La crise financière au secours de la planète

Publié le par Gerome

Un malheur peut engendrer des conséquences innatendues voires positives... Le chômage, la baisse du pouvoir d'achat, l'augmentation du prix des matières premières, nous forcent à redoubler d'inventivité pour s'en sortir. Tout est bon pour faire des économies d'argent, le marché de l'occasion est en plein boum, le troc, les dépôts ventes donnent à beaucoup de produits une seconde vie, ce qui évite d'acheter des produits neufs en magasin qui ont un coût écologique élevé : les matériaux utilisés sont bien souvent polluants, il faut également de l'éléctricité et de l'eau pour mener à bien une production d'objets, ensuite il y a le transport qui a une forte incidence sur le réchauffement climatque à cause des rejets de CO2.
Le marché de l'occasion fait du bien à tout le monde, le portefeuille ne souffre pas et la Terre souffle un peu!

Une deuxième conséquence positive est la crise du marché de l'automobile, la baisse de la production de voitures neuves cause bien entendu moins de pollution.

Et puis comme l'a dit si justement le chef de la diplomatie américaine, Hillary Clinton "Ne gâchons jamais une bonne crise".

"Ne la gâchons pas lorsqu'elle peut avoir un impact très positif sur le changement climatique et la sécurité énergétique", a-t-elle ajouté devant de jeunes Européens réunis au Parlement européen.

Beaucoup de responsables politiques appellent de leurs voeux un "New Deal environnemental" qui permettrait de remplacer des infrastructures gourmandes en énergie par des systèmes plus propres et créerait des millions d'emplois, apportant ainsi une réponse globale à la crise économique, aux questions de sécurité énergétique et au changement climatique.


Hillary Clinton s'exprimant au parlement europpéen

Mais pas tout le monde à l'air de comprendre ce cercle vertueux qui peut s'offrir à nous. La refonte totale de l'économie et de l'industrie orientée vers la protection de la Nature est une aubaine à ne pas louper, on est ici à la croisée des chemins et il faut prendre la bonne décision. Développer les technologies propres est un remède à la crise financière car elles généreraient des millions d'emplois en plus et protègeraient notre mère la Terre. La technologie doit être une alliée de l'humanité et de la Nature, en attendant mieux c'est la crise économique qui s'en charge.

Publié dans Nature

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article