Apprendre à se restreindre

Publié le par Gerome

Interview de Bartabas, directeur de la troupe de théâtre équestre Zingaro.
Publié dans le journal le monde daté du 16 octobre.

Vous dirigez la troupe de théâtre équestre Zingaro, quelles avancées attendez-vous d'une nouvelle politique écologique de la France ?

Hélas, je n'en attends rien parce que jusqu'à présent je n'ai entendu personne poser la seule question qui importe : de quoi avons-nous vraiment besoin pour vivre ? Quelle est la part de l'indispensable et du superflu ? Quand chacun d'entre nous aura répondu à cette question, nous aurons fait un grand pas et nous pourrons alors nous interroger sur la bonne façon de gérer la planète. Tant que nous choisirons de rester dans un système où nous produisons pour accumuler des richesses, où nous consommons pour satisfaire des besoins superflus dictés par la mode et la publicité, nous ne trouverons pas de solution à la hauteur des problèmes.

Il faut mettre un frein à cette course effrénée et apprendre à se restreindre. Derrière le battage médiatique qui accompagne ce "Grenelle", je crains malheureusement que l'environnement ne soit pas encore une vraie préoccupation.
Propos recueillis par Laurence Caramel

Je crois que tout est dit. Finalement la question centrale de ce grenelle de l'environnement outre les OGM, les pesticides et le nucléaire devrait être       "Le profit, pourquoi faire? "

Tant que l'accumulation des bien matériels et le désir d'augmenter sans cesse son pouvoir d'achat restera au coeur des préoccupations l'environnement ne sera pas une priorité. Car comme son nom l'indique le développement durable propose de continuer à se développer durablement, en gardant nos vieux shémas et nos vieilles habitudes de consommation : posséder, consommer, briller socialement grâce au matérialialisme. L'économie et l'industrie sont au service de la consommation et du tout jetable. Comment peut-on espérer bâtir une société équilibrée et écologique si chacun croit que son bonheur réside dans son écran plat, son 4x4  ou ses vacances aux Baléares? J'extrapole un peu mais c'est ça l'idée.
Il faut aller à l'essentiel mais je crois qu'à ce niveau là c'est un problème de conscience. Triste monde dans lequel on vit.....

environnement.jpg

Publié dans Nature

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article