ogm j'en veux pas!

Quels rapports entre la crise des subprimes et les OGM ?

Publié le par Gerome

En quoi la crise des subprimes nous éclairent-elles sur les risques liés aux OGM ? Ces deux mondes, finance et sciences de la vie, sont pourtant très éloignés. Détrompez-vous, dans les deux cas, on retrouve le même type d'acteurs, les mêmes schémas, les mêmes étapes qui précèdent les crises. La crise des "subprimes de la vie" (*1), comme je la nomme, est déjà en marche. Pour en savoir plus cliquez sur le lien ci dessous : 

 

Notre Terre demain

 

 

Publié dans OGM j'en veux pas!

Partager cet article

Ils ont semé la mort dans nos campagnes

Publié le par Gerome

 

Pourquoi la commission européenne veut elle à tout prix libéraliser la production des OGM en Europe ? L'opposition aux OGM en plein champ et dans nos assiettes est majoritaire en Europe et on peut espérer que la campagne menée par Greenpeace pour recueillir un million de signatures et obliger ainsi l'Europe à organiser une consultation démocratique va trouver des appuis suffisants.


Bruxelles qui voit bien cette opposition massive à la mainmise des lobbies pro OGM sur les choix européens essaie d'inventer des systèmes de coexistence. Mais il n'y a pas de coexistence possible puisque la contamination se fait sur des dizaines de kilomètres voire davantage.Quelle démocratie peut accepter que des OGM vienne détruire toutes les variétés anciennes, mettre à mal la biodiversité.

On voit ce qui se passe au Mexique et au Brésil sans oublier les suicides nombreux des paysans de l'Inde auxquels ont a fait croire que les semences OGM vont améliorer leurs productions. Et c'est le contraire qui est arrivé. Des associations paysannes sont en train de redistribuer à ces paysans des semences traditionnelles dans une progression très encourageante.

La justice du Brésil vient d'interdire un maïs Bt de Bayer....des scientifiques américains découvrent que la pollution des rivières dues aux maïs qui fabriquent eux même leurs propres pesticides est bien plus importante. En effet ces plantes produisent des pesticides en quantité bien plus importante que ne le fait l'agriculteur lorsqu'il intervient lui même.

Et lorsqu'un un responsable de chambre d'agriculture soutient une politique OGM en invoquant une diminution d'intrants, c'est un mensonge. Une diminution d'achats d'intrants bien sûr - mais une augmentation spectaculaire d'éléments toxiques dans le sol..les nappes et les rivières..Un gain potentiel - à court terme - pour la trésorerie du producteur mais un désastre pour l'environnement.

La moitié de l'Argentine est couverte aujourd'hui de Roundup pour la production de plantes OGM....et donc - étant donnée la toxicité majeure de cette molécule - des problèmes sanitaires inouis. Quel désastre.!

Comment la commission européenne peut elle continuer à vouloir nous refiler des dérives de production devant lesquelles d'autres commencent à faire marche arrière." Ils ont semé la mort dans nos campagnes" s'exclamait ce paysan argentin. Si ce cri pouvait ne pas devenir le nôtre !

L'Europe ...les démocraties européennes refuseront les nouvelles barbaries
que déploient - avec quel cynisme, avec quelle cupidité ! - des lobbies industriels, agroalimentaires, financiers qui se soucient bien peu du mieux vivre des humains mais veulent mettre la main sur l'aventure du vivant. Sur les bancs du parlement européens des femmes et des hommes disent non : nous sommes avec eux ; il donnent sens à la construction européenne.

Le baladin du verger

 

 


Publié dans OGM j'en veux pas!

Partager cet article

OGM : les insecticides du maïs Bt retrouvés dans les rivières américaines

Publié le par Gerome

 

Des chercheurs américains ont effectué des analyses dans plusieurs cours d’eau de l’Indiana, six mois après la récolte de plants de maïs transgénique Bt. Les résultats obtenus révèlent qu'un quart des rivières étudiées sont polluées par les toxines que produit ce maïs pour lutter contre les insectes.

 

MaisTransgenique_big.jpg

La protéine insecticide Cry1Ab, produite par ce maïs génétiquement modifié, provient de la bactérie Bacillus thuringiensis ou Bt. Lorsqu'ils ont analysé six mois après la récolte 217 cours d'eau de l’Indiana, les chercheurs ont découvert que 86% des échantillons contenaient des déchets de maïs. Dans 23% des sites, ils ont détecté la présence de la protéine insecticide dans l’eau.

Les scientifiques font état d'une concentration moyenne de 14 nanogrammes par litre. Une quantité faible dont les conséquences font aujourd'hui l'objet de recherches et de débats. Aux États-Unis, le maïs Bt représente 63% du maïs cultivé, soit environ 23 millions d’hectares. Se pose alors la question de l'impact des doses relevées sur les organismes vivants et l’écosystème des cours d’eau. "Leur test de détection ne permet pas de savoir si la protéine est encore active, ce qui est la question clé" souligne Yves Bertheau de l’Inra.

Menée par Emma Rosi-Marshall, du Cary Institute of Ecosystem Studies, l'équipe qui a réalisé cette étude estime nécessaire de poursuivre les recherches pour déterminer si la menace est réelle ou non.

 


Publié dans OGM j'en veux pas!

Partager cet article

OGM: plus d'un million de signatures pour demander l'arrêt des autorisations

Publié le par Gerome

 

Plus d'un million de citoyens de l'UE ont signé une pétition pour réclamer la suspension des autorisations de cultures et de commercialisation des organismes génétiquement modifiés (OGM), ont annoncé mardi Greenpeace et le mouvement Avaaz, à l'origine de cette initiative.

Lancée dans le cadre de l'initiative citoyenne instaurée par le Traité de Lisbonne en décembre 2009 pour permettre aux citoyens "d'inviter la Commission à proposer de nouvelles lois", cette pétition vise à stopper le processus d'autorisation des OGM.Greenpeace et Avaaz veulent remettre cette pétition au président de la Commission José Manuel Barroso dans les prochaines semaine et lui demandent de répondre rapidement aux préoccupations exprimées par les citoyens.

La collecte des signatures se poursuit pour atteindre 1,5 million et représenter le plus grand nombre d'Etats membres, ont précisé les deux organisations."La Commission va étudier les arguments développés dans cette pétition", a assuré mardi Frédéric Vincent, porte-parole du commissaire à la Santé John Dalli, en charge du dossier des OGM.

La pétition appelle José Manuel Barroso a "décréter un moratoire sur l'introduction des plantes génétiquement modifiées en Europe et à mettre en place un organisme éthique et scientifique indépendant chargé de mener à bien la recherche sur l'impact des OGM et déterminer leur régulation".Mais "Greenpeace est en avance", déplore la Commission. Une étape importante doit encore être franchie: l'adoption d'un règlement fixant les règles et procédures de l'initiative citoyenne.

La Commission a fait une proposition. Elle a obtenu un accord politique des Etats, mais n'a pas encore été approuvée par le Parlement.Légalement, la pétition n'est pas une vraie initiative citoyenne, reconnaît l'eurodéputé vert allemand Gérald Hafner, rapporteur sur l'initiative citoyenne.

Tout dépend désormais de M. Barroso. Il peut décider que cette pétition n'est pas recevable, souligne M. Hafner. Mais ce serait difficile à faire accepter politiquement."On ne peut pas ignorer plus d'un million de signatures", a reconnu un membre du cabinet du commissaire Maros Sefcovic, chargé de l'initiative citoyenne.

 


 

Publié dans OGM j'en veux pas!

Partager cet article

Bové dénonce un conflit d'intérêt européen sur les OGM

Publié le par Gerome

Le député européen réclame la démission de la présidente de l'Autorité de sécurité alimentaire européenne, membre du conseil d'aministration d'un organisme actif dans les OGM.

 

ogm-greenpeace_bmb.jpg

 

Noyautée. José Bové a dénoncé ce mercredi un conflit d'interêt au sein de l'Autorité Européenne chargée des avis scientifiques sur les OGM. Le député européen réclame une réforme "en profondeur" de cet organisme.  

Le vice-président de la commission agriculture du Parlement européen demande la démission de Diane Banati, présidente du Conseil d'administration de l'Autorité européenne de la sécurité alimentaire (EFSA). Il accuse cette dernière d'avoir caché être membre du conseil d'administration de l'International Life Science Institute (Ilsi) Europe, une organisation regroupant la plupart des groupes agrochimiques actifs dans les OGM.  

"Ommission grave".


Dans sa déclaration d'intérêt, publiée sur le site de l'EFSA, Diane Banati "minore son implication au sein de l'Ilsi", estime José Bové qui voit là une "omission grave". En effet, affirme-t-il, "elle se contente de reconnaître qu'elle fait partie depuis 2003 du comité de conseil scientifique d'Ilsi Europe. Elle ne mentionne pas qu'elle est en fait membre du Conseil des directeurs, ce qui implique des responsabilités beaucoup plus importantes au sein de cette organisation".  

José Bové précise avoir informé le commissaire à la Santé John Dalli de ce problème. Il déplore que ce dernier "n'ait pas jugé utile d'agir pour empêcher un possible noyautage de l'EFSA par les lobbies des multinationales de l'agro-alimentaire".  

Réponse du porte-parole de John Dalli: le commissaire a "pris note" des "préoccupations concernant Mm Banati". "Il a relayé aux services de la Commission qui ont confirmé que cette nomination avait respecté les procédures".  


La présidente du conseil d'administration de l'EFSA n'a aucune compétence sur les avis scientifiques rendus par l'autorité, ajoute le porte-parole de John Dalli. Elle est simplement chargée de veiller au bon fonctionnement de l'agence, indique-t-il encore.  

José Bové réclame en outre une réforme de l'EFSA pour la rendre "totalement indépendante". Une évaluation des activités de l'EFSA doit être réalisée en 2011, afin de déterminer les réformes nécessaires, lui répond le porte-parole de John Dalli.  

 


Publié dans OGM j'en veux pas!

Partager cet article

<< < 10 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 > >>