Bassin d'Arcachon : une trentaine de dauphins et marsouins échoués...

Publié le par Gerome

Près d'une trentaine de mammifères marins ont été trouvés sur les plages. Les photos qui ont circulé, hier, sur Internet, avaient de quoi intriguer et même révolter les défenseurs des animaux. On y voyait un tas de cadavres de dauphins et de marsouins, des traces rouges sur leur peau, entreposés à même le sol, dans la cour d'un local technique, au cœur de la zone artisanale de La Teste-de-Buch. Certains commentaires parlaient même de charnier. La réalité est moins cruelle, même si elle nécessite des explications. 

 

bassin_arcachon.jpg

 

Lundi, quinze dauphins et marsouins ont été trouvés sur les plages océanes de La Teste-de-Buch. Les services techniques de la ville les ont effectivement enlevés et transportés dans ce local technique. 


Examinés mardi 

Le Centre de recherches sur les mammifères marins (CRMM) de La Rochelle a bien été immédiatement alerté, comme le veut la procédure lorsqu'on trouve des mammifères échoués (1). 

Le CRMM a alors demandé à ses correspondants sur le Bassin, en l'espèce les agents de la Sepanso qui gèrent la réserve du banc d'Arguin, d'effectuer des prélèvements, dans la journée de mardi. Les traces rouges sur la peau des mammifères ont été faites à ce moment-là. Mercredi matin, l'équarrisseur est venu récupérer les carcasses. 

La mairie de La Teste-de-Buch, régulièrement confrontée à l'échouage d'animaux marins, reconnaît qu'elle devrait trouver un local plus adapté pour entreposer ces cadavres. 

Car cet échouage, s'il surprend par le nombre, n'est pas exceptionnel.« C'est une caractéristique de la saison. Nous constatons, chaque année, des pics hivernaux, de début janvier à fin mars », explique un chercheur du CRMM de La Rochelle. 

Les plages du Médoc 

Ainsi, le 16 février, 38 dauphins et marsouins ont été retrouvés sur la plage toute proche de Biscarrosse, dans les Landes. La veille, cinq mammifères avaient été ramassés sur les plages du Cap-Ferret où six autres ont également été retrouvés, hier. D'ailleurs, aujourd'hui, des correspondants du CRMM vont procéder à une reconnaissance sur les plages médocaines de Montalivet, du Porge et de Carcans. 

L'origine de la mort des dauphins et marsouins retrouvés à La Teste-de-Buch est encore inconnue. Les prélèvements sont en cours d'analyse. « Nous pouvons avoir des présomptions. Souvent, nous observons des traces de filets qui témoignent que ces animaux ont été victimes d'accidents de capture. Ils sont rejetés à la mer par les pêcheurs et poussés vers les plages par les fortes marées et la houle », ajoute-t-on à La Rochelle. 

Avec le début des vacances de février et le beau temps revenu, les promenades vont être plus nombreuses ces jours prochains sur les plages océanes et d'autres cadavres de mammifères marins pourraient être retrouvés sur le sable. 

(1) Centre de recherche sur les mammifères marins de La Rochelle, Tél. : 05 56 44 99 10.

 

 


Publié dans Nature

Partager cet article

Equateur: la réserve Yasuni reçoit un don allemand de 34,5 millions d'euros

Publié le par Gerome

L'Allemagne va offrir à l'Equateur 34,5 millions d'euros (environ 44,8 millions de dollars) pour la conservation de la réserve naturelle de Yasuni, une région abritant des réserves pétrolières auxquelles le président équatorien Rafael Correa est prêt à renoncer pour lutter contre le réchauffement climatique.

 

yasuni_map_pic.jpg


"L'Allemagne est plus satisfaite que jamais de la coopération avec l'Equateur", a souligné le vice-ministre allemand de la Coopération économique, Hans-Jürgen Beerfeltz, au cours d'une visite à Quito, organisée après la réélection de M. Correa à la présidentielle de dimanche dernier.

M. Jurgen a qualifié ce pays latino-américain de "partenaire politique fiable", dont il a salué la "stabilité, surtout depuis la grande victoire du président Correa", selon ses déclarations reproduites dans un communiqué de la vice-présidence équatorienne


Située en pleine Amazonie, la réserve de Yasuni, un paradis de 982.000 hectares, possède dans son sous-sol l'équivalent de 846 millions de barils de brut, le cinquième des réserves de l'Equateur.

M. Correa, un dirigeant socialiste au pouvoir depuis 2007, propose de ne pas les exploiter, en échange d'une indemnisation internationale de 3,6 milliards de dollars étalée sur douze ans, une somme qui représenterait la moitié du manque à gagner.


Les sommes collectées pour ce projet sont versées sur un fonds géré par le Pnud (Programme des Nations unies pour le développement) qui n'a jusqu'ici recueilli qu'environ 200 millions de dollars.

Le don de l'Allemagne ne sera pas versé à ce fonds, mais s'inscrit dans le cadre de sa politique de coopération directe, selon la responsable gouvernementale du projet de protection de la réserve de Yasuni, Ivonne Baki. La somme, qui sera déboursée en trois ans, sera investie dans des programmes de conservation de la région et de soutien aux populations autochtones.

 

 


Publié dans Les bonnes nouvelles

Partager cet article

L’industrie de la viande consomme quatre cinquième des antibiotiques

Publié le par Gerome

En compilant plusieurs données, une entreprise américaine révèle que l’utilisation d’antibiotiques est sur-utilisée dans le secteur de l’élevage. Une situation qui apporte son lot de polémiques et de questionnements. Gros plan.

 

vaches.jpg

 

 

Toujours plus d’antibiotiques

L’an dernier, la Food and Drug Administration (FDA) a établi un ensemble de «lignes directrices», sur la base du volontariat visant à freiner l’utilisation des antibiotiques par l’industrie de la viande. Depuis, l’agence piétine pour savoir comment mettre en œuvre le nouveau programme.

Pendant ce temps, l’industrie de l’élevage se repaît  joyeusement des antibiotiques – continuant de produire une viande truffée de pathogènes résistants aux antibiotiques, si l’on en croit les dernières données de la FDA elle-même.


The Pew Charitable Trusts a pris les chiffres de l’agence sur l’utilisation des antibiotiques dans les élevages et les a comparés à des données sur l’utilisation des antibiotiques pour les êtres humains – le tout rassemblé dans le graphique ci-dessous. Il est remarquable de constater que, tandis que l’utilisation d’antibiotiques chez l’Homme s’est stabilisée au-dessous de 9,3 milliards d’euros par an, les fermes d’élevage ont utilisé de plus en plus de médicaments chaque année et leur consommation atteint un niveau record de près de 34 milliards d’euros en 2011. En résumé, l’industrie de l’élevage consomme désormais près des quatre cinquième des antibiotiques utilisés aux États-Unis, et son appétit pour ces derniers n’est pas éteint.

 

 

Dans un email, un porte-parole du Pew a ajouté que si l’American Meat Institute a constaté une augmentation de 0,2% de production de viande et de volaille en 2011 comparativement à l’année précédente, les données de la FDA montrent que la consommation d’antibiotiques a bondi de 2% au cours de la même période. Ce qui laisse penser que la production de viande demanderait encore plus d’antibiotiques.


Des bactéries de plus en plus fortes

Il n’est pas étonnant que, lorsque l’on entasse des centaines et des dizaines d’animaux ensemble et qu’on leur injecte des doses quotidiennes élevées d’antibiotiques, les bactéries qui vivent sur et à l’intérieur de ces animaux s’adaptent et développent une résistance face à ces derniers. Pewa a compilé d’autres données, les derniers résultats de la FDA issu du National Antimicrobial Resistance Monitoring System (système national de surveillance de la résistance aux microbes). Ce dernier achète des échantillons de produits issus de viande et les soumet à un test de bactériologique. Encore une fois, les résultats donnent à réfléchir. En voici quelques faits marquants :


• Environ 78% de la salmonelle retrouvée sur la dinde hachée a résisté à au moins un antibiotique et 50% ont résisté à trois ou plus. Des chiffres en hausse par rapport à 2010.

• Près des trois quarts de la Salmonella trouvée sur la poitrine de poulet vendue au détail étaient résistantes à au moins un antibiotique. Environ 12% des poitrines de poulet et de dinde étaient contaminés par la bactérie Salmonella.


• La résistance à la tétracycline [un antibiotique] est en hausse chez les Campylobacter retrouvés sur le poulet. Environ 95% des morceaux de poulet étaient contaminés par la Campylobacter, et près de la moitié de ces bactéries étaient résistantes à la tétracycline. Une augmentation par rapport à l’année précédente et à celle de 2002.

 

 


Publié dans Nutrition & Santé

Partager cet article

Inquiétant : Bruxelles autorise le retour des farines animales

Publié le par Gerome

Ironie du sort : cette décision vivement souhaitée par les agriculteurs et les industriels a été prise en pleine polémique sanitaire des lasagnes à la viande de cheval…

 

Farines-Animales.jpg


Une polémique au retentissement continental, dont Findus se serait volontiers passé et que les trois cents salariés du fournisseur Spanghero, au chômage technique depuis la suspension de l’agrément sanitaire de l’entreprise, pourraient payer au prix fort.


La condamnation ferme du gouvernement, prématurée aux yeux de certains, et les premières conclusions à charge de l’enquête de la répression des fraudes présagent en effet du pire pour ces employés. Plus largement, d’aucuns se demandent aujourd’hui, et on peut les comprendre, si les plats cuisinés en vente dans les supermarchés sont fiables. Et les spécialistes de disserter sur les diverses répercussions économiques de l’« affaire » de la viande chevaline – parfaitement comestible en l’occurrence, il faut tout de même le rappeler -, tandis que les pouvoirs publics réfléchissent à des mesures pour renforcer les contrôles, ce qui serait il est vrai la moindre des choses.


C’est dans ce contexte de forte défiance alimentaire qu’est parue au Journal officiel de l’Union Européenne (UE) la décision de Bruxelles (approuvée en fait en juillet) d’autoriser le recours aux farines de porcs et de volailles pour nourrir les poissons. Devant entrer en vigueur dès le 1er juin prochain, l’agrément a suscité de nombreuses critiques, y compris en haut lieu. Le triste souvenir de la vache folle sans doute…

 

« Ce n’est pas dans le logique de la chaîne alimentaire que de donner de la viande à manger à des poissons »

« J’en pense le plus grand mal », a ainsi commenté la ministre de l’Écologie Delphine Batho hier sur la radio RCJ, emboîtant le pas à ses collègues de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire Stéphane Le Foll et Guillaume Garrot. Et d’ajouter, désireuse de voir s’appliquer le principe de précaution ici également : « C’est vrai que ce ne sont pas exactement les mêmes farines animales que dans le passé [NDLR : Il s'agit en fait de Protéines animales transformées (PAT) ], là ce sont des farines animales faites avec des morceaux propres à la consommation […], mais ce n’est pas dans le logique de la chaîne alimentaire que de donner de la viande à manger à des poissons. »


Des propos qu’ont dû apprécier les écologistes et les associations de protection de l’environnement, auxquels il n’a pas non plus échappé que la Commission européenne souhaite étendre l’utilisation de ces farines animales pour les porcs et les volailles à compter de 2014. Totalement interdites depuis 2001, revenues dans le débat public à plusieurs reprises ces dernières années, elles vont donc effectuer leur grand retour, plus de quinze ans après le scandale de la vache folle.


Paris ne peut s’y opposer, mais a tout de même prôné la création d’un label « sans farine animale ». Le meilleur moyen pour rassurer des consommateurs qui ont de quoi être passablement décontenancés.

 

 


Publié dans Nutrition & Santé

Partager cet article

Chine: le gouvernement reconnaît l'existence de "villages du cancer"

Publié le par Gerome

Le ministère chinois de l'Environnement a reconnu l'existence de "villages du cancer", plusieurs années après que des informations ont fait état d'un nombre de cas plus élevé que la moyenne dans certaines régions particulièrement polluées du pays.


"Des matières chimiques toxiques et nocives ont provoqué de nombreuses situations d'urgence pour l'eau et l'atmosphère.. et certains endroits comptent même des +villages du cancer+", admet le ministère dans un rapport publié cette semaine et annexé au plan quinquennal 2011-2015.

L'expression "villages du cancer" n'avait pas été jusque là utilisée par les autorités, souvent confrontées au mécontentement des habitants devant la dégradation de leur cadre de vie par des déchets industriels, la présence de substances toxiques dans l'eau ou un air très chargé en particules fines.


La pollution a fortement augmenté en Chine avec la très rapide industrialisation du pays durant les trois dernières décennies.

Un grand nombre de métropoles chinoises comptent parmi les plus polluées de la planète mais les nuisances ne se limitent pas aux villes.

Il n'existe pas de définition précise des "villages du cancer" mais l'expression s'est répandue dans les médias, notamment après la publication en 2009 par un journaliste chinois d'une carte répertoriant plusieurs dizaines de ces villages.

Le gouvernement reconnaît que "des produits chimiques toxiques et nocifs", en général interdits dans les pays développés, sont utilisés en Chine et "mettent potentiellement en danger la santé humaine et l'environnement sur le long terme".


C'est la première fois que le terme "village du cancer" apparaît dans un document du ministère, selon l'avocat spécialiste des questions environnementales Wang Canfa, qui dirige un centre d'aide aux victimes de la pollution à Pékin.

"Cela montre que le ministère de l'Environnement a reconnu que la pollution provoque des cancers", a déclaré Me Wang à l'AFP, ajoutant que désormais, les nuisances pour la santé de la dégradation de l'environnement "attirent l'attention".

Un responsable du ministère n'a pas pour sa part voulu confirmer que la mention des "villages du cancer" était une première, soulignant que le gouvernement avait déjà établi par le passé un lien entre l'environnement et la santé.

 

 


Publié dans Nutrition & Santé

Partager cet article