Un étudiant a créé un cyborg végétal pour sauver notre planète

Publié le par Gerome

un-etudiant-a-lidee-de-creer-un-cyborg-vegetal.jpg

 

Un étudiant a eu l'ingénieuse idée d'imaginer un robot botanique capable de perpétuer la vie sur notre planète. Dassault Systèmes s'est déjà penchée sur cette invention. Alors pourquoi pas vous ?

 

Matthias Schmitt sait de quoi il parle : Étudiant à l'école de Design Industriel de Sèvres, il a suscité l'intérêt et la curiosité des scientifiques sur la question fondamentale de la vie, lors de l'annonce de son projet technologique... Il s'agirait en fait d'une machine-cyborg permettant de léguer aux plantes un cerveau et des jambes ! 

cyborg-vegetal.jpg

 

Ce projet nommé Gå.ia pourrait prendre des proportions énormes pour la préservation de notre planète. En programmant l'appareil aux végétaux, la traduction des besoins de ces derniers se fait simultanément. Mi-plantes, mi-robots, ceux de petite taille, comme le Ficus, pourraient déjà se déplacer comme bon leur semble, s'orienter vers le soleil si nécessaire et assurer leur appétit en eau. 

 

Ce robot botanique est équipé de capteurs hydrométriques, de chaleur, de lumière, de son, de CO² et d'un GPS.

Plus la plante est rassasiée, mieux c'est, du moins pour notre environnement. Car si la plante respire du CO², elle rejette en retour de l'Oxygène, indispensable à notre survie. Voilà pourquoi il faut se méfier de la déforestation... Mais là n'est pas la question principale. Les plantes ont besoin des abeilles pour se développer. Ces insectes sont les maillons forts de la pollinisation : le pollen qu'ils transportent se propage et permettent la poussées de nouvelles fleurs. Si ce processus n'est pas complet, il sera impossible d'arriver à cette finalité.

cyborg-vegetal2.jpg

 

 

Selon l'initiateur de ce projet, cette idée novatrice pourrait plaire aux particuliers et aux municipalités dans des endroits en intérieur.

Dans la vidéo ci-dessous, nous apercevons très distinctement la polyvalence et la mobilité des plantes. Ces cyborg parcourent la ville avec pour missions l'alimentation, la protection, la filtration et l'amélioration de notre environnement.

 

 

 

 

Le projet de Matthias sera présenté au prochain Innorobo sous la tutelle de Jean-Claude Heudin(directeur de projet) et Dominique Sciamma (directeur de la Strate College). Leurs robots botaniques verront le jour d'ici 2020, on le souhaite fortement pour cette équipe de projet, car ils traitent du problème urgent de l'environnement.

Créer une société végétale au sein de la société humaine serait bientôt accessible à tous, en n'ayant pour risques que de se faire suivre par une plante dotée d'un mécanisme artificiel... Qu'en dites-vous de cela ? Êtes-vous prêts à équiper vos végétaux de super tenues de combat, et à les sortir, comme nos toutous, quand ils en ont besoin ?

 

 


Publié dans Les bonnes nouvelles

Partager cet article

Claude Allègre reconnaît le changement climatique et avoue avoir été payé par le lobby pétro-chimique

Publié le par Gerome

Après avoir été invité sur France Inter ce mercredi 31 Mars, le géophysicien Claude Allègre, membre de l’Académie des Sciences a avoué « avoir reçu des cadeaux » de la part de certains groupes industriels.

C’est à la toute fin du débat animé par Nicolas Demorand, face au député européen Yannick Jadot, que Claude Allègre a lâché une phrase ambiguë:

 

claude-allc3a8gre.jpg


« La nature est en train de résoudre les choses par elle-même« .

Titillé par cette vision animiste inattendue de la part du climato-sceptique, le débat s’est poursuivi en coulisses. Dans un premier temps, selon les témoins, Claude Allègre aurait commencé à expliquer que l’homme faisait partie de la nature et que par conséquent, on pouvait bien dire que l’être humain était en passe de résoudre le problème climatique.


C’est alors que Nicolas Demorand a posé avec insistance la question suivante:

« Qu’est-ce qu’il y a résoudre puisque vous dites qu’il n’y a pas de problème climatique ? »

Et Yannick Jadot d’ajouter « Pourquoi vouloir séquestrer le carbone alors que vous passez votre temps à expliquer que les émissions de carbone ne posent pas de problème ? »


Et là, dans la stupéfaction générale du studio, le chercheur sceptique aurait tout avoué !

Qu’il n’est pas climatologue, qu’il a juste besoin de refaire parler de lui pour revenir éventuellement sur la scène politique et doper ses ventes en librairie. Et surtout qu’il aurait touché plusieurs avantages en nature de la part de groupes industriels liés aux biotechnologies et au pétrole.


L’Académie des Sciences, dont Claude Allègre est membre depuis 1995, ne s’est pas prononcée pour le moment. Elle a juste rappelé qu’un membre qui n’a pas publié dans les revues scientifiques depuis plus de 20 ans est de toute façon remplacé.

Cette mise à jour des réels mobiles du plus célèbre climato-sceptique porte un coup dur, d’autant que l’intéressé a également avoué qu’il n’était pas le seul à bénéficier des bonnes grâces industrielles…

 

 


Publié dans Les bonnes nouvelles

Partager cet article

Pétrole de schiste et sables bitumineux, une «onde de choc» mondiale est en vue

Publié le par Gerome

gaz-de-schiste-monde.png

 

La surproduction de pétrole est une mauvaise nouvelle pour l’environnement

Uniquement en Amérique du Nord, la croissance de la production devrait atteindre 4 millions de barils sur une base quotidienne. Au cours de la présente décennie, les pétrolières exploitant les ressources canadiennes comptent pour leur part doubler leur production quotidienne, à 3,5 millions de barils. 

L’augmentation de la production pétrolière nord-américaine est telle qu’elle provoque une véritable « onde de choc » planétaire, qui aura pour conséquence de freiner la hausse du cours de l’or noir au cours des prochaines années. Un scénario qui tranche avec ce qu’on prévoyait il y a à peine quelques années. Mais cette ruée vers l’énergie fossile risque aussi de mettre à mal la recherche de sources énergétiques moins destructrices.

« L’Amérique du Nord a déclenché une onde de choc qui se répercute dans le monde entier », a résumé mardi la directrice exécutive de l’Agence internationale de l’énergie (AIE), Maria van der Hoeven, dans un communiqué présentant le dernier rapport semestriel de l’organisation sur l’évolution du marché pétrolier.

L’AIE prévoit ainsi que la capacité de production de pétrole brut planétaire augmentera de 8,3 millions de barils par jour entre 2012 et 2018, pour atteindre 103 millions de barils, des projections globalement plus élevées que dans son précédent rapport semestriel. Parallèlement, la demande devrait augmenter de 6,9 millions de barils par jour, à 96,68 millions.

Ce nouveau boom d’exploitation d’énergies fossiles est essentiellement le fait des multinationales qui tirent profit du pétrole de schiste - notamment dans le Dakota du Nord - et des sables bitumineux de l’Ouest canadien. L’extraction de ces deux types d’or noir est réputée plus polluante que celle du pétrole conventionnel, et on en connaît encore mal les impacts environnementaux à long terme.

Les projections de l’AIE s’inscrivent dans les tendances déjà relevées dans ses précédents rapports, et notamment dans sa grande étude annuelle sur le marché pétrolier, présentée en novembre dernier. Elle y avait prédit que les États-Unis deviendraient le premier producteur de brut de la planète vers 2017, dépassant les champions actuels, la Russie et l’Arabie Saoudite, grâce aux hydrocarbures dits « non conventionnels ».

Un frein aux énergies propres

Selon Maria van der Hoeven, ce bouleversement des prévisions de production des dernières années pour le marché pétrolier mondial est comparable dans ses effets à la hausse de la demande chinoise pour l’or noir. Sauf que cette fois, l’accroissement significatif de l’offre pétrolière mondiale menée par les États-Unis et le Canada devrait « aider à calmer un marché pétrolier qui était relativement tendu depuis plusieurs années ».

Peu avant le début de la crise financière de 2008, le baril de brut avait atteint 147 $. Certains économistes prévoyaient même que celui-ci grimperait à plus de 225 $ en 2012. La hausse devait être telle qu’elle aurait pu compromettre, à terme, l’importation de produits de consommation comme le café. Or, le prix du pétrole tourne plutôt autour des 100 $ ces jours-ci. Et à moins de chambardements majeurs sur l’échiquier géopolitique mondial, il est probable que les prix se maintiennent à ce niveau au cours des prochaines années, selon Pierre-Olivier Pineau, professeur à HEC Montréal et spécialiste des politiques énergétiques.

Une mauvaise nouvelle pour ceux qui espéraient que la hausse continue des prix de l’or noir sur les marchés contribuerait à rendre plus attrayant le développement d’énergies moins polluantes. « Au prix actuel, il n’y a pas d’incitatif économique, donc pas de changement. Une stabilité de prix signifie en fait qu’il y a une baisse des prix, parce que le monde devient plus riche par ailleurs, donc le pétrole devient plus abordable », a fait valoir M. Pineau. Il est donc clair, selon lui, que « rien ne semble vouloir détrôner le pétrole à court terme ».

« Ce qui est déprimant, pour ceux qui s’intéressent aux conséquences climatiques de l’exploitation pétrolière, c’est que tous les scénarios de frein de la hausse du climat à 2 °C sont incompatibles avec une consommation de pétrole qui continue de croître à ce rythme », a ajouté cet expert du domaine énergétique. La concentration de CO2 dans l’atmosphère terrestre a atteint 400 particules par million, un sommet historique qui semble indiquer que la Terre se dirige désormais vers une hausse de 3 à 5 °C au cours du présent siècle. Une situation qui pourrait déclencher des « changements cataclysmiques », selon la Banque mondiale.

Mauvais pour le Canada

La stabilisation des prix du brut risque par ailleurs de désavantager les producteurs canadiens, qui souhaitent obtenir plus pour leur pétrole. Qui plus est, le ministre conservateur de l’Environnement, Peter Kent, a soutenu dimanche qu’une croissance des prix était nécessaire pour permettre aux pétrolières d’investir dans les technologies de lutte contre les changements climatiques.

Une logique tout simplement « tordue », a répété Pierre-Olivier Pineau. « Ce ne sont pas les prix plus élevés qui permettent de diminuer les gaz à effet de serre. Évidemment, les producteurs pétroliers s’enrichissent, donc ils pourraient être tentés de mener quelques activités de réduction des gaz à effet de serre. Mais la logique du ministre Kent est déficiente. En fait, il faudrait baisser le prix du pétrole pour diminuer les émissions de gaz à effet de serre, parce qu’il y aurait moins de production. Et la meilleure façon de baisser les prix, c’est d’imposer des contraintes sur les émissions de gaz à effet de serre, qui rendent le produit moins attrayant. Le prix baisse alors de lui-même. »

Le gouvernement Harper, qui a qualifié les sables bitumineux d’« énergie renouvelable » dans un document officiel, tente au contraire de trouver des débouchés pour le pétrole canadien. Certains ministres mènent d’ailleurs une intense campagne en faveur de la construction de pipelines, qui permettraient d’exporter quotidiennement des millions de barils de brut.

M. Pineau estime que le projet d’inversion du flux dans un pipeline d’Enbridge pour acheminer du pétrole jusqu’au Québec est le plus susceptible de se réaliser à court terme. L’Office national de l’énergie étudie déjà ce projet. Le gouvernement Marois, qui s’est montré ouvert à l’inversion, a toutefois promis de mener sa propre évaluation environnementale. Rien n’a encore été annoncé. « Les modalités de la consultation devraient satisfaire les attentes des citoyens, et être annoncées dans quelques jours », a simplement indiqué mardi au Devoir le cabinet du ministre Yves-François Blanchet.

 

 


Publié dans Pollution

Partager cet article

Indonésie: Malgré un moratoire d'interdiction de défrichement, la forêt a perdu 450 000 hectares en 2011

Publié le par Gerome

L’Indonésie vient de décider de prolonger de deux ans son moratoire sur les permis de défrichement. Mais cette décision est loin de satisfaire les écologistes qui soulignent que l’interdiction ne concerne toujours pas les permis émis avant l'adoption du moratoire entré en vigueur en 2011.

 

deforestation1.jpg


Mercredi, l’Indonésie a décidé de prolonger de deux ans le moratoire adoptée en 2011 pour réguler la déforestation, a indiqué dans un communiqué le bureau du président indonésien Susilo Bambang Yudhoyono. Cet archipel abrite à lui seul le troisième bassin de forêts équatoriales dans le monde (après le Brésil et la République démocratique du Congo), d’où l’importance de cette décision qui interdit la mise en place de nouveaux permis de déboisement et d’exploitation des forêts primaires et des tourbières.

Il faut dire que, d’après les Nations unies, la déforestation représente 70% des émissions de l'Indonésie, 18e économie mondiale mais troisième émetteur de CO2. C’est la raison pour laquelle le moratoire annoncé en 2011 par le président Yudhoyono était une importante avancée qui donnait au pays un moyen de respecter ses engagements : réduire les émissions de CO2 d'au moins 26% d'ici à 2020.

L’arrêt de délivrance des nouveaux permis allait alors de paire avec un accord conclu avec la Norvège qui s'engageait à consacrer jusqu'à un milliard de dollars au programme REDD+ (Réduction des émissions dues à la déforestation et à la dégradation des forêts).

 

Un tableau en demi-teinte

 

Selon le ministère des Forêts indonésien, le moratoire a réussi à réduire le rythme de la déforestation, la faisant passer de 1,125 millions d'hectares par an en moyenne (entre 2000 et 2010) à environ 450.000 hectares (en 2011). Néanmoins, les écologistes contestent ces chiffres estimant que "les sociétés et les gouvernements locaux ont trouvé toutes sortes de façons de contourner l'interdiction", comme le souligne Zenzi Suhadi, de l'ONG Friends of the Earth.


 Ils regrettent également que le moratoire ne concerne toujours pas les permis émis avant son adoption en mai 2011, ce qui est considéré comme un échec par un ensemble d'organisations emmenées par Greenpeace. Un porte-parole de l’ONG a souligné, au début du mois, que le gouvernement indonésien "n'a pas réussi à faire cesser l'attribution de nouveaux permis. Aucune action n'est prise pour le faire appliquer".

 

Des forêts sans protection

 

L'actuel moratoire laisserait ainsi "près de la moitié des forêts primaires et des tourbières sans aucune protection", selon Greenpeace. Le projet dans la province d'Aceh (nord-ouest) visant à faire approuver la déforestation d'une région d'environ un million d'hectares est tout particulièrement montré du doigt. D’autant que les forêts primaires indonésiennes abritent certaines des espèces animales parmi les plus menacées de la planète, comme les orangs-outans ou les éléphants et tigres de Sumatra.


Sur ce dossier précis, le gouvernement indonésien indique que "seuls" 200.000 hectares de forêts sont concernés et que ce projet ne va pas à l'encontre du moratoire puisqu’il s'agit de la réactivation d'anciens permis d'exploitation. Un argument qui sans surprise, ne fait qu'alimenter les critiques des écologistes.

 

 


Publié dans Nature

Partager cet article

Le miel soigne très efficacement les blessures

Publié le par Gerome

Le miel est l'un des remèdes les plus anciens de l'humanité que la médecine redécouvre aujourd'hui. Ce médicament de la nature est à la fois antiseptique, cicatrisant et anti-inflammatoire. Le Pr Bernard Descottes du CHU de Limoges l'emploie avec plus de succès que les crèmes médicinales très chères ! Le miel de thym semble la variante la plus efficace.

 

http://www.dailymotion.com/video/xyin6l_soigner-une-blessure-avec-du-miel_news#from=embediframe

 

 

Publié dans Nutrition & Santé

Partager cet article