L'insecticide Cruiser contre-attaque

Publié le par Gerome

Nouvel insecticide Cruiser : les restrictions préconisées par l’AFSSA sont significatives d’un haut niveau de risque pour les abeilles et d’autres insectes pollinisateurs, pour l’environnement et la santé humaine :

Communiqué Ministère :

Résultats des évaluations du PONCHO et du CRUISER

L’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (AFSSA) a été saisie début septembre pour évaluer deux préparations phytopharmaceutiques, le PONCHO et le CRUISER. Ces préparations autorisées en Allemagne et utilisés en traitement de semences de Mais, contiennent des substances actives autorisées au niveau communautaire.

Sur la base d’une analyse scientifique approfondie notamment des effets sur les abeilles, l’AFSSA a donné un avis défavorable pour le PONCHO, et favorable pour le CRUISER en l’assortissant de mesures de précaution sur son utilisation.


En suivant ces avis, le Gouvernement a décidé de ne pas autoriser la préparation PONCHO et d’autoriser la préparation CRUISER dans les conditions de précaution maximales, prévoyant notamment : une autorisation limitée à 1 an suivie d’une nouvelle évaluation, une limitation de la période avant le 15 mai afin de réduire la période de floraison une utilisation autorisée uniquement sur le mais ensilage, le mais grain et le mais porte-graine femelle [1]




Michel Barnier, Ministre de l’agriculture et de la Pêche, a par ailleurs imposé la mise en place d’un suivi et d’une surveillance des ruchers portant sur 3 régions minimum. Les modalités de ce suivi seront définies en concertation avec les représentants des apiculteurs et avec les associations protectrices de l’environnement. Une première réunion du comité scientifique et technique est ainsi prévue le 30 janvier.

La décision d’autorisation a été présentée aux associations de protection de l’environnement et aux représentants de la profession apicole. A la demande de certains d’entre eux une audition de scientifiques va être réalisée par l’AFSSA à l’occasion du comité d’experts spécialisé du 16 janvier prochain.

Cette autorisation permettra aux agriculteurs d’utiliser en toute sécurité des préparations dont l’évaluation a été effectuée conformément aux procédures communautaires et nationales.


Par ailleurs, une mission sur la filière apicole sera prochainement confiée à un parlementaire. Son objectif, est la mise en place d’un plan d’action apicole portant sur l’organisation de la surveillance de l’état des ruchers, l’aménagement du territoire et sur l’accompagnement technique, scientifique et économique durable de la filière.

[1] Par manque de données, pour le Mais doux et le mais porte-graine mâle l’AFSSA recommande de maintenir une distance de 3 km entre les ruches et les parcelles traitées. Compte tenu de la difficulté de mise en œuvre concrète de cette mesure et de son contrôle le gouvernement a choisi de ne pas autoriser cet usage

Contacts presse :
Service de presse du Cabinet de Michel BARNIER : 01 49 55 59 74
Service de presse du ministère : Hélène BRIAL : 01 49 55 60 11

Communiqué Confédération paysanne


Autorisation prochaine d’un nouvel insecticide de destruction massive d’abeilles
Au mépris des décisions prises lors du Grenelle de l’environnement en matière de réduction de l’usage des pesticides, la France s’apprête à autoriser le traitement des semences de maïs par un insecticide systémique très dangereux, le « Cruiser ».

Cette autorisation serait accompagnée de restrictions préconisées par l’AFSSA qui sont significatives du haut niveau de risque pour les abeilles et d’autres insectes pollinisateurs, pour l’environnement et la santé humaine :

* interdiction d’utilisation sur du maïs destiné à la consommation humaine et aux lignées mâles de maïs semence,

* un seul traitement tous les trois ans sur la même parcelle,

* interdiction de toute culture présentant un intérêt apicole, pendant un an, sur toute parcelle traitée…

Le Ministre de l’Agriculture ne dit pas comment leur application sera garantie, alors que nous avons constaté en 2007, l’impossibilité de vérifier le respect des préconisations comparables concernant les cultures OGM. De plus, une des principales restrictions proposées par l’AFSSA - pas de parcelle traitée à moins de trois Kms de ruches- semble oubliée.

 

Si des maïsiculteurs ont des problèmes de gestion des parasites, cela est dû à leurs méthodes de travail : culture de maïs, année après année, sur les mêmes parcelles au mépris des règles agronomiques les plus élémentaires. Ce comportement est dicté par la facilité et par l’appât du gain, la culture du maïs étant une des productions les plus subventionnées par l’Europe.

Contrairement à ce que nous font croire le lobby des maïsiculteurs de l’AGPM-FNSEA et les fabricants de pesticides, d’autres modes de protection efficaces contre les insectes, sans recours systématique aux insecticides chimiques, existent.


La Confédération paysanne exige l’interdiction des traitements de semences insecticides systémiques, ceux-ci étant néfastes pour l’apiculture, l’environnement et la santé publique.

La Confédération paysanne s’opposera fermement à toute décision autorisant la mise sur le marché d’un produit aussi dangereux que le « Cruiser ».



Publié dans Nutrition & Santé

Partager cet article

L' écovillage

Publié le par Gerome

Un écovillage (ou éco-village, éco-lieu, éco-hameau), est une agglomération (rurale ou urbaine) visant le plus possible l'autosuffisance et où la priorité est de placer l’Homme et l’environnement au centre de ses intérêts. Le principe de base est de ne pas prendre à la terre plus que ce qu'on peut lui retourner.

Le mot écovillage est né de la fusion des termes écologie et village. Il s'agit d'un terme largement utilisé pour représenter plusieurs modèles de communautés. Ils tentent d'intégrer un environnement social d'entraide ayant un faible impact sur l'écosystème. Pour y arriver, ils intègrent différents aspects comme la permaculture, construction écologique, production verte,énergie renouvelable, agriculture auto suffisante et plus encore.



La difficulté de rassembler les projets vient du fait qu'aucun des écovillages ne fonctionne de la même manière. Certains ont une vocation politique tandis que d'autres s'attachent surtout à la qualité de vie ou développent la création artistique. Les différences sont énormes entre un lieu rural alternatif, composé d'une population jeune et de passage, et une Société Civile Immobilière (SCI) créée par plusieurs couples retraités autour de valeurs écologiques. C'est pourquoi plusieurs adeptes vont parler d'une communauté intentionnelle, plutôt que d'un écovillage. Le point commun de toutes ces initiatives est un lieu de vie collectif (rarement communautaire), écologique et solidaire.

 

Vécus comme des laboratoires d'expérimentations alternatives, les écovillages peuvent accueillir une production potagère, des constructions écologiques, un centre de ressources, un espace d'accueil, ou encore des ateliers artistiques. L'objectif est de créer, ensemble, un mode de vie convivial et juste, avec une empreinte écologique minimale. C'est l'aspect collectif qui constitue la plus grande des difficultés. Décider, construire, avancer ensemble est un véritable défi dans une société où l'individualisme prime. Derrière un projet avorté se trouve généralement un problème de relations humaines. Mais la collectivité est également un atout : échange de connaissances, mutualisation des savoirs, partage d'outils et machines (véhicules ou électroménager par exemple) et surtout, stimulation permanente pour approfondir sa démarche.


L'expression écovillage a vu le jour lors du Sommet de la Terre à Rio de Janiero au Brésil en 1992. Suite au rapport Brundtland de la Commission mondiale sur l'environnement produit en 1987 faisant le constat alarmant du réchauffement de la planète, de la raréfaction de l'eau, d'espèces vivantes et de l'accroissement de la pauvreté dans le monde, les dirigeants de 178 pays se sont réunis à Rio pour discuter de l'avenir de la planète.

S'en est suivi le fastidieux Agenda 21 fixant des objectifs ambitieux à atteindre. Parmi ceux-ci, Gaia Trust et Global Ecovillage Network (GEN) ont proposé "La Terre est notre habitat" afin de supporter financièrement les projets d'écohabitats comme exemples vivants de communautés viables pouvant résoudre la multitude et variété des problèmes complexes soulevés par le rapport Brundtland. Ils pourraient servir de champs expérimentaux reproductibles autant en zone urbaine que rurale, à travers le monde, dans divers types d'habitats, de climats, de cultures où une volonté et des habiletés de développer un mode de vie durable ont déjà été démontrées.

 


 

Sans doute à cause de leur longue expérience dans les communautés de cohabitation (cohousing), les Danois étaient prêts en 1993 à créer la première association de communautés viables. Par la suite, Gaia Trust ciblait ainsi 20 projets d'écohabitats à travers le monde qui pourraient devenir des projets d'écovillages puisqu'ils avaient déjà développé plusieurs facettes du concept global d'écovillage par leur culture et leur mode de vie différent de ceux des sociétés dites modernes.

Dès 1994, la stratégie de GEN devient plus claire et un réseau est mis sur pied ayant pour objectifs l'échange d'idées, de technologies, le développement culturel et éducatif dans le but de développer et démontrer des modes de vie respectueux de l'environnement et durables pour les générations futures.

 

À la conférence internationale des Nations Unies Habitat II de 1996 à Istanbul, le GEN présentait les écovillages comme des modèles positifs vivants de principes de développement durable alliant l'usage de technologies avancées et une spiritualité satisfaisante, tout en vivant harmonieusement avec la nature.

Les 20 écovillages désignés par Gaia Trust y ont présenté leurs réalisations et le GEN et Gaia Trust demandèrent 100 millions pour supporter la mise en place du programme «La Terre est notre habitat».

Depuis ce temps, les 3 réseaux régionaux ont le vent dans les voiles. À ce jour, on peut dénombrer 243 membres du Réseau mondial. Certains membres sont des écovillages, alors que d'autres sont des associations d'écovillages tels que le Réseau français des Écovillages qui regroupe 34 projets d'écovillages. De plus, on doit tenir compte du fait que ne sont listés sur les sites Internet que les membres des associations et réseaux. Il n'y as aucune vérification fiable pour valider les inscriptions dans les réseaux sur internet, car il n'y as aucun suivie en règle qui prouvent leurs existances réelles.

 

De nos jours , le mot écovillage est galvodé par des projets qui s'approprie le nom pour la valeur rajouter du terme écologique, sans nécéssairement l'être, plutôt quelques personnes qui non aucune infrastructure exsistante viable pour un communauté ou qui sont plus axé sur une commune intentionnel qui est centré sur l'humain et s'inscrit dans les réseaux comme le GEN qui n'as aucune règle fiable établie mondialement dans la pertinence de ce que c'est une écovillage et se fausse par des inscriptions sur internet sans vérification dans les lieux et gonfle la réalité des écovillages réelles. Les médias s'approprient le thème écovillage dans des reportages sans vraiment faire une étude approfondie sur les lieux qui se disent écovillages et donne l'impression qu'il y as de centaines d'écovillages dans le monde à tord.

 


 

Le modèle de l'écovillage tente le plus possible d'intégrer l'habitat humain dans l'écosystème naturel, par l'intégration de communautés viables basées sur le développement durable. Le modèle est déjà appliqué dans plusieurs pays et met l'emphase sur :

Pour l'environnement

  • Maintenir la biodiversité
  • Protéger et restaurer les habitats naturels
  • Développer un modèle d'agriculture et de gestion forestière
  • Utiliser de façon efficace l'énergie, l'eau et les matériaux
  • Promouvoir un mode de vie écologique basé sur le développement durable
  • Valoriser une meilleure utilisation des ressources naturelles par la réduction, la récupération et la réutilisation

Pour l'humain

  • Fournir une meilleure qualité de vie basée sur la satisfaction des besoins fondamentaux
  • Créer un environnement propice à l'épanouissement intellectuel, affectif, et spirituel
  • Procurer un sentiment d'appartenance et de sécurité favorisant une participation active à l'effort collectif
  • Diminuer la charge de travail individuel
  • Réduire les dépenses, accordant à l'individu plus de temps pour ses loisirs et ses rapports sociaux
  • Améliorer la santé physique et mentale grâce à un mode de vie sain
  • Participer activement à la vie sociale et économique de la communauté

Pour la communauté

  • Une façon efficace de ramener les jeunes en région
  • Stimuler l'économie rurale
  • Développer la vie culturelle dans nos campagnes
  • Permettre la recherche et le développement sur les collectivités viables sous la forme d'un modèle nouveau.

Entité légale civile

Implanter un écovillage constitue pour une municipalité "un État dans l'État". Les lois et règlements municipaux en vigueur ne se prêtent pas nécessairement à la constitution de ce genre d'entité et aux activités qu'elle risque de générer. Au contraire, avec les années, les municipalités ont plutôt eu tendance à se protéger de toutes sortes de regroupements en s'équipant de règlements municipaux qui peuvent être de sérieux freins aux écovillages.

 

 

 

 

Publié dans Habitat

Partager cet article

La consommation d'élèctricité en france

Publié le par Gerome

En 2004, la consommation d’énergie totale en France a atteint un chiffre record de 276 millions de tonnes de pétrole. Ce chiffre, se divise en différents secteurs d'énergies.
Les français ont consommé 13 millions de tonnes de pétrole pour le charbon soit 4,8% de la consommation totale. Il faut ajouter à cela également 13 Mtep pour les énergies renouvelables (4.8%) et encore 40 Mtep pour la consommation en gaz naturels (14.4%).
De plus le pétrole prend une part importante dans la consommation totale des français avec environ 93 Mtep par an soit 33.7%.
Mais c’est la consommation en électricité primaire qui est la plus importante en France avec 117 millions de tonnes de pétrole soit tout de même 42.4 % de la consommation française.
On peut donc déduire que de nos jours, l’électricité est très importante dans le quotidien des français et paraît comme une énergie montante alors que d’autres comme le charbon ou le pétrole sont en perpétuel recul.
Enfin, les énergies renouvelables comme l’énergie photovoltaïque sont de plus en plus utilisées mais restent difficilement exploitables.



Cette consommation d’énergie (276Mtep) se répartit en plusieurs secteurs majeurs.
Ainsi, le secteur agricole ne consomme que 3 Mtep en 2004 (1.1%), derrière le secteur sidérurgique avec une consommation de 6 Mtep (2.2%).
L’industrie consomme quand à elle 32 Mtep soit 11,6% alors que le transport prend 51 Mtep (18.5%).
De plus, les usages non énergétiques profitent de 16 Mtep avec 5.8% des parts alors que la branche de l’énergie profite de 99 Mtep pour ses besoins (35.9%).
Enfin le résidentiel et le tertiaire regroupés pèsent lourd avec une consommation de 70 Mtep (25.3%). La consommation de cette dernière branche tend a augmenter progressivement à cause de la progression du tertiaire dans la société actuelle.



Cependant, d’ici une cinquantaine d’année, la population devant atteindre 9 milliards d’habitants la consommation dans des pays comme la France devrait encore augmenter.
En 2020, la consommation d’énergie en France pourrait augmenter de 30 % par rapport à 2000 si rien n’est fait. L’augmentation pourrait être limitée à 20 % en donnant une priorité au nucléaire.
Enfin, la consommation pourrait rester stable si la France respecte le protocole de Kyoto et utilise plus efficacement l’énergie produite.
Même si la consommation augmente, les sources principales d’énergie restent les mêmes : pétrole et électricité primaire (nucléaire par exemple).
Cependant, les énergies renouvelables tentent d’être plus utilisées afin de ralentir l’épuisement des stocks des autres sources d’énergies.

On sait que de nos jours l’énergie solaire reçue sur la Terre est 15 000 fois supérieure à la quantité d’énergie consommée dans le monde. Ainsi, capter 0,01% de cette énergie pourrait théoriquement permettre de stopper net la production de toutes les autres énergies (pétrole, gaz, charbon,…).

Aujourd’hui, la production en énergie photovoltaïque semble relativement faible en France. En effet elle ne dépasse pas les 2,32 Ktep (27 GWh). Cette production semble et reste encore anecdotique. De plus, 1/3 de cette production est raccordée au réseau. Les 2/3 restants ne le sont pas. La production mondiale des panneaux solaires est passée de 5 Mégawatts-crête en 1982 à 60 MWc en 1992. Ce qui montre que les panneaux solaires sont de plus en plus utilisés.

Publié dans Nature

Partager cet article

Un projet d'hydroliennes au large du Cotentin et de la Bretagne, EDF s'intéresse aux courants marins.

Publié le par Gerome


Des prototypes d'hydroliennes seront immergés dans le Cotentin et en Bretagne. L'objectif ? Produire de l'électricité à partir des courants marins. Pour EDF, la première étape du projet consiste à mesurer le potentiel énergétique de ces courants.
D'ici à quelques années, des champs d'hydroliennes pourraient fleurir à proximité des côtes de Bretagne et du Cotentin. C'est dans la Manche , en effet, que se concentre l'essentiel du potentiel de cette forme d'énergie. L'hydrolienne est à l'eau ce que l'éolienne est à l'air. Le principe est simple. La force des courants marins actionne les pales d'un ou de plusieurs rotors. L'énergie mécanique produite par la rotation des pales est transformée en énergie électrique.

Ces « éoliennes sous marines » sont attractives pour plusieurs raisons. « D'une part, la production d'électricité est prévisible, puisque les marées peuvent être calculées à l'avance. Par ailleurs l'espace nécessaire pour ces installations et l'impact sur l'environnement sont réduits. Enfin les courants marins constituent une ressource énergétique intéressante car la densité de l'eau est importante (1.000 fois supérieure à celle de l'air). », explique Cyrille Arbonnel, chargé du projet hydroliennes à EDF.

Hier, des courantomètres ont été installés près de la pointe de Barfleur, dans le Cotentin. Ils vont mesurer, pendant quinze jours, l'énergie produite par les courants marins. Immergés entre 20 et 50 mètres de profondeur, ils seront signalisés en surface par des bouées lumineuses.

La même opération sera renouvelée, au printemps, sur les côtes bretonnes. Cyrille Arbonnel estime que « 3 000 mégawatts peuvent être installés en France. Soit 20 % du potentiel théorique européen, ce qui est important. L'objectif à terme est la mise en place d'ici 2008 d'un site démonstrateur industriel. »


Le temps de charge d'une hydrolienne, c'est-à-dire le temps durant lequel elle produit de l'électricité dans une année, sera de l'ordre de 40 %. Par comparaison, une centrale nucléaire comme Flamanville produit 2 600 mégawatts quasiment sans arrêt.
Le projet est européen. Déjà, la Grande-Bretagne , la Norvège et l'Italie testent des prototypes. En France, l'Institut national polytechnique de Grenoble et la société Hydroélix Énergies de Quimper travaillent sur ces technologies. Mais on est encore loin de la phase industrielle. « Pour l'instant, il s'agit de doter EDF des éléments pour décider de l'implantation d'un site pilote. La prochaine étape consistera à s'associer avec des constructeurs de machines. » EDF croit au développement des énergies marines, mais ne veut pas brûler les étapes, échaudée par les critiques formulées à l'encontre des éoliennes. « Tout cela doit se faire en concertation avec les acteurs du monde maritime. À commencer par les pêcheurs. »


Le premier site pilote d'hydroliennes devrait être implanté en 2008. Pas forcément là où le courant est le plus fort, comme dans le raz Blanchard, où sa vitesse atteint 6 à 10 m par seconde. « Nous considérons qu'à partir de 2 m par seconde un courant est suffisamment fort pour faire fonctionner une hydrolienne. » À terme, des parcs de 10 à 50 machines pourraient coloniser certaines zones et compléter l'offre énergétique, notamment en bout de ligne, comme en Bretagne. « Il n'est pas exclu de décentraliser quelques unités pour alimenter des îles par exemple. »
Mieux, avec cette technologie EDF espère se placer à l'exportation. Les énergies renouvelables intéressent les pays en voie de développement.




Publié dans Les bonnes nouvelles

Partager cet article

1 2 3 4 5 6 > >>