La production de viande en quelques chiffres

Publié le par Gerome

Il faut 16 kilos de protéines végétales pour obtenir 1 kilo de protéines de bœuf. Il faut 7 kilos de protéines végétales pour obtenir 1 kilo de protéines de porc. Il faut 5 kilos de protéines végétales pour obtenir 1 kilo de protéines de poulet. Il faut 5 kilos de protéines végétales pour obtenir 1 kilo de protéines d’œuf.

56% de la production mondiale des protéines végétales est utilisée pour le bétail
Aux Etats-Unis, les animaux mangent 70% des céréales pour produire du lait, des œufs et de la viande. En Europe, ils en mangent environ 60%. En Inde, seulement 2%.



En France, au moins la moitié des terres agricoles est utilisée à grand renfort de produits chimiques de synthèse dans le but de produire des végétaux pour les élevages. 80% des productions de soja, maïs, pois sont destinées à nourrir le bétail.

Lorsqu’on abat un bœuf, il fournit juste 200 kilos de viande pour la consommation des humains, soit 1500 repas, mais avec les céréales qu’on lui a donné, on aurait pu servir 18000 repas.

Si l’on voulait satisfaire les 6 milliards d’humains sur terre avec une alimentation à l’américaine (ou à l’européenne), il faudrait 2 à 2,5 fois plus de céréales que le monde entier n’en produit actuellement. Et toutes les réserves actuelles de pétrole seraient épuisées en moins de 50 années.

L’agriculture est le secteur d’activité qui utilise le plus d’eau de captage. Ainsi, la production d’un kilo de viande nécessite entre 10 000 et 24 000 litres d’eau, tandis que la production d’un kilo de céréales, par exemple, n’en demande que 250 à 1 200 litres. Cette contribution peut donc devenir des dizaines de fois moins lourde si on arrête le gaspillage consistant à transformer de la nourriture végétale en produit animal.


Publié dans Nutrition & Santé

Partager cet article

Interview de Marie-Monique Robin

Publié le par Gerome

Voici une interview de la réalisatrice du documentaire choc " Le monde selon monsanto" diffusée par le site Rue89.

rue89.com/2008/02/16/ogm-quand-monsanto-seme-la-terreur


Publié dans OGM j'en veux pas!

Partager cet article

Hoosek, le multimoteur solidaire

Publié le par Gerome

hoosek.gif

Hoosek offre aux internautes le choix d’effectuer leurs recherches sur plusieurs moteurs de recherche à partir d’une même page.

Pourquoi un multimoteur solidaire ?

Hooseek propose aux internautes de pouvoir surfer utile !
Le principe : 1 recherche = 1 don.
Il suffit de s’inscrire au programme ONG A SOUTENIR et de choisir aux maximum 4 ONG qui recevront 50% du chiffre d’affaire que l’internaute génère en effectuant ses recherches. En moyenne, cela rapporte à l’ONG 0,2 centime par recherche faite sur hooseek.

Pourquoi un multimoteur de recherche ?

Les moteurs de recherche, régis par des algorithmes complexes, sont en perpétuelle innovation. Dernièrement, il y a eu une avalanche de communiqués provenant d’Ask, de Yahoo et de Live Microsoft, qui ont chacun annoncé avoir désormais un meilleur moteur que celui de Google. C’est pourquoi hooseek propose dans une même interface simple et épurée de réunir les principaux moteurs de recherche. D’un simple click, l’internaute peut changer de moteur.

Pourquoi reverser 50% du chiffre d’affaire à des ONG ?
Hooseek a fait ce choix car il ne fournit ni les résultats ni les annonces, il est seulement un intermédiaire. Il est donc logique qu’il partage ses revenus avec d’autres parties. La logique aurait voulue qu’hooseek propose directement aux internautes de recevoir la moitié de ce qu’ils génèrent. Mais comme un internaute moyen va engendrer moins de 12 € par an, hooseek a décidé de donner cette somme à ceux qui en ont réellement besoin : le secteur caritatif.

Quelques chiffres :

Plus de 600 000 ONG sont déjà en ligne. Au 17 janvier 2008, plus de 55 000 recherches ont été effectuées, pour plus de 100€ collectés pour les ONG.

Une recherche et une navigation plus confortables
Le SeekEasy, c’est un pense-bête interactif placé sur chaque page de résultat. Lorsqu’une page Internet vous intéresse, vous avez la possibilité de l’ajouter à votre pense bête. Vous pouvez également la commenter et bientôt, la partager !
Avec le SeekEasy, retrouvez facilement vos pages Web préférées, ou celles que vous n’avez pas encore eu le temps de consulter !
Avec la possibilité de commenter les pages, cette nouvelle fonctionnalité facilite par exemple, le travail de recherche des étudiants !

Lorsqu’il effectue une recherche avec Hooseek, l’internaute peut choisir entre plusieurs thèmes (Web, Images, Dico…) et entre plusieurs grands moteurs de recherche (Yahoo, Google, Ask, Live), le tout en un seul click.
Il peut donc trouver plus facilement l’information recherchée en restant sur la même page web. En plus de la comparaison rapide des résultats des différents moteurs de recherche, Hooseek permet d’obtenir une navigation plus agréable et confortable.

Les thèmes de recherche originaux (Emploi, Dico…), la « sélection web » qui permet de partager ses sites favoris ou encore la fin de la « page suivante » avec la mise en place du Seeker (l’ascenseur universel qui permet d’afficher à l’infini les résultats les uns en dessous des autres) font partie de la dizaine d’innovations qui apparaitront au fur et à mesure sur le site.

Un atout solidarité :

Avec Hooseek, effectuer des recherches sur Internet permet de soutenir financièrement entre une et quatre ONG de son choix et ce, sans rien payer.
Pour cela, les internautes doivent sélectionner leurs ONG lors de leur première visite. Chaque recherche effectuée génère de l’argent qu’Hooseek reverse pour moitié aux ONG que les internautes ont choisi de soutenir.

Ajouter son ONG :
Pour inscrire une association, il suffit de devez remplir le formulaire. Elle sera ajoutée à notre base de donnée après vérification.

HooSeek, ça veut dire quoi ?
Ca vient de Hoortus, dérivé d’hortus (jardin en latin). Les produits que nous créons ont toujours le radical « hoo » (Exemples : HooClean, HooGarden, HooLight…). Et « Seek » veut dire Rechercher en Anglais
.

Publié dans Divers (Hors sujet)

Partager cet article

Le baril de pétrole à 108$ est une aubaine pour la Nature

Publié le par Gerome

080310215731.wgsg5lvf0_puits-de-petrole-dans-le-dakota-du-nord--aux-etatsb.jpg

Nouveau record historique pour le baril de brut. Il atteignait hier
108,21 dollars à New York et 104, 16 dollars à Londres, poursuivant une hausse inintérompue dûe à l'affaiblissement du dollar, la politique défensive de l'Opep et les tensions géopolitiques.
La conséquence directe de cette hausse se retouve bien entendu dans nos portefeuilles et lorsqu'on fait le plein d'essence partout c'est le défilé des grimaces et la cacophonie des grincements de dents!

Ce problème se rajoute à la hausse des prix de l'alimentaire et aux loyers exhorbitants, partout on est étranglé.
Par contre si on essaye d'avoir un peu de recul et d'analyser cette situation sous un autre angle, on s'apperçoit que la hausse du baril de pétrole peut-être une aubaine si on sait attraper la balle au vol; surtout que d'ici 5 à 10 ans le baril pourrait exploser à 150$ et conduire deviendrait alors un plaisir réservé aux riches.

On commence déjà à anticiper l'après pétrole, un peu partout dans le monde naissent des idées nouvelles, des concepts porteurs d'espoir et de renouveau; je pense à la voiture à air comprimé, à la voiture éléctrique, à la voiture à hydrogène, au ramassage des ordures par des chevaux comme ça se fait actuellement dans un village de Sicile dont le nom m'échappe.
Mais je pense aussi aux transports en commun qui ont encore de beaux jours devant eux : l'AGV, les bus roulant à l'hydrogène, le tramway qui revient en force dans notre pays.

Mais on peut aussi extrapoler encore plus loin : la hausse de l'essence permettra aux commerces de proximité de se réinstaller dans les villages. Combien de boucheries, de boulangeries, de bureaux de poste ont disparu à cause des zones commerciales et industrielles?
Le co-voiturage deviendra une chose normale et banale et sûrement que les habitants se cotiseront pour acheter des petits véhicules de tansport collectif que chacun pourra disposer.
Encore un rêve utopique? Je ne sais pas, mais en tout cas c'est comme ça que je vois ls choses évoluer.
Peut-être nous dirigeons nous vers une société plus humaine et plus équilibrée?
Alors avant de crier et de se plaindre de la hausse de l'essence essayons de voir un peu plus loin et de comprendre les répercussions positives que cela aurait dans nos vies.


Publié dans Les bonnes nouvelles

Partager cet article

1 2 > >>