Philippines: douze Chinois condamnés à la prison pour pêche dans un sanctuaire marin

Publié le par Notre Terre

récif-corallien-Tubbataha

 

Une très bonne nouvelle, qui espérons-le dissuadera d'éventuels mauvais pêcheurs.

Douze pêcheurs chinois ont écopé mardi aux Philippines de longues peines de prison pour avoir pêché dans un sanctuaire marin inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco.


Les 12 hommes avaient été arrêtés en avril 2013 sur le récif corallien de Tubbataha, dans l'ouest de l'archipel philippin, site réputé de plongée sous-marine, après que leur navire de 48 mètres eut heurté les fonds.

«La cour a prononcé la peine maximum de 12 ans de prison à l'encontre du capitaine», a déclaré à l'AFP Hazel Alaska, greffier du tribunal de Puerto Princesa, dans la province de Palawan.

Les 11 autres membres d'équipage ont été condamnés à des peines de 6 à 10 ans de prison.


Le navire a été saisi et les marins ont également reçu une amende de 100.000 dollars chacun.

Les pêcheurs sont par ailleurs jugés pour possession d'espèce protégées, un crime passible de 20 ans de réclusion.

Les garde-côtes avaient trouvé des centaines de pangolins morts et congelés sur le bateau.

L'animal recouvert d'écailles, qui ressemble à un artichaut doté de pattes et d'une queue, est le mammifère au monde le plus victime de commerce illégal, selon la Cites (Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction).

Des dizaines d'autres pêcheurs chinois et vietnamiens attendent leur jugement aux Philippines.


Neuf Chinois ont été arrêtés en mai sur le «récif de la demi-lune» (Banyue Jiao en chinois, Hasa Hasa en philippin) qui fait partie des Spratleys, un archipel situé le long d'autoroutes maritimes, en mer de Chine méridionale, revendiqué à la fois par Manille et Pékin.

 


Publié dans Les bonnes nouvelles

Partager cet article

En Californie, échanger son gazon contre des dollars

Publié le par Notre Terre

maisons-banlieue-americaine.jpg

 

Les pelouses verdoyantes, symbole de l'"American Way of life", sont en train de devenir indésirables en Californie où sévit une extrême sécheresse et où des programmes "gazon contre dollars" se multiplient.

"Les gens oublient que nous habitons dans le désert. Pourquoi est-ce qu'ils veulent tant que ça ressemble aux grandes plaines du Midwest ?", s'interroge Larry Hall, un musicien de jazz, en train d'arracher la pelouse devant sa maison de Los Angeles pour y installer un jardin plus écolo.

"Nous y pensions depuis longtemps, nous avions déjà demandé des estimations à des paysagistes, mais c'était trop cher", ajoute son épouse Barbara Hall. Le programme "gazon contre dollars" de la ville de Los Angeles leur a permis de franchir le pas.

 

9 dollars par mètre carré


La municipalité offre 3 dollars par tiers de mètre carré remplacé par des pierres, galets, paillis, cactus, plantes grasses et autres herbes méditerranéennes économes en eau.

Ces programmes se multiplient ailleurs en Californie, où une grave sécheresse sévit depuis trois ans, mettant à mal les nappes phréatiques souterraines, les réservoirs et menaçant l'approvisionnement en eau de ses 38 millions d'habitants.

 

Le gouverneur de l'Etat, Jerry Brown, a pris il y a deux semaines des mesures d'urgence visant particulièrement l'arrosage des pelouses, avec interdiction de les arroser plus de deux fois par semaines ou d'avoir des systèmes de jets automatiques qui giclent sur les trottoirs ou les allées.

Dans la presse locale, les courriers de lecteurs et éditoriaux se multiplient pour demander d'interdire l'arrosage des pelouses et encore plus des golfs, alors même que les agriculteurs sont soumis à des restrictions.

 

Image de la maison américaine

En attendant, le gouverneur de Californie s'est contenté d'interdire temporairement les amendes imposées par certaines municipalités ou associations de propriétaires aux fâcheux qui laissaient leur pelouse jaunir pendant l'été, au risque de faire tâche dans un quartier coquet.

"Dans les années 50,60, il y avait l'image traditionnelle de la maison style ranch avec la pelouse et tout... [...] Je pense qu'il faut juste qu'on passe à autre chose", estime Anne Philips, paysagiste spécialisée dans les jardins écolo, embauchée par Barbara et Larry Hall.

Pour elle, les programmes "gazon contre dollars" sont une aubaine : ils ont dopé de 30% l'activité de son entreprise, (GoGreenGardeners.com).

 

Elle remplace les jets d'arrosage qui entraînent une forte évaporation et déperdition d'eau par des systèmes posés directement au pied des plantes et qui arrosent avec parcimonie et précision.

Ses jardins "écolo" privilégient les plantes succulentes, les aromates, la lavande, les agaves, etc. "Ça n'a pas besoin d'être ennuyeux ou laid, ni de piquer !", assure la paysagiste.

Prise de conscience environnementale ou factures d'eau en hausse exponentielle, les jardins secs et désertiques gagnent en tout cas du terrain à Los Angeles où ils se multiplient dans les quartiers chics, même s'ils ne font pas encore l'unanimité.

Deux factures d'eau, la solution ?

"J'ai reçu une lettre anonyme me demandant d'enlever tout ça, mais alors que j'avais commencé à enlever certains arbustes, un voisin m'a enjointe d'arrêter, affirmant que mon jardin était son préféré du quartier", s'amuse Stéphanie Pincetl, chercheuse et professeur de l'Institut d'études environnementales de l'université UCLA, interrogée devant le jardin écologique luxuriant.

 

Pour elle, pour inciter les "angelenos" et les californiens à économiser l'eau, il faut "deux compteurs d'eau. Un pour la consommation intérieure", l'eau que l'on boit, avec laquelle on cuisine et on se lave, et l'eau "extérieure, avec laquelle on arrose les pelouses, et dont le prix doit refléter la rareté de l'eau".

"Avec des factures de ce type les gens comprendraient que 60% au moins de l'eau facturée vient de celle utilisée" pour les jardins, conclut-elle, alors que sur le trottoir d'en face se forme une énorme flaque à cause des jets d'arrosage qui débordent...

 

Le Nouvel Obs

Publié dans Les bonnes nouvelles

Partager cet article

Cinq astuces des internautes pour manger de bons fruits et légumes

Publié le par Notre Terre

tomates-supermarche.jpg

 

Ça a le goût de quoi déjà une tomate? Pour près de 70 % des consommateurs interrogés, pas facile à dire. D’après une enquête dévoilée ce mercredi, ils sont nombreux à trouver les tomates «ni bonnes, ni mauvaises». Du moins, celles vendues dans les supermarchés. Hors de ces mastodontes de l’alimentation, une autre saveur est possible. La preuve.


1/Arrêter de «vouloir du joli» en grande distribution

Lâcher la grande distribution. C’est la première étape du mieux-manger, selon les internautes. «C’est honteux de vendre un produit sous appellation tomate qui ne vaut rien, écrit RM, je considère que c’est de la tromperie à l’état pur.» Fini le «goût de flotte» des tomates du commerce, pour Gérard aussi. «Quand les consommateurs cesseront de vouloir à tout prix du joli et du calibré, rebondit B. dans les commentaires, déjà on tiendra le bon bout!»


2/ Ne pas se dire que les tomates «sont indispensables en février»

Fille de maraîcher, Claire s’indigne face à la consommation des légumes et des fruits hors-saison. «Il faut toujours produire plus, on manipule les consommateurs pour qu’ils croient que les fraises et les tomates sont indispensables à leur vie au mois de février.» La suite est logique. «On les cultive à 3.000 km de l’assiette, donc les producteurs développent des produits qui résistent au transport.» Au passage, on oublie le goût.


3/Ne plus acheter «à l’aveuglette»

C’est la recommandation de Jean. «Trop de gens ne se préoccupent que du prix. Lorsqu’on a trouvé un bon goût à certains produits, il faut continuer à prendre la même variété. Par exemple les tomates "cœur de bœuf" sont absolument infectes, même sur les marchés.» Marmote n’est pas forcément d’accord sur la «cœur de bœuf» mais tous suivent Jean sur un point: pour bien manger, «il faut faire un petit effort».


 4/Les cultiver soi-même et les «cueillir en fin d’après-midi»

Evidemment. Mais pas possible pour tout le monde, malgré les jardins partagés qui poussent comme des champignons en ville et les balcons qui sont plus exploitables qu’on ne le pense. Michel plante dans son «potager carré» une dizaine de pieds greffés chaque année. «C’est vrai qu’à la fin de la saison nous ne pouvons plus manger de tomates achetées», assène ce chanceux. Claire enjoint les déçus à «chercher des graines anciennes, des vraies, et à les faire pousser tranquillement au soleil». Mieux, «allez les cueillir en fin d’après-midi lorsqu’elles n’en peuvent plus d’être gorgées de soleil, vous serez sans voix.»


5/Aller chez un petit producteur local tous les deux jours

En Indre-et-Loire, Séverine s’est inscrite auprès d’une association qui «propose des paniers de légumes bio toutes les semaines». Cette année, le panier de 5 kg est vendu 12 euros, «je vous assure que les tomates ont un goût exceptionnel. Il y en a assez de manger tout et n’importe quoi.» Elisabeth, dans le Gers, se fournit directement auprès d’une agricultrice «qui vend les produits cueillis le matin même». Cette internaute se déplace tous les deux jours. Résultat, «goût et parfum assurés, un peu de sel c’est tout, pas besoin d’huile et on peut manger la peau.»

Publié dans Nutrition & Santé

Partager cet article

En 2013, 102 rangers sont morts en voulant protéger la nature

Publié le par Notre Terre

Rangers.jpg

 

Quelque 56 rangers, spécialisés dans la protection et surveillance des parcs nationaux, ont perdu la vie dans le cadre de leurs fonctions au cours des 12 derniers mois, a dénoncé mardi l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) dans un communiqué publié à son siège à Gland (Suisse).

Sur ce nombre, 29 ont été tués par des braconniers, a ajouté l'IUCN, citant des chiffres publiés par la Fédération internationale des rangers, avant la tenue de la journée mondiale des rangers, célébrée le 31 juillet.


En 2013, quelque 102 rangers ont perdu la vie dans le cadre de leurs fonctions. Parmi eux, 69 ont été tués par des braconniers et des milices armées.

L'UICN estime que les chiffres réels sont plus élevés car les chiffres publiés ne concernent que les morts confirmées dans 35 pays, qui informent la Fédération internationale des rangers.

«Etant donné qu'il y a d'autres morts chaque semaine, le nombre réel des victimes pourrait être deux à trois fois plus élevé», indique l'UICN dans son communiqué.


«Les rangers sont les gardiens des trésors naturels les plus précieux de notre planète» et leurs vies sont en danger chaque «jour de travail en raison de la cruauté et de l'avidité humaines», a déclaré Julia Marton-Lefèvre, directrice générale de l'UICN.

Et de réclamer «une solide protection, un renforcement des lois et un fort soutien pour ces héros de la conservation de la nature».

Près de 60% de tous les rangers tués cette année l'ont été en Asie, notamment en Inde.

Le plus fortes hausses des décès de rangers ont été constatées ces dernières années en Inde, en Thaïlande, au Kenya et en RDC (République Démocratique du Congo).

Les zones riches en éléphants, rhinocéros, bois de santal, bois de rose et autres ressources naturelles de valeur sont les plus affectées.

En RDC, dans le parc national de Virunga, quelque 140 rangers ont été tués au cours des 15 dernières années.

En Afrique du Sud, où 1.000 rhinocéros ont été braconnés et tués en 2013, un braconnier a été condamné à 77 ans de prison, indique l'UICN.

L'UICN va se pencher sur les conséquences du commerce illégal d'animaux sauvages et les nouveaux moyens de le combattre lors de son congrès mondial sur les parcs nationaux, qui se tiendra du 12 au 18 novembre prochain à Sydney, en Australie.


Au cours des 10 dernières années, plus de 1.000 rangers ont été tués dans le monde, et beaucoup plus ont été blessés.

Un nombre record de 1.004 rhinocéros ont été tués en 2013 en Afrique du Sud, qui abrite 83% de la population mondiale de cet animal.

343 braconniers spécialisés dans les rhinocéros ont été arrêtés l'année dernière.

En 2013, quelque 20.000 éléphants ont été tués illégalement en Afrique.

Les rangers en Ouganda, en RDC et au Rwanda ont oeuvré pour la hausse du nombre de gorilles de montagne, «en risquant leurs vies pour cette espèce menacée», ajoute l'IUCN.


De même, les rangers de la communauté Massaï au Kenya ont permis par leur travail de faire passer le nombre de lions sur leur territoire de 6 à plus de 70.

La Fédération internationale des rangers a été fondée en 1992. Elle compte dans ses rangs 63 associations de rangers issues de 46 pays.

 


Publié dans Nature

Partager cet article