La Chine continue sans scrupule à piller les forêts tropicales

Publié le par Gerome

La survie des principaux poumons de la planète dépend désormais de la Chine, premier importateur, exportateur et consommateur de bois dans le monde, mais également premier responsable du pillage des forêts tropicales, selon un rapport d'ONG rendu public jeudi à Pékin.

Alors que la décennie passée a vu des grands marchés comme l'Union européenne et les Etats-Unis prendre des mesures pour tenter d'enrayer le déboisement illégal, la Chine achète un volume croissant de bois d'origine douteuse, selon l'Agence d'investigation environnementale (EIA).

 

deforestation.jpg



Bois tropicaux rares
 


Se faisant passer pour des acquéreurs potentiels de grumes et filmant en caméra cachée, les enquêteurs d'EIA ont remonté ces nouvelles filières du bois abattu de façon sauvage. Ils sont parvenus à montrer comment de puissantes sociétés d'Etat chinoises disposaient de filiales directement implantées dans des pays comme le Mozambique ou la Birmanie, d'où elles parviennent à corrompre jusqu'aux plus hautes autorités locales. Puis à remplir des cargos de troncs vite expédiés.

"De 80 à 90% des arbres coupés au Mozambique finissent en Chine", a expliqué Julian Newman, un responsable d'EIA. Sur ce volume, 44% sont selon lui importés par des entreprises d'Etat chinoises. Selon l'ONG basée à Londres, c'est désormais surtout la demande intérieure en Chine qui alimente la hausse des importations chinoises (multipliées par trois depuis 2000).



Les Chinois ciblent en particulier les bois tropicaux rares (notamment les bois de rose), avec lesquels ils réalisent des reproductions de meubles luxueux, très en vogue. Là où des grands distributeurs occidentaux, sous la pression des écologistes et des opinions publiques, tentent d'obtenir des certifications sur l'origine du bois qu'ils achètent, les Chinois, sans s'embarrasser de préoccupations éthiques, se sont emparés en 2011 de 30% des grumes en vente dans le monde.


Pays à la mauvaise réputation 


Les zones de coupes sauvages se déplacent, privilégiant les régions du globe les plus laxistes. L'Indonésie (qui possède les forêts primaires les plus importantes de la planète après le Brésil et le bassin du Congo) a ainsi longtemps été le mauvais élève, sacrifiant ses forêts pour répondre à l'appétit insatiable de la Chine. Mais Jakarta a durci sa législation depuis 2005. Du coup, les sociétés chinoises se sont tournées vers de nouveaux pays, notamment africains (Madagascar, Sierra Leone, Tanzanie, Gabon, Guinée équatoriale, République démocratique du Congo).

Au total, plus de la moitié des approvisionnements chinois sont originaires de pays à la mauvaise réputation en terme de déforestation illégale: par exemple la Birmanie, la Papouasie Nouvelle-Guinée (PNG) ou le Mozambique, souligne EIA. L'ONG estime que Pékin pourrait remplir plus de six fois son immense stade olympique avec le volume de bois illégal acheté par la Chine en 2011. Soit l'équivalent de 900.000 conteneurs standard de 20 pieds.



"La Chine doit changer"


La Chine continue en parallèle à faire office d'atelier géant de blanchiment, avec une filière du bois en plein essor. Les exportations de produits sylvicoles chinois ont été multipliées par sept en dix ans, avec par ordre décroissant d'importance les meubles, le papier et les planchers. "La Chine exporte la déforestation", a résumé d'une formule EIA.

"Les experts s'accordent pour dire que tous les progrès réalisés grâce aux lois adoptées dans l'Union européenne, aux Etats-Unis ou en Australie ne serviront à rien si la Chine n'agit pas de même", a insisté Jago Wadley, un enquêteur d'EIA. Interrogé jeudi sur les conclusions du rapport, Hong Lei, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, a déclaré: "La position de la Chine est très claire : nous sommes opposés à la déforestation illégale et au commerce illégal du bois".

 

 


 

Publié dans Nature

Partager cet article

Inde : La catastrophe du coton OGM

Publié le par Gerome

Selon le Daily news & analysis of India, l'Etat indien du Maharashtra a officiellement reconnu que le rendement des cultures de coton Bt OGM continuait inexorablement de chuter. Les pertes globales subies par les agriculteurs s'élèvent cette année à près de 3 milliards d'euros.

 

champ-de-coton.jpg


 

Selon DNA India, un rapport publié par le ministère de l'agriculture de l'Etat du Maharashtra évalue la perte économique nette directe (liée à la baisse de rendement uniquement) des producteurs de coton OGM Bt à 840 millions d'euros. Les prix des semences, des engrais et des pesticides ayant nettement augmenté cette année, les pertes totales sont susceptibles d'atteindre les 2,8 milliards d'euros.


C'est la troisième année consécutive que les rendements du coton Bt chutent fortement dans le Mahahrashtra. L'an dernier, l'Etat avait déjà dû verser 280 millions d'euros de compensation aux 4 millions de cultivateurs touchés. C'est coton...

L'Etat du Maharashtra cultive le coton (dont 90% de coton Bt) sur plus de 4 millions d'hectares, soit un tiers de la surface cultivée en Inde. C'est le premier Etat producteur de coton du pays. Selon la dernière estimation officielle, le rendement moyen se rapproche des 3 quintaux par hectare, revenant ainsi aux niveaux de 2002. Sauf qu'à cette époque, les OGM n'avaient pas encore fait leur apparition, les semences étaient donc beaucoup moins chères, et les coûts de production aussi. Tout ça pour ça...


Vers une interdiction pure et simple


Coûts trop élevés, mauvais rendements, pratiques commerciales trompeuses... Début 2012, le ministère indien de l'agriculture a pour la première fois reconnu un "lien" entre la vague de suicides des paysans et l'adoption du coton OGM. En février, le gouvernement du Maharashtra a ordonné à la filiale locale de Bayer de payer 62 000 € de compensation aux 164 paysans dont les semences de coton Bt n'avaient pas donné le rendement promis. Et en aout dernier, suite à de nombreuses plaintes d'agriculteurs, ce même Etat du Maharashtra a suspendu les autorisations de commercialisation de coton OGM de la firme Mahyco-Monsanto, le plus gros pourvoyeur d'OGM du pays.

 

 


Publié dans OGM j'en veux pas!

Partager cet article

Un terrible massacre de faucons de l'amour découvert en Inde

Publié le par Gerome

L’organisation Conservation India a récemment mis à jour le plus grand massacre de faucon au monde dans une région au nord-est de l’Inde. 

 

massacre_faucons_inde.jpg


Nichant au sud-est de la Sibérie et dans le nord de la Chine, les faucons de l’amour  (Falco amurensis) migrent chaque année pour hiverner en Afrique Australe. Un voyage long et éprouvant qui nécessite un certain nombre d’étapes. Une d’entre elles se situe dans le Nagaland, une zone montagneuse du nord-est de l'Inde . Deux semaines par an, des colonies de dizaines de milliers d’oiseaux viennent ainsi se reposer et se nourrir des insectes que recèle la région. Mais après des jours de vol, les petits rapaces représentent des proies faciles pour les chasseurs locaux qui n’hésitent pas à les capturer en masse dans de terribles conditions.


Le massacre a été mis au jour par Conservation India. L’organisation a envoyé au Nagaland en octobre 2012, quelques biologistes assistés par une équipe de tournage afin de documenter la migration des faucons. Une fois sur place, "nous avons commencé à voir les oiseaux morts" témoigne au National Geographic Bien Sreenivasan, une des membres du groupe. Jusqu’à présent, la chasse au faucon est restée une réalité peu connue des spécialistes en charge de la protection des espèces. "La différence est l'échelle. Ce qui contribue à cette échelle est la manière dont ils sont chassés. Les chasseurs utilisent des filets", explique le biologiste.


120.000 à 140.000 faucons seraient capturés chaque année


Dans un nouveau rapport, Conservation India révèle l’existence de 60 à 70 groupes de chasseurs se rassemblant chaque automne dans les forêts de Nagaland. Chacune des troupes utilisent au moins dix filets tendus verticalement près du lieu où les faucons se reposent. Un filet peut attraper près d’une vingtaine d’oiseaux. "Il n'y a aucun effort à obtenir quelques milliers d'oiseaux par jour" souligne Bien Sreenivasan. Selon les spécialistes, 120.000 à 140.000 faucons de l’amour seraient capturés chaque année.


Les chasseurs installent généralement leurs filets puis viennent chercher leurs proies le jour suivant. Ils rassemblent les oiseaux vivants sous de grandes moustiquaires puis attachés à des bâtons de bois pour être transportés jusqu’aux villages. Les ailes cassées, stressés et épuisés, de nombreux oiseaux meurent au cours du voyage. "C'est tellement cruel" se révolte le scientifique. Il ajoute : "je les supplie presque de les tuer pour ne pas les voir à moitié morts".


Les faucons sont vendus aux locaux et à des marchés


Une fois morts, les faucons sont vendus pour une petite partie directement sur les marchés locaux ou au porte-à-porte. Les habitants de Nagaland comptent en effet encore sur la viande chassée dans leur région pour compléter leur alimentation. Le reste des oiseaux est fumé pour être vendu plus tard à des marchés encore non identifiés. "Où va le reste ? C’est un mystère", indique le biologiste.


Les faucons de l’amour ne sont pas une espèce en voie de disparition même si l'Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) les répertorie comme une espèce de "préoccupation mineure", à l’instar du moineau commun. Toutefois, ces oiseaux sont actuellement protégés par la loi en Inde, le pays étant signataire de la convention sur les espèces migratrices. "Cela indique que non seulement nous devons protéger les oiseaux migrateurs qui viennent dans notre pays, mais nous devons également leur offrir un refuge sûr. Ces chasses sont une violation de ces lois" explique Bien Sreenivasan.



Conservation India s’attèle actuellement à sensibiliser les autorités locales sur les problèmes liés au massacre des faucons. L’initiative semble être en bon chemin : "Ils l'ont pris très bien et n’ont pas été défensif" témoigne le chercheur. Il reste toutefois encore du chemin à faire avant que la chasse ne puisse être éradiquée. Le gouvernement du pays planifie actuellement une enquête plus approfondie pour l’année prochaine, comprenant la présence de représentants et de patrouilles pour faire respecter la loi.

 

 


Publié dans Nature

Partager cet article

Phenoxyéthanol: déclaré dangereux dans les lingettes pour bébés mais... pas dans les vaccins !

Publié le par Gerome

Un lecteur vigilant a bien fait de nous signaler cette énième contradiction préoccupante: alors que l'Agence française du Médicament (ANSM) vient récemment de recommanderd'éviter chez les enfants de moins de 3 ans les lingettes pour bébés à base de phenoxyéthanol - suspecté d'être toxique pour la reproduction- lorsqu'elles sont destinées au siège et  d'en réduire fortement les doses pour les lingettes destinées à d'autres usages, la présence de cette même substance dans les vaccins, pourtant profondément injectée par voie intra-musculaire à de jeunes enfants au système reproductif encore largement immature, ne semble pas véritablement émouvoir cette même agence.

 

Il faut toutefois rappeler que c'est la même Agence qui a tout récemment refusé de financer la poursuite des travaux de l'équipe du Pr Gherardi du CHU Henri Mondor de Créteil sur la toxicité de l'aluminium vaccinal alors même que cette agence avait pourtant explicitement recommandé en 2011 de réduire la concentration d'aluminium dans les déodorants et de ne pas utiliser des anti-transpirants à base d'aluminium sur une peau lésée. Là aussi, on peut donc dire qu'il s'agit d'une énorme incohérence quand on sait que les vaccins à base d'aluminium sont injectés profondément dans l'organisme par voie intramusculaire!

 

lingettes-bebes.png

 

Ces sagas ressemblent aussi à la critique du formaldéhyde ménager dans les médias, incriminé sans trop de problèmes lorsqu'il provient des meubles ou de la pollution des maisons, mais en oubliant toutefois la première et la plus précoce des "pollutions intérieures" à savoir celle des vaccins dont plusieurs contiennent ce formaldéhyde, pourtant classé cancérigène certain, et ce alors même que les vaccins ne sont jamais soumis à la moindre évaluation de leur potentiel cancérogène (contrairement aux autres médicaments) et que plusieurs chercheurs ont déjà tiré la sonnette d'alarme sur la sous-estimation de la toxicité de plusieurs produits chimiques à soi-disant "faibles doses"!!

 

Des agences qui SAVENT les risques de cancers et de troubles pour la reproduction de substances pourtant autorisées et tolérées dans les vaccins, ne font en réalité qu'apporter la  preuve lamentable au public qu'elles préfèrent protéger des dogmes plutôt que la santé publique réelle.

 

 


Publié dans Nutrition & Santé

Partager cet article

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>