4 septembre 2014 4 04 /09 /septembre /2014 06:27

famine-honduras.JPG

Distribution de nourriture au Honduras (Crédit photo Reuters)

 

Je vous parlai déjà de ce grave problème climatique ici même il y a quelques semaines   http://www.notreterre.org/article-une-terrible-secheresse-s-abat-actuellement-sur-l-amerique-centrale-124333713.html. La situation dans l'isthme ne s'arrange pas du tout et ce qui me gêne le plus est le silence des médias qui pourtant aiment nous parler météo... Que se passe t-il avec l'Amérique Centrale? Son PIB est-il si faible au point d'ignorer ses problèmes?


La sécheresse qui a dévasté les récoltes en Amérique centrale menace de famine 2,81 millions de personnes, selon une estimation fournie vendredi par le Programme alimentaire mondial des Nations unies.


La sécheresse affecte également l'Amérique du Sud mais les pays les plus touchés sont le Guatemala, le Honduras et le Salvador. Les récoltes de maïs, de pois et de haricots ont particulièrement souffert.

Le président nicaraguayen Daniel Ortega a récemment autorisé l'importation de 40.000 tonnes de haricots rouges et de 73.500 tonnes de maïs afin de faire baisser les prix.


Plus de 250.000 familles ont perdu leur récolte au Guatemala, où l'état d'urgence a été décrété.

La culture du café est relativement préservée. Si le Guatemala prévoit une production en baisse de 3% après la prochaine récolte, les autres producteurs majeurs d'Amérique centrale n'ont pas révisé l'estimation de leur production.

 

 


Published by Notre Terre - dans Nature
commenter cet article
2 septembre 2014 2 02 /09 /septembre /2014 08:43

coulee-de-boue.jpg

 

 

Published by Notre Terre - dans Nature
commenter cet article
2 septembre 2014 2 02 /09 /septembre /2014 06:30

mexique-poissons-morts.jpg

 

C'est un véritable désastre écologique. Au moins 48 tonnes de poissons morts ont été retirées ces derniers jours du lac de Cajititlan, près de la ville de Guadalajara, résultat possible d'une mauvaise gestion des eaux usées par une usine, selon les autorités locales.

 

« Le phénomène est grave, on le traite en conséquence et nous prévoyons de travailler deux jours de plus », a souligné la responsable de l'environnement pour l'Etat du Jalisco, Magdalena Ruiz Mejía. La mairie de Tlajomulco, où est situé le lac, estime que ce drame pourrait être lié à un phénomène cyclique « en raison des variations de températures et d'une diminution de l'oxygène ».


Mais l'Etat du Jalisco estime qu'il s'agit plus probablement d'une négligence industrielle, car c'est le quatrième épisode de mort massive de poissons cette année. Les autorités chargées de la protection de l'environnement du Jalisco ont ouvert une enquête sur le traitement des eaux usées par plusieurs usines proches du lac.

 

Le Monde

 


Published by Notre Terre - dans Pollution
commenter cet article
31 août 2014 7 31 /08 /août /2014 06:14

nissan-leaf-norway.jpg

 

La Norvège a beau être un des principaux producteurs de pétrole de la planète, les voitures électriques y prolifèrent au point qu'il est désormais question de supprimer les privilèges qui ont fait leur succès.

 

Conduire une voiture électrique a du bon, on peur rouler dans les couloirs de bus,  se garer gratuitement sur les parkings publics, s'y recharger sans frais et  franchir les péages urbains à l’œil. Surtout, ces voitures sont exemptées des taxes, extrêmement lourdes en Norvège, qui pèsent sur leurs «cousines» à carburants fossiles.

Visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre du trafic routier, qui représentent 10% de celles du pays, ces mesures très généreuses ont produit leur effet: 32.000 voitures électriques circulent aujourd'hui sur les routes norvégiennes, soit un véhicule pour 160 habitants, chiffre le plus élevé dans le monde.


Les voitures électriques se multiplient comme des petits pains. De la populaire Leaf de Nissan à la berline américaine très cossue, elles représentent environ 13% des ventes de véhicules neufs depuis le début de l'année, une part de marché sans équivalent ailleurs.


En mars, la Tesla est même devenue la voiture la plus vendue de l'histoire norvégienne sur un mois, et cela malgré son prix relativement élevé. Car, même à 60.000 euros pour une entrée de gamme, c'est une aubaine quand on considère qu'il faudrait débourser environ le double si elle était sujette aux taxes.

 

La popularité des voitures électriques a pris de vitesse les autorités qui prévoyaient de maintenir les mesures incitatives jusqu'en 2017 ou jusqu'à ce qu'il y ait 50.000 exemplaires en circulation.


Or, au rythme actuel, ce volume pourrait être atteint dès le début 2015, obligeant le gouvernement à reconsidérer sa politique. Une politique coûteuse puisque les seules exemptions fiscales représentent jusqu'à 4 milliards de couronnes (500 millions d'euros) de manque à gagner, selon les propres estimations de l'État.

«Il se pourrait que l'on fasse des ajustements à la baisse à l'avenir», a récemment indiqué le Premier ministre, Erna Solberg, au journal VG. «Mais je peux promettre aux automobilistes qu'il y aura encore des avantages fiscaux pendant des années à conduire une voiture électrique.»


L'engagement est important car 48% des propriétaires de voiture électrique disent avoir acheté leur véhicule principalement pour économiser de l'argent.

 

Selon l'enquête de l'Association pour la voiture électrique, seuls 27% affirment l'avoir fait par souci pour l'environnement et 12% pour gagner du temps dans leurs trajets.

«Il est trop tôt pour supprimer les avantages fiscaux. Le marché n'est pas encore suffisamment concurrentiel» par rapport à celui des voitures à moteur à combustion, estime la secrétaire générale de l'organisation, Christina Bu.

«Si l'exemption de taxe et de TVA devait prendre fin, le marché pourrait s'effondrer et il serait alors difficile d'atteindre les objectifs climatiques que la Norvège s'est fixés. On doit augmenter le nombre de voitures électriques, pas le baisser», souligne-t-elle.

 


Published by Notre Terre - dans Les bonnes nouvelles
commenter cet article