nutrition & sante

Des fruits bons pour la santé

Publié le par Gerome

bons-fruits.png

 

 

 

Publié dans Nutrition & Santé

Partager cet article

Saisonnalité des fruits et légumes

Publié le par Gerome

saisonnalite.jpg

 

La saisonnalité des fruits et légumes est importante à différents points de vue. Tout d'abord, les végétaux de saisons sont meilleurs au goût dans bien des cas, il permettent d'apprendre à cuisiner, à se faire plaisir, de suivre la nature pour manger varié. On sait aussi qu'une consommation hors saison encourage une agriculture souvent intensive, pour faire pousser des végétaux malgré les règles naturelles. Cela contribue aussi à la pollution et au gaspillage par le fait que l'on transporte des cargaisons énormes d'aliments de l'autre bout de la planète. Alors, il suffit de se référer à cette image, de se procurer un tableau récapitulatif sur internet, de s’inscrire dans une AMAP,ou bien d'aller au marché en choisissant une production locale.

 

 


Publié dans Nutrition & Santé

Partager cet article

L'UE autorise la viande traitée à l'acide

Publié le par Gerome

La Commission européenne a autorisé lundi l'utilisation d'acide lactique pour réduire la contamination microbiologique des carcasses de bovins. La mesure entrera en vigueur le 25 février et "s'appliquera tant au sein de l'Union européenne qu'à la viande de boeuf importée", a indiqué une source communautaire. La question du traitement des carcasses bovines à l'acide lactique était un sujet de contentieux entre les Etats-Unis et l'UE, qui interdisait l'importation de la viande traitée de cette façon.

 

carcasse-de-boeuf.jpg


Cette pratique "contribuera à réduire la contamination par les plus importants pathogènes qui sont fréquemment à l'origine des intoxications alimentaires comme l'E.coli (VTEC) et la salmonelle", a indiqué la Commission dans un communiqué.Les opposants à une telle pratique mettent en avant, eux, le risque que ces bactéries ne mutent encore plus vite pour mieux résister à ce traitement, comme c'est déjà le cas outre-Atlantique. De plus, en autorisant une telle pratique, les abattoirs risquent de relacher leur vigilance sur l'hygiène.


Les ministres européens de l'Agriculture n'étaient pas parvenus à s'entendre sur le sujet en novembre 2012, et la Commission européenne avait été chargée de prendre une décision. L'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) avait émis un avis favorable en juillet 2011.

 

 


Publié dans Nutrition & Santé

Partager cet article

Bananes et pesticides, un cocktail toxique pour les enfants

Publié le par Gerome

Malgré leur neurotoxicité, les sacs imprégnés d’insecticides sont toujours utilisés à grande échelle dans les bananeraies pour protéger les fruits. Ces procédés provoquent une importante pollution chimique, dont les enfants sont les premières victimes.

 

bananes-pesticides.jpg

 

Interdit à la maison, mais pas dans les champs


Une étude publiée par le site Environmental Health News révèle que les sacs traités au chlorpyriphos mettent en danger la santé des populations vivant à proximité des bananeraies, plus particulièrement celle des enfants.

Accusé de provoquer des retards intellectuels ou des troubles moteurs chez les enfants dont la mère a été exposée au cours de la grossesse, ce puissant insecticide appartenant à la famille des organophosphorés est depuis longtemps interdit en usage résidentiel.

Chez l’adulte, le chlorpyriphos entraîne une surstimulation du système nerveux, des nausées, des vertiges et des épisodes de confusion.

Dans les champs, il reste néanmoins utilisé à grande échelle, afin de protéger les récoltes contre les insectes.


La solution : les bananes bio


Pour les populations autochtones dont le territoire jouxte les plantations de bananes, il s’agit d’un problème sanitaire majeur. Chez les ethnies caribéennes Bribri et Ngäbe, dans la région de Talamanca, plus de la moitié des enfants étudiés présentaient des taux d’exposition supérieurs aux limites tolérées aux États-Unis.

Les sacs imprégnés de chlorpyriphos servent à recouvrir les régimes de bananes au cours de leur croissance, afin de limiter les dégâts dus aux insectes. Les récoltes sont généralement destinées à l’exportation vers l’Europe et l’Amérique du Nord.


Il existe néanmoins des alternatives à ces traitements toxiques. Chez les enfants vivant aux abords de bananeraies cultivées selon les principes de l’agriculture biologique, les taux de chlorpyriphos relevés sont divisés par deux.


Les écosystèmes aquatiques sont gravement touchés


L’étude divulguée par Environmental Health News révèle que les engrais et les pesticides sont également responsables d’une pollution de l’air et des cours d’eau locaux. Outre les problèmes de santé qu’elles entraînent chez les ouvriers agricoles, ces substances chimiques provoquent de véritables ravages au sein des écosystèmes, tuant indifféremment insectes, poissons et amphibiens.


Pour mettre un terme à cette pollution, l’étude préconise le recours à des méthodes moins agressives pour l’environnement, comme l’utilisation de pièges à phéromones, la rotation des cultures ou la gestion durable des sols.

 

 


Publié dans Nutrition & Santé

Partager cet article

Un poison radioactif dans nos smartphones

Publié le par Gerome

Métaux indispensables à nos appareils électroniques, les terres rares sont à l’origine d’une catastrophe environnementale dans les pays où elles sont traitées. Reportage en Malaisie.

 

Un après-midi de la fin du mois de février 2012, par une chaleur étouffante, je m’arrête dans une station essence Esso de la petite ville malaisienne de Bukit Merah. Mon guide, un boucher du nom de Hew Yun Tat, me prévient que le gérant a la réputation d’être un grippe-sou. Nous sommes venus lui poser des questions sur un sujet qu’il n’aime pas aborder : le travail qu’il faisait dans les années 1980 lorsqu’il était propriétaire d’une société de transport routier. Il avait obtenu un contrat avec Asian Rare Earth, une usine locale codétenue par [le groupe japonais] Mitsubishi Chemical, qui fournissait des minéraux rares au secteur de l’électronique grand public.

 

poison-danger.jpg


Asian Rare Earth lui offrait trois fois ce que lui rapportaient ses autres clients. Il devait uniquement évacuer des déchets loin de l’usine, sans que personne lui dise où ni comment s’en débarrasser. “Parfois, on nous disait que c’était de l’engrais, alors on emmenait ça dans des fermes du coin, explique Hew Yun Tat. Comme mon oncle cultivait des légumes, je lui en déposais une partie.” Il est aussi arrivé que les responsables de la raffinerie lui donnent ce qui était censé être de la chaux vive, un des camionneurs avait même peint sa maison avec. “Il avait trouvé ce produit parfait, car il repoussait les moustiques et les souris.”


Opération de nettoyage


En réalité, Hew Yun Tat et ses employés transportaient des déchets toxiques et radioactifs, ce qu’ils ont découvert un an plus tard lorsque Asian Rare Earth a voulu construire une décharge dans une ville voisine. Là-bas, les habitants s’y sont opposés et quelques militants ont apporté un compteur Geiger à l’usine, ce qui leur a permis de découvrir que le taux de radioactivité était extrêmement élevé, parfois 88 fois plus que les taux autorisés par les normes internationales. En 1985, les habitants ont lancé une action en justice qui a poussé le gouvernement à fermer l’usine jusqu’à ce qu’Asian Rare Earth procède à un nettoyage.


Mais les villageois étaient inquiets. Des femmes qui vivaient près de l’usine avaient fait des fausses couches, d’autres avaient donné naissance à des enfants chétifs, aveugles ou frappés de maladies mentales. Certains souffraient de leucémie. L’administration a fait savoir aux habitants que les déchets faisaient l’objet d’un retraitement adapté. Pourtant, en 2010, un journal local s’est rendu à la décharge d’Asian Rare Earth et a trouvé 80 000 bidons contenant près de 16 millions de litres d’hydroxyde de thorium, un produit radioactif. Cette année-là, Mitsubishi Chemical a lancé la construction d’un espace de stockage souterrain et sécurisé pour entreposer les déchets de son ancienne filiale. En mars 2011, The New York Times a déclaré que ce projet, dont le coût s’élevait à 100 millions de dollars [75 millions d’euros], était “la plus grande opération de nettoyage jamais menée dans l’industrie des terres rares”.


C’est mon iPhone qui m’a conduit en Malaisie. Je savais déjà que son allure élégante cachait une histoire problématique. J’avais lu des articles sur les usines d’Apple en Chine où des adolescentes passent quinze heures par jour à nettoyer des écrans avec des solvants toxiques. Toutefois, j’ignorais la genèse de mon téléphone avant qu’il ne soit assemblé. J’ai découvert que son parcours louche avait commencé bien avant son arrivée dans une usine chinoise. Les éléments qui servent à fabriquer tous nos gadgets high-tech sont issus d’un secteur peu reluisant, qui permet aux pays riches d’extraire les précieuses ressources des Etats pauvres, pour ensuite les laisser se charger du nettoyage.


“Plus jamais ça.”

C’est une rengaine qu’on entend souvent à Bukit Merah, dont les habitants subissent depuis vingt ans les conséquences des décisions prises par Asian Rare Earth. Mais le gouvernement malaisien n’est pas de cet avis. En 2008, il a autorisé une entreprise australienne, Lynas Corporation, à ouvrir une raffinerie de terres rares sur la côte est du pays. L’extraction aura lieu en Australie, mais le raffinage se fera à Kuantan, une petite ville tranquille au bord de la mer. Une fois construite, cette usine sera la plus grande de sa catégorie et subviendra à 20 % de la demande mondiale en terres rares.

 

 


Publié dans Nutrition & Santé

Partager cet article