27 avril 2015 1 27 /04 /avril /2015 09:58
Le Salvador bannit le Roundup de Monsanto et connaît des récoltes records

 

 

Le Salvador a tourné le dos aux grandes multinationales semencières et aux phytosanitaires pour favoriser la culture de graines locales. Depuis, le système agricole du pays aurait gagné en durabilité et en productivité.

 

En septembre 2013, le Salvador votait l’interdiction de 53 produits phytosanitaires à usage agricole. Parmi eux, ce grand pays producteur de café, coton, maïs et canne à sucre retirait du marché le Roundup (glyphosate), désherbant vedette de Monsanto, récemment classé “cancérogène probable” par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

 

Pour protéger le patrimoine semencier salvadorien et assurer la production agricole, le gouvernement de l’ancien président Mauricio Funes lançait en 2011 le Plan pour l’agriculture familiale (FAP). À destination de quelque 400 000 familles d’exploitants, ce plan visait à revaloriser les semences locales et émanciper les petits producteurs des industriels des biotechnologies et de leurs OGM.

 

En crise, le système agricole était majoritairement dépendant des semences hybrides commercialisées par Monsanto, Pioneer et consort. Avant la mise en œuvre du FAP, 75 % du maïs et 85 % des haricots étaient importés selon le site d’information The Seattle Globalist.

 

Et les plantes cultivées sur le territoire étaient majoritairement issues de graines OGM stériles, non adaptées aux territoires et à leurs particularités, forçant le recours aux intrants chimiques. Réaffirmant sa souveraineté alimentaire, le gouvernement a donc décidé de rompre avec les industries semencières internationales pour favoriser les graines locales.

L’État a alors investit plus de 18 millions de dollars afin de livrer 400 000 exploitants en maïs H-29, développé par le Centre national de la technologie agricole et forestière (CENTA). Le maïs présente l’avantage d’être une variété locale, mieux adaptée aux terres salvadoriennes et plus résistantes à la sécheresse.

 

Selon le site Natural Society, l’agriculture du Salvador serait en pleine expansion. Le pays aurait connu des récoltes records depuis qu’il a banni certains phytosanitaires.
Si le Salvador s’est détourné des grands groupes internationaux spécialisés dans les biotechnologies, des questions demeurent quant à la pérennité du Plan agricole du pays. Car le maïs H-29, bien que produit localement, est une variété hybride. Il a beau être mieux adapté au territoire du Salvador et nécessiter l’usage de moins d’intrant, il n’en est pas moins stérile.

 

Auteur : Manon Laplace

Bio à la Une

 

Partager cet article

Published by Notre Terre
commenter cet article

commentaires

Haegelen Jean-Luc 07/10/2016 17:31

Les produits bio ne sont depuis longtemps plus un gage de produit non industrielle, et les producteurs bio utilise des produits tout aussi néfastes si non plus encore pour la santé humaine que l’agriculture moderne.http://www.agriculture-environnement.fr/actualites,12/une-association-de-producteurs-bio-encourage-ses-adherents-a-utiliser-un-insecticide-interdit

Notre Terre 07/10/2016 20:15

Ravi de constater comment vous êtes capables de généraliser un événement. On est dans une lutte d'égo où chacun veut imposer son avis à l'autre, ça ne m'intéresse pas. J'ai bien compris où vous vouliez en venir, c'est bon.
Ne vous fatiguez pas à me balancer vos articles et commentaires, je ne les lirez plus.

m 07/10/2016 09:55

Un jour j'ai été voir une expo bio. Et bien rien ne vaut la qualité a la quantité : j'ai trouvé ces légumes bio plus ferme, pas rempli d'eau comme ces soit disant légumes fourni en quantité industriel """dévitalisé"""", ils étaient très nourrissant et j'etais mieux rempli avec plus de plaisir car très gouteux . alors produire moins mais...... Mieux car on ne mourra pas de faim peut être avec une production excessive mais on mourra de plus en plus de cancers....

Haegelen 07/10/2016 17:33

Les produits bio ne sont depuis longtemps plus un gage de produit non industrielle, et les producteurs bio utilise des produits tout aussi néfastes si non plus encore pour la santé humaine que l’agriculture moderne. http://www.agriculture-environnement.fr/actualites,12/une-association-de-producteurs-bio-encourage-ses-adherents-a-utiliser-un-insecticide-interdit

jean-luc haegelen 14/08/2016 22:10

Croire que les hommes on sus se nourrir sans le pesticide est totalement stupide.
Est une méconnaissance totale de notre histoire
Seul dans les pays ou l’agriculture est industrialiser il est possible de vivre dans une telle abondance.
Pour la plupart des habitant dans le monde et les paysans y comprit manger est encore le premier de leur soucié.
Dans l’histoire de l’humanité, les hommes le plus souvent vécu dans la disette que dans l’abondance et cette disette étais entrecoupé de famine, qui tuais un grand pourcentage de la population.
Et tout ça alors que les surface cultivé étais bien plus importante et que la population était beaucoup moins importante
Les famines et les disettes en France ont seulement arrêté en France sous napoléon III, ou il arrêté décidé d’importé en masse du blé pour nourrir la population.
Et même comme ça, jusqu’ l’après-guerre la nourriture étais la première des dépenses pouvant allée jusqu’à 80% de leur revenue.
Et s’est juste les engrais et les pesticides qui on pue facilité autant l’accès a la nourriture.
La publication montre que ce projet est en discussion au Salvador
Mais je n’ai pas trouvé la liste de ses 53 pesticide.
Mais sa montre une chose, que cet article publier sur ce site est du pur mensonge.
Comme une grande partie des publication écolo, qui n’ont rien à voir avec la réalité.
Une des choses qui fait que ses lois n’ont pas été voté, s’est que tout simplement la faite d’utiliser certain de ses produits provoquerais une catastrophe alimentaire et contre ça il n’om pas trouver de solution.
A une période pour la population mondiale a pris une telle ampleur, il est immoral ne pas utiliser tout le potentielle s’un sol. Quand on voie les rendements misérables que l’on a en bio ses technique devrais être interdite.

Guillaume 14/08/2016 12:03

Mais pour revenir au salvador il est cerzin que les paysans nont pas besoin dune loi contraignante pour commencer a changer. Le seul fait que la loi ou son decret soit en discussion prouve qu il y a un changement de mentzlite. Mais alors pour la baisse ou laugemntarion des rendements depuis 2/3 ans quelqun a t il une info fiable ? Mais de toute facon on ne pourra pas encore le correller a labandon massif des phytosanitaires il me semble

Guillaume 14/08/2016 11:58

Bonjour
@ Notre Terre et M. Haegelen : j espere Notre Terre que vous avez raison car je suis convaincu pour ma part que le futur de la agriculuture est l agroecologie et l abandon des phytosanitaires chimiques de synthese fort nocifs pour la plupart (se pencher sur les interdictuons successives des molecules apres constation sur le terrain des degats est instructif) pour la vie en general (risque de cancer pour ceux qui manipulent, pollution durable des sols et des nappes phreatiques qui fait que ca coute de plus en plus cher de potabiliser l eau, des externalites negatives de l usage du glyphosate en particulier et de ses metabolites cad ses formes degradees a demi vie plus longue et pas moins nocives)
Czpednant il me semble quil faut letre tres prudent dans les preuves de la viabilite de la agroecologie a nourrir le monde. Le film Demain en montre de bons exemples.
Dailluer a part depuis a peine une petite centaine d annee lhomme a reussi a se nourrir de maniere viable sans intrants chimiques de synthese.
Hoaxbuster est il est vrai une plafeforme que jutilise et qui est documentee et mesuree. Je vous invite a cliquer sur le lien donne precedemment pour le verifier.
Dune maniere generale je deplore que lon ai tendance a s emporter sur la forme dans les blogs. Je pense que lon a dautant plus de chance de convaincre que l'on reste courtois et respecte lavis de lautre. Et si cest l'autre qui avait raison ? Je vous souhaite une belle journne d ete et au plaisir de vous lire. Guillaume ps: excusez svp les fautes de frappe depuis le smartphone.

Notre Terre 15/08/2016 09:04

Vous faites preuve de malhonnêteté intellectuelle. Vous êtes clairement en train de dire que sans les OGM, pesticides, fongicides, herbicides, insecticides on ne pourrait plus se nourrir. De plus vous êtes extrêmement mal renseigné et je pense que de près ou de loin vous devez avoir des accointances avec le milieu de la pétrochimie ou de ses dérivés. Ce n'est pas possible autrement.

Depuis le début de sa sédentarisation, il y a grosso-modo 5000 ans, l'homme a croisé les espèces ayant le plus de rendements et ayant le plus de résistance aux maladies, il fallait nourrir cette humanité qui était en train de se regrouper en cités de plus en plus grosses. Il est faux de croire que l'humanité a toujours souffert de sous nutrition. Il fût une époque où lorsque nous étions à peine quelques centaines de millions d'âmes sur Terre, l'abondance du gibier et de la nourriture nourrissait très facilement les humains, grâce notamment aux techniques d'agriculture et d'irrigation nouvellement acquises. Comment expliquer par exemple que les cités Mayas d'Amérique Centrale pouvaient compter jusqu'à 250000 individus? Ils avaient crée un réseau d'eau extrêmement performant. Il faut savoir qu'on se reproduit et qu'on se développe lorsque la sécurité alimentaire est assurée, l'humain n'est pas idiot, en période de disette il ne fait pas d'enfants. Des exemples de cités antiques prospères et développées sont légion et pourtant monsanto, bayer et basf, n'existaient pas!

Voilà pour le point global. Maintenant permettez-moi de m'arrêter sur les effets directs de l'usage du roundup à une échelle beaucoup plus petite :
c'est l'histoire d'un petit paysan qui las de voir ses laitues bouffées par les limaces décide d'aller s'acheter son bidon de roundup. Il asperge les sols avec et effectivement moins de 48 heures après les limaces ont toutes crevées! Quelle efficacité se dit alors le paysan. Il va se coucher et dort enfin sur ses deux oreilles. Pendant que monsieur dort, les hérissons qui raffolent des limaces s'apprêtent à faire un rare festin! Quelques jours plus tard c'est au tour des hérissons de mourir qui seront à leur tour dévorés par les renards et qui eux mêmes seront dépecées par les rapaces etc.... Ce geste si anodin et tellement simple a eu des impacts concrets sur une partie de la chaîne alimentaire, car le roundup reste dans les organismes, il ne part pas avec les premières pluies! Il s'infiltre dans les sols et les nappes phréatiques, si bien qu'un jour on détectera un cancer à la femme de ce paysan qui voulait juste avoir de belles laitues. Ah oui? Vous ne saviez pas? Les produits se terminant par -cides (fongicides) ne font pas que tuer des mauvaises herbes et des insectes, ils tuent les êtres humains.

Il y a tellement de méthodes naturelles pour lutter contre les "parasites" du potager, la cendre par exemple est d'une efficacité redoutable. Et vous savez une recherche naïve sur google vous donnerez de très bonnes informations.

Vous vous servez d'exemples historiques pour appuyer vos propos, je suis capable de le faire aussi. On peut être soucieux de l'environnement et être intelligent et cultivé, ce n'est pas juste l'apanage des pro-ogm qui nous balancent leur chimie au visage pour nous en mettre plein la vue.
Puisque visiblement vous aimez l'histoire et n'hésitez pas à vous servir de faits historiques pour décrédibiliser cet article, je terminerai par l'histoire de la guerre du Vietnam :
Les américains s'embourbant de plus en plus dans une guerre longue et coûteuse dont le sénat ne voulait plus voter de rallonges budgétaires, décidèrent d'affamer le pays en demandant à Monsanto de créer un défoliant (herbicide) qui tuerait les plantes rapidement. Le produit a été crée conjointement par le département de la défense. Ils vaporisèrent ce produit par avion au dessus des jungles et des plantations. Mission réussie! Tout le monde crevait : les plantations, les vietnamiens, et même les soldats américains qui demandent encore aujourd'hui des dédommagements au gouvernement US. La guerre finie et perdue par les américains malgré tous les moyens mis à disposition, il leur restait sur les bras des quantités astronomique d'agent orange qui ne tardèrent pas à finir dans les rayons des jardineries.

J'ai été un peu long mais c'était nécessaire. J'aurais également envie de vous parler des chiffres records des production bio et de de tous ces agriculteurs qui se reconvertissent ainsi que de plusieurs méthodes de production naturelles autosuffisantes mais je vais arrêter de vous assommer avec tout ça car le problème dans tous ces débats c'est qu'on est toujours occupé à faire changer d'avis notre interlocuteur alors qu'il y a peu de chances qu'il le fasse car conditionné par ses vérités qu'il s'est crée au fil de son évolution. J'ai clairement perdu une demi heure de ce beau lundi férié, le seul espoir que je puisse avoir c'est que vous lisiez ce texte en entier par respect pour le temps que je vous ai consacré.

jean-luc haegelen 14/08/2016 22:12

Croire que les hommes on sus se nourrir sans le pesticide est totalement stupide.
Est une méconnaissance totale de notre histoire
Seul dans les pays ou l’agriculture est industrialiser il est possible de vivre dans une telle abondance.
Pour la plupart des habitant dans le monde et les paysans y comprit manger est encore le premier de leur soucié.
Dans l’histoire de l’humanité, les hommes le plus souvent vécu dans la disette que dans l’abondance et cette disette étais entrecoupé de famine, qui tuais un grand pourcentage de la population.
Et tout ça alors que les surface cultivé étais bien plus importante et que la population était beaucoup moins importante
Les famines et les disettes en France ont seulement arrêté en France sous napoléon III, ou il arrêté décidé d’importé en masse du blé pour nourrir la population.
Et même comme ça, jusqu’ l’après-guerre la nourriture étais la première des dépenses pouvant allée jusqu’à 80% de leur revenue.
Et s’est juste les engrais et les pesticides qui on pue facilité autant l’accès a la nourriture.
La publication montre que ce projet est en discussion au Salvador
Mais je n’ai pas trouvé la liste de ses 53 pesticide.
Mais sa montre une chose, que cet article publier sur ce site est du pur mensonge.
Comme une grande partie des publication écolo, qui n’ont rien à voir avec la réalité.
Une des choses qui fait que ses lois n’ont pas été voté, s’est que tout simplement la faite d’utiliser certain de ses produits provoquerais une catastrophe alimentaire et contre ça il n’om pas trouver de solution.
A une période pour la population mondiale a pris une telle ampleur, il est immoral ne pas utiliser tout le potentielle s’un sol. Quand on voie les rendements misérables que l’on a en bio ses technique devrais être interdite.