126 nouvelles espèces, déjà menacées, découvertes autour du Mékong

Publié le par Gerome

Les scientifiques ont identifié 126 nouvelles espèces dans la région du Grand Mékong en 2011, a indiqué mardi le Fonds mondial pour la nature (WWF), soulignant que beaucoup d'entre elles étaient déjà menacées.

 

lezard.jpg

 

 

"La bonne nouvelle, ce sont les nouvelles découvertes. La mauvaise nouvelle c'est que cela devient de plus en plus difficile dans le monde de la protection et de la durabilité de l'environnement", a commenté Nick Cox, responsable de WWF dans cette zone qui comprend le Vietnam, le Cambodge, le Laos, la Thaïlande, la Birmanie et la province chinoise du Yunnan.

Parmi les 126 espèces découvertes, une chauve-souris au nez en forme de tube, baptisée "Belzébuth", qui dépend de la forêt tropicale pour survivre et qui est ainsi particulièrement vulnérable à la déforestation. Et en 40 ans, 30% des forêts du Grand Mékong ont disparu.

D'autres espèces, comme le python à queue courte en Birmanie, sont elles mises en péril par la chasse illégale pour leur viande, leur peau ou le commerce d'animaux de compagnie exotiques. La liste des nouvelles espèces, qui compte surtout des plantes, comprend 21 reptiles et cinq amphibiens, dont une grenouille qui chante et une autre aux yeux noir et blanc qui rappellent le symbole du ying et du yang.

La découverte de cette faune et de cette flore est un témoignage de la biodiversité impressionnante de la région, mais des "développements inquiétants" mettent son avenir en danger, a insisté le WWF. L'organisation met notamment en cause le projet de barrage de Xayaburi, dont les travaux ont commencé le mois dernier au Laos, et qui menace "la biodiversité extraordinaire" du Mékong.

 


Publié dans Nature

Partager cet article

La Corée du Sud renonce finalement à la chasse à la baleine

Publié le par Gerome

Face aux protestations de la communauté internationale, la Corée du Sud a finalement renoncé à son projet de chasse à la baleine.


Des dizaines de milliers d'individus du monde entier, dont de nombreux sympathisants d'IFAW, ont adressé un courriel au gouvernement coréen en guise de protestation contre son projet de chasse à la baleine. En juillet dernier, à l'occasion de la réunion de la Commission baleinière internationale (CBI) à Panama City, au Panama, la Corée du Sud avait en effet annoncé son intention de chasser les baleines à des fins prétendument scientifiques.

 

chasse_baleine_2006.jpg


Les baleines de Minke stock J, qui étaient visées par le projet sud-coréen, sont considérées par le comité scientifique de la CBI comme une espèce menacée. Outre les prises accessoires, qui font entre 150 et 200 victimes chaque année, ces cétacés sont confrontés à une menace supplémentaire dès lors qu'ils s'aventurent dans les eaux japonaises, où ils sont également chassés. Selon les prévisions, leur population continuera de décliner si les niveaux actuels de prises accessoires se maintiennent.


L'échéance pour soumettre une proposition formelle était fixée au 3 décembre, mais le gouvernement coréen n'a publié aucune annonce officielle. IFAW a reçu la nouvelle selon laquelle la Corée du Sud avait finalement choisi de mettre en place un projet de recherche qui épargnerait la vie des baleines.

« Le gouvernement coréen a pris la bonne décision et il faut l'en féliciter. Pratiquer la chasse à la baleine au nom de la science est inutile et tuer des baleines à des fins commerciales est une attitude irresponsable sur les plans éthique, écologique et économique au XXIème siècle », a déclaré Patrick Ramage, Directeur du programme mondial d'IFAW sur les baleines.


« Nous sommes prêts à apporter tout notre soutien à la Corée du Sud et à l'accompagner dans son projet de recherche ultra moderne, dans la mesure où il consiste à étudier les baleines dans les eaux coréennes sans leur faire de mal », a-t-il ajouté.


La Corée ne pratique plus la chasse à la baleine depuis 1986. Chaque année pourtant, de nombreuses baleines sont victimes de prises accessoires dans les eaux coréennes, où elles se retrouvent prises au piège dans des filets de pêche. Le gouvernement a adopté une position ferme contre la pratique illégale de la chasse à la baleine et a fait part à la CBI de son projet de renforcer les moyens consacrés à l'observation des baleines.


IFAW considère que la chasse scientifique des baleines n'est autre qu'un moyen déguisé de pratiquer la chasse commerciale, et s'oppose fermement à cette pratique fondamentalement cruelle, inutile et non durable. L'observation responsable des baleines est le seul mode d'exploitation durable de cette espèce.

 

 


Publié dans Les bonnes nouvelles

Partager cet article

Le Canada déclasse plus de 99% de ses cours d’eau et lacs protégés !

Publié le par Gerome

Depuis 1882, toutes les voies naturelles navigables du Canada étaient protégées d'office : des études environnementales étaient nécessaires avant d'effectuer des travaux. Avec le vote définitif de la loi omnibus C-45 le 5 décembre, seuls 97 lacs et 62 rivières sont encore concernés. Cela représente une diminution de plus de 99% du nombre de cours d'eau classés.

 

riviere-au-canada.jpg


L’affaire n’a pas fait grand bruit en France mais le Canada a voté en dernière lecture le 5 décembre le projet de loi omnibus C-45. Poussé par le gouvernement conservateur du premier ministre Stephen Harper, ce texte de plus de 400 pages touche à de nombreux domaines, d’où sa qualification d‘omnibus. Sa partie la plus désolante concerne la protection des lacs et cours d’eau du vaste pays nord-américain.


Concrètement, l’ensemble des innombrables lacs et rivières navigables du Canada était protégé d’office depuis 1882 par la loi sur la protection des eaux navigables. Dès que des travaux étaient entrepris au niveau d’un de ces cours ou plans d’eau, deux études devaient être réalisées pour vérifier que cela ne nuirait ni à leur navigabilité, ni à leur écosystème.

 

Seuls 97 lacs et 67 rivières sont encore protégés

 
La loi C-45 a renommé cette loi vieille de 140 ans en loi sur la protection de la navigation. En dehors des océans et d’une liste précise et minuscule de rivières et de lacs, exit le souci du respect de l’environnement : les futures constructions ne nécessiteront plus que la réalisation d’une étude de navigabilité. Mais qu’en est-il de cette liste? Si les estimations du nombre de lacs et de rivières considérés comme navigables, et donc jusque-là protégés, oscillent entre plusieurs dizaines de milliers et 2,5 millions, la loi ne protège à présent plus que 97 lacs et 62 rivières. Il y en a donc plus de 99,9% qui se retrouvent ainsi déclassés.


Le journal Ottawa Citizen par ailleurs constaté que 97 des 87 lacs qui restent protégés sont situés sur des circonscriptions conservatrices, ce qui a fait vivement réagir l’opposition. Certains de ces plans d’eau sont connus au Canada pour être des lieux de villégiature pour privilégiés, comme le lac Rosseau du district électoral de Parry Sound-Muskoka en Ontario. Son représentant au Parlement est le ministre conservateur Tony Clement. Comme le souligne de son côté le quotidien québécois le Devoir,   Parry Sound-Muskoka contient douze lacs protégés alors que la Belle Province, pourtant 115 fois plus grande, n’obtient la protection que de seulement neuf rivières et quatre lacs.

 

 


Publié dans Nature

Partager cet article

Le chocolat bio, nouvel or noir des Indiens d'Amazonie

Publié le par Gerome

Pas question de toucher au pétrole du parc Yasuní, protégé grâce à un engagement de non-exploitation. Mais la Réserve de biosphère recèle un autre trésor, bien plus profitable pour les communautés autochtones: un cacao cultivé au cœur de la jungle, qui s'introduit peu à peu sur les marchés les plus exigeants...

 

cacao.JPG

 

Pour préserver la biodiversité amazonienne, le gouvernement de Rafael Correa n’a pas hésité à prendre une décision inédite: renoncer à exploiter les immenses réserves d’hydrocarbures du sous-sol de la Réserve de biosphère Yasuní. En contrepartie, la communauté internationale s’engage à verser une compensation financière, destinée en priorité à des projets locaux de développement durable.

Parmi ces initiatives, la culture de cacao biologique apparaît comme l’une des plus prometteuses, en permettant de préserver à la fois l’environnement et le mode de vie des communautés autochtones de la forêt.

Le goût du terroir amazonien

La qualité exceptionnelle de cette matière première permet de produire un chocolat noir amer contenant 60% de cacao de variété «Nacional», une espèce endémique d’Équateur. Baptisé Ecokao, le chocolat bio de la réserve de Yasuní se distingue par son arôme délicat et ses notes fruitées et florales.

Cultivé non loin des berges du fleuve Napo, un affluent direct de l’Amazone, le cacao offre une activité à six communautés de l’ethnie Kichwa. Au total, près de 400 agriculteurs se sont formés aux techniques de la production durable et écologique au cours des trois dernières années.

Des bonnes pratiques contrôlées par la Fondation équatorienne Préservation et Développement, qui encourage la culture en «chacras». Ce terme désigne des petites parcelles traditionnelles, cultivées à l’ombre d’autres espèces sylvestres.

Selon les spécialistes de la fondation, ce type d’exploitation est l’une des rares activités agricoles à la fois respectueuse de l’environnement et rentable sur le plan économique. Elle permet surtout d’offrir des ressources aux populations locales sans bouleverser leur mode de vie et leurs traditions.

Une nouvelle technique de séchage naturel

L’ONG Préservation et Développement travaille depuis 1997 avec des producteurs de tout le pays et explique que les cultures de cacao ombragées représentent un véritable refuge pour la biodiversité. Elles abritent près de 43% de la faune de la région, et 25% des espèces d’oiseaux.

Le séchage des fèves de cacao constitue une autre étape essentielle de la production. Soumis aux aléas climatiques, le séchage naturel au soleil se révèle souvent inefficace, tandis que le séchage utilisant du gasoil contamine la récolte. Grâce à des bâches thermiques normalement utilisées pour la production de fleurs d’altitude, l’ONG a mis au point une nouvelle méthode extrêmement efficace. Stockées sous des tentes rudimentaires emmagasinant la chaleur du soleil, les fèves peuvent désormais sécher même par temps pluvieux.

En s’engageant à ne pas toucher au pétrole de Yasuní, qui représente pourtant 20% des réserves de brut du pays, l’Équateur offre un nouvel or noir aux habitants des forêts, et l’espoir de continuer à vivre en harmonie avec leur environnement.

 

 


Publié dans Nature

Partager cet article

100.000 nouveaux emplois verts en 3 ans, un objectif "crédible" pour Batho

Publié le par Gerome

L'objectif du gouvernement de créer 100.000 emplois en trois ans dans l'économie verte, notamment dans les secteurs de l'efficacité énergétique et des énergies renouvelables, est "crédible", a estimé mardi la ministre de l'Ecologie Delphine Batho.

 

delphine_batho_1.jpg


"La prévision, à ce jour, sans effort supplémentaire de l'Etat, c'est 295.000 créations d'emplois d'ici 2020. Quand on dit 100.000 emplois en 3 ans, c'est un objectif crédible, réaliste", a-t-elle souligné lors d'une table ronde organisée au siège du journal Le Monde, à Paris.

"Sur les éco-industries, on est aujourd'hui à 453.000 emplois, avec un taux d'augmentation des emplois de 4% par an quand le reste de l'économie française détruit des emplois, on a un potentiel", a-t-elle ajouté.


L'objectif de 100.000 nouveaux emplois verts d'ici 3 ans, affiché le 4 décembre lors d'un séminaire gouvernemental sur la "transition écologique", passe notamment par le secteur énergétique: "une grande politique de sobriété et d'efficacité énergétique (rénovation thermique des bâtiments, réseaux intelligents) peut générer la plus grosse quantité d'emplois", selon Mme Batho.

Ces emplois seront aussi créés dans le secteur des énergies renouvelables et dans l'"économie circulaire" (retraitement des déchets et de l'eau, restauration des milieux naturels, etc.), a-t-elle estimé.


Soulignant que la question du financement allait être "majeure", la ministre a mis en avant le rôle de la Banque publique d'investissement (BPI) et de la fiscalité écologique. Un groupe chargé de faire des propositions en matière de fiscalité écologique sera d'ailleurs installé la semaine prochaine, a-t-elle dit.

Nicolas Hulot, qui participait à ce débat, a pour sa part souligné que la "réflexion" sur le financement de la transition écologique ne pouvait être isolée "d'une réforme et d'une régulation du monde de la finance".

"Si les Etats ont aussi peu de marges de manoeuvre (...), c'est parce que vous avez en toute légalité, mais en toute immoralité toute une industrie de la finance qui s'est organisée pour échapper à la solidarité", a dénoncé le nouvel "envoyé spécial du président de la République pour la protection de la planète".


L'ex-animateur vedette d'Ushuaïa en a profité pour rappeler son opposition au projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes, près de Nantes, estimant qu'"il y a mieux à faire, y compris sur un plan régional, pour doper l'économie".

"Ce projet avait une pertinence d'un point de vue régional lorsque le baril de pétrole valait quelques dollars, que les terres agricoles n'étaient pas des terres précieuses, que les changements climatiques n'étaient pas là... Tout ça a changé," a-t-il relevé, devant la ministre de l'Ecologie.

Sans répondre sur les aspects économiques, Mme Batho a fait valoir que "les élus locaux qui ont porté ce projet ont été élus, réélus" et que "le candidat qui a gagné l'élection présidentielle a aussi porté cette proposition".

 

 


Publié dans Nature

Partager cet article