La Grande Muraille Verte d'Afrique

Publié le par Gerome

Parer à la famine, au réchauffement climatique et à la désertification du continent africain, c'est tout l'enjeu de la Grande muraille verte d'Afrique.


Ce programme transcontinental et panafricain, réunissant onze pays sahélo-sahariens, prévoit de relier Dakar, la capitale du Sénégal, à Djibouti par une longue barrière d'arbres de 7.000 km de long sur 15 km de large. Lancé en 2007 par Abdoulaye Wade, l'actuel président sénégalais, le projet est aujourd'hui soutenu par plusieurs bailleurs de fonds internationaux: les programmes des Nations unies pour le développement (Pnud), l'environnement (PNUE), l'alimentation et l'agriculture (FAO), enfin, la Banque mondiale (BM). Un bon projet en somme pour s'attaquer en profondeur aux causes de ces fléaux «plutôt que de distribuer dans l'urgence de la nourriture —ce qui soulage la conscience des gouvernements occidentaux [...] mais n'apporte pas de solution pérenne» comme le souligne Le Monde Diplomatique.


Mais l'initiative a rapidement été décriée par de nombreux scientifiques et organisations non gouvernementales (ONG) en dénonçant un projet qui n'aurait pas de réels conséquences sur le terrain. Le Monde Diplomatique rapporte ces critiques:


«Ils prédisent l'échec de l'entreprise, dans la mesure où celle-ci ne tient pas compte de la nécessité de s'occuper, jour après jour, pendant des années, des jeunes pousses, de les arroser, de les protéger des animaux, de les tailler etc.»

Aussi, pour que la Grande Muraille Verte d'Afrique bénéficie en premier lieu aux personnes concernées (notamment les paysans du Sahel et du Sahara), les scientifiques ont expliqué avec insistance qu'il fallait impliquer les populations locales directement dans le projet en les dotant de moyens suffisants pour que l'initiative ait un sens.


Bien que réticentes à l'idée de départ, les populations locales du Sahel et du Sahara travaillent aujourd'hui à la réalisation de ce projet pour améliorer elles-mêmes leur quotidien comme c'est le cas dans le village de Koutal, au sud ouest du Sénégal. Car ce sont bien ces populations qui sont les premières à souffrir de la sécheresse et de la dégradation des sols comme l'atteste de récents tests effectués qui ont démontré que l'eau salée s'était infiltrée en profondeur dans les sols.


Selon Le Monde Diplomatique,

«aucune des femmes du village ne connait l'expression "changement climatique" mais toutes se plaignent d'un climat moins clément et d'une sécheresse persistante, qui a durci la terre, la rendant plus difficile à cultiver.»


Aussi, ce programme, qui devrait protéger dix millions de paysans de la désertification et par conséquent de la famine, doit «promouvoir les savoirs locaux et les connaissances scientifiques orientés vers la préservation de l'environnement et le développement durable» d'après M. Dennis Garrity, directeur du Centre agroforestier mondial.


Promouvoir les savoirs locaux comme le souhaitaient les scientifiques, c'est un pari qui semble avoir été relevé puisque selon le Programme des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), «des millions d'hectares du Sahel ont reverdi grâce à des agriculteurs qui ne se sont pas contentés de planter des arbres, mais les ont entretenus».

 

 


Publié dans Les bonnes nouvelles

Partager cet article

Climat: les pays vulnérables devraient "inspirer" les pays riches

Publié le par Gerome

Certains des pays les plus touchés par le changement climatique devraient servir d'"inspiration" aux pays riches concernant la réduction de leurs émissions de gaz à effet de serre, a estimé lundi le secrétaire général des Nations unies, lors d'un forum au Bangladesh.


S'exprimant au Forum des pays "climatiquement vulnérables", où 18 pays doivent s'entendre pour constituer un front uni avant la conférence de l'ONU à Durban (Afrique du Sud), Ban Ki-moon a salué des pays tels que les Maldives, le Costa Rica ou les îles Samoa pour leur engagement à être "neutres en carbone".

"En ces temps d'incertitude sur l'économie mondiale, laissons l'engagement (de ces pays) pour une croissance verte être une inspiration pour un plus grand nombre de pays développés, les plus gros émetteurs", a-t-il déclaré.


Il est toutefois "injuste" de "demander aux plus pauvres et plus vulnérables de supporter seuls le poids le plus lourd de l'impact du changement climatique", a-t-il ajouté, appelant à la mise en place de fonds agréés pour les pays pauvres.

Ce Forum est une réponse au rythme "très lent et inadapté" des négociations internationales sur le climat, a estimé lundi lors de l'ouverture le Premier ministre du Bangladesh, Mme Sheikh Hasina.


Ban Ki-moon a appelé le pays hôte à devenir un "leader mondial sur le plan de la préparation aux catastrophes".

La mise en place de systèmes d'alerte rapide et le recours à un fort contingent de volontaires ont permis à ce pays défavorisé de réduire significativement le nombre de victimes de cyclones, montrant au monde que "les catastrophes naturelles peuvent ne pas aboutir à des catastrophes humaines", a-t-il estimé.

 

 

Publié dans Nature

Partager cet article

Zoom sur la maison en bois

Publié le par Gerome

Fantasme d'écolo (ou de grand enfant) il y a encore quelques années, la maison en bois est aujourd'hui une réalité accessible et le marché est en pleine expansion. Retour sur les raisons d'un succès grandissant et sur les améliorations à faire.

 

maison-ossature-bois.jpg

    Découvrez en image les étonnantes maisons en bois

Anecdotique il y a encore cinq ans, la construction de maisons en bois connaît un véritable essor, de plus en plus de Français étant désormais séduits par ce matériau écologique, naturel et respectueux de l'environnement.

« Il y a cinq ans, la construction en bois représentait seulement 5 % du marché de la construction individuelle », affirme Pascale Diacono, directrice du salon Vivons bois, qui s'est tenu du 4 au 7 novembre à Bordeaux.

Maisons en bois : un nouveau marché en expansion

« Mais désormais, cela représente 10 % du marché total de la construction avec 20.000 maisons en bois construites en 2011, contre 15.000 en 2009, 10.000 en 2005 et 5.000 en 2000 », se félicite Loïc de Saint Quentin, secrétaire général de l'Association française des constructeurs bois (Afcobois).

« Cette évolution s'explique par le fait qu'il y a vingt ans, les maisons individuelles étaient réservées à une clientèle plutôt aisée, une sur deux notamment était réalisée par un architecte, ils ne voulaient pas une maison banale. Mais depuis dix ans, des gens plus modestes s'y intéressent et même des primo-accédants », souligne-t-il.



Parallèlement, de plus en plus de Français ont recours au bois pour procéder « aux extensions et surélévations de leurs logements, ce qui constitue un nouveau marché », pointe M. de Saint-Quentin.

Maison en bois : l'argument d'économie d'énergie

Selon lui, les aspects environnementaux – un mètre cube de bois permettant de capter et de stocker près d'une tonne de CO2 – et la performance thermique de ce matériau, qui permet de faire de vraies économies d'énergie, sont les deux principales raisons qui expliquent cet engouement.

Ainsi, 25 % des maisons labellisées « bâtiment basse consommation » (BBC) sont des constructions en bois.
Les maisons en bois demeurent cependant toujours plus chères que les demeures construites en parpaings : environ 1.500 euros le m2 pour les premières contre 1.200 euros le m2 pour les secondes. « Mais cette différence de prix tend à se réduire », estime M. de Saint Quentin.

Parallèlement, le nombre de constructions en bois dans le logement collectif, les immeubles de bureaux, les hôtels ou la construction de bâtiments publics (lycées, écoles) est en plein développement.

Grâce aux récents progrès techniques, il est désormais possible d'édifier des immeubles en bois allant jusqu'à trois étages et « il y a une vraie demande pour aller au-delà », affirme Mme Diacono.

La France un peu à la traîne



Des immeubles en bois comptant huit, voire dix étages, ont déjà vu le jour en Suède et Royaume-Uni mais en France, « nous sommes un peu à la traîne », regrette Philippe Gallimard, représentant du pôle de compétitivité Xylofutur et professeur à Bordeaux I.

Une autre faiblesse du marché français pointée par Christian Colvis, architecte-designer spécialiste du pin maritime et directeur scientifique du projet Innovapin, est que « 63 % des constructions en bois ne sont pas issues de forêts françaises ».

« Nous avons du bois mais seulement quelques entreprises qui se sont lancées dans sa transformation », selon M. de Saint Quentin. Les constructeurs se tournent donc vers l'Allemagne, l'Autriche et les pays scandinaves pour trouver des produits correspondant à leurs besoins.

En 2010, la filière bois française affichait un déficit de 6,4 milliards d'euros, selon le ministère de l'Agriculture.

Publié dans Habitat

Partager cet article

La pollution des transports baisse en Europe

Publié le par Gerome

Plusieurs polluants engendrés par les transports ont vu leur quantité d'émissions diminuer en 2009 au sein de l'Union européenne. Toutefois, cette chute semble être bien plus liée à la crise économique qu'à des efforts mis en place pour réduire la pollution.

 

0099-large.jpg


L'Agence européenne pour l'environnement (AEE) vient de publier un rapport sur la pollution émise par le secteur des transports. Le bilan dressé est positif, puisque "pour la quasi-totalité des polluants générés par les transports, le niveau des émissions a diminué en 2009" indique le professeur Jacqueline McGlade, directrice exécutive de l’AEE. Toutefois, cette chute est liée à une diminution de la demande qui trouve son origine dans la récession économique.


"Il faut donc maintenant que le système des transports en Europe opère une transition bien plus marquée pour éviter les augmentations d'émissions, y compris en période de forte croissance économique" souligne-t-elle. Le rapport de l’AEE montre certains progrès en matière d'efficacité énergétique des véhicules. En 2010 par exemple, les voitures neuves étaient environ 20% plus efficaces que dix ans plus tôt. Mais ces améliorations "relativement modestes, sont dans bien des cas annihilés par l'augmentation de la demande de transport, même si la récession a causé un ralentissement de l’activité dans certains secteurs" explique le rapport.


Entre 1990 et 2009 en effet, la demande a augmenté d’environ un tiers. Au cours de la même période, une hausse de 27 % des émissions de gaz à effet de serre issue des transports était enregistrée. En 2009, le secteur des transports étaient ainsi responsables de 24% de l’ensemble des émissions de gaz à effet de serre dans l’Union européenne.

D'ici à 2050, la Commission européenne souhaite voir les Etats membres réduire ces émissions de 60% par rapport aux niveaux de 1990. Pour atteindre cet objectif, l'UE doit parvenir à une baisse totale de 68% au cours des quarante prochaine années. Une réduction qui semble aujourd'hui peu réalisable. "Le secteur européen des transports doit être ambitieux afin d’atteindre ses objectifs", souligne le rapport.

 

 


 

 


Publié dans Les bonnes nouvelles

Partager cet article

Les abeilles victimes d'un cocktail mortel... de médicaments

Publié le par Gerome

Censés protéger les colonies d'abeilles domestiques contre leurs parasites, un antibiotique et des acaricides constituent, lorsqu'ils sont associés, un cocktail mortel. C'est ce que montre une étude américaine, confirmant l'idée que le mal qui frappe les abeilles partout dans le monde est le résultat d'une combinaison de facteurs. Une nouvelle étape dans la résolution de ce mystère, comme l'explique Yves Le Conte, spécialiste des abeilles.


Le mystère de la disparition des abeilles (Apis mellifera) – connu sous le nom de syndrome d’effondrement des colonies d’abeilles – n’est toujours pas résolu et les scientifiques continuent de chercher les coupables. Peu de chances qu’un unique insecticide, acaricide, pathogène ou tout autre ennemi de la ruche soit responsable à lui seul. Les chercheurs se prononcent de plus en plus en faveur d’une combinaison de facteurs et, comme nous le concède Yves Le Conte, directeur de l’UMR Abeille et environnement, « les mécanismes ne sont pas simples ».

 

abeille ruche



Une récente étude menée aux États-Unis par des scientifiques de l’université du Maryland rend compte de la nocivité engendrée par l’action combinée d’un antibiotique et d’acaricides utilisés pour protéger les colonies. Le premier est l’oxytétracycline. Quant aux seconds, les auteurs en ont testé plusieurs parmi lesquels le fluvalinate (l’agent actif de l’Apistan) et le coumaphos (interdit en France), deux des principaux traitements utilisés pour lutter contre le varroa, un acarien qui porte très bien son nom – Varroa destructor – et qui ravage les colonies d’abeilles en s’attaquant aux larves et aux femelles.



Un antiobiotique et des acaricides

L’oxytétracycline est censée protéger les abeilles contre les virus, les bactéries et autres microbes présents à l'intérieur de la ruche, mais particulièrement contre la loque américaine, « une bactérie très contagieuse et prise très au sérieux par les apiculteurs », explique Yves Le Conte.

En Europe, aucune trace de cet antibiotique n’est tolérée dans le miel. « Lorsqu’une ruche est contaminée, les apiculteurs ont deux choix. Soit ils brûlent la ruche et la colonie infectées, soit ils brûlent uniquement la ruche et transfèrent la colonie, qu’ils traitent avec l’antibiotique, dans une nouvelle ruche », indique le chercheur. Quoi qu’il en soit, le miel alors produit par ces abeilles durant l’année qui suit devra être détruit.
Mais aux États-Unis, cette molécule est communément utilisée chaque année, en prévention. Son efficacité, comme tout antibiotique utilisé à tour de bras, devrait néanmoins finir par s’estomper. Et au regard des résultats de l’étude de David Hawthorne et Galen Dively, son interdiction ne serait pas surprenante.



Une forte augmentation de la mortalité

Car son action combinée avec des acaricides est désastreuse, comme l’affirment les auteurs des expériences dans la revue Plos One. Ils ont en effet montré que couplé avec l’antibiotique, le coumaphos fait passer la mortalité des abeilles de 7 % à 51 % et le fluvalinate de 5,6 % à 39 %.

Par quel mécanisme ? Au niveau des parois cellulaires, une majeure partie des animaux possède des protéines capables de se débarrasser des toxines ou tout autre élément xénobiotique présent au sein de la cellule, afin de les diriger vers les voies d’excrétion. On les appelle – et il ne s’agit pas d’une blague – les transporteurs MDR (pour Multi-Drug Resistance). Le plus connu d’entre eux est le p-glycoprotéine et c’est sur celui-ci que les chercheurs américains ont travaillé. Selon eux, la mortalité accrue des abeilles lors de l’action couplée de l’antibiotique et de l’acaricide vient du fait que le premier est pris en charge par le p-glycoprotéine qui ne peut donc plus s’occuper d’évacuer le second vers l’extérieur de la cellule.

« Un stress pour affaiblir, un autre pour tuer »

Une nouvelle preuve que la mort des abeilles est la conséquence de phénomènes aussi multiples que complexes. « Les interactions entre différents facteurs sont quelque chose de très important », explique encore Yves Le Conte qui a déjà mis en évidence l’effet dévastateur de l’action combinée d’un insecticide et d’une bactérie. « Lorsque les abeilles sont confrontées à plusieurs stress, l’un d'eux affaiblit la colonie tandis qu’un autre la tue ».



La nouveauté, ici, c’est que les produits qui entrent en synergie sont tous les deux introduits volontairement par l’apiculteur au sein de la ruche. Pourtant, si les traitements antivarroa semblent pour l’instant indispensables, l’exemple de l’Europe prouve que le traitement en prévention de la loque américaine ne l’est pas. Quand on vous dit que les antibiotiques, ce n’est pas automatique !

 

 


Publié dans Nature

Partager cet article