nature

Top 50 des marques les plus « écolos »

Publié le par Gerome

C’est vendredi, le groupe de conseil sur les marques, Interbrand, publie le Best Global Green Brands 2013 (le classement des 50 marques mondiales les plus respectueuses de l’environnement) ou plutôt le top du greenwashing ?

 

La perception de la marque par les consommateurs et sa performance mesurée à partir des prises de conscience écologiques, de la création et du maintien de produits et de services respectueux de l’environnement ainsi qu’une sensibilisation des consommateurs aux avantages de ces pratiques ont permis de réaliser ce classement.

 

 

Ironiquement, les leaders sont les concepteurs automobiles, Toyota, Ford, Honda, Nissan, cela grâce à la commercialisation de voitures électriques et hybrides. On constate également que les marques de technologie et télécommunications dominent le classement notamment grâce à la création des ampoules à économie d’énergie. Spéciale mention pour Shell (!) qui réussit à faire partie du classement…

Voir l’étude sur le site d’Interbrand

 

Top_50_Marques_Vertes-635x557.jpg

 


Publié dans Nature

Partager cet article

Singapour suffoque, l'Indonésie tente de déclencher la pluie

Publié le par Gerome

pollution-indonesie.jpg

 

 

La pollution à Singapour, provoquée par des feux de forêts dans l'Indonésie voisine, a atteint vendredi un niveau "dangereux", poussant Jakarta à recourir aux moyens extrêmes, comme l'ensemencement de nuages dans l'espoir de faire tomber une pluie providentielle.

 

L'indice de pollution à Singapour a dépassé les 400, un record historique qui "peut représenter une menace pour la vie des malades et des personnes âgées", a indiqué l'agence gouvernementale de la qualité de l'air. Le niveau était retombé à 143 en fin de journée. Tout indice supérieur à 300 est considéré comme "dangereux" pour la santé des quelque 5,3 millions d'habitants de la cité-Etat, où les gratte-ciels de verre et d'acier étaient perdus dans une fumée à l'odeur âcre. 

Les Singapouriens, souvent considérés comme des obsédés de la propreté et de la santé publique, se ruaient chez leur médecin. Philip Koh, médecin de famille, a ainsi observé une hausse de 20% de patients dans son cabinet. "C'est déjà élevé, à 400. Jusqu'à où ça va monter?", se demande le médecin, précisant que les stocks de masques jetables de sa clinique étaient presque épuisés. 


L'Indonésie responsable


Chaque année à la même période, la petite île de Singapour étouffe sous l'épaisse fumée que lui envoie l'île indonésienne voisine de Sumatra, où la culture sur brûlis est encore largement pratiquée. Mais le problème atteint cette fois-ci des proportions historiques, provoquant une guerre des mots entre l'Indonésie et Singapour. Le ministre singapourien de l'Environnement, Vivian Balakrishnan, a effectué vendredi un déplacement en Indonésie, après avoir la veille exhorté l'archipel à agir "de manière décisive et urgente". 

Mais à Jakarta, Agung Laksono, le ministre indonésien responsable de la lutte contre les feux de forêts, a répondu très sèchement, estimant que Singapour "devrait cesser de se comporter comme un enfant et de faire tout ce bruit". Le ministre a par ailleurs renvoyé la balle à la cité-Etat, évoquant la possibilité que les feux aient été allumés par certaines plantations de palmiers à huile singapouriennes ou malaisiennes qui ont d'importantes concessions à Sumatra. 

L'Indonésie n'en a pas moins redoublé d'efforts. Lors d'une réunion d'urgence jeudi soir, le président indonésien Susilo Bambang Yudhoyono a ordonné "la mobilisation immédiate des ressources du pays". Mais les pompiers sont "dépassés", confesse Ahmad Saerozi, responsable de l'agence de conservation des ressources naturelles de la province de Riau, ravagée par les incendies. 

Déclenchement artificiel de pluie


Face à ces difficultés, les autorités ont décidé de recourir à des moyens originaux comme le déclenchement artificiel de pluie. Trois hélicoptères et deux avions ont été dépêchés vers Riau afin d'ensemencer les nuages, a indiqué le porte-parole de l'Agence nationale des catastrophes, Sutopo Purwo Nugroho. La technique consiste à larguer de vastes quantités de produits chimiques dans les nuages afin de provoquer la formation de cristaux de glace qui accélèrent l'éclatement d'averses.

 


Seule cette pluie providentielle semblait en mesure de venir à bout des incendies qui s'étendent sur des centaines d'hectares. Le Premier ministre de Singapour, Lee Hsien Loong, a averti que le pic de pollution pourrait durer "plusieurs semaines", une hypothèse qui pourrait sérieusement affecter l'économie de l'île, en partie dépendante du tourisme.

 

 

Le nuage de fumée représente également une menace d'accident dans l'importante voie maritime du détroit de Malacca, a averti l'Association singapourienne du transport maritime (SSA), qui s'est dit "très inquiète". La pollution atmosphérique touche également la Malaisie voisine. Des centaines d'écoles ont dû être fermées tandis que la capitale Kuala Lumpur commençait à être envahie par un épais smog, sans cependant que l'indice de pollution atteigne un niveau inquiétant.

 


Publié dans Nature

Partager cet article

Offensive chinoise sur les forêts de Guinée-Bissau

Publié le par Gerome

« Nous sommes en train d’assister à un désastre écologique », affirme l’écologiste Bocar Seidi, évoquant la découpe de la forêt qui est en train de se produire contre la volonté de la population.

 

Deforestation-en-afrique.jpg

 

 

Des forêts du sud pays en passe en passe d’être rasées


Dans les forêts de Colbuia, un village au sud du pays, dans la région de Quebo, on peut entendre le bruit des tronçonneuses. Et les containers qui emportent le bois ne sont pas loin. Cette coupe incontrôlée a commencé au début de l’année partout en Guinée-Bissau :  à l’est, dans les régions de Farim et Bafatá, au nord, dans la région de Cacheu. Bocar Seidi pointe du doigt des entreprises chinoises.


« Nous avons été envahis par des projets chinois qui prévoient de raser une région toute entière« , affirme le jeune homme, membre de l’association écologiste Adecol. En effet, partout on peut voir des troncs d’arbres prêts à être transportés et des restes de pau-sangue, seul bois utilisé en Guinée-Bissau pour fabriquer des outils pour l’agriculture.

Jusqu’à maintenant la forêt avait été préservée mais en janvier tout a changé, explique-t-il, avançant le chiffre de 32 containers de 16 tonnes de bois chacun déjà partis pour la Chine. Certains jeunes ont réagi, réussissant même à appréhender des tronçonneuses et à renvoyer chez eux des bucherons, la plupart venant de la Guinée-Conacri voisine.


Ces jeunes souhaitent attirer l’attention du gouvernement, mais ce dernier n’a toujours pas réagi. La région est une zone protégée et sa population, des jeunes aux plus anciens, est contre les coupes. Mais, interrogés sur l’origine du problème, ils affirment : « Les responsables ne sont pas les chinois, ce sont les guinéens qui ont signé un contrat les autorisant à commettre cette dévastation. »


Des revendications fortes de la part des habitants locaux


Au village de Lenguel, Tagmé N´Bunde accuse des entrepreneurs chinois en désignant un container qu’il affirme retenir. « Tant qu’ils ne nous auront pas donné ce qu’ils ont promis, le bois ne partira pas« , expliquant que les chinois avaient promis de construire une école, un puits et un terrain de football, avec tous les équipements nécessaires. Jusqu’ici rien n’a été fait, d’après Tagmé.

A Colbuia, le jeune leader Rashid Bari résume sa révolte: " Nous avons demandé la fin des découpes de bois parce que cela ne nous bénéficie en rien" .


Au centre du village, les anciens se sont réunis : " Il y a des gens qui ont envahis les forêts et nous ne nous entendons pas avec eux, nous n’approuvons pas cela, ici nous vivons de la forêt, nous avons déposé une plainte auprès des autorités et ils nous ont donné raison mais nous n’avons encore vu aucun résultat" .

Issa Seidi est un des leaders de la communauté. Il rappelle que sans arbres et à cause du bruit des tronçonneuses, les animaux s’enfuient. "Ils sont en train de tout détruire » poursuit-il, et prévient que ceux qui touchent à la forêt vont avoir des problèmes. « Ils peuvent nous tuer mais nous n’abandonnerons pas la forêt, nous luttons pour la survie de nos enfants"

 

 


Publié dans Nature

Partager cet article

Météo: vivons-nous une mutation climatique de grande ampleur?

Publié le par Gerome

De l'ouragan Sandy à notre printemps polaire, des volcans aux tornades, en passant par les inondations, le climat ne cesse de faire la Une des journaux. Alors subissons-nous un simple printemps "pourri" et donc passager? Où sommes-nous en train de vivre le début d'une véritable mutation climatique?

inondation hautrhinprefgouvfr

 

 

"La météo c'est ce à quoi on s'attend, le climat c'est ce que nous obtenons..." Rien de plus actuel que cette pensée amusée de l'écrivain de science-fiction Robert A. Heinlein. Car depuis plusieurs mois, le moins que l'on puisse dire est que le climat ne cesse de faire la Une des journaux. Depuis la vague de froid en Russie et en Europe centrale cet hiver, avec plus de 200 morts et jusqu'à un record homologué de -71,2°C en Sibérie, les inondations et glissements de terrain provoqués par des pluies diluviennes au proche-Orient, en Allemagne, en Autriche et en République tchèque, dont par exemple des inondations à Passau en Allemagne non répertoriées depuis 500 ans, et nécessitant parfois des dizaines de milliers d'évacuations, l'ouragan Sandy qui a mis les Etats-Unis en alerte rouge et provoqué 50 milliards de dollars de dégâts, la chaleur en Australie où il a fait si chaud que le Bureau national de météorologie a dû ajouter une nouvelle couleur à ses cartes pour des températures supérieures à 50°C, les impressionnantes tornades - d'ailleurs plus proches de cyclones - qui ont dévasté l'Oklahoma aux Etats-Unis, les volcans en éruptions et les tremblements de terre à répétition sur l'ensemble de la fameuse "ceinture de feu", jusqu'à notre printemps français dans le froid et les précipitations. 

Une fonte record des glaces de l'Arctique

Pendant ce temps le compte rendu annuel de l'Organisation météorologique mondiale (OMM) soulignait que l'année 2012 était au 9ème rang des années les plus chaudes jamais observées depuis le début des relevés en 1850. Et ajoute que "la fonte record des glaces de l'Arctique en aout-septembre (chiffre inférieur de 18% au précédent minimum record enregistré en 2007 de 4,18 millions de km2) est également un signe inquiétant du changement climatique". Alors que le rapport Global Estimates nous informait que les événements climatiques et météorologiques extrêmes - inondations, moussons, cyclones, tempêtes - avaient conduit en 2012 au déplacement de 32,4 millions de personnes dans 82 pays, soit deux fois plus qu'en 2011. 

Ce printemps polaire qui nous pourrit la vie...

Dans son célèbre film documentaire Une vérité qui dérange Al Gore nous rappelait que le phénomène de fonte des glaciers concerne toutes les populations du globe. Mais qui s'en préoccupe vraiment? Alors que le froid qui a régné en France et sur une partie de l'Europe est un sujet qui a été, lui, sur toutes les lèvres. "Ne dites pas de mal du temps qu'il fait, disait Charles Dickens, s'il ne changeait pas, neuf personnes sur dix ne sauraient pas comment engager la conversation!".

 

Certes, conversons alors... Mais force est de constater que de nombreux secteurs de l'économie, des agriculteurs au tourisme en passant par les cafetiers, sont les perdants de ce loto climatique, alors que quelques-uns y trouvent matière à se rejouir comme les électriciens bénéficiant d'une surconsommation d'électricité ou encore les stations des Pyrénées qui ont ouvert leurs pistes de ski pour la toute première fois en juin cette année! Météo France est en tous les cas très clair sur son bilan du printemps 2013 "après un hiver maussade, la France a connu cette année un printemps particulièrement agité, froid et peu ensoleillé, il s'agit du printemps le plus froid depuis 1987 et l'un des plus pluvieux depuis 1959 avec des précipitations excédentaires de plus de 30%" et ajoute en clin d'oeil au moral des Français en berne "le soleil y a surtout brillé par son absence". Le 25 mai dernier un grand journal, soulignant en passant que le record parisien de 3,7°C un matin de mai n'avait pas été vu depuis 1887, titrait "ce printemps polaire nous pourrit la vie". En effet y'a plus de saisons, mon bon monsieur... 

Une nouvelle zone de danger climatique?

Alors subissons-nous un simple printemps "pourri" et donc passager? Où sommes-nous en train de vivre - bien plus encore qu'un dérèglement - le début d'une véritable mutation climatique? 

Le monde est "entré dans une nouvelle zone de danger" avec une concentration de CO2 mesurée au-delà des 400 parties par millions (PPM), seuil inégalé depuis l'ère du pliocène il y des millions d'années" a alerté le 13 mai dernier la responsable climat de l'ONU, Christiana Figueres, "le monde doit se réveiller et prendre note de ce que cela signifie pour la sécurité des hommes, leur bien-être et le développement économique", a-t-elle ajouté. Al Gore, lui, avait suggéré à l'époque - comme une prémonition - qu'en 10 ans, compte tenu du caractère versatile de certains équilibres naturels lorsqu'ils sont mis à mal, un dérèglement climatique modifiant considérablement la donne était susceptible d'arriver... 

Ce qui est sûr est que les prévisions climatiques sont le résultat de modèles mathématiques très complexes - si complexes qu'ils nécessitent l'apport des ordinateurs parmi les plus puissants de la planète - et qu'ils sont encore bien loin d'être complets. Et ces vingt dernières années, les spécialistes se sont surtout concentrés sur l'ajout aux modèles existants des océans, glaces, chimie atmosphérique et aérosols, cycles biogéochimiques du carbone, végétation naturelle... sans vraiment remettre en cause ces modèles. Alors quand de nouvelles données non prévues surgissent, comme par exemple une vitesse de fonte des glaces en Arctique largement sous-estimée ou des événéments climatiques exceptionnels à répétition, il y a de quoi affoler les compteurs de ces modèles... 

A nous donc d'intégrer le fait que nous ne comprendrons pas avant un bon moment - le temps de la science - quels sont les éléments de la chaîne qui s'avèrent être en mutation profonde, car les modèles climatiques prévisionnels sont à peine élaborés qu'ils sont déjà dépassés. Par exemple cet hiver à la simple question de l'AFP "est-ce que l'ondulation inhabituelle du jet-stream est due aux changements climatiques?" la réponse de Jim Palmer, professeur de physique du climat à l'Université d'Oxford, est sans détour "nous ne le savons pas, les modèles ne sont probablement pas assez fiables pour nous le dire". 

Un réchauffement extrême moins probable dans la prochaine décennie

Parmi les éléments les plus probables au beau milieu des incertitudes scientifiques, citons la fonte des glaces d'eau douce qui augmente les niveaux de la mer (selon les estimations actuelles, une fonte totale des glaces du Groenland entrainerait une montée de 6,1 mètres des océans et celle-ci atteindrait près de 61 mètres si la calotte glaciaire de l'Antarctique fondait) et modifie la chimie et la salinité des océans, le jet-stream ce ruban d'air qui tourne autour de la planète dans le haute atmosphère a des ondulations suspectes, le courant océanique chaud Gulf stream aurait depuis 2011 divergé de sa route habituelle, une activité volcanique ou sismique en recrudescence depuis plusieurs mois, des éruptions solaires importantes dont même certains experts du Giec affirment qu'elles pourraient avoir une influence sur notre climat, des précipitations et écoulement d'eau importants, et jusqu'à une possible inversion en cours des pôles magnétiques (il y en a eu plusieurs depuis que la vie existe sur Terre) qui pourrait modifier structurellement les courants actuels. 

D'ailleurs une équipe d'experts de l'Université d'Oxford précise en mai 2013 dans la revue Nature Geoscience qu'un réchauffement extrême de la planète est moins probable ces prochaines décennies, après de fortes hauses dans les années 1980 et 1990, tout en maintenant que la hausse supérieure à 2° menace toujours à long terme. Les scientifiques s'interrogent donc sur les raisons de ce ralentissement, les émissions de gaz à effet de serre n'ayant en effet cessé de croître ces dernières années. 

Beaucoup de scénarios et d'hypothèses sont donc avancés, jusqu'au ministère de la Défense américain qui il y a une dizaine d'années a rédigé le très sérieux rapport intitulé "Un scénario de changement climatique brutal et ses implications pour la sécurité nationale des Etats-Unis" prédisant... une ère glaciaire sous peu. "Les exemples passés de brusque changement climatique nous rappellent qu'il est prudent de considérer ce type de scénario comme plausible, d'autant plus que des découvertes scientifiques récentes suggèrent que nous sommes peut-être à la veille d'un tel événement". Dans ce scénario publié en 2003 et prenant comme modèle ce qui s'est passé sur Terre il y a 8.200 ans, les auteurs prédisent un réchauffement progressif allant jusqu'à 2010 puis un refroidissement - spécialement en Europe et dans la plupart des régions de l'hémisphère nord - dû à un changement du Gulf-Stream. Et "vers la fin de la décennie en 2020, le climat de l'Europe s'apparentera plus à celui de la Sibérie". 

Quant aux Russes, ils ne sont pas en reste, ainsi le chef de secteur des études spatiales de l'observatoire de Poulkovo de l'Académie des Sciences de Russie, Habiboullo Abdoussamatov, a récemment déclaré que la planète avait déjà commencé à refroidir "selon les données que nous avons, les températures vont commencer à baisser de manière stable à partir de l'année 2014". Sortez vos parkas et vos chapkas... 

Apprendre à vivre avec cette mutation climatique

Mais peu importe les causes, et l'impact exact de l'homme ou de la nature dans ce processus global, car les événéments nous montrent que cette mutation climatique a déjà commencé sur l'ensemble de la planète. On n'en connaît encore que peu les contours et surtout l'ampleur, mais il va donc nous falloir maintenant vivre avec celle-ci. Le climat n'est plus contrôlable et marche sur la tête? Alors écoutons nos grenouilles intérieures et suivons l'exemple de Darwin, lequel nous rappelle que "ce n'est pas l'espèce la plus forte qui survit, ni la plus intelligente, mais celle qui s'adapte le mieux au changement". 

Quand la planète Terre nous parle, nous ferions bien de l'écouter...

 

 


Publié dans Nature

Partager cet article

A quoi ressembleraient nos supermarchés sans les abeilles ?

Publié le par Gerome

 

 

DA271991-765x1024.jpg

 

 Comme souvent, une seule photo peut être plus parlante que de longs rapports. Dans une communication efficace, la chaîne de supermarchés américaine Whole Foods, spécialisée dans le bio et l’équitable, a imaginé à quoi ressembleraient nos étals si les abeilles venaient à s’éteindre. L’un de ses magasins, situé à Providence (Rhode Island), a temporairement enlevé tous les produits venant de plantes pollinisées par des abeilles et autres insectes pollinisateurs. Résultat : 237 des 453 produits proposés à l’accoutumée, soit 52 % des récoltes, ont disparu. Parmi eux : les pommes, oignons, carottes, citrons, brocolis, avocats ou encore concombres.

 

En réalité, un tiers de notre nourriture fruits, – légumes et boissons (café, cacao) – dépend des abeilles, rappelle l’enseigne de distribution.

« Les pollinisateurs naturels sont un maillon essentiel de notre chaîne alimentaire. Plus de 85 % des espèces végétales de la terre, dont beaucoup composent les aliments les plus nutritionnels de notre alimentation, exigent des pollinisateurs pour exister. Pourtant, nous continuons à assister à un déclin alarmant de ces populations, regrette Eric Mader, directeur adjoint de la Xerces Society, une ONG qui protège les abeilles. Notre organisation travaille avec des agriculteurs pour les aider à recréer un habitat sauvage et adopter des pratiques moins intensives en pesticides. Ces stratégies simples peuvent faire pencher la balance en faveur de retour des abeilles. »



Près d’un tiers des colonies d’abeilles aux Etats-Unis ont été décimées au cours de l’hiver 2012-2013, selon une étude réalisée par le ministère de l’agriculture américain et des associations professionnelles, publiée le 7 mai, qui souligne aussi les conséquences« désastreuses » pour une économie du miel qui pèse 30 millions de dollars outre-Atlantique.

Si les autorités américaines évoquent des raisons multiples, comme « les parasites, les maladies, les facteurs génétiques, une mauvaise nutrition et l’exposition aux pesticides », cette dernière est majoritairement citée par les scientifiques pour expliquer la surmortalité des pollinisateurs domestiques et sauvages (bourdons, papillons, abeilles sauvages, etc.).



L’Union européenne a ainsi annoncé, le 29 avril, la suspension pour deux ans, à compter du 1er décembre, de l’utilisation de trois insecticides impliqués dans ce déclin. Ces molécules, l’imidaclopride, le thiaméthoxame et la clothianidine appartiennent à la famille des néonicotinoïdes, insecticides parmi les plus utilisés au monde en agriculture et que l’on retrouve dans des dizaines de produits tels le Cruiser, le Gaucho, le Poncho ou le Cheyenne.

L’application de cette interdiction ne sera pas évidente tant ces substances persistent dans l’environnement, comme je l’avais expliqué dans un précédent papier. Mais elle est essentielle si l’on veut éviter de connaître la même réalité qu’en Chine, abordée par l’excellent documentaire Des abeilles et des hommes, où des milliers de paysans pollinisent les fleurs à la main, à partir de pollen qui leur est envoyé d’autres régions où les butineuses vivent encore.

 

 


Publié dans Nature

Partager cet article