Equateur: des indigènes remportent une bataille contre l'industrie pétrolière

Publié le par Notre Terre

Après cette série de mauvaises nouvelles, j'ai l'immense honneur de vous partager cette très bonne nouvelle venue d'Equateur où les indigènes Waorani viennent de remporter une éclatante victoire à la fois contre l'Etat équatorien et contre les sociétés privées d’extraction de pétrole.

Equateur-des-indigenes-remportent-une-bataille-contre-l-industrie-petroliere

Les indigènes waorani en Equateur ont remporté vendredi une première bataille judiciaire contre l'industrie pétrolière, avec un jugement qui suspend son entrée sur leurs terres en Amazonie et pourrait compliquer l'exploitation d'autres gisements d'hydrocarbures dans le pays.

Au terme de deux semaines de délibéré, un tribunal pénal de Puyo (centre) a validé un recours intenté par cette tribu pour être protégé contre le projet du gouvernement d'ouvrir 1.800 km2 de leur territoire à l'exploitation pétrolière.

Les juges ont déterminé que ce projet attentait au droit constitutionnel des peuples à l'autodétermination et à être consultés sur l'extraction de ressources non renouvelables dans leur habitat.

Le tribunal a enjoint à l'Etat de mener une nouvelle consultation publique conforme aux exigences de la Cour interaméricaine des droits de l'Homme, qui siège à San José, la capitale du Costa Rica.

Le jugement peut faire l'objet d'un appel des ministères concernés, ceux de l'Energie et de l'Environnement, ainsi que du ministère public. Dans ce cas, la cour d'appel de la province de Pastaza serait saisie.

Dans cette affaire, le gouvernement équatorien assure qu'il a toutes les autorisations requises par la loi, grâce à une enquête publique réalisée en 2012.

Cependant, les plaignants estiment qu'elle ne s'est pas faite dans les règles, avec des fonctionnaires arrivés par avion qui avaient rapidement obtenu l'assentiment des populations grâce à des arguments trompeurs, de la nourriture et des rafraîchissements.

Les Waorani, forts de quelque 4.800 membres, sont propriétaires d'environ 8.000 km2 de jungle, une petite partie de l'Amazonie équatorienne. La loi reconnaît leur souveraineté, cependant le sous-sol appartient à l'Etat.

L'exploitation du pétrole est un des piliers de l'économie équatorienne depuis les années 1970. Elle a laissé des traces de destruction bien visibles dans la forêt: saccage de vastes superficies, sources d'eau contaminées, montagnes de déchets, disparition de la faune.

Le groupe argentin Tecpetrol avait exprimé son intérêt pour le projet en question, appelé "bloc 22", avant de se désister faute de réserves suffisantes et en raison des risques qu'il comportait.

Le jugement constitue "un précédent important pour l'Amazonie", a estimé l'avocate des plaignants, Lina Maria Espinosa, qui a estimé que d'autres peuples de la région pourraient prendre exemple sur le combat des Waorani.

Publié dans Les bonnes nouvelles

Partager cet article

La fonte des glaces est en train de décimer les colonies de manchots Empereurs

Publié le par Notre Terre

manchot-empereur-poussin

C’est une véritable catastrophe écologique. Une étude menée par des chercheurs britanniques vient de révéler qu’une forte mortalité touchait les poussins de la seconde plus importante colonie de manchots empereurs au monde et menaçait directement sa pérennité.
Cette importante colonie de manchots empereurs a quasiment disparu.

Une étude réalisée par les scientifiques du Centre de recherche britannique de l’Antarctique (BAS), dont les conclusions ont été présentées dans la revue Antarctic Science, a récemment révélé que la fonte rapide des glaces en Antarctique avait entraîné la mort de la quasi-totalité des poussins de l’une des plus grandes colonies de manchots empereurs au monde. C’est la troisième année consécutive que ce triste phénomène, qualifié de « catastrophique » par les chercheurs, se reproduit.

Située dans la mer de Weddell, connue pour être une région les plus froides du continent Antarctique, la colonie de Halley était considérée jusqu’à récemment comme la seconde plus importante colonie de manchots empereurs au monde, avec quelques 25 000 couples venant s’y reproduire chaque année. Mais en 2016, année marquée par une météo chaude et orageuse, les images satellites analysées par le BAS ont révélé que la glace sur laquelle les couples élevaient leurs petits a cédé, entraînant la mort de la quasi-totalité des poussins.


Un échec de reproduction « sans précédent »

Selon le communiqué publié par le British Antarctic Survey, ce phénomène s’est reproduit en 2017 et en 2018, causant la quasi-disparition de cette importante colonie de manchots empereurs. Comme l’a expliqué Peter Fretwell, chercheur du BAS : « Nous avons suivi la population de cette colonie et d’autres colonies de la région ces 10 dernières années en utilisant des images satellites haute définition, et celles-ci ont clairement montré une faillite catastrophique dans la reproduction sur ce site depuis trois ans ».

Les chercheurs britanniques ont toutefois noté une augmentation importante de la taille de la colonie voisine de Dawson Lambton, ce qui laisse à penser que beaucoup des manchots de Halley ont migré vers une zone plus sûre. D’après Phil Trathan du BAS : « Pour l’instant, il n’est pas possible d’affirmer sans le moindre doute que la fonte de la glace de la baie de Halley est liée au changement climatique, mais un tel échec de reproduction sur ce site est sans précédent ».

Plus grand spécimen de manchot au monde, l’empereur est l’une des espèces endémiques de l’Antarctique les plus menacées par le réchauffement climatique. Ses populations pourraient décliner jusqu’à 70 % d’ici 2100.

Publié dans Nature

Partager cet article

Microsoft, ce pollueur qui vous demande de jeter votre ancien ordinateur pour en acheter un neuf...

Publié le par Notre Terre

windows7-fin

La société Microsoft nourrit la catastrophe écologique en cours en arrêtant Windows 7 et en demandant à ses utilisateurs de changer de machine afin d'utiliser Windows 10, qui en plus d'être un échec industriel, est le pire des espions.

Après Windows XP et Vista, c'est maintenant au tour de Windows 7 de connaître le tragique destin de l’obsolescence programmée. Date de fin : 19 janvier 2020.

Pour Microsoft, afin de surfer sur le web en toute quiétude, l'utilisateur doit évidemment migrer vers Windows 10... mais également opter pour un ordinateur neuf. En effet, même si les deux systèmes nécessitent des ressources plus ou moins identiques, Microsoft promet que la "meilleure expérience" Windows 10 se vit avec un PC fraîchement déballé.

Ne rentrons pas dans le jeu commercial de Microsoft mais faisons plutôt migrer nos systèmes d'exploitation.
En d'autres termes, tous les PC qui utilisent actuellement Windows 7 peuvent fonctionner sous Windows 8.1 qui sera valide encore quelques années, de plus, les licences numériques de Windows 8.1 sont à des prix dérisoires aujourd'hui.
Pour les rebelles qui en ont assez de Microsoft et qui veulent s'extraire du système, optez pour le système libre et gratuit : LINUX.
La migration vers Windows 8.1 ou Linux vous coûtera beaucoup moins cher que de changer de machine : c'est écologique et économique.

La création d'un ordinateur neuf impact sévèrement l'écologie car il nécessite l'extraction de "terres rares", ce sont 17 métaux dont le nom se termine en "ium" ou "dyme" et qui sont très polluants et non recyclables. L'extraction de ces terres rares se fait le plus souvent en Chine, dans de gigantesques mines à ciel ouvert où la Nature est totalement absente car dévastée par les activités minières.

mine-terres-rares

Changez d'ordinateur si cela s'avère une nécessité absolue, et si vous le changez, privilégiez la filière d'occasion. N'oubliez pas que tout achat a une répercussion politique et écologique.

Publié dans Pollution

Partager cet article

Le Brésil envisage de légaliser la chasse de "loisir"

Publié le par Notre Terre

panthère

La chasse, l’activité de tuer des animaux sauvages par loisir, est officiellement interdite depuis 1967 au Brésil. Mais aujourd’hui, le projet de loi n°6.268/16 soumis au Parlement brésilien propose de permettre la chasse dans tout le Brésil, y compris dans les réserves naturelles.

Et ce n’est pas tout. La nouvelle loi veut autoriser les zones de chasse privées à des fins sportives et commerciales, ainsi que le commerce et l’élevage d’animaux sauvages.

Des écologistes brésiliens, qui considèrent la chasse comme un rituel d’un autre âge, cruel et immoral, critiquent vivement le projet de loi. Outre satisfaire le « plaisir » de tuer des chasseurs, légaliser la chasse stimulerait le commerce d'espèces menacées.

La faune, qui a déjà été massivement décimée au Brésil, doit être protégée, écrit l'organisation APREMAVI. Derrière le projet de loi se trouvent aussi les intérêts de l'industrie brésilienne de l'armement et des exportateurs d'armes, notamment des États-Unis.

Des scientifiques rejettent le projet de loi car la chasse a une incidence sur la stabilité des écosystèmes et les terres agricoles, et en conséquence sur notre qualité de vie. Les animaux sont irremplaçables pour les écosystèmes et les cultures : ils participent à la régénération les forêts en dispersant les graines et au maintien d'un équilibre écologique, ils aident à contrôler les ravageurs et les maladies.

Le projet de loi affaiblirait les lois existantes telles que la loi sur la protection de la faune (n°5.197/67), la loi des crimes contre l’environnement (n°9.605/98)  ainsi que les traités internationaux signés par le Brésil, tels que la Convention sur la diversité biologique des Nations Unies.

Merci de signer la pétition pour demander au Congrès national brésilien de protéger la faune et de rejeter le projet de loi sur la chasse.

https://www.sauvonslaforet.org/petitions/1173/empechons-le-massacre-des-animaux-au-bresil?mtu=403689269&t=5189

Publié dans Nature

Partager cet article

1 2 3 4 > >>