C'est officiellement prouvé, les pesticides tuent les abeilles

Publié le par Gerome

Une étude de l'Inra ainsi qu’une étude britannique viennent de démontrer que les pesticides sont une des causes du déclin des colonies d'abeilles.

 

abeilles


Une étude française menée par Mickaël Henry, de l'Institut national de la recherche agronomique (Inra), et Axel Decourtye, de l'Acta (instituts techniques agricoles) a permis de montrer qu’un pesticide largement utilisé depuis les années 1990 est nuisible aux bourdons et abeilles. En effet, le thiamethoxam (famille des néonicotinoïde) provoque des troubles de l’orientation qui empêchent les insectes de retrouver leur ruche ou de se nourrir convenablement.


Au cours de l’étude menée, les 653 abeilles qui ont reçu une dose de thiamethoxam ont vu leur système cérébral de géolocalisation naturel perturbé, ce qui a entraîné la mort d'un grand nombre d'entre elles. Les chercheurs ont tenu compte de cette mortalité pour établir un modèle mathématique qui a prédit que les populations d'abeilles exposées au pesticide chutaient à un niveau ne permettant plus leur rétablissement. L’étude britannique réalisée en parallèle par Dave Goulson et Penelope Whitehorn, de l'Université de Stirling, a quant à elle exposé de jeunes bourdons à de faibles taux d’imidaclopride (un autre pesticide de la famille des néonicotinoïdes). On savait que celui-ci pouvait provoquer des troubles de mémoire et d'orientation mais cela restait encore à confirmer sur le terrain.


Concrètement, les scientifiques britanniques ont comparé le poids des deux types de nids (animaux, cire, miel, larves, pollen) avant et après l'expérience. Ils ont ainsi constaté que les colonies exposées avaient trouvé moins de nourriture, étaient plus petites et qu'elles produisaient 85% de reines en moins. De fait, il y avait 85% de nids en moins l'année suivante. Selon Dave Goulson cité par l'AFP, "trois espèces sur 27 de bourdons sont éteintes" et sept sont considérées comme en danger.


Comme le souligne Mickaël Henry dans la revue Science qui publie ces travaux, "les procédures d'autorisation des pesticides demandent surtout aux fabricants de s'assurer que les doses rencontrées sur le terrain ne tuent pas les abeilles mais elles ont complètement négligé les conséquences de doses non létales, qui peuvent provoquer des problèmes de comportement"

 

 


Publié dans Nature

Partager cet article

L'ascension du vélo électrique

Publié le par Gerome

Les analystes américains de Pike Research ont publié hier une étude sur les ventes futures de vélos électriques. Le nombre total d’exemplaires vendus annuellement devrait dépasser les 47 millions d’ici 2018.


Globalement négligés par les usagers occidentaux, ce même si de plus en plus de villes commencent à se convertir à l’éco-mobilité, les vélos électriques sont en revanche légion en Asie. Pas très lourds, agréables à utiliser, faciles à garer, ils gagneraient à s’implanter davantage dans nos frontières. Les ventes de vélos électriques en France représentaient en effet à peine 1% du marché en 2009.


Conçus également pour les personnes habitant dans des zones vallonnées ou des contrées reculées et pour les personnes à mobilité réduites – grâce à l’assistance électrique des pédales –, ils sont a contrario très répandus en Chine, pays qui pèse à lui seul 92% des ventes mondiales. D’après le graphique ci-dessous, ils devraient par ailleurs connaître un succès grandissant en Europe occidentale, mais resteront relativement marginaux outre-Atlantique.

 

velo_electrique-21.jpg


 

Un bémol majeur subsiste néanmoins : l’empreinte carbone du processus de fabrication des vélos dans l’Empire du Milieu. Toujours réduits, les coûts de la production amènent en effet les constructeurs chinois à utiliser des batteries au plomb (ou batterie SLA) contenant des matériaux nocifs pour l’Homme et l’environnement. Le plomb contenu dans les batteries fond de surcroît à très basse température et se transforme à 900 degrés celsius, se propageant ensuite dans la nature sous forme de fumée à chaque incendie de véhicule (rares) et pénétrant dans le sol via l’eau utilisée par les pompiers. Pike Research prévoit cependant que 12 % des vélos électriques seront équipés de batteries au lithium, plus écologiques, d’ici 2018, soit 6 points de plus qu’actuellement.


Le marché du vélo électrique devrait enfin générer 6,9 milliards de dollars (environ 5,2 milliards d’euros) de recettes cette année, jusqu’à atteindre les 11,9 milliards de dollars (8, 94 milliards d’euros) en 2018. Une progression qui fera tout de même les affaires de la planète.

 

 


Publié dans Nature

Partager cet article

Vers un point de non-retour pour le réchauffement de la planète

Publié le par Gerome

La planète est en passe d'atteindre des seuils à partir desquels son climat se réchauffera de façon irréversible, et la décennie en cours sera cruciale pour les efforts visant à contenir les changements climatiques, avertissent les scientifiques.

Les estimations de la communauté scientifique diffèrent mais globalement, la température moyenne du globe devrait augmenter de six degrés Celsius d'ici 2100 si aucun frein n'est mis à l'augmentation de la densité des gaz à effet de serre (GES) dans l'atmosphère.

 

rechauffement-climatique.jpg


Comme les émissions de GES sont en augmentation, la Terre se rapproche des seuils au-delà desquels les effets du réchauffement climatique planétaire seront irréversibles, comme la fonte de la glace polaire et le dépérissement par sécheresse des forêts tropicales.

"Nous nous trouvons dans la décennie cruciale. Si nous ne changeons pas de cap au cours de cette décennie, nous franchirons ces seuils", a déclaré Will Steffen, directeur exécutif de l'institut sur le changement climatique à l'Université nationale d'Australie, lors d'une conférence à Londres.


Malgré l'urgence de la situation, un nouveau traité international sur le climat, contraignant les gros pays pollueurs comme les Etats-Unis et la Chine à réduire leurs émissions, ne fera pas l'objet d'un accord avant 2015, pour entrer en vigueur ensuite seulement en 2020.

"Nous sommes au bord de changements majeurs", a souligné Will Steffen. "Nous pouvons limiter la hausse des températures à deux degrés, ou franchir le seuil au-delà duquel le climat basculera dans un état considérablement plus chaud", a-t-il continué.


Pour ce qui est des calottes glaciaires - sortes d'énormes réfrigérateurs qui ralentissent le réchauffement de la planète - le point de non-retour a sans doute été déjà franchi. La banquise de l'ouest de l'Antarctique a rétréci au cours des dix dernières années et l'inlandsis (calotte) du Groenland a perdu 200 kilomètres cubes de glace par an depuis les années 1990.


SEUIL DE NON-RETOUR AUSSI POUR LES FORÊTS


L'un des seuils les plus inquiétants et les moins connus concerne le pergélisol (permafrost, ou sol gelé en permanence) de Sibérie. Ce pergélisol stocke du carbone gelé dans le sol, et en cas de fonte, il le libère dans l'atmosphère.

"Il y a là-bas environ 1.600 milliards de tonnes de carbone, soit deux fois la quantité qui se trouve dans l'atmosphère aujourd'hui, et les latitudes du Grand Nord connaissent actuellement les changements de températures les plus forts de toute la planète", a dit Steffen.


Dans le pire des cas, 30 à 63 milliards de tonnes de carbone pourraient être libérés dans l'atmosphère chaque année, à l'horizon 2040, et ce volume passerait entre 232 et 380 milliards de tonnes vers 2100. Par comparaison, les combustibles fossiles dus à l'activité humaine libèrent 10 milliards de tonnes de C02 dans l'atmosphère chaque année.


L'augmentation de la densité de C02 dans l'atmosphère accroît dans le même temps l'acidité des océans, qui absorbent une partie de ce gaz carbonique. Au cours des 200 dernières années, le processus d'acidification des océans s'est déroulé à un rythme jamais vu depuis 60 millions d'années, explique Carol Turley, du Laboratoire marin de Plymouth.

Cela menace les récifs coralliens et pourrait entraîner l'extinction de certaines espèces marines dans quelques décennies.


La majeure partie des rapports sur le climat concluent que la forêt dense de l'Amazonie va devenir de plus en plus sèche à mesure que les températures augmenteront. Le dépérissement de forêts dû à la sécheresse fait penser que l'on est là aussi près du point de non retour, à partir duquel les forêts cesseront d'absorber le carbone et, au contraire, en ajouteront dans l'atmosphère du globe.


Environ 1,6 milliards de tonnes ont été libérés dans l'atmosphère en 2005 par les forêts denses et 2,2 milliards de tonnes en 2010, ce qui a réduit à néant dix années d'activité de "puits de carbone", a souligné Will Steffen.

 

 


Publié dans Nature

Partager cet article

Nicaragua: les éco-guerriers veillent sur la forêt

Publié le par Gerome

Une unité composée de 580 hommes parcourt les réserves naturelles du pays et lutte contre des menaces d'un genre nouveau. En limitant la déforestation, le Nicaragua espère atténuer les effets du changement climatique et préserver ses ressources en eau...


Le succès est au rendez-vous pour la première mission des soldats de la Garde Verte nicaraguayenne, baptisée Oro Verde. L’opération, consistant à démanteler une exploitation forestière illégale, a permis la saisie de 3.165 mètres cubes de bois coupés illégalement dans la réserve du mont Wawashang. Destinées à approvisionner le marché noir des matériaux de construction, les grumes ont été trouvées sous des filets et des arbustes afin d’empêcher leur détection depuis les airs.


Depuis 1983, la couverture forestière du pays est passée de 63% à 40%. Au rythme actuel de déforestation, elle pourrait descendre à 25% d’ici 2030 si rien n’est fait. La menace est prise au sérieux par le gouvernement. La constitution du Nicaragua établit que: «Toute action affectant gravement l’environnement du pays sera considérée comme un danger pour la sécurité nationale.»


Si les membres de l’éco-bataillon peuvent compter sur leurs  fusils pour lutter contre les bucherons clandestins, ils disposent aussi d’un matériel plus rudimentaire. Armés de pelle, ils assurent le reboisement et participent à l’effort national consistant à planter 560.000 arbres dans les zones où la forêt a disparu.


L’effet conjugué du réchauffement climatique et de la déforestation a des conséquences dramatiques sur le régime de précipitations et sur l’agriculture. Selon Paul Oquist, conseiller présidentiel pour le Développement et délégué aux sommets mondiaux sur le climat, près de 9% des récoltes sont perdues ainsi chaque année depuis 2006.

L’élévation des températures oblige les producteurs de café à grimper toujours plus haut dans les montagnes, et met en péril l’une des principales exportations du pays.


La forêt, source de pluie… et d’énergie


En veillant sur ses ressources naturelles, le Nicaragua espère aussi préserver son potentiel énergétique. À l’heure actuelle, les combustibles fossiles assurent la majeure partie de la production d’électricité. Mais l’objectif est de couvrir prochainement 50% des besoins grâce à l’hydroélectricité.

«Pour cela nous devons préserver et protéger nos réserves naturelles et nos forêts, afin de disposer de suffisamment d’eau pour construire ce qui sera la plus grande centrale hydroélectrique d’Amérique centrale: Tumarín», explique le colonel Juan Ramón Morales. Mais si nous n’avons plus de forêts, nous ne produirons pas les pluies nécessaires au développement de ce projet. On ne peut pas construire une centrale hydroélectrique dans le désert.


Particulièrement touchés par les effets du réchauffement planétaire, les pays d’Amérique centrale ne peuvent se permettre de rester les bras croisés en attendant que la communauté internationale réagisse. Le gouvernement du Nicaragua sait qu’il doit mettre en œuvre au plus vite ses propres solutions, et le bataillon écologique est l’une d’elles. Philosophe, le colonel conclut: «Le monde change, et les militaires devront s’adapter aux nouvelles menaces.»

 

 


Publié dans Les bonnes nouvelles

Partager cet article

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>