Une entreprise de papier néo-zélandaise mise en cause dans la déforestation en Indonésie

Publié le par Gerome

Le papier toilette est une autre menace pour les tigres de Sumatra. Selon une enquête menée conjointement par Greenpeace, le WWF et le parti écologiste néo-zélandais, l’entreprise Cottonsoft, filiale du groupe industriel indonésien Asia Pulp and Paper (APP), s’approvisionnerait dans les forêts indonésiennes, allègrement ponctionnées depuis de longues années et où vit cette espèce en danger critique d’extinction.

 

papier-toilette-2.jpg

 

Déjà boudée par nombre de ses fournisseurs occidentaux, Nestlé et Carrefour pour ne citer qu’eux, APP, qui multiplie les communiqués de presse pour tenter de redorer son blason vert, fait donc indirectement l’objet d’une nouvelle contre-publicité. On peut cependant douter qu’elle suffise à lui faire entendre raison…


Les analyses médico-légales réalisées aux Etats-Unis sur des échantillons du papier toilette Cottonsoft ont en tout cas révélé la présence de feuillus tropicaux mixtes. « Saccager des forêts tropicales pour en faire du papier toilette est tout simplement honteux », a déclaré Catherine Delahunty, porte-parole du parti écologiste de Nouvelle-Zélande. De leur côté, le WWF et Greenpeace ont appelé les distributeurs néo-zélandais à ne plus référencer les produits de la marque.  Et de publier un guide d’achat à l’attention des consommateurs destiné à mettre en avant les marques de papiers toilette «éco-friendly ».

 

« Nombre de Néo-Zélandais veulent s’assurer que leurs choix commerciaux ne portent pas atteinte à la forêt et la faune indonésiennes. Nous aidons donc les gens […] à faire le bon choix à la caisse, de sorte à s’assurer que les habitats des tigres et des orangs-outans menacés restent intacts », a expliqué Chris Howe, directeur exécutif du WWF Nouvelle-Zélande ». Militant de Greenpeace, Nathan Argent ne dit pas autre chose : « beaucoup de Néo-zélandais seraient choqués de savoir qu’en utilisant du papier toilette Cottonsoft, ils pourraient bien anéantir des espèces en voie de disparition ».


La destruction des forêts indonésiennes pourrait il est vrai avoir raison des tigres de Sumatra, dont la population sauvage est estimée à seulement 400 individus, sachant que selon le WWF et Greenpeace un million d’hectares seraient déboisés chaque année et qu’un rouleau de papier toilette sur quatre proviendrait directement desdites forêts. Les environnementalistes ont donc encore du pain sur la planche.

 

 


Publié dans Nature

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article