21 novembre 2016 1 21 /11 /novembre /2016 08:22
12 antibiotiques naturels : se soigner naturellement sans les effets secondaires

Au cours des dernières décennies, la sur-utilisation des antibiotiques a atteint un niveau record. Le résultat: des bactéries résistantes aux médicaments, des « superbactéries » qui évoluent trop rapidement pour que les scientifiques parviennent à comprendre comment les combattre. On a déjà entendu parler d’un avenir où les bactéries seraient au sommet de la chaîne alimentaire.

 

Bien avant le développement des antibiotiques pharmaceutiques – développés dans les années 1940, il y avait des aliments et des herbes qui aidaient à se protéger des infections et maladies sur une base quotidienne. Beaucoup de ces protecteurs naturels sont encore en usage aujourd’hui avec les praticiens holistiques dans le monde entier.

 

Nos ancêtres avaient également des solutions pour se guérir, l’utilisation d’antibiotiques de la nature et il serait profitable pour tous de nous rappeler ces antibiotiques-là et penser à les utiliser en cas de maladie.

 

Origan et huile d’origan

 

Vous avez probablement utilisé l’origan pour aromatiser vos plats italiens préférés sans même réaliser les bienfaits de santé qu’il procure. Au-delà de ses propriétés antibactériennes, l’origan peut aider à la digestion et aider à la perte de poids.  Il a été trouvé qu’une huile qui se trouve dans l’origan, le CARVACROL, lutte contre la bactérie qui peut conduire à des infections. Elle traite les infections digestives et même une infection à levures particulière. C’est donc beaucoup plus qu’une simple plante aromatique.

 

Vinaigre de cidre

 

Les avantages considérables de doses quotidiennes de vinaigre de cidre comprennent des propriétés antibiotiques et antiseptiques, l’alcalinisation naturelle de votre système et il peut vous aider pour tout, la gestion de votre poids, réduire le cholestérol et le risque de cancer.
C’est un astringent sans produits chimiques qui peut être utilisé localement pour désinfecter et stériliser.

 

Miel

 

Les Romains utilisaient le miel sur le champ de bataille pour soigner les blessures et prévenir l’infection.
Des civilisations du monde entier continuent à considérer le miel comme l’un des meilleurs antibiotiques naturels, antimicrobien, anti-inflammatoire, antiseptique, et connu de l’homme depuis des milliers d’années.


Il a été prouvé que le miel Manuka de Nouvelle-Zélande a les plus hauts niveaux d’antioxydants et de pouvoirs curatifs.
Une enzyme présente dans le miel libère du peroxyde d’hydrogène. Ce processus aide votre corps à combattre l’infection et empêche la croissance des bactéries. Apaisant pour le système digestif, le miel élimine les toxines du sang et aide votre foie à fonctionner plus efficacement.
Pour un grand coup de pouce au système immunitaire, envisager de combiner le miel avec de la cannelle pour renforcer vos globules blancs. Le miel biologique cru est la meilleure option, car la plupart des méthodes de pasteurisation tuent les effets antioxydants.

 

Curcuma

 

Cette épice est non seulement riche en couleur et en saveur, mais elle protège également votre corps. Le curcuma peut être consommé et aussi appliqué en externe, ce qui en fait un excellent choix pour lutter contre les bactéries. Pour de plus grands bienfaits, en utilisant les propriétés de deux agents antibactériens très efficaces, vous pouvez mélanger du curcuma et du miel et faire une pâte à appliquer directement sur la peau.
A noter que le curcuma sera associé au poivre, ou au gingembre pour un complet développement de ses excellentes propriétés.
Vous pouvez protéger votre corps contre les infections et les maladies  à bactéries en utilisant ces remèdes sûrs et naturels disponibles dans la plupart des cuisines. Protégez votre corps sans pilules de prescription en utilisant du miel, de l’origan, de l’ail, de l’échinacée et du curcuma.

 

Ail

 

Savoureuse et merveilleuse pour agrémenter de nombreux plats, cette plante a aussi des qualités très puissantes. L’ail peut combattre ces infections simples comme le rhume, évacuant les germes avant de leur laisser une chance de perturber votre vie. Utilisant l’allicine qu’il contient, l’ail protège contre les levures, les parasites, les bactéries et plus encore. Si vous cherchez un moyen simple de vivre en meilleure santé, ajoutez davantage d’ail à votre alimentation.

 

Extrait de pépins de pamplemousse

 

Le Journal of Alternative and Complementary Medicine a publié une étude universitaire, revue par les pairs, qui a révélé que l’extrait de pépins de pamplemousse est efficace contre plus de 800 formes de virus et bactéries, plus d’une centaine de souches de champignons et de nombreux parasites.
Très riche en de nombreux antioxydants, l’extrait de pépins de pamplemousse alcalinise le corps naturellement, et aide à la digestion en améliorant votre flore intestinale bénéfique.

 

Echinacée

 

Il se peut que vous connaissiez moins cette plante médicinale, mais elle est sûre et on la trouve dans de nombreuses cuisines. Il a été prouvé que la consommation de cette plante réduit le nombre de rhumes auxquels une personne peut être exposée au cours de sa vie, et  raccourcit la durée des infections. C’est un excellent choix de la prendre à titre préventif. Elle renforce aussi le système immunitaire, anti-infectieuse, puissante pour traiter une infection déclarée et présente de nombreuses autres propriétés.

 

Chou

 

On trouve des composés soufrés dans le chou – qui fait partie de l’ancienne dénomination des crucifères, incluant le brocoli et le chou kale – qui ont été prouvés efficaces pour lutter contre le cancer.
Ce que beaucoup de gens ne réalisent pas, c’est la quantité de vitamine C que l’on trouve dans le chou. Une tasse procure 75 % de ce dont vous avez besoin chaque jour.
Il es naturellement antibactérien. Vous pouvez en manger cru, râpé ou en « lanières » dans votre salade, comme plat d’accompagnement, en faire un « wrap » (ou un sandwich), ou boire un jus de chou frais (avec une pomme ou du miel pour adoucir le goût). C’est un excellent moyen pour améliorer la digestion, prévenir les maladies et même contrôler votre poids.

 

Huile de coco extra-vierge

 

On ne peut venir à bout de tous les bienfaits de l’huile de coco. Elle a des propriétés naturelles  antifongiques et antimicrobiennes, et est riche en antioxydants que vous ne pouvez trouver nulle-part ailleurs dans la nature.
Utilisez-la pour stimuler votre système immunitaire, équilibrer votre thyroïde, cholestérol et niveaux de sucre sanguin, et même améliorer les fonctions cérébrales. Elle est sûre à utiliser en interne comme en externe. L’huile de coco est l’un des cadeaux les plus polyvalents et uniques de Mère Nature.
Incorporez une cuillère dans votre boisson du matin pour l’énergie supplémentaire et la clarté de votre cerveau toute la journée.

 

Aliments fermentés

 

Le chou non pasteurisé, les marinades maison, le kéfir et yogourts probiotiques, renouvellent notre flore intestinale, nous protègent du cancer et maintiennent notre corps en forme pour combattre les infections.

 

Argent colloïdal

 

Antibiotique naturel, l’argent colloïdal est un mélange de particules d’argent en suspension dans un fluide. Il est utilisé depuis des siècles.
Ce traitement est temporaire car trop d’argent – un métal lourd – peut être toxique. Cependant, il désactive l’enzyme dont les bactéries unicellulaires ont besoin pour se multiplier. Privées de leur alimentation en oxygène, les bactéries et les virus sont détruits sans dommage pour vous.

 

Clou de girofle

 

On l’appelle « l’épice aux mille vertus »! C’est un antiseptique puissant. Son principe actif, l’eugenol, lui donne cette odeur que l’on sentait chez le dentiste. Le clou de girofle est en effet extrêmement efficace. Il agit autant sur les bactéries, comme Helicobacter pylori, que sur les virus. Il a donc des pouvoirs antalgiques. Il est aussi anti-inflammatoire, capable de désamorcer l’inflammation sans risque sur l’estomac. Une alternative intéressante à l’aspirine. Vous pouvez en ajouter en petite quantité dans vos boissons chaudes et dans vos plats pour un bon effet fortifiant.

 

Published by Notre Terre - dans Nutrition & Santé
commenter cet article
6 novembre 2016 7 06 /11 /novembre /2016 19:44
WIFI : le tueur silencieux

 

Le Wi-Fi: serait un tueur silencieux qui tue lentement

C’est un un réseau sans fil avec lequel vous pouvez connecter de nombreux périphériques sans utiliser de câbles. Aujourd’hui le Wi-Fi est partout. Les téléphones mobiles en bénéficient le plus, et les entreprises qui les fabriquent ont des instructions spécifiques pour l’utilisation des services de sorte qu’ils ne nuisent pas à notre santé.

 

Nos appareils sans fil comme les téléphones et les tablettes utilisent des routeurs pour se connecter en ligne. Le routeur émet des signaux WLAN – des ondes électromagnétiques qui peuvent causer beaucoup de dommages. Nous ignorons ce fait parce que nous n’avons pratiquement aucune connaissance de celui-ci. Avec le temps, ces signaux nuisent à l’organisme. Une étude menée par la British Health Agency a prouvé que les routeurs entravent la croissance des personnes et des plantes.

« Si nous n’avons pas de certitude absolue, la prudence peut être recommandée. Le Wi-Fi pose le problème suivant : il utilise des ondes d’une fréquence d’environ 2 400 MHz, presque les mêmes que celles des fours à micro-ondes. Cette fréquence a la particularité d’agiter les molécules d’eau, et notre corps est constitué de 75 % d’eau…

 

Biologiquement parlant, ce n’est pas bon. D’autant plus pour les enfants qui ont encore davantage d’eau dans le corps, en particulier dans le cerveau : il peut alors y avoir un effet de pénétration de chaleur à l’intérieur du crâne. On peut même penser que, par rapport au téléphone portable, le Wi-Fi aura plus d’impact avec des puissances plus faibles : avec le portable , l’effet est localisé près de la tête, tandis que le Wi-Fi aura un effet généralisé sur tout le corps », explique Pierre Le Ruz.

« Une étude a montré qu’une exposition prolongée pourrait nuire à la qualité du sperme , en diminuant notamment la mobilité des spermatozoïdes. Les chercheurs ont placé des échantillons de sperme sous un ordinateur portable téléchargeant des données en Wi-Fi, et d’autres échantillons loin de toute émission et exposés à la même température. Le constat : au bout de quatre heures, 25 % des spermatozoïdes placés sous l’ordinateur ne bougeaient plus, et 9 % avaient leur ADN endommagé. Les échantillons témoins ne comptaient que 14 % d’immobilité et des dommages ADN minimes », note le Dr Souvet.

 

Conséquences de l’exposition Wi-Fi:

  • fatigue chronique
  • douleurs dans les oreilles
  • manque de concentration
  • forts maux de tête fréquents
  • problèmes de sommeil

Nous ne pouvons pas vivre sans la technologie – c’est un fait. Mais nous devons apprendre à nous protéger de ses effets néfastes. Nous avons ici quelques conseils sur la façon d’utiliser le routeur en toute sécurité ou du moins réduire les dommages potentiels.

 

Comment protéger les enfants contre les ondes électromagnétiques

 

  • Déconnectez les programmes Wi-Fi avant le coucher
  • Désactivez le lorsqu’il n’est pas utilisé
  • Remplacez vos téléphones sans fil par des téléphones filaires
  • Évitez de placer un routeur dans la cuisine et dans la chambre

 

Le babyphone aussi est déconseillé.

>> Télécharger l’affichette : WIFI : POURQUOI IL FAUT LE COUPER?
>> Télécharger l’affichette : WIFI : votre santé ne tient qu’à un fil
>> Pensez à coller ces deux affichettes dans votre hall d’immeuble !

Depuis l’an 2000, le secteur des assurances reconnaît déjà les risques potentiels de ce type de champs électromagnétiques.

Source:http://tdhealthyfood.com / www.gov.uk/government/publications voir aussi des études qui sont à la base de cette prise de positions :
http://www.robindestoits.org/VRAI-FAUX-sur-la-telephonie-mobile-et-le-Wi-fi_a1524.html

 

 

Published by Notre Terre - dans Nutrition & Santé
commenter cet article
14 octobre 2016 5 14 /10 /octobre /2016 20:57
Pourquoi faut-il être hors la loi pour bien manger?

 

90% des semences détenues par 5 grands groupes de l'agrochimie (dont Bayer & Monsanto) qui ont la main mise sur le catalogue de variétés autorisées. Depuis 60 ans, c'est 80% des variétés végétales comestibles qui ont disparu. Si un maraîcher n'utilise pas les semences autorisées dans ce catalogue, il risque 450€ d'amende par variété ! Dans Actuality, Olivier Roellinger s'insurge contre ce monopole qui risque de tuer la biodiversité.

 

 

Published by Notre Terre - dans Nutrition & Santé
commenter cet article
1 novembre 2014 6 01 /11 /novembre /2014 08:29

spiruline.jpg

 

C’était l’une des curiosités du dernier Sial, le grand rendez-vous de l’industrie alimentaire. Une bouteille bleu azur, remplie d’une eau enrichie en micro-algues en forme de spirale hyperconcentrée, connue sous le nom de spiruline. Mise sur le marché en mars prochain, cette boisson baptisée «Springwave» a été couronnée par le prix de l’innovation 2014, confirmant la montée en puissance d’un aliment auquel on prête de nombreuses vertus.

 

Où la trouver? A l’origine, la «spiru» est une algue bleue présente depuis 3,5 milliards d’années dans les eaux douces des lacs des régions chaudes, en Afrique (Tchad, Ethiopie, Tunisie), Amérique latine (Pérou) ou Asie (Inde, Sri Lanka, Thaïlande). Elle est ensuite commercialisée sous forme de poudre, cachets, gélules, principalement dans des boissons énergisantes ou des compléments alimentaires produits en Chine ou aux Etats-Unis. En France, une fédération de spiruliniers réunit une centaine de producteurs focalisés sur une culture artisanale de «paillettes sèches». Il s’agit donc cette fois d’un aliment, produit dans des bassins hors-sol. Son goût étant assez neutre, la spiruline ne se consomme pas en tant que telle, mais plutôt en condiment ou mélangée à une salade, un yaourt. Des gâteaux, barres énergétiques pourraient être produits à l’avenir, sachant qu’il est déconseillé de la chauffer pour ne pas en altérer la qualité.

 

Quels bienfaits supposés? Scientifiquement, le concept de «super-aliment» n’existe pas. Il est pourtant régulièrement associé à certaines substances qui, à l’image de la spiruline, possèdent des effets bénéfiques pour la santé. Le docteur Dupire, grand défenseur de ce produit, explique qu’elle contient tous les nutriments, acides aminés, et oligoéléments essentiels. Par sa rentabilité protéinique (60%), elle plaît particulièrement aux sportifs et aux végétariens. Elle est également riche en bêta-carotène, fer, vitamines B, E, B2, B12, K et acides gamma linolénique. Elle jouerait donc un rôle sur les fonctions de l’immunité, une action antioxydante, aiderait à lutter contre les infections et les allergies.

 

Pourquoi un tel boom? Consommée depuis l’aube de l’humanité, notamment chez les Mayas, elle a récemment été redécouverte par Ripley Fox, scientifique américain qui en a fait un produit miracle pour combattre la malnutrition (notamment en vertu de son apport en protéines). Une idée défendue par de nombreuses ONG et la FAO aujourd’hui, malgré l’absence d’étude clinique sur le sujet. La Chine, producteur de 2.500 tonnes de spiruline sèche par an, l’a déclarée aliment d’intérêt national. En France, où le nombre de producteurs est passé de 10 à 120 depuis 2009, il n’existe pas de lobby mais son développement va de pair avec la défense d’une alimentation alternative. Seul frein notable, son prix qui tourne autour de 150€ le kilo.

 

Quels risques éventuels? A travers son dispositif de Nutrivigilance, l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation (Anses) a récemment fait état de «signalements» d’effets indésirables, concernant des compléments alimentaires à base de spiruline. 15 depuis 2009, dont 7 suffisamment complets pour être jugés exploitables. Elle évoque des désagréments gastro-entérologiques et allergiques.  Ses conclusions sur le sujet seront rendues en 2015.

 


Published by Notre Terre - dans Nutrition & Santé
commenter cet article