25 articles avec biocarburants : l'erreur

Sauvons l'industrie!!! A grands coups d'insecticides...

Publié le par Notre Terre

champ-betteraves

La ministre de la Transition écologique a défendu ce mercredi la décision de ré-autoriser un insecticide interdit pour sauver les cultures du virus de la jaunisse.

Sauver l'industrie de la betterave de la main droite, détruire l'environnement et porter atteinte à la biodiversité de la main gauche. Admettre officiellement la dangerosité des insecticides et dans le même temps les ré-autoriser. Voilà la ligne de conduite de notre gouvernement qui n'est pas capable de prendre de vrais décisions tranchées, voilà un gouvernement qui depuis trois ans fait un pas en avant et un pas en arrière, du surplace à vrai dire. Un gouvernement qui ne veut pas s’aliéner les écologistes mais dans le même temps qui veut continuer à plaire à ses amis lobbyistes de la FNSEA. Aucun courage alors que le peuple demande l'arrêt des pesticides, insecticides et fongicides.

Ré-autoriser un insecticide interdit pour préserver la betterave à sucre, menacée par le virus de la jaunisse, a été «une décision difficile à prendre», mais à défaut de solution d'ici six mois, «il n'y aura plus de filière sucrière en France», a averti mercredi la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili. «La loi n'est pas encore passée, je suis très attentive à toute proposition pour qu'on puisse éviter cela», a assuré la ministre devant la presse à Biarritz (Pyrénées-Atlantiques), lors d'une visite dédiée au lancement d'une charte nationale pour les plages sans déchets plastiques.

«Malheureusement, aujourd'hui on ne peut pas, si on veut garder une filière sucrière en France, agir de manière durable en si peu de temps», a-t-elle souligné. «Des semis vont être faits dans six mois, si on n'a pas trouvé de solution, ils ne se feront pas et donc il n'y aura pas de betteraves et il n'y aura plus de filière sucrière en France».
Le gouvernement a annoncé jeudi qu'il vise une modification législative à l'automne pour autoriser les agriculteurs à utiliser dès 2021 et jusqu'en 2023 maximum, sous «conditions strictes», des semences de betteraves enrobées d'un insecticide interdit depuis 2018, afin de «pérenniser» la filière sucrière française, malgré l'opposition des apiculteurs et défenseurs de l'environnement.

«Les solutions pour qu'on n'ait plus à utiliser de néonicotinoïdes commencent à apparaître, mais ce sont des solutions qui prennent du temps», selon Barbara Pompili. Elle a dit «regretter amèrement» qu'«il n'y ait pas eu assez de mesures claires» pour appliquer la loi bioversité de 2016 interdisant les néonicotinoïdes, qui s'attaquent au système nerveux des insectes, dont les abeilles.

«Comme il n'y a pas eu assez de recherches, assez d'alternatives, aujourd'hui on est dans le mur», a-t-elle expliqué. «Moi je veux bien qu'on dise: 'on ferme les sucreries de France, pourquoi pas' ? Le choix qui a été fait, c'est de les garder ces sucreries. Pour qu'on ait des betteraves, il faut qu'on en plante». Elle a assuré que la décision de déroger à l'usage de certains insecticides est «très restrictive, on ne parle que des betteraves, si on a un hiver doux, on parle de limitation dans le temps, c’est-à-dire qu'on parle d'une fois, renouvelable deux fois, mais je peux vous dire que ce sera le plus difficilement possible». «Je ne veux pas que quiconque puisse croire que ce n'est pas dangereux», a-t-elle assuré.

Selon le ministère de l'Agriculture, il y avait urgence à agir sur la jaunisse de la betterave pour sauver le secteur qui en France, premier producteur de sucre européen, concerne 46.000 emplois.

Partager cet article

Après un second vote, les députés français retirent ENFIN l'huile de palme de la liste des biocarburants

Publié le par Notre Terre

huile-de-palme-déforestation

VICTOIRE!

Face à la colère des écologistes et à l'embarras d'une partie de sa majorité, le Premier ministre avait lui-même demandé un second vote après l'imbroglio de jeudi soir.

Une seconde délibération qui rectifie le tir. Les députés ont fait marche arrière, vendredi 15 novembre, en votant finalement l'exclusion de l'huile de palme de la liste des biocarburants. Une annulation à une écrasante majorité (58 voix à 2). "Sentiment très agréable d'avoir remis les choses dans le bon sens", a réagi sur Twitter la députée de la majorité Barbara Pompili.
L'élue fait référence au premier vote qui a eu lieu jeudi soir. En plein examen du budget 2020, les députés avaient alors voté un report à 2026 de l'effacement de l'huile de palme de la liste des biocarburants, qui bénéficient d'un régime fiscal favorable. L'affaire s'était jouée en quelques secondes, sans discussion.

Un second vote "pour nourrir un débat"

La décision avait aussitôt été dénoncée par les associations écologistes, qui dénonçaient la déforestation provoquée par la production de cette huile. Elles fustigeaient aussi "le lobbying éhonté de Total" qui allait se voir offrir un "cadeau fiscal évalué entre 70 et 80 millions d'euros".

Après le tollé suscité par ce premier vote, le Premier ministre Edouard Philippe avait lui-même demandé une nouvelle délibération, "constatant l'absence d'un débat suffisant sur un sujet aussi important". La seconde délibération devait permettre "aux parlementaires de nourrir un débat à la hauteur de l'enjeu", expliquait alors l'entourage du Premier ministre.

Partager cet article

Des mauvaises récoltes qui ne remettent pas en question la politique insensée des agrocarburants

Publié le par Gerome

Plusieurs personnalités politiques et experts soucieux de penser à l’avenir appellent l’administration Obama à suspendre le programme de promotion des agrocarburants. De même, en raison des pénuries alimen­taires, les trois agences alimentaires des Nations unies (Orga­nisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), Programme alimentaire mondial et Fonds international de développement agricole) ont demandé à ce que la produc­tion de biocarburants soit « ajustée » à la baisse des récoltes aux Etats-Unis et dans d’autres pays.  La FAO, en particulier, est extrêmement inquiète du manque de nourriture au niveau mondial et de l’augmentation des prix, dans un contexte de conditions météorologiques qui réduisent les récoltes au niveau mondial.

 

biocarburants--1-.jpg


Pour ce qui est des Etats-Unis, on s’attend à une chute d’au moins un tiers de la récolte de maïs par rapport à l’an passé. De même, dans la ceinture céréalière eurasiatique qui s’étend de la Russie au Kazakhstan et à l’Ukraine, on fait face à de graves pénuries en raison de la sécheresse et de la forte chaleur de cet été. Certaines régions pourraient se voir contraintes de suspen­dre leurs exportations, ce qui aurait aussitôt des conséquences désastreuses vu l’importance de la production.

 


En vertu de la loi américaine sur le carburant renouvelable, l’essence vendue aux Etats-Unis doit contenir au moins 10 % d’éthanol. Jusqu’à présent, pas moins de 40% des récoltes de maïs étaient destinés à la production de ces agrocarburants. Mais cette proportion devra augmenter en fonction de la chute des récoltes pour respecter la norme de 10 %.

 

Face à la sécheresse exceptionnelle, sept gouverneurs amé­ricains ont appelé à suspendre cette norme, et le 30 juillet, une coalition de groupes d’éleveurs de bétail, de producteurs d’alimentation animale et d’autres ont demandé une déroga­tion, faisant valoir que tout le secteur de production de viande risque de sombrer, vu la pénurie de fourrage et les prix astro­nomiques. Or l’administration Obama refuse non seulement de suspen­dre les normes en question, mais elle veut même augmenter la part d’éthanol dans l’essence.

 

Et son Agence de protection environnementale est sur le point d’approuver l’utilisation de sorgho pour produire de l’éthanol. L’administration Obama veut faire croire aux agriculteurs que la suspension de la norme provoquerait une chute du prix de maïs, provoquant la faillite des producteurs.

L’idée d’utiliser de la nourriture pour faire du carburant dans un monde où se développe la faim n’est-elle pas une aberration ?


Comme le Baltimore Sun l’a souligné, la quantité de maïs requise pour remplir d’éthanol, ne serait-ce qu’un réservoir de SUV de 95 litres, « nourrirait un Asiatique affamé » pendant un an. (Source : EIR) Quand est-ce que les responsables américains reviendront-ils à la raison ? Le problème est que tous ces gens sont dans la logique financière et le copinage de réseaux. Ils ont perdu le sens de l’intérêt général et probablement la compréhension des menaces qui viennent.

 

 


Partager cet article

Les biocarburants ne sont pas moins polluants que l'essence

Publié le par Gerome

Seuls très peu de biocarburants présentent un bilan écologique global meilleur que l'essence, selon une nouvelle étude de l'EMPA, de la station Agroscope Reckenholz-Tänikon (ART) et de l'institut Paul Scherrer (PSI) qui ont actualisé les critères établis en 2007. 

 

biocarburant_1.jpg

 


Au cours des dernières années, la demande en biocarburants "présumés écologiques" a nettement augmenté dans le monde entier, de même que leur culture, a indiqué lundi le Laboratoire fédéral suisse d'essai des matériaux et de recherche (EMPA). De nouvelles méthodes de production ont été développées pour la seconde génération de biocarburants et parallèlement, les experts en bilans écologiques ont affiné les méthodes d'évaluation de leur bilan environnemental. 



En 2007 déjà, l'EMPA était arrivé à la conclusion que les biocarburants ne sont pas forcément plus respectueux de l'environnement que les carburants fossiles. Certes, nombre d'entre eux produisent jusqu'à 30% de gaz à effet de serre en moins mais leur production et leur fabrication causent souvent des nuisances plus élevées que l'essence ou le diesel, en termes notamment d'hyperacidité des sols et d'eaux polluées par l'abus d'engrais. 

Sur mandat de l'Office fédéral de l'énergie (OFEN), l'équipe de Rainer Zah, de l'EMPA, a mis au point une nouvelle méthode d'évaluation incluant de nouvelles plantes énergétiques et de nouveaux processus de transformation. Conclusion : "La plupart des biocarburants ne font que déplacer les pollutions engendrées : peu de gaz à effet de serre, mais plus de dommages consécutifs sur les sols affectés à leur culture", explique Rainer Zah, cité dans le communiqué. 



Seuls quelques biocarburants présentent un bilan écologique meilleur que l'essence. En premier lieu le biogaz issu de matières résiduelles ou de déchets qui, selon la matière employée, a un impact jusqu'à moitié moindre que l'essence. L'utilisation de paille, déchets verts ou bois résiduel s'avère ainsi favorable, mais seulement si ces matières ne sont pas déjà utilisées d'une autre manière, ou si leur retrait du cycle naturel ne diminue pas la fertilité des sols et la biodiversité, écrit l'EMPA. 



Parmi les biocarburants, ceux à base d'éthanol présentent de manière générale un meilleur bilan écologique que ceux à base d'huiles. Les résultats dépendent toutefois considérablement des procédures et des technologies de production. 

Les chercheurs se sont en outre rendu compte qu'ils avaient sous-estimé en 2007 les effets de la transformation de surfaces naturelles, par exemple le défrichement de forêts tropicales, sur le bilan des gaz à effet de serre. L'étude actuelle montre que les biocarburants issus de surfaces défrichées génèrent habituellement plus de gaz à effet de serre que les carburants fossiles. 



Ceci est également valable pour la transformation indirecte de terres, c'est-à-dire lorsque des surfaces agricoles existantes sont utilisées pour la première fois pour produire des biocarburants. Cela qui nécessite en effet de défricher des forêts afin de pouvoir maintenir la production de produits alimentaires ou de fourrage. 

L'EMPA cite tout de même certains effets positifs pouvant être obtenus lorsque ce type de cultures augmente la teneur des sols en carbone. Par exemple par la culture de palmiers à huile sur des pâturages inutilisés en Colombie ou par des plantations de jatropha en Inde et en Afrique orientale grâce auxquelles des terres désertifiées peuvent à nouveau être rendues cultivables. 



Malgré tout, on ne peut pas parler du jatropha comme d'une "plante miraculeuse". Son bilan écologique dépend considérablement de la pratique agricole sur place et de l'utilisation antérieure des terres, selon Rainer Zah. Chaque biocarburant doit être examiné séparément et de manière très précise. 

Depuis juillet 2008, les biocarburants sont exemptés de l'impôt sur les huiles minérales en Suisse s'ils affichent un bilan écologique favorable et sont fabriqués dans des conditions acceptables. En septembre dernier, le gouvernement a estimé qu'il n'est pas judicieux d'accroître les incitations.

 

 


Partager cet article

1 2 3 4 5 6 7 > >>