Les signaux de Gaïa

Publié le par Gerome

A l'heure où l'on entend de plus en plus parler de 2012, date butoir fixé par le calendrier Maya, il est temps de s'interroger sur nous et sur la Terre.

Depuis de longues années, j'affirme avec beaucoup de force et de conviction que la Terre est un organisme vivant au même titre que nous. Gaïa est en réalité un super organisme accueillent la vie depuis 5 milliards d'année.

 

Je fais faire une comparaison avec le corps humain :

 

lorsque nous sommes malades, attaqués par divers virus ou microbes, le corps se défend déclenchant des anticorps pour nous protéger, c'est très bien fait le corps humain... Si la Terre est malade, elle fera de même :

 

- partant du postulat que nous sommes des organismes vivant grâce et au sein de la Terre, si nous devenons défaillants et que cette défaillance entraîne une dangerosité, la Terre devra se défendre et mettre en place des anticorps pour se soigner.

L'humanité, à bien des égards ressemble à des cellules cancéreuses, des cellules autonomes, électrons libres qui ont décidé de ne travailler que pour elles-mêmes et ainsi se couper du super organisme, Gaïa.

Cette défaillance trouve son point de départ pendant l'ère industrielle il y a 200 ans, bien que des signes avant coureurs se soient fait sentir par le passé; à titre d'exemple la Rome impériale qui dévasta des milliers d'hectares de forêts pour subvenir à l'expansion de ses territoires et soutenir l'effort de guerre.

 

Partant du principe que nous sommes des cellules cancéreuses pour la Terre, défaillantes et dangereuses, il est légitime pour Gaïa de se protéger de nous. Quels sont ces anticorps?

Les séismes

Les tsunamis

Les éruptions volcaniques

Les pandémies

Les ouragans

Les inondations

 

Alors là bien sûr, certains en lisant cela, vont faire des bonds devant leur écran mais j'assume totalement mes propos et je peux même les étayer, pour cela je n'utiliserai pas la rigueur scientifique qui doit être de mise lorsqu'on aborde ce genre de sujets.

On va me rétorquer que ces phénomènes naturels n'ont pas attendu que l'humain déraille pour se manifester. En réponse à cet argument tout à fait crédible je dirais simplement que la Terre se sert de ce qu'elle a à disposition pour se protéger. Mais donner une conscience à la Terre c'est déjà de l'hérésie et non scientifique.
"Prouvez-moi monsieur que la Terre est consciente!"
"Prouvez-moi monsieur le scientifique que la Terre n'est pas consciente"


Les 2 théories ne sont absolument pas démontrables scientifiquement, c'est donc le statut quo! 
Je pars du principe que si l'homme a une conscience pourquoi la Terre n'en aurait pas une?

Au fait pourquoi j'ai décidé d'écrire un article sur notre Mère la Terre? Ce matin, en me levant j'ai lu les infos sur internet et j'ai constaté qu'il y a de plus en plus de catastrophes naturelles depuis le début de l'année : 

en janvier : séisme en Haiti 

en février : inondations meurtrières sur l'ile de Madère 

                   inondations à Thaiti 

Avant-hier : séisme au Japon magnitude 8

hier : séisme dans le pacifique magnitude 8.8 et tsunami au chili alerte aux tsunamis dans d'autres pays du pacifique

toujours hier : séisme au Pakistan et en Afghanistan

cette nuit : tempête sur une bonne partie de la France 
depuis plusieurs mois : grave sécheresse dans le sud-ouest de la Chine, 7.5 millions de personnes touchées.  
etc... la liste n'est pas exhaustive on pourrait parler de bien d'autres pays touchés par des catastrophes naturelles comme par exemple l'Australie qui elle aussi doit faire face à la pire sécheresse de son histoire 

 

Notre belle planète est en train de muter, de se purifier et nous devons l'accompagner dans ce processus sans crainte et dans l'Amour. Ces "catastrophes naturelles" vont s'intensifier dans le futur, ce que nous vivons en ce moment ce sont les prémices, beaucoup d'entre nous périrons mais c'est une phase importante et nécessaire pour l'évolution de la Terre.
On efface tout et on recommence.


................Reste  à savoir si nous avions été autrement, est-ce que Gaïa aurait quand même procédé au grand nettoyage....

 

Publié dans Divers (Hors sujet)

Partager cet article

PlanetSolar : le plus grand bateau solaire du monde

Publié le par Gerome

Jules Verne prédisait déjà qu'un jour l'homme serait capable de tout détruire ou de tout sauvegarder. Epuisement de nos ressources d'énergies fossiles et dérèglement climatique dus à leur utilisation nous obligent à repenser notre société.

Paradoxalement, cette situation est une opportunité pour notre civilisation. Utiliser la technologie et nos connaissances pour améliorer notre efficacité énergétique et promouvoir les énergies renouvelables est le chemin vers un monde durable.

PlanetSolar veut démontrer que nous pouvons changer, les solutions existent et il n'est pas trop tard. Les générations de demain ont leur regard tourné vers nous, nos choix marqueront le futur de l'humanité.

Un concentré de technologie futuriste

Maquette-planetsolar-berne-site-2.JPG


Le bateau PlanetSolar est un multicoque surmonté de panneaux solaires photovoltaïques. En construction depuis le mois d'août, il bénéficiera de proportions impressionnantes, tout en étant silencieux et propre. L'objectif est de naviguer à une vitesse moyenne de 8 nœuds autour du monde, une vitesse considérable pour un bateau fonctionnant à l'énergie solaire.

Le multicoque accueillera deux marins lors du tour du monde et jusqu'à cinquante personnes lors des navigations promotionnelles prévues aux escales.

De nombreuses recherches ont permis de déterminer ses dimensions et ses formes idéales en fonction du parcours. Les ingénieurs de PlanetSolar doivent gérer la propulsion, la conception des panneaux solaires et le stockage de l'énergie, les matériaux et l'environnement extérieur. De nombreuses études vont par ailleurs être effectuées dans ces différents domaines.

 

Pour promouvoir le projet PlanetSolar et le développement durable, une exposition itinérante sous la forme d'un village «PlanetSolar» accompagnera le premier tour du monde à l'énergie solaire. Le Village sera composé de trois sphères dont chacune représentera l'un des trois piliers du développement durable : Ecologie - Economie - Social.

Il aura la particularité unique d'être alimenté par des énergies propres, notamment par des panneaux solaires installés sur l'un des dômes du Village. Des thèmes spécifiques seront abordés, en lien avec les objectifs du développement durable. Le village itinérant permettra d'intégrer un large public au projet et d'organiser des événements culturels, des programmes éducatifs, des conférences, des expositions interactives et des projections de films.

En bref, il permettra de :

    * Disposer d'une plateforme permettant au public de partager le projet PlanetSolar, en Suisse et dans le reste du monde.
    * Promouvoir le développement durable, et plus particulièrement ses aspects environnementaux.
    * Montrer des solutions concrètes et communiquer un message positif.
    * Populariser l'écologie et démontrer que tout un chacun peut, même avec des moyens modestes, contribuer à la protection de notre planète.

 

planetsolar-worldmap-2009.jpg


Partager cet article

Des aires marines protégées pour sauver le manchot d'Afrique de l'extinction

Publié le par Gerome

Le CNRS est formel : des aires marines protégées pourraient sauver le manchot du Cap de l'extinction. Une équipe de chercheurs franco-sud-africaine a en effet démontré les effets bénéfiques de l'arrêt de la pêche dans les zones occupées par cette espèce, qui se nourrit exclusivement de poisson.
manchots-le-cap-afrique-du-sud.jpg

Seul manchot africain, le manchot du Cap (Spheniscus demersus) est en danger d'extinction. Entre 2001 et 2009, sa population mondiale a décliné de 60% en raison d'une pénurie de nourriture due au déplacement des bancs de poissons dont les manchots africains se nourrissaient. Une situation exacerbée par la compétition entre ces oiseaux marins et les pêcheries qui exploitent les derniers poissons disponibles.

Face à cette menace d'extinction et en concertation avec les chercheurs et les industries de la pêche, l'agence gouvernementale sud-africaine responsable de la gestion des pêcheries a réalisé une expérience sur l'impact des aires marines protégées (AMP). En janvier 2009, une zone d'océan de 20 kilomètres de rayon autour de l'île St Croix abritant la plus grande colonie de manchots du Cap était fermée à la pêche. Une autre zone témoin, autour de la colonie de Bird Island, est restée ouverte afin de permettre aux chercheurs de comparer les comportements alimentaires des manchots.


A l'aide d'enregistreurs GPS miniaturisés attachés à 91 oiseaux des deux colonies, les chercheurs ont étudié le comportement de recherche alimentaire des manchots. Les résultats constatés sont frappants : avant la fermeture à la pêche, les manchots de St Croix se nourrissaient principalement à plus de 20 kilomètres de leur colonie, parcourant parfois jusqu'à 150 kilomètres à la nage pour chercher de la nourriture. Au bout de seulement trois mois, ils ont modifié leur effort de pêche et 70% de leurs plongées ont été effectuées à moins de 20 kilomètres, à l'intérieur de l'aire marine protégée.

Leur temps de recherche alimentaire a alors diminué de 30%, réduisant ainsi leur dépense énergétique journalière de 40%. Sur Bird Island, les manchots ont continué à se comporter comme en 2008.

L'expérience, unique au monde, confirme l'impact négatif de la pêche industrielle sur les conditions de nourrissage des manchots et démontre les bienfaits immédiats d'une aire marine protégée pour la conservation d'une espèce de prédateurs marins supérieurs en danger d'extinction.

 


Publié dans Les bonnes nouvelles

Partager cet article

Lumière sur : LE JEU

Publié le par Gerome

Le JEU (Jardin d'Echange Universel) est un réseau d'échange décentralisé à la différence du SEL (Système d'Echange Local) qui est centré dans un lieu géographie. A part ça, le principe est le même.

Le JEU est un système favorisant les échanges entre les humains. Ce réseau d'échange est sans structures, ni frontières, ni centre de comptabilité.

La participation au JEU ne requiert ni inscription, ni cotisation, ni "membership". Chacun des utilisateurs, dits "partenaires du JEU", tient à jour sa comptabilité dans son "carnet JEU".

L'invention de l'argent fut nécessaire pour faciliter les transactions. Avant son utilisation, le commerce était très limité car on devait toujours trouver un produit ou service pour satisfaire le propriétaire du bien désiré. On devait souvent trouver un tiers parti (ou plusieurs) pour finaliser les transactions. L'argent a vu le jour pour permettre "instantanément" les transactions (à condition d'en avoir). JEU s'est développé en plusieurs régions de France en 1998, à la suite de l'idée originale de Daniel Fargeas.

Le but du JEU est de créer de l'abondance, donc de permettre aux participants d'obtenir des biens et/ou des services qu'ils ne pourraient obtenir autrement (manque d'argent, isolement, etc). Le but n'est aucunement de maintenir toujours un solde positif.

Plus le nombre de participants augmentera, plus la variété de produits et services sera intéressante. Tout peut s'échanger par le système JEU!...

 

"JEU c’est une alternative au système dans lequel nous vivons, c’est créer ensemble une autre façon d’acquérir des biens et services dans le respect, l’égalité, la diversité, la solidarité et la confiance."

JEU c’est un outil d’échange entre participantEs, un système d’échange de biens et services autogéré et sans frontière. En offrant ainsi nos biens et services, dans ce système d’où tout argent est exclu, nous nous réapproprions notre pouvoir économique et devenons ainsi plus autonomes et autosuffisantEs.

Non seulement nous y brisons l'isolement à travers des rencontres intéressantes et enrichissantes, mais nous faisons des prises de conscience qui nous amènent à consommer de façon plus éclairée et conséquente.

 

Les transactions se réalisent grâce à une unité universelle : les "points JEU". À la base, une unité, un "point JEU" équivaut à une minute de temps humain. Vous offrez une heure de votre temps à votre voisin, il inscrit alors + 60 points dans votre carnet (et vous soustrayez 60 unités dans le sien). Il a été également établi par l'usage des premières années, qu'une heure équivaut à 10$ CND ou 10$ USD ou 10 Euros (1$ = 6 unités). Le système de points est totalement relatif. Les participants peuvent s'entendre sur une toute autre valeur lors d'une transaction (comme par exemple, "payer" une gardienne 5 $ de l'heure au lieu de 10 $. Un travail réalisé à l'ordinateur peut être rémunéré à 20$/hr ou plus, la machine étant considérée comme un individu). On peut donc établir toutes transactions sur une base horaire ou sur la valeur monétaire de ce pays et de cette époque. Si vous estimez que le produit que vous voulez vendre vaut 100$, la transaction sera donc de 600 unités.

Dans l'ensemble du système, l'addition de tous les soldes des participants est toujours égale à 0. Cet équilibre se maintient sur toute la planète. Vous pouvez très bien utiliser vos "points" acquis dans votre village québécois pour l'échanger contre la location d'une villa dans le Midi de la France...

 


Publié dans Divers (Hors sujet)

Partager cet article

1 2 3 4 5 > >>