sur les ressources. Avant, les autorités chinoises ne restreignaient pas l'eau à des fins industrielles, domestiques ou agricoles. Ils pompaient allègrement dans les rivières. Depuis 2012, c'est fini ! Ils n'ont plus le choix sinon ils vont tout droit à la catastrophe !

A cause de la surexploitation, des rivières entières disparaissent totalement du paysage. Comment lutter contre ce phénomène ? Les immenses projets de barrages et de canaux sous-terrains sont-ils une solution suffisante ? Comment faire pour trouver un équilibre durable ?

Effectivement, il y a l'heure actuelle la mise en place de grands programmes de transferts destinés à ramener de l'eau du sud au nord. Mais c'est "déshabiller Pierre pour habiller Paul". Il faut donc trouver d'autres solutions. C'est pour cela qu'ils ont annoncé fin 2012, en même temps que les trois lignes rouges, la mise en place d'un programme d'augmentation à 60% de l'efficacité des techniques d'irrigation à horizon 2030. L'agriculture qui consomme toujours plus d'eau va donc bénéficier de lourds investissements dans ce domaine et sa consommation sera mieux gérée, mieux régulée.

Pour arriver à relever un tel défi, la Chine a pris l'exemple de Singapour et d'Israël. Aujourd'hui l'Etat hébreu réutilise 76% des ses eaux usées. Et ce dans le but d'arroser les champs agricoles, les espaces verts, la production industrielle... Grâce à cette technologie, Israël est devenu auto-suffisant dans le domaine de l'eau. Israël allait en guerre à cause de l'eau il y a trente ans, ce n'est plus le cas désormais grâce à la réutilisation des eaux et grâce à une haute-technologie dans ce domaine. Haute-technologie que les Chinois commencent tout juste à acquérir. 

Par ailleurs, la Chine se met à pratiquer de plus en plus la technique du désalement de l'eau. Et les autorités s'en donnent tellement les moyens qu'à terme la Chine sera l'une des plus grandes puissances dans ce domaine. Selon des données du ministère chinois de l'Aménagement du territoire datant de 2011, le taux d'urbanisation des zones côtières va passer de 46,6% à 65% en 2030. La population chinoise sera donc de plus en plus côtière. Et qui dit côte , dit possibilité de désalement. En 2013, les stations de désalement traitent 1 million de m3/jour d'eau. Le Conseil d'Etat table sur 2,6 millions de m3/jour pour 2015.

 Efficacité opérationnelle en milieu urbain, irrigation intelligente dans l'agriculture, réutilisation des eaux usées, désalement et tout une batterie de technologies que les Chinois vont copier sur les pays développés sont autant de solutions déjà mises en place pour faire face aux problèmes de l'eau dans le pays. D'autant plus que tout cela vient bien évidemment de leurs grands programmes d'aménagement hydraulique qui visent à ramener de l'eau du sud au nord.

Le problème de l'eau est pris à bras le corps par les autorités chinoises. C'est le sujet le plus important des 100 prochaines années.


Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/pire-que-pollution-chine-face-etroitesse-ressources-en-eau-franck-galland-872541.html#rQ6ly2UGEkILWEuZ.99

Publié dans Nature

Partager cet article

Les Etats unis vendent un permis de tuer un rhinocéros pour 350000 $

Publié le par Notre Terre

rhinoceros-19.jpg

 

Immoral, monstrueux, inhumain, il n'y a pas assez de qualificatifs pour qualifier ce qu'il se passe.

 

Un permis de chasser un rhinocéros noir en Namibie a été vendu aux enchères pour 350.000 dollars (256.000 euros) samedi à Dallas, aux Etats-Unis.

Le produit de la vente doit financer la protection d'espèces animales menacées mais les associations de défense des animaux jugent l'opération immorale.

Le permis autorise à tuer un seul rhinocéros trop vieux pour se reproduire et il prévoit que le chasseur soit accompagné de gardes namibiens chargés de veiller à ce que l'animal chassé corresponde aux critères prévus.

Le Safari Club de Dallas, organisateur des enchères à l'occasion de sa convention annuelle, visait un prix de 250.000 à un million de dollars.

"Les biologistes en Namibie espéraient que les enchères organisées aux Etats-Unis dégagent un produit record destiné à la préservation des rhinocéros, et c'est exactement ce qui s'est passé", a déclaré Ben Carter, directeur général du club.

"Ces animaux ne contribuent plus à la croissance de la population et, par beaucoup d'aspects, ils nuisent à la croissance de la population parce que les rhinocéros noirs sont très agressifs et jaloux de leur territoire. Très souvent, ils tuent les plus jeunes, les reproducteurs."

Plus de 75.000 personnes avaient signé une pétition en ligne sur le site www.causes.com pour tenter d'empêcher la vente.

Il reste environ 25.000 rhinocéros en Afrique, 20.000 blancs et 5.000 noirs, dont la majorité vivent en Afrique du Sud.

La Namibie, comme l'Afrique du Sud, autorise une chasse encadrée conforme aux règles internationales dont les recettes sont allouées au financement des réserves naturelles.

Mais près de 950 rhinocéros ont été tués par des braconniers rien qu'en Afrique du sud en 2013 selon le ministère de l'Environnement.

En Namibie, les braconniers n'ont tué que dix animaux depuis 2006 selon le réseau international de surveillance TRAFFIC.

 

 


Publié dans Nature

Partager cet article

Extinction: Il ne reste plus que 250 lions adultes en Afrique de l'ouest

Publié le par Notre Terre

lions.jpeg

 

Les lions d'Afrique de l'Ouest sont au bord de Extinction, c'est ce que conclu une nouvelle étude après d'éprouvantes recherches commencées en 2005. Les lions d'Afrique de l'Ouest, une espèce distincte de leurs congénères de l'Est et du Sud du continent africain, étaient censés habiter et se reproduire dans 21 zones protégées. 

Mais l'équipe de recherche n'a pu constater aucune présence de lions dans les trois quart des zones de protection de l'animal, ils ont en revanche rencontré de nombreux braconniers agressifs, et, dans certains pays des groupes rebelles, rapporte la revue "Scientific American ".

Les lions ne vivent plus que dans quatre des zones protégées, on en dénombre seulement 400 d'entre eux pour seulement 250 adultes dans la totalité des zones, soit environ un pour 1.000 kilomètres carrés. Leur répartition les ont aujourd'hui totalement isolés les uns des autres.

En revanche, des preuves de succès de reproduction dans les quatre domaines où ils se trouvent existent. 

«Nous savons finalement où les lions vivent », reprend le coordonnateur du programme, «et c'est là où nous devons investir tous nos efforts pour les sauver.

 

 


Publié dans Nature

Partager cet article