proposition d'un projet de covoiturage instantané dans les Hautes-Alpes

Publié le par Gerome

Appel à soutien pour la mise en œuvre du stop organisé

Une alternative à la voiture individuelle...


>

Présentation
> Dans l’air du temps, il n’y a pas que du CO2 en augmentation constante…
Il existe aussi de nombreuses bonnes idées et des pratiques d’avenir qui se développent. Le covoiturage est à l’honneur, dopé par le coup de chaud de la planète et la flambée des prix des carburants.

Les Hautes-Alpes ne sont pas en reste sur ce sujet. Il se développe, au sein des entreprises et des administrations, des initiatives intéressantes allant dans ce sens… Les collectivités locales réfléchissent de plus en plus à encourager le covoiturage comme réponse aux méfaits de la voiture individuelle (pollution, encombrements…).

Le covoiturage peut et doit prendre des formes multiples pour mieux répondre aux besoins des individus dont les contraintes (horaires de travail, activités périphériques…) sont souvent assez hétérogènes.


>

A côté du covoiturage classique (rendez-vous fixés à l’avance), une forme de « covoiturage instantané » (ou stop organisé) peut se développer :

  • mise en relation d’un conducteur et d’un passager de manière souple et instantanée

  • aménagements d’aires de stop identifiées et sécurisées (entrées/sorties de villes et villages)

  • amélioration des déplacements de proximité et quotidiens

De part sa géographie, le département des Hautes-Alpes se prête idéalement à cette forme de covoiturage déjà mise en place avec le soutien des pouvoirs publics dans le département de la Drôme.

Retrouvez le projet complet ici
>


> Appel à signature

>

L’association Mobil’idées (plaquette ci-joint) entend promouvoir cette pratique du "stop organisé". Nous lançons actuellement une campagne d’information et de sensibilisation sur ce sujet auprès des élus mais aussi de la population.
>

Pour que cette initiative ait un impact bénéfique, elle nécessite votre soutien via votre signature
>

  • pour donner du poids à cette initiative : nous pourrons adjoindre la liste des associations et des particuliers signataires lors de nos actions de sensibilisation et de sollicitation auprès des collectivités locales

  • pour relayer les informations sur l'existence de ce projet, afin d'atteindre un seuil de participants nécessaire pour son fonctionnement

Votre soutien (signature) est indispensable à la réussite de ce projet !


>

Si vous souhaitez vous associer à notre démarche ou manifester votre soutien, nous vous remercions de :

ET

  • Diffuser largement autour de vous cet appel auprès de vos contacts
    >


>

Nous vous tiendrons au courant de l’avancée du projet ! Pour en savoir plus, n’hésitez pas à nous contacter
>
> Merci d’avance pour vos soutiens !

>
--
> Association Mobil’idées
11 impasse du commerce
> ZA des Fauvins
- 05000 GAP
>
>
mobilidees@yahoo.fr
> http://mobilidees.org

Publié dans Hautes-Alpes

Partager cet article

Les effets du changement climatique sur l'Autriche

Publié le par Gerome

Les Alpes Autrichiennes

Les résultats de la recherche menée en 2007 dans le cadre du programme autrichien StartClim viennent de paraître, sous forme d'exemples de cas des effets du changement climatique sur l'Autriche (document en allemand).
Depuis 2003, le programme autrichien StartClim offre aux chercheurs un cadre dans lequel étudier, dans une perspective interdisciplinaire, les changements climatiques et leurs effets, en Autriche plus particulièrement. Dans cette optique, le projet StartClim2007 a par exemple porté sur les domaines de la santé, de l'agriculture, de l'industrie forestière, de l'industrie hydraulique, du tourisme et de l'économie.

Les effets sur la santé de la diminution de l'ozone stratosphérique ou encore l'évolution de la population des insectes nuisibles dans l'agriculture biologique ont notamment été étudiés. Dans le cadre d'autres projets, les chercheurs se sont penchés sur l'effet, pour les centrales de production d'électricité à accumulation, de l'évolution des débits d'eau des bassins versants soumis à un régime glaciaire, mais aussi sur les répercussions du changement climatique pour le tourisme estival. Un modèle visant à permettre de mesurer l'impact économique de ce changement a également été mis au point. StartClim2008 met l'accent sur les adaptations que demande le changement climatique en Autriche.

Le rapport en allemand avec résumé en anglais est téléchargeable à
l'adresse: http://www.austroclim.at/index.php?id=45.

Publié dans Nature

Partager cet article

Noël en quelques citations

Publié le par Gerome

Ca y est la fièvre de noël est passée, on peut enfin reprendre une activité normale. Pour mettre un point final à cette fête christiano-commerciale j'ai sélectionné quelques citations qui, certes n'iront pas dans le sens moral de noël mais que je trouve de très bon ton et pertinentes :

Celui qui a inventé la Noël, c'est un mec qui devait tenir un magasin.
Jean Marie Gourio

D'un point de vue purement commercial, si Noël n'existait pas il faudrait l'inventer.
Katharine Whitehorn

Il y a quatre âges dans la vie de l'homme : - celui où il croit au père Noël ; - celui où il ne croit plus au père Noël ; - celui où il est le père Noël ; - celui où il ressemble au père Noël.
Anonyme

Je terminerai par un texte que j'ai écrit l'an dernier et dont je me fais une joie malicieuse de vous le resservir... C'est récurrent mais c'est si bon!


Qui a dit que le père noël était gentil?

La fête de noël prend des tournures qui me semblent franchement mauvaises. Comme tout le monde le sait, noël tire ses origines du christianisme. En effet, pour célébrer la naissance du Christ les rois-mages lui firent des offrandes.
Plus de 2000 ans plus tard, tout n'est que gaspillage, surconsommation, gavage de canards, illuminations excessives qui font augmenter un peu plus la facture énérgétique.
Noël s'est déshinumaniser, noël s'est prostitué sur le trottoir du capitalisme et du matérialisme. Et les maqueraux de la publicité et de l'industrie nous offre du "bonheur acheté" en codes barres servi sur l'autel de la consommation.

Toutes ces faux sentiments mielleux que l'on nous sert une fois par an, cette pseudo morale religieuse qui nous dit d'être bon et serviable à l'égard de son prochain alors que le reste de l'année on nous apprend à le dominer ne sont qu'une belle mascarade de faux-culs.
A l'heure où l'on nous parle du grenelle de l'environnement, de la conférence de Bali sur le réchauffement climatique, des menaces qui pèsent sur l'humanité à cause de notre surconsommation, noël s'illustre comme le parfait paradoxe. D'un côté le gouvernement appuyé par les médias nous chantent en boucle le même refrain sur la maîtrise de notre énergie et de nos déchets et de l'autre on fête noël de la manière la plus détestable qui soit.

Toutes ces villes illuminées, tous ces balcons éclairés, ces millions de sapins que l'on coupe et que l'on affuble de boules, ces magasins surchargés à en faire péter les présentoirs dégueulant le matérialisme prouvent à quel point nous sommes en contradiction.
Le père noël est une véritable ordure qui s'est fourvoyé et qui a troqué son beau costume vert contre un costume rouge et blanc aux couleurs de coca-cola.
A t-on besoin de noël pour faire plaisir à nos proches? Le cadeau spontané que l'on fait lorsque on se promène en ville en se disant "tiens ça va lui plaire, et si je lui achetais" n'a t'il pas plus de valeur que les cadeaux qu'on nous impose de faire....
Combien de fois ai-je entendu les gens se plaindre de faire des cadeaux. Comme s'ils avaient un couteau sous la gorge et qu'on leur obligeait d'acheter et d'offrir.....
Si en plus le cadeau ne vient pas du coeur, quel est donc l'intérêt de cette fête?

Et ces repas, Grands Dieux! Ces repas interminables où l'on se retrouve avec la famille à déguster des mêts de noël, à couper la dinde, à se goinfrer de fois gras, à manger du chocolat à s'en boucher le cul, à bouffer jusqu'à l'écoeurement.......quelle horreur. Et pendant ce temps là où on a la bouche pleine et des cadeaux tout le tour du ventre qui a une pensée envers l'éthiopien où le malien? pour ne citer qu'eux. Qui a une pensée pour la Terre à qui on lui fait subir une nouvelle fête encore plus gourmande en énergie et en CO2 que les précedentes?

Le matériel n'est pas la clé du bonheur, je préfererais vivre dans un ashram au Tibet et être heureux plutôt que de croire en cette vie matérielle et dépourvue de sens.


Publié dans Divers (Hors sujet)

Partager cet article

Lente progression du plan d'action climatique de la Convention alpine

Publié le par Gerome

Les ministres de l'Environnement des Etats alpins et de l'UE devaient adopter un plan d'action pertinent sur le climat... en mars dernier. Le Comité permanent de la Conférence alpine n'est toujours pas satisfait des propositions soumises.
Le 38ème Comité permanent de la Conférence alpine s'est réuni du 19 au 21 novembre à Innsbruck/A. Principal thème abordé : le 2ème Rapport sur l'état des Alpes que la Convention alpine a dédié à l'eau. Pour approfondir la thématique, la Convention alpine doit à présent créer une plate-forme Eau.

L'un des points essentiels de l'ordre du jour était la proposition de la présidence française de la Convention alpine en faveur d'un plan d'action climatique pour les Alpes. De nombreux Etats et observateurs le considèrent comme encore trop abstrait. L'initiative de ce plan d'action émane de la CIPRA et a été approuvé par les ministres en novembre 2006. Dès le printemps 2008, la CIPRA a élaboré une proposition de plan d'action tout à fait concrète. Elle va maintenant faire pression pour que des actions concrètes soient réellement décidées lors de la conférence interministérielle de 2009.

Les propositions en faveur d'un règlement relatif au personnel et d'un règlement financier pour le " Task Force Espace protégés " (réseau des espaces protégés alpins) ont fait des vagues. De l'avis de la CIPRA, elles allaient dans une mauvaise direction et étaient diamétralement opposées au désir de grande indépendance du réseau. Ces règlements n'ont pas été adoptés par le Comité permanent, les parties contractantes et les observateurs doivent désormais faire part de leurs propositions pour clarifier la situation du réseau.
A titre de manifestation cadre, la présidence française de la Convention alpine avait organisé un après-midi d'information sur les bonnes pratiques du tourisme durable.





Publié dans Nature

Partager cet article

Coup d'arrêt au développement de l'hydroélectricité sur des sites vierges !

Publié le par Gerome

communiqué de presse

mercredi 17 décembre 2008


 

Coup d'arrêt au développement de l'hydroélectricité sur des sites vierges !
 

Par jugement du 16 décembre 2008, le Tribunal administratif de Clermont-Ferrand a annulé l'autorisation du Préfet du Cantal permettant l'aménagement d'une centrale hydroélectrique sur une des dernières rivières sauvages du haut bassin de la Dordogne. A l’initiative de cette annulation, des citoyens membres de l’association Dordogne Vivante, rejoints par la Fédération de pêche du Cantal et France Nature Environnement (FNE).

Cette décision de justice constitue un symbole fort, à l’heure où certains voudraient voir la moindre rivière de France équipée et exploitée in fine. Il constitue un utile rappel à l’ordre pour l’Etat, toujours enclin à laisser se développer des activités productives en contradiction avec ses engagements communautaires environnementaux.

En l’occurrence, le préfet du Cantal avait autorisé fin 2007 l'équipement d'une des dernières rivières sauvages en bon état écologique du bassin de la Dordogne, la Santoire, située au coeur du Parc Naturel Régional des volcans d'Auvergne, et abritant de nombreuses espèces protégées telles que la Loutre. Ce projet (non réalisé) justifiait l’aménagement d’un barrage de 3,80 mètres de haut, court-circuitant 2,8 km de cours d'eau dans un site pittoresque constitué de gorges profondes. Il ne pouvait manquer de conduire à « la dégradation objective de la masse d'eau », en contradiction avec la directive cadre sur l’eau, comme l’avait d’ailleurs indiqué l'Agence de l'Eau Adour-Garonne lors de l’instruction administrative.

Ce type de projet entraîne nécessairement une dégradation de la rivière : « La modification de l'hydromorphologie apparaît comme un facteur de dégradation au moins équivalent à celui de la pollution », explique Jacques Pulou de FNE. Il ajoute : « La petite hydroélectricité endommage les milieux aquatiques, et présente un intérêt énergétique très marginal, qui remet en cause la légitimité de tels investissements. La priorité est à la sobriété énergétique, et aux développements de l’énergie solaire et éolienne ».

Ce jugement alimente les critiques associatives à l’encontre du « plan national de développement des énergies renouvelables », présenté par le ministre d'Etat le 17 novembre dernier. Ce plan flatte les appétits de tous les lobbys de l’énergie, en intégrant notamment le développement d’« une hydroélectricité durable, plus performante en termes énergétiques et exemplaire en matière d'insertion environnementale ». Si la modernisation et l’optimisation du parc hydroélectrique actuel est un objectif écologiquement acceptable, dès lors qu’il s’accompagne d'une diminution rapide des impacts du parc actuel sur nos cours d'eau (qui exige le démantèlement de certains ouvrages/barrages très perturbateurs sur des axes migrateurs), l’équipement de nouvelles rivières jusqu’ici préservées n’est pas conforme à nos engagements écologiques européens.

Pour la Fédération Nationale de Pêche et France Nature Environnement, qui avaient déjà fait part au ministère chargé de l’écologie de cette position légitime et raisonnable lors du Grenelle de l’environnement, c’est seulement sur cette base que le plan gouvernemental peut satisfaire nos engagements communautaires et notre ambition commune de restauration de rivières vivantes pour tous. Le Plan national de développement de l'hydroélectricité doit aujourd'hui en tirer les conséquences.




Publié dans Les bonnes nouvelles

Partager cet article