Des apiculteurs attaquent un producteur de maïs OGM

Publié le par Gerome

abeille3.jpg
Un couple d'apiculteurs et sept organisations agricoles ont demandé mercredi devant la cour d'appel d'Agen la destruction des parcelles de maïs OGM du producteur Claude Ménara, pour "dissémination de pollen de maïs génétiquement modifié".
Maurice et Marie-France Coudoin, apiculteurs, ainsi que sept organisations agricoles dont la Confédération paysanne ont demandé au juge "la destruction de la récolte avant la fleuraison, d’ici quelques jours (...) sur l’ensemble des parcelles de maïs Bt Monsanto 810 de M. Ménara", a indiqué leur avocat, Me François Roux.
Les plaignants, qui avaient intenté en avril une action en référé à l'encontre de Claude Ménara en raison du risque de contamination des ruches et cultures environnantes, avaient été déboutés le 24 mai par le tribunal de grande instance de Marmande (Lot-et-Garonne).

Ils n'ont ainsi pas pu empêcher le producteur de semer, comme en 2006, 100 hectares de maïs transgénique à Grézet-Cavagnan (Lot-et-Garonne).
Selon Me Roux, "une expérimentation menée en août 2006 sous contrôle d’huissier prouve que les ruches situées à 400 mètres et 1.200 mètres des champs de M. Ménara sont gravement polluées" puisqu'on y "retrouve plus de 30% d’OGM".
"Les préjudices économiques et environnementaux sont graves", a-t-il souligné, dénonçant l'absence d'un "document public qui localise avec précision les parcelles concernées". "Nous sommes aujourd’hui face à des lobbys puissants qui veulent faire passer de force la culture OGM dans notre pays", selon lui.

L’avocate de M. Ménara, Me Maï Le Prat, a fait valoir de son côté que son client "sème son maïs dans le plus grand respect du droit". "La demande des apiculteurs est irrecevable", a-t-elle déclaré, estimant que "la partie adverse n’avance aucun argument juridique mais fait de la politique".
Me Le Prat, qui a salué la "très bonne décision en première instance" du TGI de Marmande, a souligné que le référé permet de "prendre des mesures d’urgence si on démontre qu’il y a un dommage imminent ou un trouble manifestement illicite, or ce n’est pas du tout le cas dans ce dossier", selon elle.
Le jugement a été mis en délibéré au 12 juillet
Source : AFP

Je suis de tout coeur avec ces apiculteurs et j'espère que cette fois-ci le tribunal leur donnera enfin raison. Leurs abeilles sont en train de disséminer un poison et l'état reste campé sur ses positions. Ce champ de maïs OGM est illégitime car dangereux pour la santé humaine et animale.

Publié dans OGM j'en veux pas!

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article