Les vaches comme source d’énergie pour une station de ski

Publié le par Gerome

Une station de ski américaine a choisi de tirer son énergie… des vaches.

 

Vaches.jpeg


Dans la station de ski de Killington Resort, en plein cœur du Vermont (États-Unis), on se met à l’énergie durable grâce aux vaches pour la saison 2012-2013. Grâce à un partenariat avec la société  Green Mountain Power, la station a mis en place une télécabine entièrement alimentée énergétiquement à partir de fumier de vache. Cette énergie verte peu orthodoxe baptisée « Cow Power » a pour but de collecter le fumier dans les fermes laitières du Vermont pour le transformer en biogaz puis en électricité.


Plus précisément, le fumier des 10 000 vaches réparties dans les 13 fermes de l’État sera collecté toute la journée, puis mélangé avec l’eau usagée servant à nettoyer l’équipement de ces fermes. Cette bouillie sera ensuite chauffée pendant trois semaines à 38 degrés Celsius permettant ainsi aux bactéries de transformer le mélange en biogaz. Ce dernier, constitué à 60 % de méthane (CH4) et à 40 % de dioxyde de carbone (CO2) sera ensuite utilisé comme combustible dans un moteur qui générera de l’électricité qui alimentera la télécabine K-1 Express Gondola.


Un nouvel exemple du recyclage servant les énergies renouvelables


L’initiative est certes peu ragoutante mais révélatrice de l’importance accordée par les dirigeants de cette station de ski à la protection de l’environnement. Elle n’est cependant pas un cas isolé, aussi étrange soit-elle. En mars dernier, le zoo de Denver avait lancé la création d’un Tuk-Tuk, un pousse-pousse motorisé, entièrement alimenté par des déchets organiques et des déjections d’éléphants.

Dans ces deux cas, le développement durable en sort renforcé, et c’est cela qui compte.

 

 


 

Publié dans Les bonnes nouvelles

Partager cet article

Une étude révèle que 100% des femmes et des foetus sont contaminés avec des composés OGM nocifs

Publié le par Gerome

À bien des égards, nous recherchons la vraie science, pas celle qui est financée par les entreprises d'OGM, pour nous dire la vérité sur les organismes génétiquement modifiés et leurs dangers. Parce que ces sociétés contrôlent l'accès à leurs produits chimiques et bloquent toute recherche connexe, ce que nous savons est très peu. Mais d'après le peu que nous savons, il y a beaucoup à craindre concernant les organismes génétiquement modifiés.

 

ogm


Récemment, des scientifiques du Canada ont mené une étude portant sur les femmes enceintes et non enceintes, à la recherche de produits chimiques contenus dans les pesticides liés aux aliments génétiquement modifiés. Ce qu'ils ont trouvé était effrayant, en effet, 100% de ces femmes avaient au moins une de ces toxines

Selon GreenMedInfo.com, les scientifiques étaient à la recherche de 5 toxines de base. Ceux-ci incluent :

* Le glyphosate (herbicide Roundup de Monsanto)


* Glufosinate (un herbicide)


* AMPA (métabolite du glyphosate)


* 3-MMPA (un métabolite du glufosinate)


* Cry1Ab (la toxine Bt du glufosinate)


Toutes les femmes avaient au moins l'une des toxines présentes dans le sang, mais il y avait des différences entre les femmes enceintes et non enceintes. Un grand pourcentage des femmes de l'étude qui n'étaient pas enceintes avait à la fois le glyphosate et le glufosinate dans le sang, tandis que les femmes enceintes n'en avaient pas. Cependant, 100% des femmes enceintes étudiées avaient le 3-MPPA dans leur sang et 93% avaient Cry1Ab. Fait encore plus troublant, 100% des cordons fœtus étudiés, avaient le 3-MPPA et 80% avaient le Cry1Ab.

Donc, non seulement toutes les femmes ont probablement certaines de ces toxines d'OGM en elles, mais elles peuvent le transmettre à leurs enfants. Ceci est similaire à la recherche menée par une université allemande qui a décélé du glyphosate dans tous les échantillons d'urine.

Qu'est ce que cela signifie et quels sont les dangers immédiats? C'est là que plus de recherche est nécessaire. Même si la recherche est étroitement contrôlée par les sociétés avec le système des brevets. Nous savons que le 3-MPPA est un acide propionique. Selon le rapport de GMI, cela signifie qu'il est classé comme une substance chimique nocive pouvant entraîner des crampes, des brûlures, des nausées, des vomissements et divers autres maux en cas d'ingestion. Quant à la protéine Cry1Ab, Greenpeace indique qu'il s'agit d'un immunogène, ce qui signifie qu'il crée une réaction du système immunitaire et pourrait éventuellement augmenter le problème actuel des infections résistantes aux antibiotiques.

Ces cinq composés que les chercheurs ont décelé dans leur étude sont classés comme "Generally Recognized As Safe" (GRAS). Oui, ces produits chimiques qui ont des effets secondaires sérieux lorsqu'ils sont proposés dans d'autres circonstances, les mêmes que ceux qui tuent les parasites, notre gouvernement nous assure qu'ils sont sûrs et sans danger.


Que pouvez-vous faire? Autant que possible, évitez de produits contenant des ingrédients génétiquement modifiés. En outre, soutenez la proposition de loi 37de la Californie, qui nécessitera l'étiquetage de ces ingrédients et qui pourrait inciter d'autres États et même toute la nation à faire de même. En outre, ne supportez plus Monsanto, cette société paye des millions de dollars pour contrer la Proposition 37 et répand des mensonges à propos de l'étiquetage des OGM.

 

 



Publié dans OGM j'en veux pas!

Partager cet article

Un vétéran de la NASA déclare que la Terre ne peut supporter plus de 500 millions d'individus vivant à l'occidentale

Publié le par Gerome

Pour le moment, les chemtrails, la nourriture et les médicaments empoisonnés sont les solutions retenues pour la réduction à long terme de l'excèdent de population.

 

Le Dr Wayne Cecil, ex climatologue à la NASA, a affirmé récemment que la terre ne peut supporter plus de 500 millions de personnes avec l'actuel mode de vie occidental. Il a également souligné que le contrôle de la population et la gestion des ressources en eau doucedoivent être les «premières priorités mondiales».

 

foule.jpg

 

Dr Cecil, qui était un chercheur de la NASA et la National Oceanic and Atmospheric Administration, travaille actuellement pour la "National Climatic Data Center" à Ashville, en Caroline du Nord.
Le Dr. Cecil, qui se spécialise dans les données climatiques, reconnaît que la question de savoir si les humains sont responsables du changement climatique n'a pas été définitivement tranchée, il a exprimé sa crainte que «la terre ne peut supporter plus d'un demi-milliard de personnes avec un  "mode de vie axé sur la consommation" occidentale.

Le nombre de 500 millions a été fixé par deux démographes et des écologistes comme "taille de la population optimale" au cours du siècle dernier.

Cecil a déclaré à l'animateur de radio Sharon Kleyne :

«Nous pouvons prédire le temps de façon assez précise une dizaine de jours à l'avance», explique le Dr Cecil, "mais notre capacité prédire le climat sur 2 à 20 ans est moins précise. La prévision de la méteo et du climat, qui nous indique la disponibilité et la distribution de l'eau est essentielle à la production agricole, la croissance démographique à la santé et la qualité de vie. "

Le Dr Cecil a aussi parlé des signes de changements climatiques passés observés sur Mars. Comme le dr. Cecil l'a expliqué l"explorateur Curiosity a découvert un type de surface basaltique "avec une forte teneur en eau indicative d'un ancien plancher océanique. Mars montre également des signes d'érosion dus à l"écoulement d'eau écoulée et des calottes glaciaires polaires. "

Les signes précités du changement climatique ne sont probablement pas dû à l'activité humaine-et encore moins extraterrestre pour autant que l'on a pas encore observé d'usines débordant de dioxyde de carbone sur la planète rouge.

Un autre gars ex-NASA, James Lovelock a fait équipe avec les éco- facistes Ehrlich et Hansen pour appeler à une réduction massive du nombre des humains au nom de la terre. Dans un communiqué émis plus tôt cette année par les trois comparses intitulé "Environnement et enjeux de développement: la nécessité d'agir" ces démons appellent à une mise en œuvre globale des politiques de population. Pour mettre en œuvre efficacement ces politiques, les auteurs proposent que les droits fondamentaux soient violés afin de répondre à ce qu'ils appellent "le problème démographique":

"La question de la population doit être traitée d'urgence par l'éducation et l'autonomisation des femmes, y compris dans la force de travail et en matière juridique, par la propriété, l'héritage, les soins de santé des enfants et des personnes âgées;. Ainsi que par la contraception moderne et accessible à tous», écrivent-ils.

Bien sûr, nous savons parfaitement ce qu'ils entendent par «soins de santé des enfants et des personnes âgées". Nous avons récemment vu les terribles résultats des soins de santé pour les enfants dans les provinces eugénistes de la Chine.

Critiquant le fait que « le financement pour contrôle de la fécondité dans le monde entier"  ait diminué de 30% entre 1995 et 2008, notamment en raison de la pression législative de la droite religieuse aux États-Unis et ailleurs", les auteurs plaident pour "l'éducation et la planification nécessaires pour favoriser et atteindre une population humaine favorisant un mode de vie durable. "

Notre mode de vie permet une population limitée n'excédant pas 500 millions. Lovelock et co. sont moins précis sur la taille de la population optimale que son ancien collègue Cecil, ils ont juste déclaré :
"Globalement, nous devons trouver de meilleurs moyens afin de convenir et mettre en œuvre des mesures visant à atteindre des objectifs collectifs".

Enfin, dans une tournure dramatique, la bande de frères eugéniques recycle le vieux truc malthusien destiné à effrayer les enfants :

"Face à une situation d'urgence absolument sans précédent, la société n'a pas d'autre choix que de prendre des mesures draconiennes pour éviter un effondrement de la civilisation. Soit nous allons changer nos habitudes et construire un tout nouveau type de société globale, soit alors elles seront changés pour nous. "

Ces éco-fascistes ne reculeront devant rien alors qu'ils tentent de terroriser le monde en acceptant leur projet de "société globale." N'oubliez jamais que cette société n'est pas la vision pacifique d'un couple de gentils écologistes. Tous les trois se sont révélés être des eugénistes qui ne s'emparent d'une calamité (dans ce cas imaginaire) que dans le but d'établir un gouvernement mondial.

 

 


Publié dans Nature

Partager cet article

La pollution industrielle fait autant de ravages sur la santé que le paludisme

Publié le par Gerome

L'exploitation minière, les fonderies de plomb, décharges industrielles et autres sites toxiques affectent la santé de quelque 125 millions de personnes dans 49 pays à faible et moyen revenus. Une pollution industrielle dont l'ampleur et les conséquences sur la santé humaine sont encore méconnus, mais comparables avec celles du paludisme ou de la tuberculose, estime lerapport World's worst pollution problems, publié mercredi 24 octobre par l'ONG Blacksmith Institute en partenariat avec la Croix verte internationale.

 

pollution-industrielle.PNG 

L'enquête a passé au crible, pendant quatre ans, l'impact sur la santé publique des polluants industriels les plus répandus - plomb, mercure, chrome, amiante - , rejetés dans l'air, l'eau et le sol de 2 600 sites répartis dans la plupart des régions du monde. 

Tous sont connus pour causer de graves dommages à l'homme. Selon le rapport, qui reprend des études de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le plomb compromet ainsi, entre autres effets néfastes, le développement neurologique des enfants et provoque des maladies cardio-vasculaires chez les adultes. Le chrome, classé cancérigène, peut causer des cancers du poumon s'il est inhalé. Le mercure endommage quant à lui les reins et affecte le développement neurologique chez les enfants. Enfin, l'amiante est responsable de mésothéliomes, de cancers du poumon et d'autres problèmes pulmonaires. 

17 MILLIONS D'ANNÉES DE VIE PERDUES 

Pour quantifier les effets de ces polluants sur les populations, le rapport a utilisé l'indicateur AVCI (Années de vie corrigées de l'incapacité, "Disability-Adjusted Life Years", en anglais), qui mesure les années de vie en parfaite santé qui ont été perdues, en effectuant la somme des années de vie potentielles perdues en raison d'une mortalité prématurée et des années productives perdues en raison d'incapacités. Les AVCI, utilisées notamment par l'OMS, permettent de comparer entre eux les différents types de risques pour la santé publique, en tenant compte à la fois de la gravité et de la durée d'une maladie donnée. 

Résultat : 17 millions d'AVCI ont été attribuées aux polluants industriels. Un impact comparable, selon le rapport, avec celui des maladies les plus dangereuses au monde, à savoir le paludisme (14 millions d'AVCI), la tuberculose (25 millions) et le sida (29 millions). 

"Nos chiffres sont toutefois probablement sous-estimés, dans la mesure où la plupart des effets sur la santé connus ou présumés sont impossibles à quantifier, faute de données démographiques et de capacités d'échantillonnage suffisantes dans de nombreux pays ou encore d'accès aux sites pollués", prévient le rapport.

 

"Même si elle touche au moins 125 millions de personnes, la pollution demeure l'un des problèmes mondiaux les moins bien connus, déplore le Dr Stephan Robinson, spécialiste des pollutions à la Croix verte internationale, lors d'une conférence de presse. A juste titre, du temps et de larges ressources sont consacrés à s'attaquer au fardeau des maladies telles que la tuberculose et le paludisme. Mais ces actions des autorités locales et internationales éclipsent l'attention accordée aux sites toxiques, qui contribuent grandement à la mauvaise santé de la population mondiale." 

Un impact confirmé par l'OMS, qui estime que les pollutions environnementales contribuent à 19 % de l'incidence du cancer dans le monde et sont responsables de 1,3 million de décès chaque année. 

LE RECYCLAGE DES BATTERIES, PIRE POLLUTION 

Dans le détail, le rapport de Blacksmith a classé les dix industries les plus toxiques en fonction du nombre d'années de vie perdues : 

1) Le recyclage des batteries au plomb (4,8 millions d'AVCI perdues). 
2) La fusion du plomb (2,6 millions). 
3) Les mines et le traitement des minerais (2,5 millions). 
4) Les opérations de tannerie (1,93 million). 
5) Les décharges de déchets industriels et ménagers (1,23 million). 
6) Les zones industrielles (1,06 million). 
7) L'exploitation minière artisanale de l'or (1,021 million). 
8) La fabrication de produits industriels (électroniques, batteries ou encore revêtements métalliques) (786 000). 
9) La fabrication de produits chimiques (765 000). 
10) L'industrie textile (430 000). 

Portées par la demande toujours plus importante de produits technologiques, essentiellement dans les pays développés, ces industries sont en croissance. La production mondiale de plomb a ainsi augmenté de 10 % l'an dernier, à 4,5 millions de tonnes, essentiellement enChine, en Inde et au Mexique. 

"Des quantités croissantes de plomb sont recyclées. Mais souvent, le recyclage est réalisé dans des installations non contrôlées ou mal maîtrisées, de manière informelle, parfois même chez les habitants, ce qui fait du retraitement du plomb un problème majeur dans de nombreux pays", explique Stephan Robinson.

 


"L'exploitation minière, qui augmente sous l'effet de la hausse de la demande mondiale, a aussi beaucoup d'impact, poursuit l'expert. L'extraction des métaux des minerais nécessite des processus chimiques polluants, qui rejettent d'importants volumes de boues toxiques et de métaux lourds. Or, souvent, les populations extraient les métaux sans aucune protection, pieds et mains nus." Et de préciser : "Aujourd'hui, il existe des équipements techniques modernes pour se protéger de ces pollutions, mais ils sont chers. Ils ne sont donc utilisés que dans les pays développés." 

PAYS EN DÉVELOPPEMENT 

Ce sont au final les pays en développement qui payent le plus lourd tribut de cette pollution industrielle. "Dans ces pays, il y a moins de normes et de contrôles pour limiter la pollution, notamment des entreprises les plus petites, qui produisent pour des marchés locaux, assure John Keith, directeur des opérations de Blacksmith. Ces gens ont besoin de gagner de l'argent. S'ils sont pauvres, ils feront ce qu'il faut pour gagner de l'argent et ce, au détriment de leur santé." 

"En dépit du poids sur la société de la pollution industrielle, très peu de ressources sont allouées à la prévention et à l'assainissement des sites pollués. Les pays en développement ont besoin du soutien de la communauté internationale pour concevoir etmettre en œuvre des actions de nettoyage, améliorer les technologies de contrôle de la pollution, et éduquer les travailleurs de ces industries et les populations concernées", conclut le rapport.

 

 


Publié dans Pollution

Partager cet article

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>