ogm j'en veux pas!

Interdiction des cultures OGM, Bruxelles met des bâtons dans les roues

Publié le par Gerome

ogm-cantine.gif

La Commission européenne a réaffirmé vendredi que la législation européenne n'autorisait pas un Etat ou une région à "geler" la culture d'organismes génétiquement modifiés (OGM), comme la possibilité en est évoquée en France. "Une interdiction générale n'est pas possible selon la juridiction européenne", a rappelé Barbara Helfferich, la porte-parole du commissaire à l'environnement Stavros Dimas. Le gouvernement français prépare "un gel de la commercialisation des semences OGM" jusqu'à l'adoption d'une nouvelle loi, mais celui-ci a affirmé vendredi que "sa position n'est pas arrêtée".

C'est une situation intenable. Lorsque le gouvernement enfin décide d'entreprendre un gel des cultures OGM, c'est bruxelles qui empêche de tourner en rond.
On se demande à quoi va servir le grenelle de l'environnement si les décisions sont déjà prises avant et par plus haut. Je sens que ça va encore être une belle mascarade où il n'y aura aucune avanvée, une farce démocratique servant plus à apaiser la grogne générale qu'à un désir honnête de travailler pour le bien commun.
Quand on sait que 8 français sur 10 se disent inquiets face aux OGM, il n'y a pas besoin de polémiquer plus longtemps. Il faut écouter la voix du peuple et non prendre des décisons despotiques et unilatréales.
NON AUX OGM!!!




Publié dans OGM j'en veux pas!

Partager cet article

Greenpeace publie la carte des surfaces OGM

Publié le par Gerome

La majeure partie du maïs OGM est cultivée dans le Sud Ouest, en région Aquitaine et Midi-Pyrénées. Les départements de Haute-Garonne et du Tarn-et-Garonne sont les plus touchés. Ils cultivent chacun plus de 2 000 hectares de maïs OGM, ce qui menace de contamination les productions de qualité sous label et d'agriculture biologique.
L'OGM cultivé dans les champs est le maïs MON810, de Monsanto, génétiquement modifié pour produire un insecticide et résister à la pyrale du maïs, un insecte ravageur.

Face aux dangers sanitaires et écologiques que représente cet OGM, de plus en plus de pays européens (récemment l'Allemagne) ont pris un moratoire sur sa culture. En France, 86 % des citoyens*  demandent une interdiction temporaire ou définitive des cultures en plein champ d'OGM. Pourtant, le gouvernement se refuse à prendre un moratoire sur le MON810.
En vue du Grenelle de l'environnement, Greenpeace demande donc au gouvernement d'agir fermement pour protéger l'environnement et l'alimentation des risques transgéniques en instaurant un moratoire immédiat sur la culture du maïs transgénique MON810 et en réalisant la récolte préventive des 20.000 ha déjà plantés.

« C'est la seule façon d'éviter la pollution génétique des cultures voisines et ce sera certainement moins onéreux que de faire face aux multiples contentieux de contamination des champs non OGM », selon Arnaud Apoteker (source : site Greenpeace France).

carte-des-surfaces-OGM.png

Publié dans OGM j'en veux pas!

Partager cet article

Épandage de pollen sur du maïs transgénique en Ardèche

Publié le par Gerome

 

  corn-grenade.jpg


L'ex-candidat à la présidentielle et 500 militants anti-OGM ont épandu du pollen de maïs traditionnel sur un champ de maïs OGM, rendant les semences impropres. Les organisateurs avancent que l'opération s'est déroulée "dans un cadre légal" car personne n'a eu à entrer dans le champ.

Ils ont conçu cette opération comme un "baptême". 500 militants anti-OGM, José Bové en tête, ont "pollinisé" jeudi en Ardèche un champ de maïs OGM, c'est à dire qu'ils ont épandu du pollen de maïs traditionnel afin de rendre les semences OGM impropres. L'opération s'est déroulée à Lussas "sans incident", sans que personne n'ait à entrer dans la parcelle d'environ 6.000 m2, et la gendarmerie présente sur les lieux n'est pas intervenue, selon les "organisateurs".

Face aux nombreuses condamnations dont ils font l'objet, les militants anti-OGM ont imaginé ce moyen d'action pour limiter leur responsabilité. "Nous avons simplement agité des épis. Les pollens sont déplacés par le vent, les insectes, les humains, donc on a pas eu besoin de rentrer dans la parcelle", a souligné le responsable d'Agribio Ardèche, association de promotions des produits biologiques du département participant à l'opération. Les organisateurs estiment que l'opération s'est déroulée "dans un cadre légal" car personne n'a eu à entrer dans le champ. "Jusqu'à présent ce sont les OGM qui polluent les paysans autour, et bien là pour la première fois nous allons polluer la semence en envoyant du pollen de maïs traditionnel et le semencier ne pourra rien en faire. C'est la politique de l'arroseur arrosé, on va polluer le pollueur", a pour sa part déclaré José Bové.

"Nouvelle forme de sabotage"

Le semencier français Limagrain, qui exploite le champ, a annoncé son intention de porter plainte et qualifié l'opération de "nouvelle forme de sabotage". Selon le directeur stratégie et communication du groupe, "c'est parfaitement l'équivalent d'une destruction, puisque la pureté du maïs est exigée dans tous les cas de commercialisation". "On va analyser les conséquences de ces actes mais c'est certain qu'on va porter plainte", a-t-il ajouté. De son côté, la préfecture de l'Ardèche n'a pas souhaité faire de commentaire.

Les anti-OGM accusent les semenciers d'OGM d'être incapables de maîtriser les pollens de leurs plantes et de contribuer à la prolifération des OGM dans les champs de cultures traditionnelles. La parcelle de Limagrain concernée par l'action est située à Lussas, près d'Aubenas. Interrogé récemment sur les sites de Limagrain, le groupe avait mentionné des champs dans le Tarn-et-Garonne et le Gers, mais aucun en Ardèche. Le directeur général du groupe avait annoncé début juillet qu'il "s'interrogeait très sérieusement" sur la poursuite de ces essais en France, à la veille du Grenelle de l'environnement qui doit notamment se prononcer sur les OGM.

Source : http://terresacree.org

Publié dans OGM j'en veux pas!

Partager cet article

Les cultures OGM s'étendent en France

Publié le par Gerome

Le gouvernement vient de publier la liste des cantons où des cultures  OGM , du maïs « MON 810 » de Monsanto, qui a pour "caractéristique de résister aux attaques de certains insectes ravageurs", ont été déclarées.
Seul les cantons sont connus, ce qui ne permet pas aux agriculteurs voisins ( conventionnels ou bio ) ni aux apiculteurs de savoir s’ils sont concernés par un risque proche .
Sur environ 20 000 Ha semés en France, près de 4000 le sont en Aquitaine.

liste des cantons concernés sur   

http://www.ogm.gouv.fr/mise_marche/registre_cultures/registre_cultures.htm



Publié dans OGM j'en veux pas!

Partager cet article

Des apiculteurs attaquent un producteur de maïs OGM

Publié le par Gerome

abeille3.jpg
Un couple d'apiculteurs et sept organisations agricoles ont demandé mercredi devant la cour d'appel d'Agen la destruction des parcelles de maïs OGM du producteur Claude Ménara, pour "dissémination de pollen de maïs génétiquement modifié".
Maurice et Marie-France Coudoin, apiculteurs, ainsi que sept organisations agricoles dont la Confédération paysanne ont demandé au juge "la destruction de la récolte avant la fleuraison, d’ici quelques jours (...) sur l’ensemble des parcelles de maïs Bt Monsanto 810 de M. Ménara", a indiqué leur avocat, Me François Roux.
Les plaignants, qui avaient intenté en avril une action en référé à l'encontre de Claude Ménara en raison du risque de contamination des ruches et cultures environnantes, avaient été déboutés le 24 mai par le tribunal de grande instance de Marmande (Lot-et-Garonne).

Ils n'ont ainsi pas pu empêcher le producteur de semer, comme en 2006, 100 hectares de maïs transgénique à Grézet-Cavagnan (Lot-et-Garonne).
Selon Me Roux, "une expérimentation menée en août 2006 sous contrôle d’huissier prouve que les ruches situées à 400 mètres et 1.200 mètres des champs de M. Ménara sont gravement polluées" puisqu'on y "retrouve plus de 30% d’OGM".
"Les préjudices économiques et environnementaux sont graves", a-t-il souligné, dénonçant l'absence d'un "document public qui localise avec précision les parcelles concernées". "Nous sommes aujourd’hui face à des lobbys puissants qui veulent faire passer de force la culture OGM dans notre pays", selon lui.

L’avocate de M. Ménara, Me Maï Le Prat, a fait valoir de son côté que son client "sème son maïs dans le plus grand respect du droit". "La demande des apiculteurs est irrecevable", a-t-elle déclaré, estimant que "la partie adverse n’avance aucun argument juridique mais fait de la politique".
Me Le Prat, qui a salué la "très bonne décision en première instance" du TGI de Marmande, a souligné que le référé permet de "prendre des mesures d’urgence si on démontre qu’il y a un dommage imminent ou un trouble manifestement illicite, or ce n’est pas du tout le cas dans ce dossier", selon elle.
Le jugement a été mis en délibéré au 12 juillet
Source : AFP

Je suis de tout coeur avec ces apiculteurs et j'espère que cette fois-ci le tribunal leur donnera enfin raison. Leurs abeilles sont en train de disséminer un poison et l'état reste campé sur ses positions. Ce champ de maïs OGM est illégitime car dangereux pour la santé humaine et animale.

Publié dans OGM j'en veux pas!

Partager cet article

<< < 10 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 > >>