310 articles avec pollution

Alibaba, le géant chinois du Web, va s'implanter en Gironde

Publié le par Notre Terre

entrepot-alibaba

En Gironde, le géant chinois du web, Alibaba a pour projet de construire 71.000 mètres carrés de bâtiments sur 19 hectares. Une véritable hécatombe environnementale et sociale !

Un projet d'envergure

En juin 2019, le conseil de la communauté de communes du Val-de-l'Eyre approuvait à l'unanimité le projet d'une plateforme logistique du géant chinois Alibaba dans la zone Sylva 21 à Belin-Béliet en Gironde. 19 hectares de terres seraient ainsi artificialisés et 71 000 mètres carrés de locaux seraient construits.

Conscient que le e-commerce divise l'opinion publique, le mastodonte chinois a adopté une stratégie redoutable pour pouvoir s'implanter dans le secteur. Celle-ci vise à ne pas apparaître dans les documents d'achat du terrain. Alibaba a alors fait appel à une entreprise intermédiaire, la société PRD, pour être son promoteur, son investisseur et son aménageur.

Par ailleurs, le fait de s'implanter directement dans les communes et non en périphérie est une stratégie pour devancer le moratoire gouvernemental qui se concentre sur l'abord des villes.

Une future pollution et artificialisation des espaces naturels

À la suite du vote de ce projet, le collectif "Touche pas à ma zone humide" s'est créé. Celui-ci mène tout d'abord une lutte écologique contre cette implantation. En effet, la construction de ces locaux provoquerait une pollution de l'air, visuelle et sonore et le rattachement de la nappe phréatique entraînerait un assèchement, un stress hydraulique et une évacuation de l'eau dans la Leyre. Cette pollution serait aussi engendrée par les camions de transport des matériaux, des inondations, ou encore des incendies.

Par ailleurs, ce projet entraînerait une artificialisation des sols et des espaces naturels présents dans cette zone. En France, 236 hectares d'espaces naturels sont artificialisés chaque jour, en sachant que 90 % de ces sols sont encore fertiles. En 50 ans, 7 millions d'hectares ont ainsi été bétonnés ! Un véritable fléau quand on sait que les zones humides sont particulièrement riches en biodiversité.

Des emplois détruits dans le commerce de proximité

Ce collectif mène également une lutte sociale étant donné que les habitants ne croient pas à la promesse de milliers d'emplois crées par Alibaba. La crise sanitaire mondiale a tout de même rappelé l'importance aux habitants du commerce de proximité et que ces 19 hectares de terrain communal pourrait être utilisé différemment.

Un projet qui ne fait pas l'unanimité

Enfin, le combat de ce collectif est politique car il souligne en effet le fait que la décision de réalisation de ce projet n'est pas unanime. Le Conseil Régional de Nouvelle-Aquitaine s'y est lui opposé et est même allé jusqu'à proposer un moratoire général sur ces projets de plateforme des géants du e-commerce.

Le Conseil Régional de Nouvelle-Aquitaine :

(Le projet) est en contradiction avec des politiques régionales en matière de biodiversité et avec la volonté de définir une transition globale et ambitieuse vers une économie durable, permettant de lutter contre le changement climatique, sachant que la Région sera un des territoires les plus impactés de France.

Cette région n'est cependant pas la seule à être confrontée à cette situation. Même si une vague de refus à l'égard du e-commerce commence à émerger (la maire et Présidente de la Métropole de Nantes s'est vigoureusement opposée à l'implantation d'Amazon), des communes y voient des intérêts financiers. Deux entrepôts d'Amazon sont ainsi en projet à Ensisheim en Alsace et à Belfort.

Source : auroremarket.fr

Publié dans Pollution, Habitat, Nature

Partager cet article

Environnement : L'Etat devra payer 10 millions d'euros par semestre s'il ne réduit pas la pollution de l'air

Publié le par Notre Terre

 

grenoble-pollution-air

Le Conseil d’État a ordonné ce vendredi au gouvernement de prendre des mesures pour réduire la pollution de l’air dans plusieurs villes et régions, dans un délai de six mois.

En 1991, les Inconnus chantaient Pollution, je dis non, dans une parodie du journal régional de FR3 Bretagne. Près de 30 ans plus tard, le Conseil d’État met ces mots en application : il a ordonné ce vendredi au gouvernement de prendre des mesures pour réduire la pollution de l’air dans plusieurs villes et régions, sous peine d’une astreinte record de 10 millions d’euros par semestre de retard.

Cette astreinte est le montant « le plus élevé » jamais imposé « pour contraindre l’Etat à exécuter une décision prise par le juge administratif », a précisé le Conseil d’Etat.

Cette institution avait déjà jugé en 2017 que l’Etat ne respectait pas ses engagements contre la pollution de l’air responsable de près de 50.000 morts prématurées par an dans le pays. Lors de cette précédente décision du 12 juillet 2017, le Conseil d’État, saisi par l’ONG Les Amis de la Terre, avait enjoint à l’État de mettre en oeuvre des plans de réduction des niveaux de particules PM10 (diamètre inférieur ou égal à 10 microns) et/ou de dioxyde d’azote (NO2, polluant notamment associé au trafic routier) dans treize zones.
L’Etat n’a pas pris de « mesures suffisantes » depuis 2017

Mais « l’Etat ne peut être regardé comme ayant pris des mesures suffisantes propres à assurer l’exécution complète de cette décision » dans huit de ces zones, dont Paris, Lyon, Marseille, Grenoble ou Strasbourg, insiste la plus haute juridiction administrative dans sa nouvelle décision.

Eu égard au délai depuis la précédente décision, à l’importance du respect des règles européennes, « à la gravité des conséquences » en termes de santé publique et à « l’urgence qui en découle », le Conseil d’Etat a donc prononcé une astreinte de 10 millions d’euros par semestre. Le gouvernement a six mois pour prendre des mesures avant de devoir s’acquitter de cette somme.
L’astreinte pourrait être versée aux ONG ou à des agences publiques

Le cas échéant, le Conseil d’État précise que « pour la première fois » l’astreinte pourrait être versée aux ONG requérantes mais aussi à des personnes morales publiques « disposant d’une autonomie suffisante à l’égard de l’État » ou privées à but non lucratif, menant des actions dans ce domaine de la qualité de l’air. Lors de l’audience la semaine dernière, le rapporteur public, qui avait demandé cette astreinte, avait notamment évoqué l’Ademe (Agence de la transition écologique).

 

Partager cet article

Inès Léraud attaquée en justice pour avoir enquêté sur l’agroalimentaire breton : l'affaire devient politique

Publié le par Notre Terre

Inès-Leraud

Inès Léraud a enquêté sur l’agroalimentaire en Bretagne, ses impacts sociaux et environnementaux, mais aussi sur les méthodes de certaines entreprises. L'une d'elles l'attaque en diffamation. Un collectif lance une pétition pour soutenir la journaliste et défendre la liberté d'informer.

C'est une affaire médiatico-juridico-politique aux relents d'algues vertes putréfiées. On y croise un scientifique algo-nitratosceptique, un chef d'entreprise condamné par la justice, des ouvriers en souffrance, des familles en deuil, des militants écologistes solidaires, un éditeur inquiet, et des élus régionaux blessés. Ou comment la ténacité d'une jeune journaliste d'investigation peut remuer les tabous bretons, jusqu'à faire réagir un président de Région écartelé entre ses principes démocratiques et les pressions du monde agricole et agroalimentaire.
 

Attaquée en diffamation

Inès Léraud est convoquée par la justice pour une audience qui devrait se tenir les 20 et 21 janvier 2021 au Tribunal de Grande Instance de Paris. Elle est attaquée en diffamation par un chef d'entreprise guingampais, Jean Chéritel, patron du groupe Chéritel Trégor Légumes, dont elle a épinglé les pratiques managériales et commerciales dans un article publié par Bastamag en mars 2019.

La journaliste indépendante y décrivait à travers plusieurs témoignages anonymes de syndicalistes et d'anciens salariés les conditions de travail et les rapports sociaux dans l'entreprise.

Elle y relatait aussi les démêlés de ce grossiste en fruits et légumes avec la justice : en décembre 2018, le groupe Chéritel a été condamné à 261 000 euros d'amende pour avoir fait travailler illégalement des intérimaires bulgares, via une société intermédiaire, jugement dont il a fait appel. L'entreprise a, depuis, en novembre 2019, été également reconnue coupable par le Tribunal Correctionnel de Saint-Brieuc, de « tromperie » sur l'origine d'un produit, après avoir vendu des tomates étrangères estampillées « origine France ».
 
La journaliste dénonce connivences et omerta

Mais l'affaire Chéritel n'est qu'un des dossiers sur lesquels Inès Léraud a enquêté.

La jeune femme n'est pas bretonne mais quand elle se lance dans une carrière de journaliste d'investigation, elle comprend très vite que la Bretagne est une terre où bien des lièvres sont à soulever. Elle s'installe dans les Côtes d'Armor en 2015 et, pendant trois ans, enquête sur l'industrie agroalimentaire bretonne pour différents médias et notamment France Culture (émission « Les pieds sur terre »).
Elle s'intéresse aux problèmes économiques et sociaux rencontrés par les agriculteurs et par les ouvriers de l'agroalimentaire, mais aussi aux conséquences environnementales de l'agriculture productiviste. Son enquête "Algues vertes, l'histoire interdite", éditée sous forme de BD, en 2019 par La Revue Dessinée-Delcourt, remporte un vif succès en Bretagne et bien au-delà de la région puisqu'elle a été vendue à 46 000 exemplaires.

couverture_bd_algues_vertes


La journaliste y rappelle les faits, la prolifération des ulves sur le littoral, les différentes affaires de décès où l'hydrogène sulfuré est incriminé, mais aussi la manière dont les explications scientifiques du phénomène des marées vertes sont battues en brèche par le "lobby agroalimentaire" breton dont elle montre les imbrications et les ramifications.

Elle y dénonce aussi une certaine omerta politico-médiatique, qu'elle appelle "la fabrique du silence", tout en citant et remerciant quelques confrères et consoeurs dont les reportages ont aiguillé certains aspects de son enquête.
C'est le cas d'un de nos reportages, pour lequel, en 2011 nous avions suivi une conférence du scientifique très controversé Christian Buson, invité par les organisations agricoles et agroalimentaires à Saint-Pol-de-Léon pour démontrer la non-responsabilité de l'agriculture intensive et des nitrates dans la prolifération des algues vertes (allant délibérément à l'encontre des résultats multiples et unanimes des instituts de recherche, Ifremer, CNRS, Inra, etc).

En découvrant les quelques pages de la BD le montrant et décortiquant son discours, Christian Buson portera plainte contre Inès Léraud avant de finalement renoncer, quelques jours avant la date du procès en janvier dernier (la plainte n'a jamais été consignée). Il n'avait pas souhaité attaquer parallèlement l'éditeur, comme cela se fait d'ordinaire, mais uniquement la journaliste. Celle-ci avoue se sentir "vulnérable, travaillant de manière indépendante".


"Des tentatives d'intimidation" pour Inès Léraud

Pour la journaliste, "ces plaintes sont autant de tentatives d'intimidation pour nous faire taire, moi et les témoins qui osent se confier à moi". Un collectif breton s'est donc constitué pour la soutenir et "défendre la liberté d'informer sur le secteur de l'agroalimentaire, face aux intérêts privés qui aimeraient la restreindre".

Il faut dire que dans différentes affaires comme celles des salariés de Triskalia victimes des pesticides, les défenseurs des malades et des familles des personnes décédées ont bien conscience d'être confrontés à un système très organisé, très puissant et à un tabou qui pèse sur la société bretonne.

En préambule à la pétition mise en ligne par Cyberacteurs, les soutiens d'Inès Léraud expliquent, dans une tribune publiée par Libération, comment son invitation au Salon du livre de Quintin a finalement été annulée "suite à une demande politique". Comment une maison d'édition bretonne qui avait envisagé de traduire la BD "Algues Vertes, Une histoire interdite" en breton, "a préféré renoncer par peur de perdre des subventions du Conseil régional de Bretagne".

La Région s'offusque et parle d'auto-censure

Cette phrase évoquant les craintes d'acteurs culturels, voilà qui a fait sortir Jean-Michel Le Boulanger de ses gonds. Le vice-président de la Région Bretagne à la Culture et à la Démocratie se dit "profondément blessé et meurtri". "Depuis 10 ans que je suis Vice-Président du Conseil Régional, pas un livre, pas un film n'a été censuré. Il s'agit donc bien d'auto-censure de la part de cette maison d'édition dont je ne connais pas le nom. La liberté d'expression, c'est le combat de ma vie !"

Et de poster sur Facebook : "Le combat pour la liberté d’expression ne peut tolérer aucun coup de canif ! Total soutien à Inès Léraud."
L'affaire est si sensible, à moins d'un an des élections régionales, que le président de Région, Loïg Chesnais-Girard, enfonce lui-même le clou lors d'un "Facebook live" le 15 mai, en indiquant qu'il a "personnellement appelé la journaliste pour lui affirmer son soutien si jamais elle subit des intimidations".

Et de lui assurer que "si son éditeur (pour l'édition en breton), que je ne connais pas, a des inquiétudes, je suis prêt à lever ces inquiétudes". Et Loïg Chesnais-Girard de regretter enfin que ces mots aient été publiés dans la tribune "sans être vérifiés, il y a peut-être de l'auto-censure..."
Et c'est là que le débat s'envenime : le collectif de soutien à Inès Léraud n'admet pas ces allégations de "non vérification d'informations" et publie un nouveau communiqué, évoquant notamment l'affaire des affiches de France Nature Environnement sur les algues vertes, attaquées en justice par Jean-Yves Le Drian en 2011, et assurant que "de très nombreuses personnes, témoins, salariés, inspecteurs du travail, scientifiques, politiques, les ont contactés pour les encourager dans leur démarche de libération de la parole".

Et de rappeler la petite phrase d'Emmanuel Macron au pape François en 2018, quand il lui présente son ministre Jean-Yves Le Drian : « Les Bretons, c’est la mafia française ». "Cette phrase ne nous a ni fait rire, ni rendus fiers. Mais elle disait peut-être vrai", conclut le collectif dans son communiqué.

Pataquès révélateur

Nous avons retrouvé la maison d'édition en question pour avoir le fin mot de l'histoire.

Paolig Combot, président de Skol Vreizh, nous indique qu'il "a bien envisagé à l'automne dernier, la possibilité d'éditer une version traduite en langue bretonne de la BD", mais qu'avec ses collègues ils ont "préféré ne pas aller au bout de la démarche, d'une part pour des raisons économiques" (ses clients habituels l'ayant, sans doute, déjà, pour certains, achetée en français), mais aussi, il le reconnaît, "par crainte pour leur subvention, du fait de l'influence au sein du Conseil Régional de personnes en charge de l'agriculture".
Il ne veut pas citer de nom mais l'allusion à l'ancien président de la FDSEA22 et de la Chambre d'Agriculture des Côtes d'Armor, Olivier Allain, devenu vice-président en charge de l'agriculture et de l'agroalimentaire, semble évidente.

La maison d'édition morlaisienne craignait, en quelque sorte, de faire les frais d'un "défaut d'étanchéité" entre agriculture et culture à la Région. La mise au point de Loïg Chesnais-Girard, qui a décidé d'éteindre lui-même le feu, a dû la rassurer.

Mais ce pataquès est bien symptomatique du climat régnant en Bretagne, alors que le "modèle agricole et agroalimentaire breton" est, depuis longtemps, mais de plus en plus, au fil des affaires sanitaires, sociales et environnementales, remis en cause.

Une affaire qui révèle un "en même temps" breton difficile à tenir

La position du "en même temps" , initiée en Bretagne par Jean-Yves Le Drian dès 2010 pour assurer sa réélection à la tête de la Région, avant d'être reprise au niveau national par Emmanuel Macron, est de plus en plus difficile à tenir pour la majorité régionale de son dauphin Loïg Chesnais-Girard.

Les clivages s'exacerbent, les manifestations et les procès fleurissent, sur les pesticides notamment, et les importations de soja OGM pour l'élevage industriel. Et l'opinion publique aspire, d'une manière générale, à plus de prise en compte des enjeux écologiques, de santé, et d'une alimentation, certes locale, mais aussi saine et responsable.

La campagne électorale des Régionales 2021 n'est pas encore vraiment lancée, mais ces prémisses nous confortent dans l'idée qu'elle va être tendue et passionnante !

Inès Léraud, qui est partie enquêter sous d'autres cieux, reviendra peut-être en Bretagne pour observer cela de près.

Source : France 3 Régions

Partager cet article

Covid-19 : Masques, gants, que deviennent les déchets que génère cette crise sanitaire?

Publié le par Notre Terre

Publié dans Pollution

Partager cet article

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 > >>